1. //
  2. // Demi-finale
  3. // FC Barcelone/Bayern Munich

La guerre du ballon

Il y a quelques années, un choc FC Barcelone – Bayern Munich aurait dû être le duel entre la virtuosité de l'école hollandaise et le pragmatisme de l'université allemande. Mais le choc de ce soir a largement dépassé les écoles nationales pour s'élever au rang de duel universel. Une guerre au nom d'un seul moyen : le contrôle du ballon. Alors que le Bayern et le Barça affichent respectivement 69,9% et 69,5% de moyenne de possession de balle, à quoi peut ressembler une guerre de possession sans vainqueur ? Au futur, peut-être. Ou à une conversation entre Guardiola et Bielsa, en 2051…

Modififié
2k 37
Nous sommes en janvier 2051. Pep fête ses 80 ans en plein milieu de l'été argentin sur la terrasse de son ami Marcelo Bielsa. El Loco, 95 ans et demi, ne parle toujours pas français. Mais il est encore capable de préparer un bel asado traditionnel. Si le visage du Catalan a vieilli, sa silhouette est toujours aussi svelte. D'apparence, on pourrait croire à une volonté de cultiver des airs de dandy. Mais en réalité, Pep avance avec la même allure que ces philosophes dont les pensées obsessives font maigrir. Le visage creusé par les idées et les inventions, le Catalan reprend volontiers un long morceau de matambrito de cerdo, dont la tendresse lui fait intuitivement penser à la conduite de balle de Philip Lahm, comme ça. Marcelo, lui, est devenu énorme à la suite de son passage en Ligue 1, à force de bouffer les bêtises dites à son sujet dans le pays de Descartes. « Ils n'avaient vraiment rien compris, ces pauvres mangeurs de résultats… » , soupire-t-il en parlant des Français, sans manquer de faire un sourire à son grand ami Steve Mandanda, 65 ans, également présent à table entre Xavi et Mascherano.

Après les abats viennent les chorizos, puis le poulet – courtoisie de Bielsa pour Mandanda – et enfin la viande rouge. C'est à ce moment-là, sous le soleil assommant de Rosario, que la conversation tombe sur le Barça-Bayern du 6 mai 2015. Bien droit dans son fauteuil roulant aux couleurs de Newell's, Marcelo fixe Pep dans les yeux et lui demande : « Flaco, dis-moi la vérité. Entre tes cinq Ligues des champions et le fait d'avoir gagné la possession de balle à ton Barça au Camp Nou, tu gardes quoi ? » Xavi, qui a toujours le vertige lorsqu'il repense à ce match lors duquel il a dû jouer à la maison « comme un putain d'Italien » , se lève et fait signe d'aller aux toilettes. Mandanda, sélectionneur des Bleus, et Mascherano, qui entre-temps est devenu l'entraîneur le plus titré de la planète, attendent impatiemment la réponse du chauve. Essuyant le chimichurri collé à ses lèvres, Pep lâche : « Je ne sais pas, la verdad… Mais 30 ans après, on en parle encore. Les Ligues des champions sont gagnées sur des détails. Mais ça, ça n'était pas un détail. Ça n'est plus jamais arrivé, d'ailleurs, si l'on oublie les "exploits" de la sélection du Qatar bien sûr… »

Discours et possession


Le 6 mai 2015, c'est ce soir. Et en cette chaude soirée espagnole, la guerre du ballon sera celle d'un discours. Non pas un discours fait de mots lâchés rapidement sur un feuillet pliable entre deux impératifs. Non, plutôt un discours philosophique, idéologique. Un discours fait d'idées travaillées, muries et même souffertes durant des années. Ce discours célèbre, c'est aussi celui d'un autre Argentin, César Luis Menotti. « Le beau jeu et la victoire ne sont pas incompatibles. » Un objectif, le même pour tout le monde : gagner. Mais aussi un seul moyen : le contrôle du ballon, par la technique et la virtuosité des footballeurs disponibles. Et ce soir, ces derniers seront de grands interprètes. Busquets et Xabi Alonso, les deux boucliers métronomes symboles des victoires de l'Espagne. Dani Alves et Philip Lahm, les seuls latéraux au monde qui peuvent toucher une centaine de ballons par match. Mais aussi Iniesta, Thiago, sans parler de Suárez et Müller, modèles de talent individuel et de sacrifices collectifs. Plus de quatre décennies après les succès de l'Huracán de Menotti, le discours est bien vivant, peut-être plus que jamais : Bayern Munich, FC Barcelone, Juventus Turin, Real Madrid. Si ce dernier carré est fait d'histoire et de prestige, il est aussi fait de possession. Les quatre demi-finalistes sont les quatre équipes qui dominent le classement de la possession de balle dans la compétition.

