Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Ligue des champions – 4e journée – PSG/Dinamo Zagreb

La gloire de Sammir

Ce soir au Parc comme à l’aller à Zagreb, le principal – seul ? – danger dont devront se méfier les Parisiens s’appelle Sammir. Mais malgré son grand talent et ses jolies stats, le meneur de jeu brésilien naturalisé croate ne fait pas l’unanimité au pays. Les raisons ? Ses frasques nocturnes d’abord, sa récente intégration au sein de la sélection au damier surtout. Lui dit s’en foutre et souhaite répondre aux critiques sur le terrain.

Modififié
Sammir n’a rien d’un pionnier. Plus d’un millier de footballeurs professionnels brésiliens quittent chaque année leur pays pour monnayer leur talent à travers le monde. L’exil se fait parfois à l’arrache, à peine la majorité acquise, direction des contrées loin des championnats majeurs. Sammir est passé par là. Malgré quelques sélections chez les jeunes Auriverdes et une formation passée dans deux clubs réputés du pays, l’Atlético Mineiro puis l’Atlético Paranaense. Impatient, il décide en 2006, à 19 ans seulement, de prendre son balluchon direction qui veut bien l’héberger en Europe. Le couchsurfer débarque à Zagreb, où il est dans un premier temps prêté au Dinamo. Une prometteuse demi-saison plus tard, il convainc les dirigeants de le garder.

Vague sosie d’Usher

Bien leur en prenne, à 1,5 million d’euros le transfert, le gamin est une affaire. Meneur de jeu à tendance très offensive, Sammir est un sacré tripoteur de ballon, clairvoyant, opportuniste, doté d’une belle qualité de frappe qu’il exploite sur coups de pied arrêtés, sa spécialité. Les Parisiens ont pu s’en apercevoir l’autre jour lors de la première confrontation entre les deux équipes : le vague sosie d’Usher joue un cran facile au-dessus de ses coéquipiers et semble avoir le talent pour évoluer dans un grand championnat. Le PSG n’a d’ailleurs pas attendu ce match pour s’en apercevoir, puisque des superviseurs du club s’étaient rendus en Croatie à plusieurs reprises en 2010 pour observer le joyau de près. L’affaire ne s’était pas conclue, mais l’intérêt était réel. Tel un marronnier journalistique, la rumeur du transfert de Sammir vers un club plus huppé – Valence un coup, Lille un autre… – vient régulièrement garnir les colonnes des pages transferts lors de chaque mercato. Il est pourtant toujours dans les Balkans, roi d’un championnat mineur, remportant titres à la pelle et distinctions individuelles.

Vidéo

Depuis quelques mois, ses performances sont encore à la hausse. Il en est même déjà à 11 buts marqués – dont 6 pénos, certes – en Croatie depuis le début de saison, soit une moyenne de près d’un but par match. Parfaitement installé dans un club où il est désormais l’un des plus anciens et l’atout offensif numéro un, le bon Sammir ne fait pourtant pas toujours l’unanimité. Sportivement déjà, les performances sur la scène nationale ne doivent pas faire oublier que le génial meneur est incapable d’enrayer la spirale de défaites du Dinamo en Ligue des champions : 9 d’affilée, série en cours, avec un affreux bilan de 3 buts pour et 28 contre. Sammir ne peut certes pas faire tout seul, mais son implication lors des grands rendez-vous laisse parfois à désirer. Le joueur est accusé de ne pas mettre tous les atouts de son côté, se laissant aller à une vie de fêtard invétéré. Sanctionné une première fois en novembre 2010 par son entraîneur d’alors Vahid Halilhodžić de 10 000 euros d’amende pour être sorti en boîte alors qu’il n’en avait pas l’autorisation, il s’en est repris une méchante de 270 000 euros en août dernier pour être allé en teuf la veille d’un match du tour préliminaire de la C1 face au Sheriff Tiraspol.

Sifflé par ses supporters

Des photos de ses sorties nocturnes circulent d’ailleurs régulièrement sur le Net et il a passé une nuit au poste l’an dernier pour avoir conduit une voiture sans permis et bourré. Toutes ces frasques sont moches et viennent ternir un peu son image. Mais ce n’est rien à côté de la polémique qui a été soulevée au moment de sa première cape avec la Croatie le 12 octobre dernier face à la Macédoine. Doté du double-passeport depuis déjà pas mal de temps, il frappait à la porte de la sélection du temps de Slaven Bilić, clamant son amour pour son pays d’adoption. Mais l’ancien sélectionneur avait toujours refusé de l’intégrer, ce qui lui avait valu d’être traité de « raciste » par le directeur sportif du Dinamo Zdravko Mamić.

Depuis que le nouveau sélectionneur Igor Štimac a décidé de faire appel à ses services, ce sont cette fois les « Sammir-sceptiques » qui protestent. Vexé de s’être fait du même coup éjecter, Danijel Pranjić a décidé de prendre sa retraite internationale. Et l’entrée en jeu du néo international au damier chez le voisin macédonien a été accompagnée d’une bronca issue… du parcage croate. Ce n’est pourtant pas la première fois qu’un Brésilien naturalisé porte le maillot au damier, mais le statut d’Eduardo, arrivé au pays plus tôt, dès l’âge de 15 ans, est perçu comme différent. Toujours est-il que Sammir a déclaré à la presse « ne pas avoir entendu les insultes » à son égard, proférées par ses propres supporters. Que ces derniers le veuillent ou non, le Brésilo-Croate est bien décidé à faire gagner sa seconde patrie, en sélection comme en club. Et puis ce seront autant de bonnes occasions d’aller fêter ça en boîte après.

Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17
Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi