1. //
  2. // Présentation / Rennes

La jeunesse est Rennes

Auteur d'une fin de saison 2010-11 désastreuse, le Stade Rennais veut repartir sur de nouvelles bases. En s'appuyant (encore) sur un effectif jeune et fougueux, mais sans les expérimentés Leroy et Douchez, Antonetti va devoir apprendre à composer sans cadres. Les jeunes au pouvoir ?

Modififié
0 2
On parle parfois de « dynamique positive » . Pour Rennes, ce serait tout l'inverse. Une seule victoire lors des dix dernières journées de championnat, puis quatre matches amicaux avec une seule victoire à la clef (à l'arrachée, contre Lorient, 2-1), et des matches nuls face à des équipes de National (Vannes) et de Ligue 2 (Angers). Pas vraiment la meilleure façon d'entamer une saison qui débute officiellement ce jeudi. De fait, Rennes n'a pas besoin, comme tous les autres, d'attendre le 7 août. Dans trois jours, les Rennais vont devoir se déplacer en Géorgie, pour y affronter le Metalurgi Rustavi. Au bout de la double confrontation : une qualification pour les barrages de l'Europa League, qui auront lieu à la fin du mois d'août. Autant dire qu'il ne faut pas prendre ces rencontres à la légère, tant elles peuvent conditionner le reste de la saison. « C'est beaucoup d'inconnues. D'autant qu'eux sont déjà en plein championnat et qu'ils ont passé deux tours de Coupe d'Europe. Nous, on a vu qu'on n'était pas tout à fait prêts donc on verra bien » avoue sans vergogne Pierre Dréossi, le manager du Stade Rennais. Impossible de lui donner tort. Malgré les quatre semaines de stage intensif, Rennes est loin d'être au top de la préparation. Qu'importe. Il va falloir composer avec.

Homme à tout Féret

Première difficulté avec laquelle il va falloir composer : contrairement à la plupart des équipes, Rennes ne s'est pas réellement renforcé à l'intersaison. Au contraire. Les départs conjugués de Marveaux (Newcastle), Douchez (PSG) et Jérôme Leroy (Evian TG) (qui n'ont pas rapporté le moindre euro dans les caisses puisque les trois joueurs étaient en fin de contrat) privent Antonetti de trois titulaires potentiels. La seule vente de Samuel Souprayen à Dijon a permis d'empocher 1,5 million d'euros. Pour remplacer ces trois joueurs, le coach corse avait été clair d'emblée : cinq arrivées de qualité. A croire que les dirigeants bretons ont une interprétation un tantinet diverse de ladite « qualité » . Car les arrivées n'ont pas forcément de quoi faire saliver les rivaux.

Pour prendre la relève de Nicolas Douchez, Rennes mise sur Benoît Costil, auteur d'une excellente saison l'an dernier, en Ligue 2, avec Sedan. D'accord. Au milieu, l'ex-Nancéen Julien Féret va remplacer le partant Jérôme Leroy. Celui qui a brillé à Nancy au cours des trois dernières saisons, jusqu'à recevoir quelques pré-convocations de Laurent Blanc, aura pour objectif d'irriguer de ballons les attaquants rennais. Auteur de 13 passes décisives sur les deux derniers exercices, Féret, 29 ans, va donc devoir jouer les premiers rôles dans cette équipe. Enfin, même s'il n'a quasiment pas joué de la saison à cause d'une série de blessures aux adducteurs, l'ancien futur crac Sylvain Marveaux a également droit à un remplaçant. Il s'agira du Burkinabè Jonathan Pitroïpa, qui, après trois saisons passées à Hambourg, va goûter pour la première fois à la Ligue 1. Prometteur. Donc. Trois arrivées qui, misent bout à bout, sont visiblement un poil en-dessous des trois départs. C'est tout ?