Mais du côté du Barça, Luis Enrique n'a pas oublié de rappeler que son équipe « a su résoudre des situations différentes » . Comme face au Real Madrid par exemple, où le Barça s'en est remis à un pelotazo – un long ballon – et à seulement 53% de possession de balle. Après tout, la meilleure défense, ça n'est pas toujours de garder le ballon, et ce sont les chiffres qui le disent. En France, Lyon a encaissé moins de buts que le PSG. En Italie, l'Inter est l'équipe qui a le plus de possession avec 60,2% de moyenne, mais ça ne l'a pas empêché d'encaisser 39 buts, 20 de plus que la Juve. Stefan Effenberg a voulu le rappeler à Guardiola cette semaine : « Actuellement, le Bayern a toujours entre 65% et 70% de possession de balle et veut coûte que coûte jouer de manière trop offensive. C'est à cause de ça qu'il s'est fait sortir l'année dernière contre Madrid » . Que fera Guardiola sans Alaba, Robben et Ribéry ? « Barcelone a l'avantage de me connaître, et j'ai l'avantage de les connaître. Mais s'ils savent déjà comment je pense, ils ne savent pas comment mes joueurs pensent. Et c'est comme ça que je compte les surprendre. » Un Bayern raffiné et complexe, aux nombreuses variations tactiques, alors ? Guardiola utilisera-t-il trois centraux pour tenter de dominer l'indomptable largeur du Camp Nou ?

Deux chasseurs, un seul fusil


« Nous avons besoin de notre ballon pour notre jeu. Le truc, c'est qu'il n'y a qu'un ballon et on le veut tous les deux. » Ces mots, prononcés par Luis Enrique en conférence de presse hier, sont les mêmes qu'avait avancés Laurent Blanc à la veille de la double confrontation contre le Barça. Le PSG, finalement, n'avait pu rivaliser avec le pressing orchestré par les Catalans, malgré Verratti, et avait donc tout perdu : le ballon, d'abord, son jeu, ensuite, et enfin les deux matchs. Ce soir, le duel de possession sera tout autre. Parce que les deux équipes sont aussi douées dans la gestion du ballon qu'à la récupération. D'où l'attente impatiente de ce spectacle étrange, qui pourrait ressembler à la lutte entre deux chasseurs n'ayant qu'un seul fusil. On pourrait alors imaginer une avalanche de pressing et d'actions jouées en triangle. Des petits milieux aux pieds habiles face à d'autres milieux aux pieds tout aussi exquis. Un jeu fluide, rapide, intense, spectaculaire. Mais est-ce possible ? Si le jeu du contrôle du ballon est aussi fascinant, c'est parce qu'au contraire du football, il n'accepte pas le match nul. Une équipe devra bien subir l'excès d'élaboration et de pressing de son adversaire.

Et cette équipe pourrait même être celle qui finira par s'imposer au tableau d'affichage, à coups de contre-attaques brillantes. Luis Enrique insistera-t-il coûte que coûte sur un pressing effréné, ou voudra-t-il mettre en place un football à son image, plus direct et vertical ? Finalement, la possession est-elle une bataille parmi d'autres, ou est-elle le vrai enjeu de la soirée ? Si Guardiola gagne la possession, mais s'incline sur un exploit de Suárez, que retiendra l'histoire du jeu ? Qui sait comment sera perçue, dans 36 ans, à l'autre bout du monde, une victoire du Barça sans le ballon face à Guardiola au Camp Nou ? Une défaite institutionnelle ? Un désaveu ? Ou une victoire pragmatique ? Tout est une question de style. Lorsque José Mourinho et Carlo Ancelotti se retrouveront à Buenos Aires au même moment, en janvier 2051, dans le jardin de Diego Simeone, ils discuteront aussi avec le sourire des défaites de la possession. La question, c'est de savoir dans quel camp mangera Luis Enrique.

