Mercato
France - Ligue 1 - Bilan Mercato

Par Joachim Barbier

La Françafrique est morte, vive la France frileuse

À son arrivée au pouvoir, Nicolas Sarkozy jurait vouloir en finir avec la Françafrique. On ne sait pas s’il a tenu parole, on sait en revanche que la Ligue 1 s’est détournée du continent où elle a longtemps fait son marché pour pas cher. Explications.

Note
Cliquez sur une étoile pour donner la note

Quand Yaya Touré n'était pas assez bon pour le Monaco de Bölöni. Hein...
Quand Yaya Touré n'était pas assez bon pour le Monaco de Bölöni. Hein...
AS Monaco FC les billets pour le prochain match à partir 12 €
Une nuée de Vénézuéliens sur Nantes, du Colombien sur le Rocher, de l'Uruguayen à Saint-Germain en Laye, de l'Argentin comme s'il en pleuvait, et même des Espagnols ou des Portugais qui se sont décidés à quitter la Liga, le championnat le plus technique du monde, pour venir en France. L'été 2013 a ressemblé à une grande révolution du côté des effectifs des clubs de la Ligue 1, habitués à pleurer le coup d'envoi de la CAN, le départ de leur 4 ou 5 internationaux en janvier et leur retour tardif à l'entraînement début mars derrière l'excuse des festivités au pays. Comme si ce mercato estival avait sonné la fin d'une époque, celle de la Françafrique du football, de l'importance des flux entre l'Afrique et la Ligue 1, directs ou indirects, en passant quelques fois par la Belgique ou l'Ukraine, qui avaient fini par qualifier le football français et ses techniques d'import-export. Un deal longtemps gagnant-gagnant. Il y a quelques saisons, José Mourinho, à qui on avait demandé ce qu'il pensait du niveau des joueurs français, avait répondu : « Pour moi, les meilleurs, ce sont les joueurs africains formés en France. » Traduction : ils ont tout ce que j'attends d'un joueur. Force, explosivité, rigueur tactique. Le coach portugais ne s'était d'ailleurs pas gêné pour en profiter en exigeant d'Abramovitch qu'il lâche le chéquier pour faire signer Michael Essien et Didier Drogba.

Reléguée dans le deuxième panier du foot européen, la Ligue 1 a longtemps joué son rôle d'accélérateur de particules et de carrières pour les joueurs africains, aussi bien francophones qu'anglophones. Un championnat où « les diamants bruts » du continent, comme on les décrivaient avec un joli regard néocolonial, venaient prendre un peu de la rigueur nécessaire au football de haut niveau, avant de s'envoler vers d'autres contrées pour mettre la famille à l'abri pendant plusieurs générations. Sauf que le souvenir d'un Jean-Michel Aulas encaissant 38 millions pour revendre Michael Essien à Chelsea est désormais bien loin. Cela fait longtemps qu'un club français n'a pas sorti ou développé un joueur africain du calibre de ses prédécesseurs. Retour de bâton, cette Françafrique du football a longtemps servi d'excuse facile et rapide pour expliquer la pauvreté technique de la Ligue 1. Ce qu'avait candidement déclaré Carlo Ancelotti à la Gazzetta en 2012, au bout de quelques mois d'observation depuis le banc parisien : « En France, c'est plus physique et moins technique, il y a plus d'Africains et moins de Sud-Américains. » Sauf qu'à l'orée de cette nouvelle saison, les clubs français semblent avoir coupé les liens avec cette Françafrique qui a longtemps permis de boucler les budgets au moment de présenter les comptes devant la DNCG.

« Le niveau des jeunes en Afrique a baissé »

Fini le temps où les joueurs africains, notamment les Sénégalais, les Camerounais, les Ivoiriens et les Maliens, représentaient entre 40 et 50% des étrangers de la Ligue 1. Cet été, les clubs ont varié les AOC. Reste à savoir si ce changement de politique relève plus d'une volonté des clubs de jouer différemment, quitte à s'exonérer de leur propre responsabilité dans cette affaire, de la fin de rapports privilégiés ou, paradoxalement, serait le signe que les clubs français crèvent la dalle. Miser sur des jeunes joueurs africains, c'était aussi prendre le temps d'assurer la post-formation et la perspective d'une belle revente. Ce n'était pas forcément une logique cynique, mais au moins une vision à quelques années. La Françafrique est en train de s'éteindre peut-être parce que le temps de l'Afrique est passé. Le potentiel, décelé dans les années 90 par les clubs européens, a produit son lot de révélations, mais aussi de déceptions, à la manière des 18 millions lâchés par l'OL pour Kader Keita.

Et dans le sillage des débats sur les quotas, des déclarations de Jean-Pierre Louvel, le président du Havre, sur les équilibres ethniques nécessaires à l'harmonie du vestiaire, les clubs de Ligue 1 semblent s'appliquer à désormais repousser ce qu'ils ont longtemps adoré au nom de critères sélectifs souvent assez éloignés du terrain. « Les joueurs français de l'Île-de-France pour la plupart d'origine africaine et les joueurs du continent représentent souvent 75% de l'effectif », lâche un agent français : « Aujourd'hui, les clubs veulent alléger cette proportion, souvent pour ce qu'ils considèrent comme des problèmes de comportement. » Les grands joueurs de la dernière décennie, El Hadji Diouf, Drogba, Adebayor, Seydou Keita étaient pourtant tous passés, à part Samuel Eto'o, par notre bon vieux championnat. Y compris Yaya Touré, actuellement le seul joueur de classe mondiale du continent, après une furtive saison à l'AS Monaco qui a surtout démontré qu'il pouvait monter bien plus haut. Depuis, la relève se fait attendre et pas seulement en France. « Le niveau des jeunes en Afrique a baissé », estime Fabien Piveteau, l'agent de Michael Essien et qui a longtemps bénéficié d'une quasi-exclusivité sur les espoirs ghanéens vers l'Europe, « alors que les prix se sont envolés. Liberty Professional demande par exemple 3,5 millions d'euros pour Ezequiel Assifuah, son avant-centre de 19 ans qui a terminé meilleur buteur de la Coupe du monde des U20 en Turquie. Ce n'est pas le prix du marché actuel. »

« Pas une volonté générale de changer de profils de joueurs »

Et puis la France, comme les autres pays, doit désormais composer avec la loi. Au nom de la protection des mineurs, les règlements de la FIFA empêchent désormais de faire signer un joueur étranger avant sa majorité. Les grands clubs contournent l'interdiction en faisant déménager la famille ou un parent, en offrant une belle caisse et un boulot à la maman. Les autres clubs, notamment affiliés à des fédérations pas trop pointilleuses sur les textes pondus à Zürich, font les margoulins, comme le résume un agent : « Dans certains pays, on fait venir les jeunes avec des visas touriste, on leur fait signer un contrat qu'on garde au chaud et on les enregistre seulement à la majorité. En France, c'est pas possible de faire ça, on est beaucoup plus surveillé, même si je suis sûr qu'ils vont s'y mettre bientôt. » Arrivés à l'âge de la majorité, les joueurs ont désormais deux ou trois ans au maximum pour répondre aux attentes et justifier le montant des salaires. « La fenêtre est donc réduite », résume l'agent Bruno Satin qui ne voit pas de tendance forte : « On a toujours eu en France des Africains, mais aussi des joueurs scandinaves, de l'Europe de l'Est ou du Portugal. C'est vrai qu'on a encore quelques clubs qui ont des recruteurs spécialisés sur l'Afrique, comme Lyon ou Lille, mais globalement, je ne crois pas qu'il y ait une volonté générale de changer de profils de joueurs pour changer la manière de jouer. Ceux qui décident, à l'arrivée, ce sont les entraîneurs. Et de ce côté, on est toujours sous l'influence de la frilosité de la DTN qui n'est pas loin de devenir la secte des "restez bien en place ". » Pour Fabien Piveteau, les clubs français sont toujours à la recherche « de la perle ». « C'est le joueur moyen qui disparaît des effectifs français. Maintenant, on va le retrouver dans les championnats des pays de l'Est ou en Scandinavie. » Faute de pépite, les clubs français semblent avoir abandonné le coupé-décalé pour se chauffer aux déhanchements latinos, en espérant peut-être refaire le coup de Dario Cvitanich, acheté 400 000 euros grâce à l'œil d'un stagiaire. À bientôt 30 ans, l'Argentin n'est sûrement plus un espoir, mais le retour sur investissement a été immédiat. « C'est la clef », estime Franck Sale, responsable de la cellule recrutement de l'OGC Nice : « Aujourd'hui, les clubs n'ont plus de patience et, un gars comme Dario, c'est effectivement un rapport qualité/prix fabuleux. Après, un entraîneur comme Claude Puel, vous lui mettez n'importe quel joueur talentueux, il se moque de la provenance. »

