France - Ligue 1 - 30e journée

Propos recueillis par Romain Duchâteau

La journée vue par Franck Tabanou

Le déplacement en Corse avait tout du traquenard, mais Toulouse s’est imposé sur le fil samedi à Ajaccio (2-3), portant sa série d’invincibilité à six rencontres. Victoire à laquelle Franck Tabanou a participé, puisque le virevoltant ailier gauche y est allé de son petit but. À 24 piges et 146 matchs dans les crampons, il dispute sa cinquième saison en Ligue 1. Avant de peut-être plier bagages cet été, l’enfant du Téfécé revient sur la saison de son club et livre son regard sur la 30e journée.

Note
6 votes
6 votes pour une note moyenne de 4.83/5
Cliquez sur une étoile pour donner la note

Franck Tabanou (Toulouse)
Franck Tabanou (Toulouse)
Après quatre dernières journées où vous n’aviez inscrit qu’un seul but, vous en passez trois à Ajaccio ce week-end. La machine est relancée ?
On est très satisfaits. Surtout qu’on a fait une belle prestation. Malheureusement, on prend quand même deux buts qui sont évitables. Dans le jeu, il n’y a pas eu photo et on mérite les trois points. Je pense qu’on est bien. Le fait qu’on ait aussi assuré le maintien va nous libérer un peu plus. On a des gros matchs qui arrivent, on n’a rien à perdre. On va essayer de faire notre maximum pour terminer le plus haut possible.

Toulouse a connu trois mois de hauts et de bas entre novembre et février, puis est désormais invaincu depuis la 25e journée. Comment expliques-tu cette solidité retrouvée ?
Déjà, depuis quelques années, notre force, c’est l’assise défensive. On a d’abord voulu retrouver ça, ne pas prendre de buts. Qui dit ne pas prendre de buts, dit ne pas perdre. Fallait retrouver cette solidité-là. Et le fait qu’on l’ait retrouvé, ça nous a permis de nous exprimer offensivement et de pouvoir marquer des buts. À nous de continuer sur cette lancée, d’être toujours costaud défensivement et d’exploiter au maximum les espaces qu’on aura en attaque.

Le départ de Moussa Sissoko au mercato hivernal, qui avait notamment fait polémique, n’a-t-il pas influé sur l’ambiance du vestiaire ?
L’ambiance du vestiaire n’a pas changé. Que ce soit sur le terrain ou dans le vestiaire, Moussa était important. On a appris à jouer sans lui. Son jeu nous permettait de percer les lignes adverses, d’apporter beaucoup de poids offensif. On a dû trouver un autre style après son départ. Ce qui s’est passé entre lui et le président, ça le regarde. Je ne pense pas que cela a influé sur notre jeu. On n’a pas été bons, on n’a pas été bons… Ça fait six rencontres que nous sommes invaincus. À nous de continuer dans ce sens.

Au terme du succès en Corse, ton entraîneur Alain Casanova a clamé qu’il souhaitait « finir le plus haut possible à une place plus conforme à nos ambitions du début de saison ». Concrètement, quels sont les objectifs fixés ?
De terminer dans les huit premiers. On est à trois points du huitième. À sept points du sixième, ce qui est énorme sans être énorme, parce que ça reste tout de même des points à prendre. On va affronter des gros qui jouent les places européennes lors des huit derniers matchs à venir. Je pense qu’on va avoir ce rôle d’emmerdeur.

Vous n’avez plus connu l’Europe depuis 2010 (phase de groupes en Europa League, ndlr). Qu’est-ce qui vous manque pour la retrouver ?
Il nous manque de la régularité sur une saison. Des équipes comme Sainté sont un peu plus constantes que nous. On est capables du meilleur comme du pire. Ils ont un effectif peut-être un peu plus étoffé que le nôtre, ils sont plus nombreux. Si l’on s’était montrés plus réguliers, on aurait une meilleure place qu’actuellement.

Tout comme toi, huit de tes coéquipiers de l’effectif professionnel sont des Pitchouns (jeunes joueurs formés au club). Mettre l’accent sur la formation, c’est un projet qui te parle ?
C’est vrai que Toulouse n’est pas un club comme le PSG, Lyon ou Marseille avec de grands moyens. Le club essaye de trouver des solutions et arrive à se maintenir justement grâce à la formation. C’est un projet qui, oui, me plaît parce que je suis moi-même issu du centre de formation. D’autres clubs devraient s’en inspirer pour réussir lorsque les moyens ne sont pas présents. Toulouse doit désormais continuer avec cette formation. Il y a un projet qui a été mis en place par le coach, des moins de 16 ans jusqu’aux pros avec le même style de jeu. J’espère que ça prendra forme.

