En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. // Amical
  2. // France-Écosse (3-0)

La France désosse l'Écosse

La France a rendu hommage à Mohamed Ali, ce samedi 4 juin à Metz, en mettant l'Écosse K.O. dès la première reprise (3-0) pour son dernier match de préparation avant l'Euro 2016. Olivier Giroud a fait taire les critiques en inscrivant un doublé, Laurent Koscielny a inscrit son premier but avec les Bleus, et un onze type s'est dégagé, dans lequel on devrait retrouver Dimitri Payet et N'Golo Kanté.

Modififié

France 3-0 Écosse

Buts : Giroud (7e, 35e) et Koscielny (39e) pour les Bleus

Une foule de kilts, quelques cornemuses et un mec bourré qui se fait éclater la lèvre d'une droite. Les supporters écossais avaient installé dans le centre-ville de Metz ce qui pouvait ressembler à un avant-goût d' « ambiance Euro » . Dommage, l'Écosse est la seule nation britannique à louper la compétition. La France, en revanche, y sera, et elle a décidé de profiter de son dernier match de préparation pour montrer qu'après une timide victoire face au Cameroun, elle était vraiment entrée en mode conquérant.

Plaisirs coupables


Apparemment pas perturbés par le fait que le coup d'envoi ait été donné conjointement par Aimé Jacquet et une voiture téléguidée, les Bleus chopent leurs adversaires à la gorge dès l'entame de match et ne desserrent plus les crocs. Giroud ouvre le score d'une Madjer dès la 7e minute, s'offre un doublé en poussant dans le but vide une frappe de Payet repoussée par Marshall à la 35e, puis Laurent Koscielny plante le troisième clou d'une tête au deuxième poteau sur corner quatre minutes plus tard. Le public de Saint-Symphorien, chaud comme la braise, entame le décompte : « Et un, et deux, et trois zéro » . C'est sans compter les trois grosses occases que se crée Matuidi, ni la multitude de petits plaisirs coupables (feintes de corps, dédoublements, etc) que se font Payet, Pogba ou Coman. Une promenade.

Comme si ça ne suffisait pas, Payet et Coman sont remplacés par Griezmann et Martial à la pause. Le premier donne l'impression d'avoir été nourri d'un yaourt par jour depuis deux mois alors qu'il jouait la finale de Ligue des champions il y a une semaine. Le deuxième fait encore plus tourner la tête des Écossais qu'une caisse de Guinness sur son côté gauche. Malgré un coup franc de Pogba sur le poteau et l'entrée de Gignac à l'heure de jeu, il n'y aura pas de nouveau but, mais le potentiel offensif de cette équipe (qui a inscrit 13 buts sur ses quatre derniers matchs) a encore une fois impressionné.

Le cinquième défenseur


De quoi poser des problèmes de riche à Didier Deschamps dans le choix de son trio offensif ? Pas vraiment. Si Griezmann a un statut de quasi-intouchable, Olivier Giroud a fait taire toutes les critiques avec son doublé et ses sept buts lors des sept derniers matchs des Bleus. Lui qui était conspué à la Beaujoire, lundi, a vu son nom scandé par le public messin ce soir. Concernant le troisième larron, on voit mal comment cette équipe pourrait se passer des coups de pied arrêtés de Dimitri Payet. No stress, donc, pour DD, qui lui aussi a eu droit à son ovation et qui saura qu'il peut compter sur Coman et Martial pour mettre le feu en cas de moment difficile.

Bémol, s'il en faut un : la non-qualification de l'Écosse pour l'Euro était manifestement loin d'être imméritée. Complètement fanées, les Flowers of Scotland sentent la lose et l'impuissance, et les chardons ne piquent pas grand monde. En tout cas pas la défense française, point d'interrogation du onze de Didier Deschamps, qui n'a pas vraiment eu l'occasion de montrer ce qu'elle savait faire à Metz. Et si la solution pour renforcer le mur français se trouvait dans le choix du sélectionneur de mettre Cabaye sur le banc ? Tout dans la discrétion, comme d'habitude, N'Golo Kanté est parvenu à apporter dans le secteur offensif tout en se transformant régulièrement en une sorte de cinquième défenseur particulièrement précieux. Peut-être la meilleure nouvelle de la soirée, à six jours du match d'ouverture de l'Euro contre la Roumanie.

Par Thomas Pitrel, au stade Saint-Symphorien (Metz)
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
samedi 20 janvier Coentrão casse le banc des remplaçants 9