L'exemple de Cvitanich, qui appartenait à l'Ajax d'Amsterdam au moment de son transfert, ressemble aux coups de moulasse dont le FC Porto s'est fait spécialiste pour dégoter des talents au fin fond de la pampa et faire des culbutes X30 deux ans plus tard. Sauf qu'en France, on a la culture du chef tout puissant, et les postes de recruteurs servent surtout à offrir une reconversion au joueur emblématique qui vient de partir à la retraite. « C'est l'hypocrisie majeure des clubs de Ligue 1. Les transferts se règlent entre présidents. Ils se mettent autour d'un table, tu me donnes celui-là, je te donne celui-là. Ils ont des cellules de recrutement, mais les présidents se foutent de leurs recommandations », estime Bruno Satin, pour qui la crise peut être salutaire. « Comme 80% des clubs n'ont plus un rond, ils vont bien être obligés de faire sérieusement de la formation et d'écouter leurs recruteurs pour faire des coups. »

« En France, c'est la peur qui gouverne dans le jeu »

Le PSG et l'AS Monaco n'ont pas ses problèmes de crevards. Et les signatures de Falcao, Cavani, Marquinhos ou James Rodríguez laissent planer l'impression que les deux clubs les plus blindés de la Ligue 1 regardent désormais vers l'Amérique du Sud. « C'est vrai que c'est un peu plus diversifié avec des Colombiens, Vénézuéliens ou Uruguayens, mais les Argentins et les Brésiliens ont toujours été nombreux en Ligue 1 », estime Omar Da Fonseca : « La différence aujourd'hui se situe au niveau du vécu. En Amérique du Sud, les jeunes apprennent très vite la gagne, contrairement à l'Afrique où les compétitions structurées sont plus rares. Et puis, un pays comme l'Argentine produit tellement de joueurs qu'il est bien normal que le trop-plein se retrouve dans les clubs européens, même plus modestes. » Si les clubs français dépourvus de mécènes russes ou qataris tirent la langue, ils profitent pourtant d'opportunités dans les effectifs de clubs espagnols ou portugais encore plus à la ramasse financièrement. « Quand le Stade Rennais parvient à faire signer Nelson Oliveira, c'est surtout parce qu'il n'a pas reçu de salaire pendant les six derniers mois de son contrat à La Corogne », relève Bruno Satin. L'agent ne croit pas un instant à un inversement de tendance dans le jeu que laisserait présager l'arrivée de ces joueurs soi-disant techniques qui manquaient tant à la Ligue 1. « Les entraîneurs en France ne prennent pas de risques. Ils encouragent le non-jeu. Pour eux, la tactique se limite à bien défendre. Parce que cela garantit la sauvegarde de leur contrat. Quand tu vois que Philippe Montanier a préféré quitter la Real Sociedad qualifiée pour la Ligue des champions pour obtenir trois ans de contrat à Rennes, tu peux te poser des questions. » Même son de cloche chez Omar Da Fonseca : « Je vois l'arrivée de ces joueurs sud-américains comme un épiphénomène sans prolongement technique. En France, c'est la peur qui gouverne dans le jeu. On est content d'avoir gardé sa cage vide. Si un entraîneur argentin se félicitait d'avoir obtenu un 0-0, il se ferait retourner la voiture par les supporters. »


Par Joachim Barbier

Parier sur les matchs de AS Monaco

 





Votre compte sur SOFOOT.com
Afficher les commentaires sélectionnés
Commentaires sélectionnés
6 commentaires sélectionnés Pourquoi ?

  • Message posté par Selbycool le 09/09/2013 à 10:06
      Note : 3  /

    ... Où l'on se rend compte que le pauvre Lolo, hormis sa maladresse d'avoir utilisé le mot "quota" (et la présence juste surréaliste d'un enregistreur pendant une réu pareille ??!! Aurait-on voulu lui tendre un piège ?? Mais quiiiiii ??? )

    , disait simplement ce que tout le monde, spectateurs, Ancelotti, autres présidents, journalistes... pense depuis des années: ce serait peut-être pas mal de faire plus de place à des petits gabarits dans la formation française, histoire d'avoir des dribbleurs et des passeurs en EDF, un de ces 4.

    P'tet même que ça nous éviterait de coller une pression de malade mentale à tous nos A-C comme s'ils étaient seuls responsables d'un jeu qui ne score pas...

    D'ailleurs, j'élargis le sujet, mais je savoure bien le gentil retournement total de veste médiatique qui se prépare sur Blanc: un mec qu'on a viré comme un minable alors qu'il avait parfaitement rempli le contrat (qualif + 1/4 à l'Euro + victoires de prestige en amical)... "La Dèche, pas de projet de jeu", z'êtes vraiment surpris ?? J'aurais bien aimé avoir Lolo sur le banc face à la Géorgie, et une autre équipe sur le terrain.

    Allez bonne semaine tout le monde <3

  • Message posté par bufford tannen le 09/09/2013 à 10:09
      Note : 3  /

    si les pays d'afrique ne gagnent pas de coupe du monde,c'est avant tout du à un manque de formation à la base et à une inexistance d'organisation.
    les dirigeants des federations africaines ont pour la plupart des ambitions personnelles et non pas pour leur nation.
    c'est bien dommage compte tenu du niveau qu'ils pourraient avoir en étant structurés.

  • Message posté par antony le 09/09/2013 à 10:58
      Note : 6  /

    Quand j'entend certains parler, on dirait que tous les Africains sont des joueurs bourrins et forcément physique...
    Mon pote Noir, que je voyais déjà dans les clubs de ligue 1 (un arrière droit bien technique qui sait centrer sur la tête d'une mouche!!! et déborder!!! )s'est fait récaler de 2centres de formations parce-que il n'était psa assez physique. Ce sont les mecs des centres de formations les tocards!

    Je ne sais pas qui a regardé les derniers JO mais l'équipe du Nigéria ressemblait plus au Brésil qu'à une équipe de bourrin.

    Le problème en France se situe au niveau des dirigeants! On surpaie des joueurs juste bon...

  • Message posté par Coach Kévinovitch le 09/09/2013 à 11:32
      Note : 6  /

    Message posté par Selbycool


    Ben justement, non, c'est là une de nos plus grandes erreurs de croire que France 98 c'était trois milieux defs !! Mate la compo de la finale: le seul "pur" 6, c'est la Dèche. Devant lui il a un trio Petit-Karembeu-Zidane, puis Djorkaeff et Guivarc'h.

    Il faudra bien qu'on se mette un jour dans le crâne que Petit et Karembeu, comme Vieira plus tard, n'étaient pas des défensifs, c'était des polyvalents avec une vraie capacité d'accélération et des passes en or, capables de jouer la profondeur, de dribbler, de centrer...
    Rappelez-vous un peu Karembeu à Nantes ! Même Makélélé plus tard, il a commencé sa carrière en ailier.

    En 2000, on perd un milieu central pour un ailier (Dugarry en finale, et ouais), donc la Dèche et Vieira tiennent le milieu à deux. Et Vieira, joueurs comme entraîneurs s'accordent à dire que c'est un des meilleurs passeurs avec qui ils aient jamais joué.

    Bref, rien à voir avec Guilavogui ou Capoue dans le profil, révisez vos classiques... Et je ne parle même pas du "carré magique" des 80's.

    Alors les mecs, acceptez-le une fois pour toutes : LA FRANCE N'A JAMAIS RIEN GAGNE AVEC DES BOURRINS. Jamais. Voilà, merci.



    J'ajouterais que personne n'a jamais rien gagné avec des bourrins vu que par définition les bourrins sont trop faibles.

