Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Mondial 2010
  2. //

La France du foot

Avec les événements qui ont bercé la vie de son équipe de football ces derniers jours, et ceux qui ne devraient pas tarder à survenir, la France va pouvoir continuer son activité favorite : raconter tout et son contraire, et surtout n'importe quoi.

Modififié
Tout, c'est à dire tout le fiel qu'elle pourra déverser sur ses joueurs de foot. Coupables, forcément coupables. De gagner trop de fric, de vivre et penser comme des porcs, d'être arrogants, d'être méchants, d'être frondeurs, voire d'être noirs, musulmans, et de venir de banlieue. Le pays va mal, et nos coupables sont tout désignés. Ce sont nos joueurs de foot.

Analystes sociologiques, hommes politiques, experts démographiques, tribuns anachroniques, Chantal et Monique, tous y vont de leurs commentaires avisés, de leurs paroles expertes, persuadés de lire dans les tribulations d'une équipe de foot en dérive le pourquoi et le comment d'un pays qui, manifestement, se cherche. Choc des civilisations, génération caillera, équipes de voyous, et patati et patata. Et Finkielkraut, un exemple parmi tant d'autres, qui parle de faire jouer des gentlemen... Et des bons joueurs de foot, non ? La France vide son sac, et semble prête à tout.

Et aussi à son contraire, ou quand les esprits désireux d'être toujours à contre-courant viennent s'inscrire en pro-Anelka, pro-Domenech, pro-pagande. Ne pas crier avec les loups, ok, mais de là à prendre la défense d'un débile, ou d'un incompétent... Faut pas déconner. Aujourd'hui, en pleine Coupe du Monde, la France raconte donc n'importe quoi. Elle en est réduite à se dire que les aventures de son équipe de foot sont bien plus divertissantes que la plus cool des séries télé. On se console comme on peut. Toutefois, cette posture adoptée par beaucoup de supporters de l'EDF pour ne pas perdre la face met le doigt sur quelque chose d'essentiel. Aujourd'hui, l'équipe de France de football est effectivement en représentation. Comme une parodie d'elle-même, enfin de ce qu'elle devrait être. Elle est prise à son propre piège.

A force de proposer un jeu indigent, et à force de refuser de s'en expliquer, les joueurs et leurs sélectionneur ont donné le pli à tout un peuple qui n'a pas hésité à parler d'autre chose, puisqu'il fallait bien continuer à parler de son équipe de foot. Affaires de mœurs, affaires de fric, affaires sociales ; à faire si peu sur le terrain, l'EDF s'est retrouvée scrutée sous tous les angles, toutes les coutures, toutes les formes. Forcément, à ce petit jeu-là, elle n'en est pas sortie grandie. Comme n'importe quelle équipe de foot au monde qui aurait subi pareil traitement. Aussi, les joueurs se retournent aujourd'hui contre la presse. Soit, mais c'est avant tout contre eux qu'ils devraient se retourner. Et se concentrer sur ce qu'ils sont censés faire, ni plus ni moins : défendre la France sur les terrains de foot.


D'ailleurs, il reste encore un match dans cette coupe du monde, mais c'est devenu pour le moins accessoire. Les joueurs de l'équipe de France sont bien trop occupés à trouver le traître, les gens de la fédération un parachute, le milieu du foot un coupable, et le pays un expiatoire. Les réactions ne vont cesser d'affluer. Parfois violentes, souvent stupides, toujours disproportionnées. Comme toujours quand la France perd (2002, Euro 2004, main d'Henry, etc.). Comme toujours aussi quand la France gagne (1998, la France black blanc beur, etc.). Elle perd la tête. La France ne sait pas perdre, la France ne sait pas gagner, la France ne comprend rien au foot. Heureusement, ailleurs, le jeu continue.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall
Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 24
À lire ensuite
La dernière croisade