1. //
  2. //
  3. // Rayo-Atlético (0-2)

La jeune garde de l’Atlético crucifie le Rayo

Au bout du suspense, l’Atlético Madrid sera parvenue à ramener la victoire de la pelouse du Rayo Vallecano (0-2). Grand bonhomme de la partie, Diego Simeone permet à son club d’être leader provisoire avant le match du FC Barcelone.

Modififié
879 23

Rayo Vallecano 0-2 Atlético Madrid

Buts : Correa (88e) et Griezmann (89e) pour l'Atlético Madrid

On joue la 88e minute de jeu dans l’Estadio de Vallecas. Le match est tombé en intensité, et le Rayo Vallecano se dirige tout doucement vers un partage des points avec son voisin madrilène. Une aubaine pour les Bukaneros, dans le dur au classement. Le stade y croit, d’autant que l’Atlético semble résigné. C’est tout le contraire. Balle au pied, Thomas Partey enchaîne, prend appui avec Saul pour se rapprocher de la surface de réparation adverse. Là, le Ghanéen trouve le bon tempo pour servir Angél Correa. En une touche, le jeune buteur vient remercier son compagnon de banc de touche. Les deux hommes sont entrés en cours de match, et ils viennent de changer la donne sur un ultime éclair. Le Rayo baisse la garde, le tour est joué.

Pas de cadeaux pour Yoël


De retour sur son terrain après une valise monumentale reçue chez son riche voisin vêtu de blanc, les Rayistas entament le match avec le même principe : provoquer, créer, faire vivre la balle, quitte à laisser des espaces en défense. En guise de réponse, Diego Simeone apporte un vent de fraîcheur dans son onze de départ. Óliver Torres et Saul Ñíguez sont titulaires au milieu, les Matelassiers peuvent enclencher des contres à la vitesse du son. Conscient que le moindre décalage peut entraîner un but des visiteurs, Diego Llorente prend le maillot de Fernando Torres et ne le lâche qu’une fois son vis-à-vis à terre. El Niño se plaint d’un maillot déchiré par son marquage, le duel s’annonce animé. Dans le jeu, l’Atlético prend les commandes grâce à son poulain en pleine bourre, Yannick Ferreira Carrasco. D’une, YFC oblige Yoël à la première parade du match après une délicieuse ouverture signée Griezmann. De deux, sa frappe croisée ne trouve pas le cadre à la suite d'une nouvelle grosse accélération. Jamais deux sans trois : lancé par son jeune homonyme, Torres est tout proche d’inscrire son centième pion pour son Atlético, mais Yoël barre le chemin des filets. Le Rayo ne craque pas, et rend la pareille quand Jan Oblak se couche sur une belle frappe croisée de Javi Guerra. À l’image de Toto Griezmann, les Rojiblancos ne trouvent pas de faille. Et si le Rayo Vallecano pouvait finir 2015 sur une clean sheet ?

La vision de Simeone


La performance tiendrait presque du miracle, quand on sait que les hommes de Paco Jémez ont encaissés pas moins de 37 buts en 16 journées. Mais ce soir, la spirale négative de quatre défaites consécutives semble promise à l’arrêt. Sans changer d’un iota leur vision des choses, l’envie débordante des locaux offre un beau mouvement collectif, conclu par une volée de d’Alhassane Bangoura dans les gants d’Oblak. Les contres de l’Atlético sont bloqués par des tacles remplis de hargne. En bon tacticien, Simeone sent l’heure de procéder à des changements : les deux Torres sortent, Angél Correa et Thomas Partey entrent. Ce sang frais permet au dauphin du Barça de refaire surface, mais la finition manque toujours à l’appel. De son côté, le Rayo place ses pions, Bebé entre à la place de l’autre « Lass » , ovationné par Vallecas. Le match nul est inévitable. Malgré les puissants coups de tête de Diego Godín, le Rayo tient bon. Troisième à cet instant, l’Atlético va faire un pas en arrière et boucler son année par deux matchs consécutifs sans victoire. Une mauvaise note que Diego Simeone n’envisageait pas tant que la fin du match n’était pas sifflée. Correa, puis Griezmann dans la foulée (89e) percent le mur du Rayo au meilleur moment. L’Atlético est leader, la pression arrive sur les épaules du Barça.