    Le problème en France des grands noirs a été causé comme ça a été dit plus haut pour le racisme anti-noir qui considère ces derniers comme des bêtes au sens animal comme mental du terme. De plus, si leur campagne de recrutement de noirs costauds bourrins tant en Afrique qu'en banlieue a "oublié" les blancs ou les arabes, elle a aussi oublié les noirs plus petits, rapides et techniques. Du coup, quand nous devons nous farcir des Alou Diarra-like, le Brésil a des Fernandinho, Marcos Senna. Même en Afrique, des joueurs comme Okocha, Babangida était tous sauf des joueurs frustres techniquement. C'est pas les grands noirs qu'il faut incriminer, c'est le fait de les choisir et cela est du à ce racisme bien français.

    Après en termes de jeu, je pense qu'il ne faut pas confondre deux choses. Le problème de la mentalité des entraîneurs français est que ce sont des gagne-petits et le recrutement des noirs costauds sert cette mentalité. Ils veulent gagner des matches en maintenant le 0-0 pour gagner sur un coup de dés provoqué par une rare action chanceuse comme s'ils voulaient à chaque fois arnaquer l'adversaire plutôt qu'à chercher à lui être supérieur dans tous les domaines. L'opposition ne situe pas entre beau jeu et moche jeu mais bien entre gagne-petit et grand gagnant. Le pire est qu'en France, cette mentalité de gagne-petit et ses conséquences sur le jeu vont de pair avec un goût prononcé pour les exploits de type David contre Goliath, la préférence pour des joueurs sympathiques qui mouillent le maillot plutôt que pour des joueurs talentueux.

    Le remède pour cela n'est pas de prôner le beau jeu par esthétisme mais les qualités techniques, tactiques et le QI football pour prévaloir face à ses adversaires, bref de cultiver le talent pour être supérieur aux autres.

  • Message posté par TsouinTsouin le 09/09/2013 à 13:20
      Note : 5  /

    Heu... Je suis un peu septique quant à ce que je lis ici.
    J'ai l'impression que certains pensent que la technique, c'est inné. Non mais sérieux ? C'est le travail et la qualité de la formation qui fait que la technique est bonne ou non.
    Quant au physique, quand un de tes parents est géant, il y a de forte chance que tu le sois. Noir, blanc ou peu importe.
    Par contre, si un de tes parents avait une super technique (Maradona, Cruyff et probablement des centaines comme ça), tu ne seras pas forcément le roi du dribble, de la reprise de volée ou de la passe dans le bon tempo.

    Donc le problème n'est pas de former des noirs ou des blancs, le problème c'est les formateurs qui ont axés leurs entrainements sur le physique plutôt que la technique.
    Et avec les idiots qu'on se tape, l'amalgame entre noirs physiques et blancs techniques est bien trop facile.

  • Message posté par popeye le 09/09/2013 à 13:31
      Note : 2 

    Mais c'est quoi ces commentaires racistes? on en vient même à justifier les propos de Blanc pendant cette réunion, qui se justifient amplement par sa connerie naturelle. On ne va pas passer trois heures à dire que ce mec est le roi de la rhétorique.
    On critique des joueurs comme Guilavogui ou Sissoko, sur la base des prestations de l'équipe de France dont ils ne sont pas seuls responsables, et ils s'en vont faire le bonheur de club comme Newcastle ou l'Athletico Madrid (bon, ça on sait pas encore). On se fait prendre des Drogba, des Essien, des Mahmadou Diarra, des Seydou Keita, des Eric Djemba-Djemba et des El-Hadji Diouf (bon, je plaisante).
    C'est un problème qui concerne la formation, pas l'origine ethnique des joueurs. Vous avez vu le gabarit de petits jeune comme Ogenda ou Kinglsey Coman? Et ils ont l'air de manier le ballon de manière plutôt agréable.
    Les commentaires sont de la parano totale, la formation est d'un piètre niveau et ensuite les clubs font avec les moyens du bord.

Tous les commentaires

56 réactions ;
Poster un commentaire

  • Message posté par Matt78400 le 09/09/2013 à 08:10
      Note : 2 

    Faut arrêter avec Dario Cvitanich. Le mec qui prenait le temps de regarder un peu l'Ajax ou Boca aurait tout de suite vu que le mec avait du talent. Et surtout une sacrée experience déjà, que ce soit en coupe d'Europe ou en Libertadores. Bref les Niçois n'ont pas fait un gros coup de poker en le faisant venir, et cela c'est vite vérifier ...

  • Message posté par Gonner le 09/09/2013 à 08:41
      Note : 1 

    Je veux bien que ce soit le début de la semaine pour tout le monde, mais j'ai déjà les yeux qui piquent du Lundi matin, et cette phrase m'a carrément achevé : " on est beaucoup plus surveillé même si je suis sûr qu'ils vont si mettre bientôt. " Joli , sachant que le " doit maintenant composé " 3 lignes au-dessus m'avait déjà fait bien écarquiller les yeux.

    Vous êtes passé à côté d'un potentiel comique certain, vous auriez pu mettre six mètres.


    Sinon, pour en revenir au sujet initial, entre un manque de talent, de fric pour les 3/4 des clubs, et le débat sur les bi-nationaux, on va en voir de moins en moins des Africains.

  • Message posté par Louarn le 09/09/2013 à 08:49
      Note : 1 

    Article intéressant. La politique frileuse française n'est pas nouvelle, avec cette incroyable culture de la victoire 1-0 qui finit bien souvent en 0-0, mais justement les formations de joueurs français d'origine africaine ou carrément recrutés là-bas allait dans ce sens. Comme le disait Ancelotti, c'est plus physique et moins technique. En gros des joueurs costauds et rugueux en défense et au milieu pour verrouiller, ce qui laisse peu de place à des joueurs d'animation. Finalement, recruter des joueurs sud-américains formés différemment, et pas à la française, où il y a une culture de la technique et du spectacle annonce peut-être un changement.

    Par contre, pas moins de 5 "é" au lieu de "er", plus un ou deux oublis de "s", plus un vilain "si" au lieu de "s'y"... et j'en oublie peut-être, donc une dizaine de fautes dans l'article quoi. Relisez-vous!

  • Message posté par doncarnol le 09/09/2013 à 08:51
      Note : 3  /

    La france n'est pas un pays de football !
    Sauf quand une équipe alors tout le monde se réveille...
    Avant je savais pas que j'avais des amis fan du Psg !
    ils n'ont osé me le dire que depuis 3 ans...
    FFF/fédé française des Footix !

  • Message posté par doncarnol le 09/09/2013 à 08:52
      

    Sauf quand une équipe GAGNE...

  • Message posté par cantor0305 le 09/09/2013 à 08:53
      Note : - 1 

    bon article.

  • Message posté par doncarnol le 09/09/2013 à 08:54
      

    Peut-être les déclarations "grand noir costaud" de L.Blanc époque EDF on fait leurs effets...

  • Message posté par Raphael Simon le 09/09/2013 à 09:14
      Note : 4  /

    Si on dit "diamant brut" pour l'Afrique on est colonial, et si ont dit "pépite brésilienne" c'est quoi???

  • Message posté par PeleGood-MaradonaBetter-GeorgeBest le 09/09/2013 à 09:22
      

    JB, toi t'as regardé le docu Françafrique sur LCP!...

  • Message posté par virgile7 le 09/09/2013 à 09:25
      

    On a un peu le même style que cvitanic à lens qu'on a recruté cette année!
    Chavaria, un argentin de 25 ans qui joue sur l'aile droite, très bon techniquement qui appartenait à anderlecht mais était prêter à Courtrai! on l'a eu une bouchée de pain, et a déjà mis 3 buts en 6 matchs de championnat!

    Les bons plans ne se trouvent plus forcement en afrique mais sur des bons coups comme ça!

  • Message posté par Raphael Simon le 09/09/2013 à 09:28
      Note : 3  /

    Le plus intéressant pour moi reste les commentaires, notamment de Satin et Da Fonseca, sur la philosophie du non-jeu en France. Car c'est cela qui est en train de ruiner le football dans l'hexagone tant au niveau des clubs que de l'équipe national.

  • Message posté par elnendordino le 09/09/2013 à 09:38
      

    Monsieur Blanc, parlons de quotas..

