1. //
  2. // Musique

Derrière La Gale se cache (façon de parler) Karine Guignard, jeune Suisse cosmopolite découverte dans le téléfilm du groupe la Rumeur De l'encre (diffusé sur Canal Plus) où elle incarnait une rappeuse incandescente de Paname affrontant la tentation de l'argent facile des Majors. Aujourd'hui, c'est pour défendre sa musique militante qu'elle débarque armée d'un punk (dans l'esprit) - rap (dans le flow) abrasif et qui oscille entre rock alternatif et hip-hop conscient. Des réponses réfléchies sur un foot qu'elle aime détester et sur le petit peuple des tribunes qu'elle appelle à la révolte...

Modififié
43 27
Tu t'affiches parfois avec un tee-shirt « Sk-Pauli » , c'est pour le côté punk-rock ou tu supportes vraiment cette équipe si réputée du côté d'Hambourg ?
Oui, je porte un sweat F.C ST.PAULI car je me sens proche de la démarche de ce club qui fait vraiment exception dans le monde du football professionnel. Le club du quartier populaire de Hambourg, qui se proclame antifasciste. Un club bien spécifique qui finance des projets sociaux comme Viva con agua en Afrique par exemple. Un club dont le président tenait un cabaret militant pro-gay, avec un public constitué de punks, hardcoreux, skinheads, d'artistes underground, d'activistes en tout genre qui brandissent fièrement un Jolly Roger comme étendard. Et une équipe qui entre sur le terrain avec Hell's Bells de ACDC. Bref, quelque chose quand même de plus intéressant que la majorité des autres clubs européens qui ne jurent que par l'aspect financier et compétitif du foot. Ceci dit, tu utilises dans ta question le mot « supporter » , et pour ma part, je me positionne plutôt comme une sympathisante. Je suis sensible à la démarche et à l'état d'esprit que le Sankt Pauli semble vouloir véhiculer. Voilà. Après, il ne faut pas se méprendre et rendre à César ce qui appartient à César, je ne suis pas une « supporter » dans le sens où je ne vais pas au stade très souvent, je ne suis pas encartée, je ne vais pas en déplacement, etc. Distinguer le sympathisant et le supporter me semble important. Le supporter, c'est l'âme du club, celui qui fait que ton stade est un stade et non un cinéma. Cela dit, tu aurais pu me croiser avec un sweat du Roter Stern Leipzig, par exemple, ou je ne sais quel club moins connu médiatiquement, mais qui s'inscrit dans la lignée de ces clubs alternatifs.

Qu'est-ce que tu aimes dans l'ambiance ultra, les fumis te rappellent les concerts des squats suisses ?
Je vais rarement au stade, comme je le disais. Je dirais que le combat des milieux alternatifs et celui des supporters sont deux choses bien distinctes. Ceci dit, il existe un triste dénominateur commun qui s'est mis en place depuis peu : la loi « anti-hooliganisme » en Suisse, qui stigmatise beaucoup les activistes en tous genres, les supporters de foot ou même les graffeurs. Une loi dont le couperet s'abat régulièrement et au prix lourd sur des gens de ces courants.

Quelles seraient tes joueurs mythiques, ceux que tu sauverais du naufrage de ce sport populaire ?
Dure question ! Je pourrais te citer les classiques. Toutefois, les joueurs que j'affectionne tout particulièrement ne sont pas forcément les plus brillants, les plus forts techniquement ou dans le palmarès, mais ceux qui ont su dépasser le seul côté sportif et financier pour faire naître des solidarités. Alors allons-y pour Predrag Pašić, Javi Poves, Sócrates, Rachid Mekhloufi, Mahmoud Sarsak, Carlos Caszely. Ensuite, pour sortir du cadre anti-foot business, les joueurs au sale caractère sont toujours assez agréables à regarder évoluer : Hristo Stoitchkov, Cantona, Paul Gascoigne, Gheorghe Hagi, Roy Keane. Il y en a des tonnes d'autres.

Si tu devais écrire un seul rap sur le foot, tu parlerais de quoi ?
Un thème simple : que les gars et les filles en tribune abandonnent leur club classique pour créer et gérer leur propre club alternatif, un peu à l'image des ouvriers sur le carreau qui ré-ouvrent leurs usines fermées pour la faire fonctionner de manière autogérée. En gros, ouvrir un espace à eux, pour eux et géré par eux. Car c'est con à dire, mais force est de constater que le foot pro, ce sont des tribunes entières constituées d'individus qui ne roulent pas sur l'or, qui financent par leur passion des mecs qui s'en foutent plein les poches et qui, en général, se contrefichent totalement du public. De là à aller brûler le siège de la FIFA, ce qui n'y changerait rien du tout ? Je pense que c'est avant tout les mentalités qui doivent se transformer, dans le foot comme dans d'autres sports, du reste.

