Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options

La jeunesse trop dorée

Amine Harit, Steve Mounié, Jean-Kévin Augustin... Cette année encore, les départs à l’étranger des jeunes talents de Ligue 1 se multiplient. Sans que les clubs français aux nouvelles ambitions sportives et au budget intéressant ne bougent le petit chéquier. Mais pourquoi donc ?

Modififié
Loïs Diony est une exception. Alors que la mi-juillet est arrivée et que les gros noms commencent à bouger (Romelu Lukaku, Daniel Alves, James Rodríguez, Douglas Costa...), l’attaquant est pour le moment le seul joueur transféré d’un club français à un autre club français pour une somme à deux chiffres. Ce qui signifie que les autres arrivées d’au moins dix millions d’euros concernant la Ligue 1 viennent de l’étranger. Idem pour les départs. Et cela concerne évidemment les jeunes talents de l’élite pas encore confirmés, qui auraient pu (dû ?) continuer à faire leur preuve dans leur pays formateur. Les meilleurs exemples se nomment Amine Harit (vingt ans), lâché dix millions (bonus compris) à Schalke 04, et Steve Mounié (22 ans), laissé pour treize (plus deux et demi de bonus) à Huddersfield Town. À cette liste non exhaustive s’ajoute Adam Ounas (vingt ans), acheté dix patates par Naples, et Jean-Kévin Augustin (vingt ans également), parti au RB Leipzig pour treize (plus deux de bonus). Et que l’on aime ou pas les noms cités, aucun amateur de football français ne peut se réjouir de ces pertes. Alors oui, le phénomène n’est pas nouveau. Oui, la fuite des pépites s’observe saison après saison, mercato après mercato. Mais à l’heure où les clubs de l’Hexagone revendiquent la tenue de projets novateurs et ambitieux avec les moyens qui vont avec, comment se fait-il que rien ne change ?

Le prix d’un joueur français grimpe très vite


Les faits sont les suivants : le Paris Saint-Germain comme Monaco ont du fric à en crever, les nouveaux investisseurs de Lille ou Marseille cherchent à investir le leur, l’Olympique lyonnais a déjà dépensé pour plus de trente millions, mais aucun d’entre eux n’est attiré par des jeunes pousses de dix millions qui fleurissent chez le voisin. Seul Saint-Étienne participe un tant soit peu à cette économie locale (arrivée de Diony donc, mais aussi vente de Kévin Malcuit à Lille pour neuf millions). Pourquoi cette frilosité ? « À âge égal et niveau équivalent, le joueur français coûte plus cher par rapport au joueur portugais, hollandais ou belge, répond d’entrée Bruno Irles, ancien formateur de l’ASM qui a passé sept ans en L1. Le prix d’un joueur français grimpe très vite. Il suffit de regarder les montants évoqués pour Kylian Mbappé, la vente d’Augustin... Donc si je m’appelle Marseille ou Monaco et que je veux investir dix millions, je vais aller chercher, et trouver un étranger qui joue par exemple à l’Ajax Amsterdam.  » La stratégie précise de Lyon, qui a peu recruté français (seulement Ferland Mendy, du Havre, pour cinq millions) alors que son mercato est quasiment terminé.

Trop de désir


«  Regardez Bertrand Traoré. Dix millions, c’est relativement peu par rapport aux prix de L1, reprend d'ailleurs Irles. Aujourd’hui, si je suis entraîneur de Lille et que j’ai le choix entre Mounié et Kasper Dolberg de l’Ajax, je prends Dolberg. Qui a un potentiel au moins aussi important, mais qui coûte certainement moins cher (quatorze millions selon Transfertmarkt). » Surtout, les clubs français préfèrent vendre à des pays comme l’Angleterre, qui n’ont bien souvent pas de problème financier et qui sont friands d’éléments de L1, plutôt qu’aux clubs de la même nation considérés comme des concurrents (qui s’aligneraient pourtant sur l’offre venue de l’étranger). Se répète donc inlassablement le schéma présenté par l’ancien formateur : « En France, on a une très bonne formation, on est vendeur, le championnat français est valorisant et prépare à l’Angleterre, à l’Allemagne, à l’Espagne... Donc la Premier League, la Serie A, la Liga et la Bundesliga n’hésitent pas à venir piocher chez nous. Comme on n’hésite pas à aller piocher en Belgique, en Hollande ou au Portugal.  »



Restent les considérations personnelles du joueur. Et en premier lieu le salaire. Séduits par les alléchants contrats tendus par les clubs étrangers, les jeunes Français n’hésitent plus à tenter l’aventure Erasmus, au risque de louper leur année. « C’est un problème de réflexion dans le projet de carrière. À Monaco, certains de mes joueurs voulaient partir tout de suite pour toucher 15 000 euros au Torino. Ils s’en vont à 17 ans, et on les revoit en National trois ans plus tard, témoigne l’ex-éducateur de l’ASM. D’autres savent qu’il faut passer des étapes et se contentent du salaire français. Donc je pose la question : est-ce qu’il n’aurait pas été préférable pour Mounié de gagner deux ou trois fois moins et de rester en France un an ou deux ? Que Modeste aille en Chine à 28 ans, ça ne me choque pas. Que Mounié aille s’enterrer dans un club qu’il ne connaît pas à 22 ans, ça me gêne davantage. Après, Montpellier n’aurait sûrement pas accepté un prix réduit d’un autre club de L1. » Cercle vicieux, quand tu nous tiens...

Par Florian Cadu Propos de BI recueillis par FC
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 6 heures Un club normand change de maillot pour soutenir les gilets jaunes 10 il y a 7 heures Laporte : « Deschamps ne m’appelle pas pour des raisons personnelles » 93
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
il y a 13 heures Les trophées 2018 de SO FOOT !