  • Message posté par dickens1951 le 09/09/2013 à 09:42
      Note : - 1 

    aucun pays d'afrique n'a gagne la coupe du monde c'est que le niveau est plus faible qu'ailleurs alors pourquoi recruter et faire jouer ces joueurs qui detruisent le niveau francais que l'on avait

  • Message posté par AeyronSk le 09/09/2013 à 09:47
      Note : 1 

    Et c'est clairement un de nos plus gros problème en EDF.
    Notre sélection nationale n'a pas de fond de jeu.

    On joue avec 4 défenseur et deux milieu défensif, très bien, mais pourquoi nos deux milieu défensif ont un profil de récupérateur. Pour ne pas jouer avec un récupérateur et un meneur de jeu (qui ne percute pas mais joue la relance propre et les changement d'aile).
    Du coup pas de fond de jeux, des schéma tactique qui change constamment et pour seule idée de jeu pour la coupe du monde, "on encaisse pas le premier but les gars sinon on est coin, alors solide en défense et en attaque tout peut arriver" un discours niveau district du dimanche après midi :D

  • Message posté par demon_john2905 le 09/09/2013 à 09:51
      Note : 2 

    un point qui n'a pas été abordé, c'est que les meilleurs africains sont maintenant directement recruté par les clubs des 5 gros championnats (le 5eme étant le portugal) soit pour l’équipe première ou après passage au centre de formation.
    et ce souvenir de l'academie en cote d'ivoire, avec quel club y a t'il eu un accord pour debuter en europe ? Genk je crois et pas un club francais !

    la faillite des cellules de recrutement est clairement le mal francais (ou est passé la filière bresilienne lyonnaise ??)

    et pour le recrutement sud americain on ferait mieux de s’intéresser aux entraîneurs qu'aux joueurs (ou alors les deux)...

    Beinsport devrait recruter avec des salaires de dingues les baup, Casanova, Galtier, Puel, Blanc, Fernandez pour les faire preferer la tele au banc de touche, ca ferait la place a une nouvelle generation, du beau jeu, et des beaux matchs et tout le monde serait content !!!

  • Message posté par DoucementAvecLaCristaline le 09/09/2013 à 09:57
      Note : 3  /

    Exact Rapha Simon!
    L'enjeu prend le pas sur le jeu, et on oubli toute notion de plaisir, ce qui nuit fatalement à la qualité de notre football.

    L'EDF en est le parfait exemple, mais pas que: le fameux OL-OM de 2009-2010 qui a donné 5-5. Alors que tous le monde, joueurs compris, était encore sous le coup de l'ivresse d'un tel match et de ces rebondissements de dernières minutes (pour rappel. 2-4 à la 80eme. 4-4 à la 85eme. 5-4 à la 91eme -Lyon qui croit gagner-. 5-5 à la 94eme.), les deux coaches (Puel et Deschamps, tiens tiens) font la gueule car leurs défenses s'en est prit 5... Je comprend tout à fait que ça ne leur plaise pas, mais bordel, quand tu vois un match comme ça, le premier truc auquel tu penses c'est "ma défense en a pris 5?" ou "mon équipe s'est défoncée pour arracher un résultat?".

    Des fois le match par en vrille ou la tactique et l'entraineur, remplacements mit à part, n'ont plus aucunes influences sur le match. Les fameuses fins de matches complétements folles. J'ai jamais vu d'entraineurs s'en plaindre. Sauf après cet OL-OM. Après on se demande pourquoi l'année suivante "l'Olympico" avait donné un bon vieux 0-0 bien crade. Mais au moins DD était content. Il a pris son point et sa défense a tenu bon...

  • Message posté par JoséKarlPierreFanFan le 09/09/2013 à 10:00
      

    Pendant la première guerre mondiale, un traineur de sabre nommé le Général Mangin a eu la super idée de mettre en première ligne des "régiments coloniaux" c'est à dire essentiellement des tirailleurs sénégalais. Son idée était que les gros noirs selon lui bourrins, physiques, se contentant de peu et limités intellectuellement constituaient une force dont la France ne pouvait pas se passer. Cet appel à la "force noire" n'avait pas si mal marché vu que nous avons gagné la guerre.

    Ces africains ont été ensuite cantonnés en Rhénanie pour humilier les allemands qui considéraient les africains comme des bêtes et des violeurs en puissance.

    A partir des années 90, les recruteurs français notamment Lens, Le Mans, Rennes, OM, Le Havre, Metz, Toulouse... ont commencé à faire venir des tonnes d'Africains. Les mecs comme Antonetti, ou le directeur du centre de formation du Mans assumaient ce poncif colonial: les blacks sont costauds physiques, ils la ramènent pas. C'est l'idéal pour "muscler son jeu".

    En parallèle de ça, les détections en France ont aussi privilégiées les "Africains Français sans technique", clairement au détriment des blancs et des rebeus.

    Résultat: On a des clubs de L1 qui comptent une majorité de blacks bourrins et sans technique. Du coup les équipes qui ont la "meilleure force noire" se qualifient pour les coupes d'Europe pour se faire poutrer par des clubs techniques.

    Et nos sélections produisent des blacks à la chaîne, en mode sosie, qui n'ont vraiment aucune technique (Matuidi,Mangala, Sissokho, Sagna, Guilavogui, Kondogbia, Mavuba, Cissé, Alou Diarra...).

    Dans le même temps, des joueurs plus techniques et moins physiques explosent à l'étranger: Griezmann en Espagne, Schmid en Allemagne, Schneiderlin en Angleterre, Benatia en Italie. D'autres comme Valbuena ou Ribéry ont été contraints de passer par des petits clubs. Il y'a aussi des africains techniques, mais ils ne sont pas passés par la Franceà la base (Pitroipa Hambourg, Etoo en Espagne). Non la France préfère Oliech!

    Pour quels résultats?

    - Des clubs moisis en coupe d'Europe.
    - Un championnat chiant à voir jouer.
    - Une équipe nationale bourrine, sans technique, sans folie.
    - Une désaffection globale pour le foot en France.
    - Le facteur ethnique qui prend le pas sur le sportif (les quotas, blanc, riolo...)

    Dès lors, il n'est pas étonnant de voir que les choses commencent à changer. Et c'est tant mieux. Vive la décolonisation dans le football.

    PS: Désolé d'être si long dans mon post.

    REPS: J'ai joué en Suisse et les trucs qu'il ne fallait surtout pas faire si tu voulais jouer en équipe A c'était: jouer à plus de 3 touches de balles, faire des relances non latérales, jouer par obstruction au lieu de dribbler. En France, le premier truc qu'on m'a dit c'est "muscle ton jeu". Par contre, les dribbles, la techniques, ils s'en tapaient. Résultat, la Suisse ira à la coupe du monde avec des mecs comme Lichsteiner, Behrami, Shakiri, Xhaka, Frei, Seferovic et tout, et la France ira en barrage, sans être certaine d'aller au mondial.


  • Message posté par JoséKarlPierreFanFan le 09/09/2013 à 10:00
      

    Pendant la première guerre mondiale, un traineur de sabre nommé le Général Mangin a eu la super idée de mettre en première ligne des "régiments coloniaux" c'est à dire essentiellement des tirailleurs sénégalais. Son idée était que les gros noirs selon lui bourrins, physiques, se contentant de peu et limités intellectuellement constituaient une force dont la France ne pouvait pas se passer. Cet appel à la "force noire" n'avait pas si mal marché vu que nous avons gagné la guerre.

    Ces africains ont été ensuite cantonnés en Rhénanie pour humilier les allemands qui considéraient les africains comme des bêtes et des violeurs en puissance.

    A partir des années 90, les recruteurs français notamment Lens, Le Mans, Rennes, OM, Le Havre, Metz, Toulouse... ont commencé à faire venir des tonnes d'Africains. Les mecs comme Antonetti, ou le directeur du centre de formation du Mans assumaient ce poncif colonial: les blacks sont costauds physiques, ils la ramènent pas. C'est l'idéal pour "muscler son jeu".

    En parallèle de ça, les détections en France ont aussi privilégiées les "Africains Français sans technique", clairement au détriment des blancs et des rebeus.

    Résultat: On a des clubs de L1 qui comptent une majorité de blacks bourrins et sans technique. Du coup les équipes qui ont la "meilleure force noire" se qualifient pour les coupes d'Europe pour se faire poutrer par des clubs techniques.

