En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options

La formation parisienne à l'accent catalan

Stambouli, Trapp, bientôt Di María… Discuté, le mercato du PSG n'en demeure pas moins une réussite. Un constat qui s'applique tout au moins à sa formation, puisque deux têtes pensantes de la méthode blaugrana sont sur le point de débarquer au Camp des Loges. Ou comment le « Dream bigger » devient un « Soñar mas grande » .

Modififié
Le projet PSG se heurte, depuis déjà trois saisons, à son modèle et ses limites. La quête du graal européen, obsession de Nasser Al-Khelaïfi, trouve toujours l'os barcelonais sur sa route. Un FC Barcelone que le président parisien érige en modèle, tant sur le plan sportif qu'économique, tant dans sa communication que sa formation. De ses deux éliminations en quarts de finale de la compétition, le champion de France s'est tiré avec les honneurs et quelques leçons. Des leçons qui se transforment, aujourd'hui, en changement dans la structure interne parisienne. Car, selon des informations de L'Équipe d'il y a quinze jours, le nouveau directeur de la formation se nomme Carles Romagosa. Anonyme médiatique, ce professeur à l'université de Vic a longtemps été l'une des têtes pensantes de la Masia. Sa mission consiste à repenser les méthodes d'entraînement, la formation des éducateurs et, plus grossièrement, tout ce qui touche à la « cantera » parisienne. Mieux, il pourrait même être accompagné d'un certain Fran Sánchez Bas, premier instructeur de Pep Guardiola et de Luis Enrique. Tout, sauf des rigolos de kermesse.

Romagosa : « Renforcer la valeur du collectif »


L'histoire de Carles Romagosa Vidal, de son patronyme complet, avec le FC Barcelone commence en 1997. Son premier job consiste alors à s'occuper de l'une des équipes de jeunes de la Masia. Une constante dans son parcours blaugrana, puisque jamais il ne s'éloigne des jeunes pousses et de leur progression. Néanmoins, son cursus professionnel le pousse vers les bureaux universitaires. Du Camp Nou, il migre vers l'université de Vic, spécialisée dans les études sportives. Là-bas, il théorise une nouvelle méthode, celle d'Ekkono. Elle apporte une approche cognitive qui se divise en quatre points : un entraînement se veut perceptif, pose des problèmes aux joueurs qui se questionnent, n'a pas seulement besoin des contenus mais également des concepts, et ne doit jamais se répéter. Une méthode tout ce qu'il y a de plus scientifique qui a déjà fait ses preuves, que ce soit avec le Barça, mais également les sélections nationales de jeunes de Chine ou du Japon. Idem, il a longtemps aidé la Fédération catalane à se développer, ainsi que l'institut Johan Cruyff à se moderniser. Autant d'expériences qui font de lui l'une des têtes pensantes du toque barcelonais.

« Beaucoup d'équipes essayent toujours de tout accélérer, elles veulent toujours aller d'un côté à l'autre, pointe-t-il du doigt en 2010. Ce que nous voulons faire au Barça est très différent : nous voulons penser rapidement, être bien placés, bien orienter le corps, regarder d'où vient l'adversaire, toucher le ballon rapidement pour avoir l'avantage. » Apôtre du collectif, il le place toujours au-dessus des autres concepts : « Les nombreuses passes que nous faisons dans un match et la participation de tous les joueurs renforce la valeur collective face à celle des individualités. Cela nous rend très fier. » Un discours extrême qui le rapproche énormément de Pep Guardiola et, à un degré moindre, de Luis Enrique. Deux hommes qu'il décrit en ces termes : « Luis Enrique respecte l'essence de ce modèle, mais il apporte des variantes et des retouches. Tout comme Guardiola qui a tenté d'évoluer. Il avait face à lui des équipes qui s'ajustaient à sa manière de jouer et a dû trouver des antidotes à cela. » Entraîneurs des deux seuls triplés de l'histoire blaugrana, Lucho et Pep ont également en commun un autre homme dragué par le PSG, Fran Sánchez Bas.

Fran Sánchez : « Un modèle difficile à exporter »


La scène se déroule le 29 septembre 2005 sur un terrain annexe de la Masia. Vêtus de leurs tenues d'entraîneurs, Luis Enrique et Pep Guardiola sont pourtant les élèves studieux de Fran Sánchez. Alors en charge des cadets B azulgrana, il profite de cette séance pour prodiguer le premier stage pratique de la carrière de coach de deux des plus illustres joueurs du Camp Nou, alors simplement détenteurs du premier des trois niveaux requis pour être entraîneurs à part entière. « Les deux étaient très prudents et se sont parfaitement intégrés au groupe, se souvient un Fran Sánchez alors âgé de 28 ans dans les colonnes du Mundo Deportivo. Ils me questionnaient beaucoup, que ce soit sur les joueurs ou les différents exercices. Ils se préoccupaient déjà beaucoup des détails. » Après quinze années de bons et loyaux services, il quitte le cocon blaugrana. Aujourd'hui dragué par le PSG, il explique à Vavel.es « qu'il est très difficile d'exporter cela à d'autre club, car les joueurs, la structure, l'organisation en font un club à part » . En soi, la mission qui attend Carles Romagosa et, peut-être, Fran Sánchez dans un PSG qui veut se réinventer.

Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 3
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 33 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 81
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40