Dans De l'encre, tu incarnais une jeune fille qui vendait son art pour de l'or, tu penses que les footeux font un peu de même ?
Les salaires des footeux sont indécents. Ce n'est un secret pour personne. Mon personnage a dû gagner 20 000 euros en écrivant en tant que ghostwriter. Je ne sais pas ce que représente 20 000 euros dans le salaire d'un footeux haut niveau. Je pense que ça ne remplit même pas la piscine.

Le passage de beauf inculte à la racaille stylée dans le foot, ce n'est pas un peu l'équivalent du punk et du rap devenus des refuges d'hipsters et de (faux) bad boys ?
J'aime ne pas trop schématiser. Je dirais malgré tout que c'est différent, dans le sens où les hipsters qui viennent polluer les scènes en tous genres sont le plus souvent issus de milieux aisés et petits bourgeois, tandis que les autres proviennent plutôt de classes sociales moins favorisées. Dans tous les cas, les cultures actuelles se révèlent très aseptisées. Et ça ne m'étonne pas de ne plus découvrir de nouveaux courants rebelles qui soient novateurs. Tu n'as plus droit qu'à du réchauffé d'autres cultures et des styles qui sont déjà copyrightés à la base, comme la tektonique à l'époque.

La Gale La Gale (Vitesse)
Le 3 avril à la Maroquinerie à Paris
Propos recueillis par Nicolas Kssis-Martov
Modifié

P'tit Filet Niveau : CFA
Note : 1
@NKM : T'as flingué ta touche "P" ou vous avez parlé insecte avec La Gale ?
Note : 2
un des écueils possible...le fait de tellement kiffer le coté "ultra", finir par trainer avec eux voire plus alors qu'on n'a aucune attache avec un club.
bref devenir ultra avant d'avoir été supporter.
déviance notoire que j'ai déjà pu observer, notamment au RED STAR, voire même chez nous au PSG.
sur ce...UNITE AMOK RULES?!
Note : 1
Les "faux bad boys" du hip-hop, venant de NKM qui suce allègrement 1995, c'est savoureux.
Südkurve28 Niveau : CFA
 //  Bayern Munich
Note : 1
Quelle rebelle...
ConnardLeBarbant Niveau : Ligue 1
 //  Amateur du Paris S-G
Note : 2
Je me suis encore perdu dans une interview ou article bidon de NKM...
Son rap, je sais pas. Par contre, je l'ai vue sur scène avec un groupe de punk derrière, c'était pas triste!
ray_mulligan Niveau : CFA2
Note : 1
"le supporter, c'est l'âme du club"... Plus philosophique tu meurs ! Vous avez d'autres portes ouvertes à enfoncer ? C'est quoi le prochain : "les footballeurs sont les gladiateurs des temps modernes" ?
Le téléfilm de La Rumeur est vraiment très bien, et elle s'avère aussi bonne actrice qu'interprète.
ray_mulligan Niveau : CFA2
Note : 2
@Marek Hamsik : d'abord, j'ai lu l'interview et pas que l'intro.

Je ne trouve pas l’interview d’un très grand intérêt (et je m’en tape que l'auteur soit NKM - je regarde d'ailleurs rarement qui est l'auteur des articles à moins de le trouver particulièrement bon ou mauvais). En tout état de cause, elle ne dit rien qui n’a déjà été dit ou entendu.

Elle se revendique de cette culture underground alternative et en récupère les codes : kiffer Sankt Pauli pour elle c’est comme aimer le Napoli quand tu es napolitain : c’est logique (j’ajouterais que j’ai vu des groupes – australiens de surcroît – arborer un t-shirt Sankt Pauli en concert y’a un paquet d’années).
A partir du moment où tu veux être cohérent (et je dois avouer qu’elle l’est plutôt) dans un mouvement de contre-culture, tu ne peux pas admirer (ou l’avouer) les CR7 et autres Messi, le Real, le Barça… Johnny Rotten rejetait en bon punk toute la culture rock passée (le fameux t-shirt Pink Floyd barré « I Hate »), des Beatles à Led Zepp, mais ce n’est pas pour autant qu’en réalité il n’appréciait pas ces groupes (il l’a d’ailleurs dit plus tard).

Et puis, parler de culture aseptisée quand en la voyant on pourrait lui décerner le prix de « je suis une rebelle, je fais des photos que j'ai l'air méchante dessus, je fume et j'ai des gros tatouages qui font comme une bande dessinée sur ma peau », ma foi, on repassera.

Pour finir, au-delà de ta considération qui consiste à vouloir réserver SoFoot à une pseudo élite où des lecteurs de FootMercato ou de l’Equipe n’auraient pas leur place, ce n’est pas parce que je trouve cette interview globalement sans intérêt que je ne demande qu’à lire des articles sur CR7 et Messi. Bien au contraire. J’ai juste exprimé un point de vue et je viens de te l'argumenter.
Nkm cite même marc bloch...depuis cet article j ai décidé de tout passer au sieur nkm.
Partenaires
Vietnam Label Le kit du supporter Trash Talk basket
43 27