    Et nos sélections produisent des blacks à la chaîne, en mode sosie, qui n'ont vraiment aucune technique (Matuidi,Mangala, Sissokho, Sagna, Guilavogui, Kondogbia, Mavuba, Cissé, Alou Diarra...).

    Dans le même temps, des joueurs plus techniques et moins physiques explosent à l'étranger: Griezmann en Espagne, Schmid en Allemagne, Schneiderlin en Angleterre, Benatia en Italie. D'autres comme Valbuena ou Ribéry ont été contraints de passer par des petits clubs. Il y'a aussi des africains techniques, mais ils ne sont pas passés par la Franceà la base (Pitroipa Hambourg, Etoo en Espagne). Non la France préfère Oliech!

    Pour quels résultats?

    - Des clubs moisis en coupe d'Europe.
    - Un championnat chiant à voir jouer.
    - Une équipe nationale bourrine, sans technique, sans folie.
    - Une désaffection globale pour le foot en France.
    - Le facteur ethnique qui prend le pas sur le sportif (les quotas, blanc, riolo...)

    Dès lors, il n'est pas étonnant de voir que les choses commencent à changer. Et c'est tant mieux. Vive la décolonisation dans le football.

    PS: Désolé d'être si long dans mon post.

    REPS: J'ai joué en Suisse et les trucs qu'il ne fallait surtout pas faire si tu voulais jouer en équipe A c'était: jouer à plus de 3 touches de balles, faire des relances non latérales, jouer par obstruction au lieu de dribbler. En France, le premier truc qu'on m'a dit c'est "muscle ton jeu". Par contre, les dribbles, la techniques, ils s'en tapaient. Résultat, la Suisse ira à la coupe du monde avec des mecs comme Lichsteiner, Behrami, Shakiri, Xhaka, Frei, Seferovic et tout, et la France ira en barrage, sans être certaine d'aller au mondial.


  • Message posté par Selbycool le 09/09/2013 à 10:06
      Note : 3  /

    ... Où l'on se rend compte que le pauvre Lolo, hormis sa maladresse d'avoir utilisé le mot "quota" (et la présence juste surréaliste d'un enregistreur pendant une réu pareille ??!! Aurait-on voulu lui tendre un piège ?? Mais quiiiiii ??? )

    , disait simplement ce que tout le monde, spectateurs, Ancelotti, autres présidents, journalistes... pense depuis des années: ce serait peut-être pas mal de faire plus de place à des petits gabarits dans la formation française, histoire d'avoir des dribbleurs et des passeurs en EDF, un de ces 4.

    P'tet même que ça nous éviterait de coller une pression de malade mentale à tous nos A-C comme s'ils étaient seuls responsables d'un jeu qui ne score pas...

    D'ailleurs, j'élargis le sujet, mais je savoure bien le gentil retournement total de veste médiatique qui se prépare sur Blanc: un mec qu'on a viré comme un minable alors qu'il avait parfaitement rempli le contrat (qualif + 1/4 à l'Euro + victoires de prestige en amical)... "La Dèche, pas de projet de jeu", z'êtes vraiment surpris ?? J'aurais bien aimé avoir Lolo sur le banc face à la Géorgie, et une autre équipe sur le terrain.

    Allez bonne semaine tout le monde <3

  • Message posté par bufford tannen le 09/09/2013 à 10:09
      Note : 3  /

    si les pays d'afrique ne gagnent pas de coupe du monde,c'est avant tout du à un manque de formation à la base et à une inexistance d'organisation.
    les dirigeants des federations africaines ont pour la plupart des ambitions personnelles et non pas pour leur nation.
    c'est bien dommage compte tenu du niveau qu'ils pourraient avoir en étant structurés.

  • Message posté par WiL le 09/09/2013 à 10:10
      

    Message posté par AeyronSk
    Et c'est clairement un de nos plus gros problème en EDF.
    Notre sélection nationale n'a pas de fond de jeu.

    On joue avec 4 défenseur et deux milieu défensif, très bien, mais pourquoi nos deux milieu défensif ont un profil de récupérateur. Pour ne pas jouer avec un récupérateur et un meneur de jeu (qui ne percute pas mais joue la relance propre et les changement d'aile).
    Du coup pas de fond de jeux, des schéma tactique qui change constamment et pour seule idée de jeu pour la coupe du monde, "on encaisse pas le premier but les gars sinon on est coin, alors solide en défense et en attaque tout peut arriver" un discours niveau district du dimanche après midi :D


    En même temps, regarde la compo du "monstre" de France 98.

  • Message posté par Djibby Songz le 09/09/2013 à 10:15
      Note : 3  /

    Le problème en Afrique c'est la Fédé, son président, les arbitres. Ils sont pratiquement tous incompétents et j'parle meme pas de l'organisation.

    J'ai halluciné à la dernière CAN quand j'ai vu une cage partir en c******s et l'arbitre assistant qui met 14 minutes de temps additionnel!

    Mais franchement faut que les clubs de Ligue 1 s'intéresse sérieusement aux joueurs de l'Afrique de l'Ouest y a des joueurs talentueux qui n'auront aucun mal à s'adapter France

  • Message posté par kev le 09/09/2013 à 10:20
      Note : 1 

    Le marché des transferts évolue. Il y a 10 ans, Lyon importait pas mal de brésiliens de très bonne qualité dans notre bon vieux championnat. A present, c'est mission impossible pour le club d'Aulas. Des clubs de plus gros calibres avec des moyens financiers plus conséquent occupent ce marché.

    Pour l'Afrique le constat est le même à la différence comme il est dit dans l'article que le niveau a quelque peu baissé. Néanmoins, il y a encore de nombreux africains accueillit dans les clubs français.

  • Message posté par Selbycool le 09/09/2013 à 10:29
      Note : 1 

    Message posté par WiL


    En même temps, regarde la compo du "monstre" de France 98.


    Ben justement, non, c'est là une de nos plus grandes erreurs de croire que France 98 c'était trois milieux defs !! Mate la compo de la finale: le seul "pur" 6, c'est la Dèche. Devant lui il a un trio Petit-Karembeu-Zidane, puis Djorkaeff et Guivarc'h.

    Il faudra bien qu'on se mette un jour dans le crâne que Petit et Karembeu, comme Vieira plus tard, n'étaient pas des défensifs, c'était des polyvalents avec une vraie capacité d'accélération et des passes en or, capables de jouer la profondeur, de dribbler, de centrer...
    Rappelez-vous un peu Karembeu à Nantes ! Même Makélélé plus tard, il a commencé sa carrière en ailier.

    En 2000, on perd un milieu central pour un ailier (Dugarry en finale, et ouais), donc la Dèche et Vieira tiennent le milieu à deux. Et Vieira, joueurs comme entraîneurs s'accordent à dire que c'est un des meilleurs passeurs avec qui ils aient jamais joué.

    Bref, rien à voir avec Guilavogui ou Capoue dans le profil, révisez vos classiques... Et je ne parle même pas du "carré magique" des 80's.

    Alors les mecs, acceptez-le une fois pour toutes : LA FRANCE N'A JAMAIS RIEN GAGNE AVEC DES BOURRINS. Jamais. Voilà, merci.

  • Message posté par eminhull le 09/09/2013 à 10:46
      

    Message posté par AeyronSk
    Et c'est clairement un de nos plus gros problème en EDF.
    Notre sélection nationale n'a pas de fond de jeu.

    On joue avec 4 défenseur et deux milieu défensif, très bien, mais pourquoi nos deux milieu défensif ont un profil de récupérateur. Pour ne pas jouer avec un récupérateur et un meneur de jeu (qui ne percute pas mais joue la relance propre et les changement d'aile).
    Du coup pas de fond de jeux, des schéma tactique qui change constamment et pour seule idée de jeu pour la coupe du monde, "on encaisse pas le premier but les gars sinon on est coin, alors solide en défense et en attaque tout peut arriver" un discours niveau district du dimanche après midi :D


    +1 pour le constat mais le problème c'est que nos récupérateurs ne sont pas techniques et ils ne sont pas non plus des rampes de lancement pour les attaquants. Ils ont aussi une influence tactique très faible.
    Qd tu vois Pirlo, Motta ou verrati en Italie ou les recupérateurs espagnols, tu pleures en France

  • Message posté par antony le 09/09/2013 à 10:58
      Note : 6  /

    Quand j'entend certains parler, on dirait que tous les Africains sont des joueurs bourrins et forcément physique...
    Mon pote Noir, que je voyais déjà dans les clubs de ligue 1 (un arrière droit bien technique qui sait centrer sur la tête d'une mouche!!! et déborder!!! )s'est fait récaler de 2centres de formations parce-que il n'était psa assez physique. Ce sont les mecs des centres de formations les tocards!