Par Markus Kaufmann À visiter :
Le site Faute Tactique
Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Ca fera un match bien dégueux voilà tout! ah ah ah. A ce soir les amis.
Ripaillons Niveau : DHR
Putain de style ! J'aime beaucoup, merci pour cet article.
Putain tu me donne l adresse de ton dealeur, elle a l ère bonne.
J'aime beaucoup, mais y a de grandes chances que ça soit un match de merde où les 2 équipes se neutralisent et dont personne ne se souviendra.
Ian Curtis
Parler de beau jeu en parlant du Bayern de Guardiola, un raccourci un peu facile...
Note : 1
Je parie sur une possession du Bayern ce soir, et une victoire 0-2.
Leur pressing peut être bien plus efficace que celui du Barça, qui ne fait pas souvent un pressing combiné. Le joueur adverse qui reçoit le ballon ne se fait presser qu'après avoir reçu le ballon.
Autant dire qu'avec des joueurs comme ceux du Bayern, ce n'est pas très utile.

Messi sera bien contrôlé, et aucun milieu de terrain ne prendra la relève en tant que pourvoyeur de caviars.
Heiseinberg Niveau : CFA
Message posté par footixIer
Je parie sur une possession du Bayern ce soir, et une victoire 0-2.
Leur pressing peut être bien plus efficace que celui du Barça, qui ne fait pas souvent un pressing combiné. Le joueur adverse qui reçoit le ballon ne se fait presser qu'après avoir reçu le ballon.
Autant dire qu'avec des joueurs comme ceux du Bayern, ce n'est pas très utile.

Messi sera bien contrôlé, et aucun milieu de terrain ne prendra la relève en tant que pourvoyeur de caviars.


T'es bien pessimiste footixIler, victoire du Barça ce soir 3-1. Le Bayern est bien trop fébrile dérrière pour empecher Messi,Neymar et Suarez de jouer leur symphonie. Puis le pressing du Barça t'es sur d'avoir vu les derniers matchs ? vs PSG, City, Seville 1er mi temps, sans parler des 0-8 et 6-0 ?

Barça 3-0 Bayern
Message posté par footixIer
Je parie sur une possession du Bayern ce soir, et une victoire 0-2.
Leur pressing peut être bien plus efficace que celui du Barça, qui ne fait pas souvent un pressing combiné. Le joueur adverse qui reçoit le ballon ne se fait presser qu'après avoir reçu le ballon.
Autant dire qu'avec des joueurs comme ceux du Bayern, ce n'est pas très utile.

Messi sera bien contrôlé, et aucun milieu de terrain ne prendra la relève en tant que pourvoyeur de caviars.


Wahou, t'as dû raté le match du Barça contre l'Espanyol pour dire ça. Le Barça, pas capable de faire un pressing combiné ? Qu'est-ce donc qui pourrait empêcher une équipe quelle qu'elle soit de franchir le milieu du terrain pendant 20 minutes si ce n'est un putain de pressing combiné ?

Face au pressing haut des allemands, le Barça va allonger et accepter de jouer par à coups. Après deux trois frayeurs, les allemands vont reculer et le Barça va lentement récupérer le contrôle du milieu. En deuxième mi-temps, Papi Xavi va entrer et mettre tout le monde d'accord.
Non vous m'avez mal compris.
Je sais qu'ils sont capables de le faire, j'ai vu tout les matchs du Barça excepté le match aller en poule face au PSG.
Je dis juste qu'ils ne le font pas souvent, je trouve leur pressing pas toujours coordonné, mais c'est volontaire de leur part, ils ont une telle marge en liga qu'ils vont pas se cramer pendant une demi-heure alors qu'en jouant normalement ça leur suffit.

