Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. // Jubilé Luis Fernandez

« La France n'a pas la culture des anciens »

Le match All Stars du dimanche ne se tient pas au Parc des Princes mais à Cannes. Soleil, boutiques de luxe, stade champêtre, Franck Priou et François Lemasson dans le coin, le jubilé Luis Fernandez va regrouper du lourd. L'enfant des Minguettes aurait pu organiser ça ailleurs, il a préféré venir rechausser les crampons sur la Côte d'Azur entouré d'un putain de plateau de stars.

Modififié
Luis, pourquoi avoir attendu si longtemps avant de faire ce jubilé ?


Je n'ai pas eu le temps tout simplement. Lorsque je raccroche les crampons, je me lance directement dans la carrière de coach avec Cannes. Ensuite, ma carrière sur le banc de touche s'envole. Cannes, Paris, Bilbao etc... J'ai connu mes plus belles années immédiatement. Ensuite, RMC et Orange sont arrivés, forcément j'avais moins de temps. Mais dernièrement, Thomas de Pariente, un ami cannois, m'a relancé. Il insistait pour que je fasse mon jubilé, d'autant que j'ai 50 ans, c'est un âge idoine pour fêter ça. Il a pris en charge l'organisation avec un certain doigté.

Cannes, c'est une destination importante pour toi ?


C'est symbolique. J'y ai terminé ma carrière de joueur puis commencé celle d'entraîneur. J'ai rencontré mes premiers succès ici. Et puis c'est l'époque de Francis (Borelli, ndlr), ça me rappelle des bons souvenirs. Et puis j'ai toujours gardé de bons rapports avec les gens d'ici. C'est le soleil, ça ressemble à l'Espagne, mes origines. Et puis comme à Paris, on ne m'a jamais demandé de venir le faire au Parc...

C'est un regret pour toi de ne pas le faire au Parc ?


Forcément. Mais j'ai l'impression qu'on aime pas donner de l'importance aux anciens. Ce n'est pas propre au Paris Saint-Germain, c'est très français comme comportement. Pour le jubilé de Laurent Fournier, Lolo avait dû faire appel à une société pour louer le Parc, c'est inconcevable pour moi. Laurent ou moi, on a gagné des titres en tant que joueur, voire entraîneur du PSG. On a contribué au succès du club. Et au final, on nous demande de payer pour venir fêter notre carrière dans un club qu'on aime. Je trouve le procédé un peu choquant. Je ne suis pas là pour me faire de l'argent. Mon jubilé, c'est avant tout l'occasion de rassembler des joueurs extraordinaires et de fêter ça tous ensemble. Quand je vois que Raï, Pauleta ont droit aux honneurs du Paris SG et pas moi, je suis un peu déçu quand même... On mériterait un petit retour d'ascenseur. Dans les autres pays, on a cette culture des anciens. Pas en France.

Il y aura du beau monde dimanche...


On a travaillé avec beaucoup de dextérité depuis six mois pour contacter le maximum de joli monde. Zizou (Zidane), je l'ai appelé dès les prémices pour trouver la date idéale, idem pour les anciens comme Rafael Alkorta, Manuel Sanchis ou Amara Simba. Je voulais surtout unir toutes les générations que j'avais côtoyées. Soit sur le terrain, soit depuis le banc de touche. J'ai eu la chance d'évoluer avec les Bleus entre 82 et 92 et de coacher pas mal de gars de celle de 1998, forcément, il y aura un peu de tout.

Il en manquera malheureusement...


Michel Platini n'a pas pu se libérer, je suis déçu. Mais son poste de président de l'UEFA lui confère des responsabilités énormes. Alors je lui pardonne. Jean-Pierre Papin ne sera pas de la partie non plus. Au niveau de son emploi du temps, maintenant qu'il entraîne La Berrichone, c'était trop juste. Mais pour le reste, je m'en suis bien sorti. Vu que Patrick Vieira n'est pas retenu pour le match contre l'Espagne, il sera là, ça lui fera un match en plus dans les jambes comme ça. D'ailleurs, on va commencer la partie avec un milieu Giresse, Zizou, Vieira et moi, ça a de la gueule je trouve. Sur le banc, j'aurai à disposition du lourd aussi : Micoud, Ayache, Tigana, Diomède, Rocheteau, Candela, Zubizaretta, Madar etc. C'est un travail de longue haleine pour rassembler tout le monde.

[page]
Jérôme Leroy sera également dans le coin...


Jérôme, c'est mon poulain. Autant l'homme que le joueur. Je ne comprends pas que ce mec n'ait aucune sélection en Bleu. Il a un tel talent, même encore aujourd'hui. Après il est tombé dans une génération difficile. Celle des Zidane, Thuram, Petit etc... Il a un caractère à part. Mais c'est un énorme regret.

Quid des Ballons d'Or Weah et Nedved ?


J'espère que George pourra être là, je n'ai pas de confirmation encore. Ça dépendra des perturbations aériennes. Pavel, lui, est déjà dans le coin, il squatte chez son pote Jan Koller. Avec Zizou, ça devrait faire trois Ballons d'Or, c'est pas mal quand même. Je sais que des gars comme Laudrup et les Espagnols viennent tous en jet privé, ça ne devrait pas poser de problème.

Votre meilleur souvenir ?


J'en ai plusieurs. En tant que joueur, c'est la première Coupe de France gagnée avec le Paris SG en 1982. Inoubliable. Il y aussi le titre de champion de 1986 avec Gérard Houllier sur le banc. Puis la Coupe du Monde 1986 avec les Bleus et le fameux match du Brésil. En tant qu'entraîneur, il y a la montée en première division avec Cannes, la Coupe des Coupes 1996 avec le Paris SG et l'aventure à Bilbao, où humainement, je me suis régalé.

Il y a forcément des joueurs qui vous ont marqué ?


Michel (Platini), un joueur hors du commun, un peu comme Safet Susic. Après j'ai eu la chance de lancer des petits jeunes comme Zidane, dès le départ je savais qu'il irait loin. Et puis je suis particulièrement heureux d'avoir cru en des mecs comme Raï et Daniel Bravo. Après, il y a la fierté d'avoir un peu contribué au Ballon d'Or de Weah en 1995 après une demi-saison de folie au Paris SG. Bien sûr, il y a Ronaldinho que j'envoie gagner une Coupe du Monde avec le Brésil en 2002. c'est un très grande fierté.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:04 Euro Millions : 130 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:30 La LFP doit verser 2000 euros à Luzenac 18 Hier à 15:20 Virtus Entella bientôt réintégré en Serie B ? 7 Hier à 14:50 Un groupe lance une chanson géniale pour Bielsa 19 Hier à 13:47 Un club de 3e division espagnole ne veut plus que Vinicius Jr joue 46
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall