La grosse rentrée

Pour Didier Deschamps et Mathieu Valbuena, les matchs à venir contre Monaco et le Spartak Mouscou ne sont pas capitaux. Mais il faut gagner.

Modififié
0 0
On a beau être le 10 septembre, il fait un soleil de plomb à Marseille. Les thermomètres bombent le torse en affichant un beau 30°c. Malin, l'OM a décidé d'en profiter : alors que se profilent deux matchs importantissimes, l'encadrement du club la joue serein, presque comme si on était en vacances. Ça rigole, lors des toros à l'entraînement comme à l'arrivée de Deschamps en conférence de presse. Ce dernier n'hésite pas à qualifier Hervé Pénot de touriste, dans une humeur bon enfant. Le journaliste de L'Equipe réplique, commence même à raconter ses vacances en Corse. Heureusement, très vite, tout le monde se recentre sur les échéances à venir.


Pour le match contre Monaco, l'entraîneur marseillais devra se passer de Rémy et de Diawara. Mais il pourra compter sur M'Bia. Peut-être même en milieu défensif, puisque Edouard Cissé sera suspendu. « Non mais je vais le laisser derrière, comme ça, il n'aura pas envie de retrouver ce poste » . Deschamps va bien, merci de demander. Il poursuit sur le sujet : « J'ai ma petite idée pour ce remplacement. De toute façon, dans ce système de jeu, ce sont deux postes très proches, il n'y a pas une grande différence. Pour l'instant, je compte mettre quelqu'un à ce poste, ça dépend qui je place autour » . En défense, comme au milieu de terrain.


A dire vrai, DD savoure. Les matchs internationaux étant désormais placés le mardi, il a cinq jours pour préparer la venue de Monaco. De son propre aveu, c'est l'idéal. En attaque, malgré la blessure de Rémy, il a le choix : « Ça change du début de saison, où Mamad n'avait pas dans l'idée d'être performant sur le terrain et où Samassa savait qu'il allait retourner à Valenciennes » . Maintenant, le mercato est clos, ça va être plus facile. « Du 31 août au 31 décembre, ça va être le même groupe. Après, il y aura encore un mois de variétés » . L'entraîneur partira avec le sourire, le dernier sujet évoqué étant son visiteur du jour, un certain Alen Boksic. « Il a beaucoup grossi, j'ai eu du mal à le reconnaître. Pire que Basile Boli, qui disons est plus développé. Mais c'est là qu'on se rend compte que l'on vieillit. Mes joueurs ne le connaissaient même pas. Dire qu'on voyait ensemble Dédé Ayew dans les bras de son père... » .


Pour rassurer l'entraîneur, il y en a qui ne grandissent pas de manière fulgurante. C'est le cas de Mathieu Valbuena, qui lui succède devant les journalistes. Pour la presse locale, “Petit Vélo” a fait une grosse prestation avec les Bleus. Il a un nouveau statut. Pour autant, ses propos sont toujours tièdes. Il est « content de partager sa chambre à “Clerf” avec Lolo (Rémy) » . Il ose même l'évolution avec un « maintenant, le groupe vit bien ensemble » . En fait, le seul moment où il sort du cadre, c'est lorsqu'on remet en doute le caractère volontaire de sa passe décisive : « Sur le moment, je sens que Malouda m'appelle, donc je lui passe » . En tombant face au but ? « C'est clair, que si je suis devant le but, c'est pour marquer. Mais quand le ballon m'arrive, je vois que je ne pourrai pas y mettre la puissance que je veux. Donc autant la passer. Après, on ne pourra pas empêcher les gens de parler » .


Sur les échéances à venir, le milieu offensif confesse qu'il est difficile de passer de la Ligue des Champions au Championnat. Le danger se situe là, après le Spartak, l'OM se déplacera à Arles. Mais surtout, pour lui, le match face au Spartak ne sera pas décisif : « Il y a quelques années, on avait 7 points au bout de trois matchs. On n'est pas passés pour autant » . Cette saison, il faudra faire mieux.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0