Je suis d'accord avec toi saviola, je vois le Barça abusé de ballons longs. Mais pas toujours les gagner.
A contrario si le pressing du Barça n'est pas parfait, le Bayern aura peu de mal à se retrouver dans le camp adverse en quelques passes.


@Heisenberg:

Face au PSG leur pressing était assez soft quand même.
Je suis pessimiste de nature, mais je t'avoue que j'ai moi même du mal à ne pas voir ce Barça marquer un but. Mais bon avec Neuer et Neymar qui vendange un peu trop, on sait jamais...
« Barcelone a l'avantage de me connaître, et j'ai l'avantage de les connaître. Mais s'ils savent déjà comment je pense, ils ne savent pas comment mes joueurs pensent. Et c'est comme ça que je compte les surprendre. »

Vous pouvez vous branler sur le génie de Mourinho comme vous voulez, ses clash, ses piques, ses show devant le mic… mais cette phrase là montre que ce chauve, est un cran au dessus !
Message posté par footixIer
Je parie sur une possession du Bayern ce soir, et une victoire 0-2.
Leur pressing peut être bien plus efficace que celui du Barça, qui ne fait pas souvent un pressing combiné. Le joueur adverse qui reçoit le ballon ne se fait presser qu'après avoir reçu le ballon.
Autant dire qu'avec des joueurs comme ceux du Bayern, ce n'est pas très utile.

Messi sera bien contrôlé, et aucun milieu de terrain ne prendra la relève en tant que pourvoyeur de caviars.


Lool, genre tu prêches le faux en espérant le vrai?
Note : 1
Message posté par djadjo


Lool, genre tu prêches le faux en espérant le vrai?



Non, je prêche ce que je pense ce qu'il va se passer.
J'avais pronostiqué une qualif face à City et au PSG.

Bon je suis à chier en prono. J'avais dit aussi 0-2 pour le Real hier, et une victoire de Séville samedi dernier.


Mais depuis le tirage au sort, je lis un peu partout que le Bayern va se faire éclater.
Je lisais la même pour le Clasico, on a vu le match hein.
Pour ma part, j'ai hâte de voir comment Thiago Alcantara va gérer la pression d'être l'une des clés fondamentales du milieu du Bayern, en demie de LC, et qui plus est face à son équipe formatrice (sans compter le facteur Camp Nou ce soir).

A-t-il les épaules, ou va-t-il se décomposer ?
DoutorSocrates Niveau : CFA
Fantastique chute.
Frenchies Niveau : CFA
Message posté par footixIer
Je parie sur une possession du Bayern ce soir, et une victoire 0-2.
Leur pressing peut être bien plus efficace que celui du Barça, qui ne fait pas souvent un pressing combiné. Le joueur adverse qui reçoit le ballon ne se fait presser qu'après avoir reçu le ballon.
Autant dire qu'avec des joueurs comme ceux du Bayern, ce n'est pas très utile.

Messi sera bien contrôlé, et aucun milieu de terrain ne prendra la relève en tant que pourvoyeur de caviars.



bon déjà, contrôler Messi nécessite une attention toute particulière et pas d'un seul joueur ... d'autres y sont déjà arrivés certes.

Mais de faire ça ouvre inévitablement des espaces "aux autres" hors si y a 2 ans cela suffisait étant donner que le Barca n'avait pas vraiment d'autres armes (déclin Pedro/Villa en fin de vie), le détail qui change tout cette fois (et j'espère ce soir), qui a permis de passer city et paris notamment ...

c'est que même sans Messi le barca est désormais violent !
Iniesta/Rakitic(ouXavi) sont largement capables d'alimenter Suarez/Neymar en se passant de Messi (qui serait donc "contré") et ces derniers peuvent très bien suffire !!!!

Alors avec un Messi qui mettrait un coup franc par exemple (comment tu le contrôle alors?) ou qui se contenterait de faire des passes décisives après avoir éliminer un ou deux joueurs...
c'est se mettre le doigt dans l'oeil de croire qu'il "suffit de bloquer Messi et lui montrer qui est le patron" comme en 2013 !
Message posté par footixIer



Non, je prêche ce que je pense ce qu'il va se passer.
J'avais pronostiqué une qualif face à City et au PSG.