    Je ne sais pas qui a regardé les derniers JO mais l'équipe du Nigéria ressemblait plus au Brésil qu'à une équipe de bourrin.

    Le problème en France se situe au niveau des dirigeants! On surpaie des joueurs juste bon...

  • Message posté par mak075 le 09/09/2013 à 11:11
      

    Message posté par doncarnol
    La france n'est pas un pays de football !
    Sauf quand une équipe alors tout le monde se réveille...
    Avant je savais pas que j'avais des amis fan du Psg !
    ils n'ont osé me le dire que depuis 3 ans...
    FFF/fédé française des Footix !


    Merci

  • Message posté par mak075 le 09/09/2013 à 11:14
      

    Message posté par JoséKarlPierreFanFan
    Pendant la première guerre mondiale, un traineur de sabre nommé le Général Mangin a eu la super idée de mettre en première ligne des "régiments coloniaux" c'est à dire essentiellement des tirailleurs sénégalais. Son idée était que les gros noirs selon lui bourrins, physiques, se contentant de peu et limités intellectuellement constituaient une force dont la France ne pouvait pas se passer. Cet appel à la "force noire" n'avait pas si mal marché vu que nous avons gagné la guerre.

    Ces africains ont été ensuite cantonnés en Rhénanie pour humilier les allemands qui considéraient les africains comme des bêtes et des violeurs en puissance.

    A partir des années 90, les recruteurs français notamment Lens, Le Mans, Rennes, OM, Le Havre, Metz, Toulouse... ont commencé à faire venir des tonnes d'Africains. Les mecs comme Antonetti, ou le directeur du centre de formation du Mans assumaient ce poncif colonial: les blacks sont costauds physiques, ils la ramènent pas. C'est l'idéal pour "muscler son jeu".

    En parallèle de ça, les détections en France ont aussi privilégiées les "Africains Français sans technique", clairement au détriment des blancs et des rebeus.

    Résultat: On a des clubs de L1 qui comptent une majorité de blacks bourrins et sans technique. Du coup les équipes qui ont la "meilleure force noire" se qualifient pour les coupes d'Europe pour se faire poutrer par des clubs techniques.

    Et nos sélections produisent des blacks à la chaîne, en mode sosie, qui n'ont vraiment aucune technique (Matuidi,Mangala, Sissokho, Sagna, Guilavogui, Kondogbia, Mavuba, Cissé, Alou Diarra...).

    Dans le même temps, des joueurs plus techniques et moins physiques explosent à l'étranger: Griezmann en Espagne, Schmid en Allemagne, Schneiderlin en Angleterre, Benatia en Italie. D'autres comme Valbuena ou Ribéry ont été contraints de passer par des petits clubs. Il y'a aussi des africains techniques, mais ils ne sont pas passés par la Franceà la base (Pitroipa Hambourg, Etoo en Espagne). Non la France préfère Oliech!

    Pour quels résultats?

    - Des clubs moisis en coupe d'Europe.
    - Un championnat chiant à voir jouer.
    - Une équipe nationale bourrine, sans technique, sans folie.
    - Une désaffection globale pour le foot en France.
    - Le facteur ethnique qui prend le pas sur le sportif (les quotas, blanc, riolo...)

    Dès lors, il n'est pas étonnant de voir que les choses commencent à changer. Et c'est tant mieux. Vive la décolonisation dans le football.

    PS: Désolé d'être si long dans mon post.

    REPS: J'ai joué en Suisse et les trucs qu'il ne fallait surtout pas faire si tu voulais jouer en équipe A c'était: jouer à plus de 3 touches de balles, faire des relances non latérales, jouer par obstruction au lieu de dribbler. En France, le premier truc qu'on m'a dit c'est "muscle ton jeu". Par contre, les dribbles, la techniques, ils s'en tapaient. Résultat, la Suisse ira à la coupe du monde avec des mecs comme Lichsteiner, Behrami, Shakiri, Xhaka, Frei, Seferovic et tout, et la France ira en barrage, sans être certaine d'aller au mondial.



    F... you F... la France F... Domenech

  • Message posté par Chriswillow le 09/09/2013 à 11:16
      

    Il ne faut pas être sorti de la cuisse de Jupiter pour se rendre compte que le football africain est en crise depuis de nombreuses années. Il n'y a qu'à regarder le niveau de la CAN...

    Et les fers de lance (Ghana, Cote d'Ivoire, Cameroun, Sénégal) n'échappent pas à ce constat, bien au contraire. Quand on voit que la Zambie ou le Nigeria (à la rue depuis le début des années 2000) sont capables de gagner cette compet, tu te dis qu'il y a schmolblok quelque part.

  • soldafada13 a été mis sur la touche, tous ses commentaires sont masqués
  • Message posté par Jaep le 09/09/2013 à 11:20
      

    Message posté par Raphael Simon
    Si on dit "diamant brut" pour l'Afrique on est colonial, et si ont dit "pépite brésilienne" c'est quoi???



    TRES BONNE REMARQUE.
    Il est certain que l' on usent de certains termes assez curieux pour désigner des employés... Cela me fait penser aux termes de "Bois d'ébène" pour désigner les esclaves...
    extrait de wikipédia : "La traite atlantique s'accompagne de la création d'un nouveau type d'esclave : c'est le statut de « bois d'ébène ». Le bois d'ébène est considéré comme un bien délicat. Comme tout bien, son propriétaire peut l'assurer afin d'être indemnisé en cas de décès".

  • Message posté par Elessar le 09/09/2013 à 11:28
      

    Le problème, ça reste et ça restera toujours la formation.

    Peu importe que le mec soit noir et mesure 1.90, ou qu'il soit blanc et mesure 1.73.
    Le plus important reste d'apprendre aux joueurs de jouer avec leur tête et non de se reposer sur leurs atouts physique.

  • Message posté par Dendecuba le 09/09/2013 à 11:30
      

    Pfff article intéressant mais qui n’échappe pas aux poncifs du genre, le physique pour les noirs, la technique pour les arabes, l’endurance pour les asiatiques, la grinta pour les sud’am, où comment donner trop d’importance à la nationalité dans l’appréciation d’un joueur.

    Les commentaires sont au top par contre, merci à JoséKarlPierreFanFan pour le cours d’histoire.

  • Message posté par Coach Kévinovitch le 09/09/2013 à 11:32
      Note : 6  /

    Message posté par Selbycool


    Ben justement, non, c'est là une de nos plus grandes erreurs de croire que France 98 c'était trois milieux defs !! Mate la compo de la finale: le seul "pur" 6, c'est la Dèche. Devant lui il a un trio Petit-Karembeu-Zidane, puis Djorkaeff et Guivarc'h.

    Il faudra bien qu'on se mette un jour dans le crâne que Petit et Karembeu, comme Vieira plus tard, n'étaient pas des défensifs, c'était des polyvalents avec une vraie capacité d'accélération et des passes en or, capables de jouer la profondeur, de dribbler, de centrer...
    Rappelez-vous un peu Karembeu à Nantes ! Même Makélélé plus tard, il a commencé sa carrière en ailier.

    En 2000, on perd un milieu central pour un ailier (Dugarry en finale, et ouais), donc la Dèche et Vieira tiennent le milieu à deux. Et Vieira, joueurs comme entraîneurs s'accordent à dire que c'est un des meilleurs passeurs avec qui ils aient jamais joué.

    Bref, rien à voir avec Guilavogui ou Capoue dans le profil, révisez vos classiques... Et je ne parle même pas du "carré magique" des 80's.

    Alors les mecs, acceptez-le une fois pour toutes : LA FRANCE N'A JAMAIS RIEN GAGNE AVEC DES BOURRINS. Jamais. Voilà, merci.



    J'ajouterais que personne n'a jamais rien gagné avec des bourrins vu que par définition les bourrins sont trop faibles.