Tu as claqué ton quatrième but de la saison ce week-end. Te sens-tu capable d’atteindre la barre des dix ?
Euh… Dix, ça va être un peu dur quand même. C’est vrai que mon problème, à chaque match, je me crée une ou deux occasions sans que cela aboutisse. J’ai un ratio but/action pas assez conséquent. Je suis à un poste où je dois marquer et faire marquer. Le fait que je me crée des actions dues à mon déplacement ou à ceux de mes partenaires, c’est bien, très bien. Mais il faut que j’arrive à concrétiser cela pour avoir de meilleures statistiques. Je vise… Allez, on va dire sept buts (rires).

Passons à la 30e journée de Ligue 1. Quelle équipe a fait la bonne opération ?
Je pense que c’est nous. Rennes, Bordeaux et Sainté stagnent un peu. Puis, on revient à trois points du huitième comme je l’ai dit. La meilleure opération est à mettre à notre compte. Après, il y a le bas du tableau avec Sochaux qui est parti gagner à Lyon leur permettant de sortir de la zone de relégation. Il y a Marseille également qui passe devant Lyon. Mais bon, les trois devant, c’est un autre championnat…

La pire ?
Brest, qui n’était pas relégable et le devient. On les sentait proches de la zone rouge. Avec leur défaite, la victoire de Sochaux, celle de Nancy à Rennes aussi, ils font la plus mauvaise opération.

Le but de dingue du week-end ?
Je vais dire celui de Thauvin avec Bastia, il est pas mal. Une chevauchée de 70 mètres tout seul, vraiment pas mal.

Et le meilleur joueur de la journée, c’est qui ?
Capoue (doublé avec Toulouse, ndlr). Il a besoin de ça en ce moment.

Sinon, une idée de podium en fin de saison ?
Paris, Lyon et Marseille.

Tu comptes quelques sélections avec les Espoirs et le sélectionneur Didier Deschamps ne cesse de répéter que chaque joueur performant est susceptible de toquer à la porte des Bleus…
Être présélectionné pour les matchs contre la Géorgie et l’Espagne, ça prouve que j’ai bien mes chances. Mais, comme je l’ai répété, je me crée des actions, à moi de les concrétiser pour pouvoir être davantage mis en valeur, avoir de meilleures statistiques et aider l’équipe au maximum. Je dois travailler plus et, là, je pourrai postuler.

Le TFC reste le seul club de ta carrière. À 24 ans, n’as-tu pas envie de connaître autre chose ?
Si, le coach le sait et le président aussi. Je suis sous contrat jusqu’en 2015. J’ai vraiment envie de faire une très belle fin de saison avec Toulouse et on verra ce qu’il se passera ensuite. Je n’ai pas de préférence pour un championnat en particulier. J’aime bien l’Allemagne, c’est un championnat qui monte en puissance. Puis, il y a le championnat anglais, le meilleur…

Propos recueillis par Romain Duchâteau


 





Votre compte sur SOFOOT.com

4 réactions ;
Poster un commentaire

  • Message posté par pier-rototo le 01/04/2013 à 17:57
      

    Interview cool et plutôt lucide... jusqu'au moment ou il annonce que la meilleure opération vient d'eux... pcq bon finir dans les premiers du ventre mou c'est pas ouf non plus.

  • Message posté par volontaire82 le 01/04/2013 à 19:20
      

    C'est quand même une bonne opération quand on voit que ni Sainté ni Rennes ni Bordeaux ni Nice ni Montpellier ni Lorient n'ont gagné ce weekend.

  • Message posté par simz le 01/04/2013 à 19:40
      Note : 1 

    Je pense que la bonne opération du week-end serait plutôt pour le psg, l'OM ou Lille.

  • Message posté par Snatch_10 le 01/04/2013 à 21:35
      

    Message posté par pier-rototo
    Interview cool et plutôt lucide... jusqu'au moment ou il annonce que la meilleure opération vient d'eux... pcq bon finir dans les premiers du ventre mou c'est pas ouf non plus.


    Il parles surtout de la bonne opération du w-e.


4 réactions :
Poster un commentaire