Bon je suis à chier en prono. J'avais dit aussi 0-2 pour le Real hier, et une victoire de Séville samedi dernier.


Mais depuis le tirage au sort, je lis un peu partout que le Bayern va se faire éclater.
Je lisais la même pour le Clasico, on a vu le match hein.



Non le Barça a trop de certitudes pour passer au travers sur ce match et le perdre.

Ce sera au pire des cas un nul, sinon moi je vois un 2-1, mais une victoire dans tous les cas, et on est bons pour se qualifier.
JulianRoss83 Niveau : Loisir
A tous les fans du football allemand et partisans du Bayern je persiste et signe. Ce Bayern là n'est pas du tout exceptionnel et ce soir vous en aurez la preuve cinglante. Le Barca va gagner ce soir (minimum 2 buts d'écarts mais je penche plus pour le 3 ou 4 à 0). Au match retour le Barca gagnera également.
Le Barca va prouver ce soir qu'il est bien l'équipe la plus forte depuis Janvier et qu'il possède la meilleure attaque du monde (et de loin !!!). Et petite dédicace à Lopetegui qui apprendra que ça ne valait pas la peine de faire dans son froc à l'Allianz Arena...Ce Bayern là ne fait pas peur !!!
Message posté par xantxo
Pour ma part, j'ai hâte de voir comment Thiago Alcantara va gérer la pression d'être l'une des clés fondamentales du milieu du Bayern, en demie de LC, et qui plus est face à son équipe formatrice (sans compter le facteur Camp Nou ce soir).

A-t-il les épaules, ou va-t-il se décomposer ?


Sans le savoir, c'est peut etre là que se trouve à la fois le point faible et le point fort du Bayern.

Ce petit est un génie, mais il est jeune et a un coté foufou, qui le pousse souvent à tenter des trucs improbables dans des zones dangereuses.

En lui mettant un pressing oppressant, on pourrait récupérer le ballon plus haut et les mettre en difficultés.
Note : 1
Message posté par Frenchies



bon déjà, contrôler Messi nécessite une attention toute particulière et pas d'un seul joueur ... d'autres y sont déjà arrivés certes.

Mais de faire ça ouvre inévitablement des espaces "aux autres" hors si y a 2 ans cela suffisait étant donner que le Barca n'avait pas vraiment d'autres armes (déclin Pedro/Villa en fin de vie), le détail qui change tout cette fois (et j'espère ce soir), qui a permis de passer city et paris notamment ...

c'est que même sans Messi le barca est désormais violent !
Iniesta/Rakitic(ouXavi) sont largement capables d'alimenter Suarez/Neymar en se passant de Messi (qui serait donc "contré") et ces derniers peuvent très bien suffire !!!!

Alors avec un Messi qui mettrait un coup franc par exemple (comment tu le contrôle alors?) ou qui se contenterait de faire des passes décisives après avoir éliminer un ou deux joueurs...
c'est se mettre le doigt dans l'oeil de croire qu'il "suffit de bloquer Messi et lui montrer qui est le patron" comme en 2013 !


Carrément.
Y a 2 ans, bloquer Messi signifiait l'empêcher de s'approcher de la surface balle au pieds.
Maintenant, ça va beaucoup plus loin que ça. Il est dangereux par la frappe, le dribble, mais aussi et surtout par la passe. Comment l'empêcher d'être décisif dans ce domaine si ce n'est en mettant trois gars sur lui ? Inconcevable en pensant aux joueurs se retrouvant seuls derrière.

Voilà, j'ai répété ce que tu viens de dire.
Bah écoutez, j'espère que vous avez raison et moi tort.
Après tout, je n'ai pas maté beaucoup de matchs du Bayern, et ceux que j'ai vu y'avait Robben et Alaba, ce qui change pas mal les choses, donc j'idéalise peut être trop cette équipe.


Ce qui est presque certain, c'est que Busquets va devoir être monstrueux ce soir.
Quasiment aucune chance pour que Guardiola le laisse seul. C'est le pilier du milieu de terrain, et s'il veut forcer le Barça a jouer long, il va devoir le contrôler.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Les pieds de Dieu
2k 37