    Le problème en France des grands noirs a été causé comme ça a été dit plus haut pour le racisme anti-noir qui considère ces derniers comme des bêtes au sens animal comme mental du terme. De plus, si leur campagne de recrutement de noirs costauds bourrins tant en Afrique qu'en banlieue a "oublié" les blancs ou les arabes, elle a aussi oublié les noirs plus petits, rapides et techniques. Du coup, quand nous devons nous farcir des Alou Diarra-like, le Brésil a des Fernandinho, Marcos Senna. Même en Afrique, des joueurs comme Okocha, Babangida était tous sauf des joueurs frustres techniquement. C'est pas les grands noirs qu'il faut incriminer, c'est le fait de les choisir et cela est du à ce racisme bien français.

    Après en termes de jeu, je pense qu'il ne faut pas confondre deux choses. Le problème de la mentalité des entraîneurs français est que ce sont des gagne-petits et le recrutement des noirs costauds sert cette mentalité. Ils veulent gagner des matches en maintenant le 0-0 pour gagner sur un coup de dés provoqué par une rare action chanceuse comme s'ils voulaient à chaque fois arnaquer l'adversaire plutôt qu'à chercher à lui être supérieur dans tous les domaines. L'opposition ne situe pas entre beau jeu et moche jeu mais bien entre gagne-petit et grand gagnant. Le pire est qu'en France, cette mentalité de gagne-petit et ses conséquences sur le jeu vont de pair avec un goût prononcé pour les exploits de type David contre Goliath, la préférence pour des joueurs sympathiques qui mouillent le maillot plutôt que pour des joueurs talentueux.

    Le remède pour cela n'est pas de prôner le beau jeu par esthétisme mais les qualités techniques, tactiques et le QI football pour prévaloir face à ses adversaires, bref de cultiver le talent pour être supérieur aux autres.

  • Message posté par juda le 09/09/2013 à 11:37
      Note : - 4  &


  • Message posté par Hadopi Conqueror le 09/09/2013 à 11:45
      Note : 4  /

    Préciser qu'Eto'o est venu en France et s'est fait virer de tous les clubs dans lesquels il a fait des essais (Le Havre, Saint-Etienne et Cannes).

    En ce qui concerne l'Afrique, ben le foot est à l'image du reste : pauvre, indigent, mal organisé et gangrené par la corruption.

    En grande partie à cause de... la Françafrique qui, soit dit en passant, se porte très bien !

  • Message posté par Zangli le 09/09/2013 à 11:47
      Note : 2 

    Message posté par Raphael Simon
    Si on dit "diamant brut" pour l'Afrique on est colonial, et si ont dit "pépite brésilienne" c'est quoi???


    Bah justement, le parallèle est évident. Question pillage des ressources par les européens, le Brésil c'était pas mal non plus...

  • Message posté par golazo21 le 09/09/2013 à 11:51
      Note : 3  /

    le niveau technique en afrique a baissé

    n'a jamais vu joué le tp mazembe (je comprend pas qu'aucun club de l1 mate leurs matchs) ou des sélections avec du ballon comme le soudan (oui, oui)

    il n'a jamais été aussi haut

    par contre peut etr moins de jeu collectif

  • Message posté par Steven le 09/09/2013 à 11:52
      

    Celle là, elle est pour toi Michel :

    http://www.youtube.com/watch?v=Pmetwm6VWgc

  • Message posté par maxleharmek le 09/09/2013 à 12:02
      

    Bruno Satin qui parle de ce qui ne connait pas. Montanier à quitter la Réal pour non prolongation de contrat. Et niveau jeu tactique de gros coincé y a pire..

  • soldafada13 a été mis sur la touche, tous ses commentaires sont masqués
  • Message posté par TsouinTsouin le 09/09/2013 à 13:20
      Note : 5  /

    Heu... Je suis un peu septique quant à ce que je lis ici.
    J'ai l'impression que certains pensent que la technique, c'est inné. Non mais sérieux ? C'est le travail et la qualité de la formation qui fait que la technique est bonne ou non.
    Quant au physique, quand un de tes parents est géant, il y a de forte chance que tu le sois. Noir, blanc ou peu importe.
    Par contre, si un de tes parents avait une super technique (Maradona, Cruyff et probablement des centaines comme ça), tu ne seras pas forcément le roi du dribble, de la reprise de volée ou de la passe dans le bon tempo.

    Donc le problème n'est pas de former des noirs ou des blancs, le problème c'est les formateurs qui ont axés leurs entrainements sur le physique plutôt que la technique.
    Et avec les idiots qu'on se tape, l'amalgame entre noirs physiques et blancs techniques est bien trop facile.

  • Message posté par popeye le 09/09/2013 à 13:31
      Note : 2 

    Mais c'est quoi ces commentaires racistes? on en vient même à justifier les propos de Blanc pendant cette réunion, qui se justifient amplement par sa connerie naturelle. On ne va pas passer trois heures à dire que ce mec est le roi de la rhétorique.
    On critique des joueurs comme Guilavogui ou Sissoko, sur la base des prestations de l'équipe de France dont ils ne sont pas seuls responsables, et ils s'en vont faire le bonheur de club comme Newcastle ou l'Athletico Madrid (bon, ça on sait pas encore). On se fait prendre des Drogba, des Essien, des Mahmadou Diarra, des Seydou Keita, des Eric Djemba-Djemba et des El-Hadji Diouf (bon, je plaisante).
    C'est un problème qui concerne la formation, pas l'origine ethnique des joueurs. Vous avez vu le gabarit de petits jeune comme Ogenda ou Kinglsey Coman? Et ils ont l'air de manier le ballon de manière plutôt agréable.
    Les commentaires sont de la parano totale, la formation est d'un piètre niveau et ensuite les clubs font avec les moyens du bord.

  • Message posté par Tom Monchéri le 09/09/2013 à 13:51
      Note : 3  /

    Très bon article.
    Par contre j'aimerais bien qu'on se penche sur une autre face du problème.
    Je pense qu'une des raisons est que le niveau s'est considérablement dégradé tout simplement (des joueurs Africains je veux dire).
    Je vais prendre comme illustration la dernière coupe d’Afrique. Je n'ai jamais vu une compétition avec un niveau de jeu aussi faible !! avec une lenteur de ouf, certains match j'étais pas loin de gerber.
    Pour moi la dernière grande compétition Africaine était la CAN 2006.. Presque toutes les équipes se valaient avec les grandes nations qui respectaient leur statut.
    J'ai du mal à regarder les matchs internationaux de pays comme la côte d'ivoire.
    C'est qui le dernier grand buteur que l'Afrique a sortit ? Drogba juste après Eto'o.
    Le seul qui surnage c'est Yaya Touré.
    Le plus gros transfert d'Africain en France si je ne m'abuse c'était Essien. Depuis on a qui ? PEA mais il n'a pas encore confirmé.
    Je pense qui si on ajoute l'amateurisme des fédérations on est pas rendu ( Non Solfada rien ne s'arrange... )
    qui peut me dire qui est le meilleur joueur Africain évoluant en France ?

    Donc oui il y a la crainte de la CAN ou tu as 25% de ton équipe type qui se barre, mais il y a aussi le niveau des joueurs.
    Le dernier joueur Africain à avoir fait sensation a été Gervinho... et lui c'est un intermittent..

    Il fut un temps où en temps qu'Africain je rêvait que la Fifa remplace la coupe des confédérations par une compétition du genre All stars Game avec une superbe équipe par continent... drogba éto'o en attaque, Essien, Yaya, Rigobert song et j'en passe..

    Aujourdh'ui...

  • Message posté par didier gomis le 09/09/2013 à 14:08
      Note : - 2 

    Message posté par Raphael Simon
    Si on dit "diamant brut" pour l'Afrique on est colonial, et si ont dit "pépite brésilienne" c'est quoi???


    un conquistador

  • Message posté par El Xeneize le 09/09/2013 à 14:32
      

    Dario Cvitanich cité dans un article Françafrique , je veux bien mais on parle de quoi ??

    L'article parle de talents ou d'économie ?? car sur le fond c'est intéressant mais mélangé .
    Un joueur de foot qu'il soit Blanc ou Noir , si c'est un bon c'est un bon , si c'est un moyen ou un mauvais son niveau sera inférieur basta , la couleur de peau n'a aucun rapport !

    Pour comprendre pourquoi les recruteurs Français recrute moins de jeunes Africains il faudrait les interroger ou se rendre peut etre a la source meme ..

