1. // Euro 2012
  2. // Lux./France (0-2)

La France à l'économie

Pas loin de la purge mais pas de honte non plus. Avec deux petits buts, les Bleus ont pris ce qu'il fallait, des points et point barre. Changements à prévoir contre la Croatie, changement de maillot aussi.

Modififié
0 7
Et ben, honnêtement, on se serait bien passé de ce match de début de printemps au stade Josy-Barthel. On aurait pu s'en douter ? Pas forcément, avec le retour de revanchards (Evra et Ribéry), plutôt habitués à la pression, avec un Gourcuff qui joue presque son match de la dernière chance, ça sentait le secouage du Grand Duché. Avec une composition offensive tricolore dès le coup d'envoi (Nasri, Malouda, Benzema, Gourcuff, Ribéry et le seul M'Vila en défensif pur), en étant optimiste, on pouvait légitimement se dire que la mission était de marcher sur le Luxembourg avant de revenir à une chose plus sérieuse : étrenner cette foutue marinière dont tout le monde parle. Mais les Bleus sont mal à l'aise chez Josy. Les approximations techniques françaises rythment le début de rencontre. Gourcuff laisse passer entre ses jambes le premier bon centre en retrait, en pleine surface, Evra rate un contrôle, le cuir file en touche et Malouda craque un centre très potable de Sagna. Le Luxembourg est fidèle à ce qu'on attendait de lui : du compact autant que possible, aussi longtemps que possible, mais pas nécessairement ridicule balle au pied. Bettmer a même donné le premier sourire technique de ce vendredi soir, dans l'entrejeu. Les hommes de Blanc ont un jeu très latéral, faute de mieux. Les prises de risques, les un contre un sont plutôt rares, Ribéry est invisible, Gourcuff mouline avec le cuir aux pieds, et Nasri est plutôt prudent dans son positionnement ou pas assez ambitieux. En tout cas, on est loin de la paire Samir-Yo de Wembley. Mais les Bleus arrivent à s'en sortir. Un coup-franc déposé dans la surface par Nasri, Mexès en mouvement s'élève plus haut qu'un troupeau de cinq joueurs et ouvre le score ( 0-1, 28'). Les Français sont soulagés mais n'accélèrent pas pour autant le rythme. Les Luxembourgeois s'octroient le temps de souffler. Un peu. Parce que Sagna s'essaie à la frappe cadrée (la première de la rencontre) et Benzema sort le passement de jambes sur un contre mal conclu. Soit.

Dès le début de seconde période, on s'aperçoit que les Luxembourgeois sont physiquement en fond de cale. Ils tombent comme des mouches à chaque contact un peu musclé. Seulement, mis à part dans ces duels physiques, les Bleus jouent sur leur mono-rythme, au petit trot. Ribéry est toujours maladroit dans ses tentatives, dribbles, passes ou appels. La seule bonne nouvelle, c'est que le Luxembourg est inoffensif au possible. On entre dans ce moment de la partie, où contre ces petites équipes, chaque ballon récupéré par le petit est envoyé à l'aveugle loin devant en un coup de botte. La France est au moins assuré de garder son but d'avance. Le siège peut enfin commencer mais les maladresses persistent. Rami, à la réception d'un corner, cadre trop son coup de casque (65'), Benzema élimine techniquement dans les petits espaces mais préfère encore, comme sur le contre en première période, la frappe plus que le centre en retrait un peu plus peinard (66'). Côté maladresse, heureusement le Luxembourg est un bon client. Les côtés se dégarnissent, surtout à gauche, et Ribéry, s'il ne peut pas gagner son duel, peut au moins accélérer et centrer. Et une jambe d'un défenseur luxembourgeois peut tout aussi détourner le centre dans les pieds de Gourcuff pour doubler la mise. Ce Luxembourg-France aura donc vécu une semi-passe décisive de Francky pour Yo (72'), avec Francky à gauche et Malouda à droite. Laurent Blanc n'a toujours fait aucun changement et semble indiquer une option turnover pour la prochaine rencontre contre la Croatie. Tiens, Lloris rentre véritablement dans son match pour son seul arrêt de la rencontre. On joue la 87' minute. Le stade Josy-Barthel, dans une ambiance « match d'entraînement » , ne nous laissera pas un grand souvenir. Place aux choses importantes : la marinière.

Ronan BOSCHER

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

RAS, match de merde, pas la peine de commenter, j'ai vu un match de minimes la smaine dernière au stade de bousebecque les oies c'etait plus interessant....
Match très très très moyen mais les 3 pts sont là et c'est bien l'essentiel... Un Gourcuff fantomatique mais qui prolonge son sursis grâce à un joli but, un Ribery volontaire mais brouillon qui reste définitivement meilleur à gauche, un Évra toujours aussi peu tranchant en Bleu. Soyons heureux de la victoire mais il y a encore beaucoup beaucoup de travail!
Barthel le stade... Un peu de professionnalisme les mecs.
WOOOWWWW C'etaiiiiiiit....nul!
"Josy Martel"

On dit Charles Martel et Josy Barthel Ronan.

shame on you
Vous dites si vous détestez Gourcuff et que vous léchez le cul à Nasri...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Ca va être chaud !
0 7