Mavinga arrive, Mangane reste

Non. Heureusement, serait-on tenté de dire. La vraie belle arrivée bonus, c'est celle de Chris Mavinga. Le joueur, formé au PSG, a fait ses armes à Liverpool et à Genk, club avec lequel il a été sacré champion de Belgique l'an dernier. De retour au pays, le défenseur va, à seulement 20 ans, devoir confirmer tout le bien que l'on dit de lui. « Je me suis entraîné avec de grands joueurs à Liverpool et j'ai énormément appris. À Rennes, je vais enfin intégrer le monde professionnel, au sein d'une équipe jeune, ce qui sera plus facile. J'ai encore beaucoup de progrès à faire, mais j'ai gagné en maturité au cours des moments difficiles que j'ai vécus. C'est ici que ma carrière va commencer » affirme le néo-Rennais, plein d'envie.

A côté de cela, Rennes a réalisé un double joli coup. Yann M'Vila, que l'on donnait partant pour le Real Madrid, et le défenseur Kader Mangane vont, selon toute vraisemblance, rester au club. Le premier a pour le moment dit non à toutes les offres reçues (mais Lyon reste à l'affut), le second a prolongé son contrat d'un an. Enfin, Antonetti pourra compter en attaque sur l'apport de John Verhoek. Prêté à Den Bosch l'an dernier, l'attaquant a brillé en Hollande, inscrivant 10 buts en 17 matches. Soit plus que le meilleur buteur breton l'an dernier, le Colombien Montano et ses 9 buts en 32 apparitions. Vive l'attaque.

Jeunesse candide

L'attaque, justement. Voilà ce qu'Antonetti va devoir régler avant tout. A quelques jours du match d'Europa League, et à moins de deux semaines de l'ouverture de la Ligue 1 à Dijon, les Rennais doivent encore bosser la finition. Lors des matches amicaux, ils ne sont parvenus à inscrire que trois misérables buts. Triste. Surtout que sur le papier, Rennes a les (jeunes) joueurs pour flamber. En plus du déjà cité Montano, le secteur offensif peut s'appuyer sur Boukari (24 ans), Kembo-Ekoko (23), Abdoul Camara (21) et même l'excellent milieu offensif Yacine Brahimi. Équipe de la jeunesse par excellence, où brillent les divers Kana-Biyik, Théophile Catherine, Tettey et Doumbia, Rennes s'expose à un véritable risque : manquer de cadres.

Des cadres capables de remettre l'équipe sur les bons rails lorsque l'euphorie candide et innocente s'estompe, par exemple. C'est d'ailleurs cette absence "d'anciens" qui a parfois fait défaut l'an dernier, lors de la catastrophique chute de fin de saison. Même si, au final, l'essentiel a été sauvé : Rennes s'est qualifié pour l'Europe (un moindre mal) et repart cette saison avec un objectif clair. Faire mieux que l'an passé. Ou plutôt, ne plus commettre les mêmes erreurs. On appellerait alors ça la maturité.

Eric Maggiori

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Comme joueurs d'expérience il reste cette chèvre de Dalmat, il y a Mangane qui est le patron de la défense. Ce qui manque à Rennes ce ne sont pas des anciens car la saison dernière les anciens comme Leroy ou Dalmat n'ont rien fait, ce sont les jeunes qui ont brillé (M'Villa, Brahimi, Kana-biyik). Par contre il manque un vrai buteur mais apparemment Dréossi n'a encore rien pigé. Rennes dominera ses matchs cette saison mais ne gagnera pas comme tous les ans faute de buteurs.
Plutôt d'accord avec bilal, ça va encore être compliqué en attaque cette saison (foutus départs conjugués de Gyan et Bangoura !), mais cette belle génération, avec un an de plus, devrait proposer plus de spectacle que l'an dernier. Croisons les doigts !

Par ailleurs, Mangane se prénomme Kader et non Kévin (ça c'est Théophile-Catherine), et Verhoek n'a pas été prêté mais recruté à Den Bosch l'an passé. Sinon, l'article est très bon, rien à redire. Allez Rennes, faites nous (enfin) vibrer !
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 2