    Le foot est cyclique , peut etre y'a t'il moins de talent etc

    _ Combien de footballeur ont débarquer en Europe issue des supposés 2 meilleurs clubs continentaux actuels finaliste de la dernière ligue des champions entre :

    L'Espérance de Tunis et Al Ahly le Caire ??

    ( pour l'anecdote a suivre Salah un joueur Egyptien du FC Bale , si il ne fera pas une Mido )

  • Message posté par bengiroud le 09/09/2013 à 14:40
      

    Un article intéressant, il correspond à un brutal changement de paradigme des équipes francaises. Un besoin de résultat immédiat, instantané. Idem pour la formation où le joueur doit s'intégrer immédiatement sinon retour au pays, l'époque des formateurs/papas est définitivement révolue. Enfin une volonté de jeu plus technique, la formation francaise est quand meme passée à côté de Ribery ou Valbuena les meilleurs joueurs francais actuellement.
    Enfin et le plus important, la sacrosainte thune, la concurrence de la premier league a participé à l'inflation des joueurs de L'Afrique francophone et la ligue 1 pour des raisons évidentes n'arrive pas à suivre
    Enfin l'auteur de l'article devrait faire un stage chez Bescherelle

  • Message posté par didier gomis le 09/09/2013 à 14:51
      Note : 2 

    Avec cet article on ouvre la boîte de Pandore que Francis Smerecki a voulu garder fermée, et c'est bien dommage. Mets toi à la place d'un Sissoko ou d'un Pogba ou même d'un anonyme black qui joue au foot dans son équipe de quartier qui lirait cet article, le gars aurait la rage comparable à celle que devait ressentir les anciens esclaves quand on parlait d'eux.

    Dire que le niveau de l'Afrique a baissé c'est oublier que la dernière décennie a connu des cadors au niveau mondial, et que que désormais, le cycle semble un peu terminé. A mon avis, c'est tout à fait conjoncturel, et bientôt, il émergera de nouveaux grands joueurs africains, voire même chinois, esquimos ou même aborigènes... Le foot a cela de magique qu'il est par essence universel à que la grâce touche toutes les gabarits et cultures.

    Quand Da Fonseca dit:« La différence aujourd'hui se situe au niveau du vécu. En Amérique du Sud, les jeunes apprennent très vite la gagne, contrairement à l'Afrique où les compétitions structurées sont plus rares", le gars a sûrement raison, mais sa théorie est bancale. Tu veux me dire qu'on a appris à Luis Suarez à faire un arrêt de la main ? Qu'on a appris à Thierry Henry de faire une portée de balle dans les arrêts de jeu ? Mais honnêtement, la gagne c'est comme la technique, c'est autant inné que le fruit du travail.

    Le Cameroun, le Sénégal ou la Nigéria n'ont pas gagné de coupes du monde, mais ni la Hollande, ni le Mexique, ni la Yougoslavie ne l'ont gagnée, ça n'a rien à voir avec la formation. Déjà, si plus d'équipes africaines étaient représentées au mondial, la proportion de chance de voir gagner l'une d'entre elles serait plus élevé

    A mon avis la formation sur place manque sûrement de moyens, et il doit y avoir des milliers de gamins plus talentueux les uns que les autres en Afrique, le problème vient effectivement du profil de joueur qui intéresse les clubs. Ce que dit Ancelotti, c'est en substance ce qu'avait voulu dire Laurent Blanc, mais l'un est italien et l'autre est français. En France, on ne blague pas avec le racisme et c'est tant mieux, y'a des choses trop graves pour qu'on puisse laisser passer ce genre de courant.





  • Message posté par popeye le 09/09/2013 à 15:40
      Note : - 2 

    Dans mes bras, didier gomis.

  • soldafada13 a été mis sur la touche, tous ses commentaires sont masqués
  • Message posté par Jaep le 09/09/2013 à 16:44
      

    AU brésil également, les joueurs ont la pression: des brésiliens ont vandalisé une statut a l'effigie de Ronaldinho, et un bureau d'une entreprise de Ronaldo a été saccagé en 2006.

    Il y a des cons partout, c'est tout. Je suis persuadé que ce genre de choses aurait pu arriver en France...

  • Message posté par Jaep le 09/09/2013 à 16:48
      Note : 1 

    P.S. au précedent post: Évidemment, je condamne ces pratiques, mais je ne suis pas loin de pensé que ce genre de choses sont davantage causé par les médias qui attisent directement la haine, que par les supporteurs avinés qui se trouvent par hasard a proximité des biens ou des lieux ou résident les joueurs.

    Ou sinon causé par notre Houilliers national qui accuse directement certains joueurs d'avoir causé la défaite.
    En france, on pourrait rapidement retrouvé ce stade sous peu..

  • Message posté par chelsealooss! le 09/09/2013 à 17:07
      

    Un article comme on n'en lira jamais sur Eurosport...

  • Message posté par kikette38 le 09/09/2013 à 17:40
      

    Il faut arrêter un peu avec le racisme. Dire que les Norvégiens sont traditionnellement grands ne sera jamais taxé de racisme. Pourquoi ?

    La source du problème selon moi est la suivante. Beaucoup de joueurs de l'Afrique Noire ont des qualités physiques au dessus de la moyenne.
    Les clubs Français ont fait venir des joueurs d'Afrique Francophone car ceux-ci coûtaient moins cher, parlaient Français et voyaient la France comme un Eldorado.

    Mais, là où le bas blesse, c'est que les formateurs en France font une fixette sur le physique avant la technique. Et l'article vient appuyer là où cela fait mal justement. C'est culturellement ce manque de risque qui est montré du doigt aujourd'hui.

    Plutôt que de faire progresser un joueur au physique impressionnant sur le plan technique, on préfère en France seulement s'appuyer sur ce physique.

    Je me souviens déjà la différence culturelle il y a 15 ans entre Français et Allemands sur un point précis, les frappes de loin. En Allemagne si tu foires ta frappe de loin, tes partenaires vont penser " ok, tu as tenté, il faut prendre des risques", en France c'est plutôt " Putain$ quel con$ celui-là, il frappe comme une merde$".


    Quant à Mourinho, cela se vérifie. Pour lui les meilleurs joueurs en France étaient les joueurs Africains. Forcément, il s'agit d'ajouter une plus-value physique à son dispositif de jeu. Sauf qu'il s'agit seulement d'une plus value alors qu'en France on en a fait une valeur commune.

    Drogba et Essien en sont les bons exemples, ils représentent la puissance et la combativité. Mais en terme technique, il s'appuiera sur d'autres joueurs ressources du style de Tiago Motta à l'Inter par exemple.

    Ce n'est pas dénigrer les joueurs Noirs d'Afrique, c'est juste faire un constat sur une mauvaise utilisation globale des qualités de certains joueurs suivant des préjugés de formateurs et d'éducateurs à deux balles.

  • Message posté par Denoueix-touch le 09/09/2013 à 18:46
      Note : 3  /

    C'est là que l'on découvre que c'est juste une histoire de FORMATION ( et donc d'argent) et non pas de MORPHOTYPE et d'ETHNIE parce que au Brésil le syndrome noir mais peintre avec le ballon ne s'applique pas de façon aussi systématique, loin de là même, qu'en Europe et particulièrement en France(parce que là bas une belle majorité à du sang noir ne serait ce qu'un minimum et partage certains traits physiologiques avec des caractéristiques africaines), moi même faisant partie des "petits noirs" à mon très humble niveau je me suis fait refusé plusieurs fois les portes de l'équipe A du quartier parce que j'était barré par des mecs (pas tous noirs loin de là) mais avec un profil bien plus physique (pas forcément plus athlétique mais plus costaud) pour leur age malgré le fait que ces mecs ne savait pas faire un contrôle décent.

    Pourtant je viens d'une région où le jeu était sacralisé puisque le club phare le FCN arrivait à gagner avec une alchimie de plusieurs type de joueurs, je n'ose imaginer dans d'autre coin où la culture du jeu est/était encore plus restrictive.


  • Message posté par Loscinternational le 10/09/2013 à 15:33
      

    Dans la continuité de l'article, pour les interessé(e)s: http://www.beninfootball.com/le-footbal … t-business



56 réactions :
Poster un commentaire