Par Antoine Donnarieix
Modifié

Dans cet article

Johanromabatimessi Niveau : Loisir
Hold up de l'Atletico ! Pauvre Rayo qui aurait même mérité de l'emporter ou au moins prendre le point du match nul. Quant a l'Atletico, c’était horrible a voir ! Simeone est premier provisoire, en faisant Jouer un football DÉGUEULASSE a son équipe. Aucun collectif, aucun mouvement et même parfois du Kick and rush.
Romansochaux Niveau : CFA
L'Atletico c'était 51% de passes réussies ce soir, voilà.
Johanromabatimessi Niveau : Loisir
Message posté par Romansochaux
L'Atletico c'était 51% de passes réussies ce soir, voilà.


tu as vue le match ou pas ?
Johanromabatimessi Niveau : Loisir
51% de passes réussi sur 10 passes.....
Pression sur le barça ?

L'arbitre du match face au Betis vient de résoudre le problème en offrant un péno imaginaire aux catalans.
Ouais enfin faut pas exagérer non plus, la très grande majorité des occasion, c'était pour l'Atletico. Ils ont eu pas mal de déchet mais au final, la victoire est méritée.

Une victoire "à l'Atletico" qui prouve encore qu'avec un effectif aussi complet, ils feront chier beaucoup de monde, que ce soit en championnat ou en LDC.
Peut-être que sa stat va dans ton sens au fait.
Message posté par bofbof2004
Pression sur le barça ?

L'arbitre du match face au Betis vient de résoudre le problème en offrant un péno imaginaire aux catalans.


Péno imaginaire c'est toi qui le dis. La sortie du gardien, c'est l'équivalent d'un gros tacle. C'est pas parce qu'il touche le ballon qu'il n'y a pas faute, il démonte bien Messi quand même.
Romansochaux Niveau : CFA
Message posté par Johanromabatimessi
tu as vue le match ou pas ?


Oui et 51% pour une équipe qui joue le titre c'est vraiment faiblard. Le problème de cette équipe est offensif, Torres n'y arrive pas, Martinez est moyen et Ferreira est limité. Et puis pour la création Koke montre ses limites.
Johanromabatimessi Niveau : Loisir
Message posté par martin eden
Peut-être que sa stat va dans ton sens au fait.


Oui c'est vrai finalement
pierre ménès 2.0 Niveau : Ligue 1
Message posté par bofbof2004
Pression sur le barça ?

L'arbitre du match face au Betis vient de résoudre le problème en offrant un péno imaginaire aux catalans.


Effectivement il n'y avait pas péno.
Je crois que l'arbitre a considéré que le gardien avait défoncé Messi avant de boxer la balle auquel cas il y avait bel et bien péno, mais au ralenti on voit bien que c'est le contraire qui s'est passé donc pas péno...

Cela dit il fait une sortie de catcheur le mec, et ses coéquipiers sont en mode bouchers depuis le début du match.
Johanromabatimessi Niveau : Loisir
Message posté par Romansochaux
Oui et 51% pour une équipe qui joue le titre c'est vraiment faiblard. Le problème de cette équipe est offensif, Torres n'y arrive pas, Martinez est moyen et Ferreira est limité. Et puis pour la création Koke montre ses limites.


Tu as raison, j'ai mal interprété la stat. J Martinez a démontré une fois de plus quelle escroquerie il était quand il est rentré. Griezman m'a aussi énervé sur ce match avec sa nonchalance.
Message posté par pierre ménès 2.0
Effectivement il n'y avait pas péno.
Je crois que l'arbitre a considéré que le gardien avait défoncé Messi avant de boxer la balle auquel cas il y avait bel et bien péno, mais au ralenti on voit bien que c'est le contraire qui s'est passé donc pas péno...

Cela dit il fait une sortie de catcheur le mec, et ses coéquipiers sont en mode bouchers depuis le début du match.


Donc si je touche le ballon d'abord, j'ai le droit de te casser la jambe ?

La règle sanctionne un excès d'engagement. Rien de scandaleux dans ce penalty, faut arrêter.
Honnêtement je vois pas l'excès d'engagement.Le gardien plonge parfaitement pour boxer le ballon.
C'est la course de Messi qui est à l'origine du choc.C'est vraiment ingrat le métier de gardien
Nan, le gardien sort, dégage le ballon, Messi devrait arrêter sa course et pas rentrer dans le goal, il ne fait rien pour l'éviter. le foot est un sport de contact.

Y a pas péno.

Le pire, c'est qu'il y a sans doute péno 5 minutes avant pour le Betis, ou leur petit jeune mystifie toute la défense du barça avant de se faire rattraper illicitement par derrière quand il est face au goal.

C'est nul. D'autant que le barça a absolument pas besoin de ça. Ils jouent au foot, ça combine, ça va à mille à l'heure devant, à droite à gauche, ça dribble. C'est du super football. La combinaison Neymar- Messi ou ils se jouent des six défenseurs du betis pour le second but est superbe.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
879 23