La formation parisienne à l'accent catalan

Stambouli, Trapp, bientôt Di María… Discuté, le mercato du PSG n'en demeure pas moins une réussite. Un constat qui s'applique tout au moins à sa formation, puisque deux têtes pensantes de la méthode blaugrana sont sur le point de débarquer au Camp des Loges. Ou comment le « Dream bigger » devient un « Soñar mas grande » .

Modififié
1k 23
Le projet PSG se heurte, depuis déjà trois saisons, à son modèle et ses limites. La quête du graal européen, obsession de Nasser Al-Khelaïfi, trouve toujours l'os barcelonais sur sa route. Un FC Barcelone que le président parisien érige en modèle, tant sur le plan sportif qu'économique, tant dans sa communication que sa formation. De ses deux éliminations en quarts de finale de la compétition, le champion de France s'est tiré avec les honneurs et quelques leçons. Des leçons qui se transforment, aujourd'hui, en changement dans la structure interne parisienne. Car, selon des informations de L'Équipe d'il y a quinze jours, le nouveau directeur de la formation se nomme Carles Romagosa. Anonyme médiatique, ce professeur à l'université de Vic a longtemps été l'une des têtes pensantes de la Masia. Sa mission consiste à repenser les méthodes d'entraînement, la formation des éducateurs et, plus grossièrement, tout ce qui touche à la « cantera » parisienne. Mieux, il pourrait même être accompagné d'un certain Fran Sánchez Bas, premier instructeur de Pep Guardiola et de Luis Enrique. Tout, sauf des rigolos de kermesse.

Romagosa : « Renforcer la valeur du collectif »


L'histoire de Carles Romagosa Vidal, de son patronyme complet, avec le FC Barcelone commence en 1997. Son premier job consiste alors à s'occuper de l'une des équipes de jeunes de la Masia. Une constante dans son parcours blaugrana, puisque jamais il ne s'éloigne des jeunes pousses et de leur progression. Néanmoins, son cursus professionnel le pousse vers les bureaux universitaires. Du Camp Nou, il migre vers l'université de Vic, spécialisée dans les études sportives. Là-bas, il théorise une nouvelle méthode, celle d'Ekkono. Elle apporte une approche cognitive qui se divise en quatre points : un entraînement se veut perceptif, pose des problèmes aux joueurs qui se questionnent, n'a pas seulement besoin des contenus mais également des concepts, et ne doit jamais se répéter. Une méthode tout ce qu'il y a de plus scientifique qui a déjà fait ses preuves, que ce soit avec le Barça, mais également les sélections nationales de jeunes de Chine ou du Japon. Idem, il a longtemps aidé la Fédération catalane à se développer, ainsi que l'institut Johan Cruyff à se moderniser. Autant d'expériences qui font de lui l'une des têtes pensantes du toque barcelonais.

« Beaucoup d'équipes essayent toujours de tout accélérer, elles veulent toujours aller d'un côté à l'autre, pointe-t-il du doigt en 2010. Ce que nous voulons faire au Barça est très différent : nous voulons penser rapidement, être bien placés, bien orienter le corps, regarder d'où vient l'adversaire, toucher le ballon rapidement pour avoir l'avantage. » Apôtre du collectif, il le place toujours au-dessus des autres concepts : « Les nombreuses passes que nous faisons dans un match et la participation de tous les joueurs renforce la valeur collective face à celle des individualités. Cela nous rend très fier. » Un discours extrême qui le rapproche énormément de Pep Guardiola et, à un degré moindre, de Luis Enrique. Deux hommes qu'il décrit en ces termes : « Luis Enrique respecte l'essence de ce modèle, mais il apporte des variantes et des retouches. Tout comme Guardiola qui a tenté d'évoluer. Il avait face à lui des équipes qui s'ajustaient à sa manière de jouer et a dû trouver des antidotes à cela. » Entraîneurs des deux seuls triplés de l'histoire blaugrana, Lucho et Pep ont également en commun un autre homme dragué par le PSG, Fran Sánchez Bas.

Fran Sánchez : « Un modèle difficile à exporter »


La scène se déroule le 29 septembre 2005 sur un terrain annexe de la Masia. Vêtus de leurs tenues d'entraîneurs, Luis Enrique et Pep Guardiola sont pourtant les élèves studieux de Fran Sánchez. Alors en charge des cadets B azulgrana, il profite de cette séance pour prodiguer le premier stage pratique de la carrière de coach de deux des plus illustres joueurs du Camp Nou, alors simplement détenteurs du premier des trois niveaux requis pour être entraîneurs à part entière. « Les deux étaient très prudents et se sont parfaitement intégrés au groupe, se souvient un Fran Sánchez alors âgé de 28 ans dans les colonnes du Mundo Deportivo. Ils me questionnaient beaucoup, que ce soit sur les joueurs ou les différents exercices. Ils se préoccupaient déjà beaucoup des détails. » Après quinze années de bons et loyaux services, il quitte le cocon blaugrana. Aujourd'hui dragué par le PSG, il explique à Vavel.es « qu'il est très difficile d'exporter cela à d'autre club, car les joueurs, la structure, l'organisation en font un club à part » . En soi, la mission qui attend Carles Romagosa et, peut-être, Fran Sánchez dans un PSG qui veut se réinventer.

Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Note : 6
Quand quelque chose marche tout le monde se jette dessus comme si il n'y avait que ça. Manchester City l'a fait en prenant Ferrano et Begiristain au Barça, en construisant l'Etihad Campus sur modèle de la cité sportive Joan Gamper et en prenant plusieurs jeunes de la Masia.
Soriano et pas Ferrano.
Article intéressant. Après je pense qu'on est pas forcément à la ramasse au niveau de la formation des clubs en L1-L2 qui ont bien compris la nécessité de former de maniéré très poussée c'est surtout Clairefontaine qui donne l'impression d'être totalement sclérosée avec des types comme Mankowski et qui bénéficieraient beaucoup de l'expérience de ce genre de personne.
butterfly Niveau : CFA
Ca c'est la meilleure nouvelle de la décennie.
"mais également les sélections nationales de jeunes de Chine ou du Japon" (tousse )Hum... esperons que ca se passe plus comme au Barca qu en Asie de l Est sinon il ne va pas rester en poste trop longtemps. Apres en soi ce n est pas une mauvaise idee, au contraire. Je partage la conclusion- et d ailleurs ca se voit avec la demi-molle de Guardiola au Bayern- va falloir adapter le tout a la realite parisienne. Peut etre plus simple qu en Baviere car QSI a vraiment fait table rase du passe, y a pas une forte identite institutionnelle qui peut devenir un caillou dans la chaussure des formateurs barcelonais.
Rastashaman Niveau : CFA
Et plutot que de vouloir copier le Barça où finalement on ne forme des joueurs que sur un seul système, ne serait-il pas plus avisé de former sur le modèle Real Madrid ou encore Allemand? Genre on forme des joueurs qui s'adaptent aux systèmes voulus par l'entraineur?
C'est marrant il y aura toujours un pays qui ne fait pas de bruit en Europe alors qu'il gagne tout. A choisir je m'orienterais plutôt vers les modèles de formation ALLEMAND.

L'espagne c'est très récent de les voir tout gagner avec des équipes espagnole, car dans le passé le real et le barca avait beaucoup plus de joueur venu d'un peu partout.

Alors que l'Allemagne à toujours réussie a former de grand joueur et rester une valeur sure du football mondial, pas toujours vainqueurs mais presque toujours bien placé. Et pourtant personne ne se dit, tiens si j'allais voir et piquer les idées des centre de formations allemand, le bayern, schalke, dortmund et compagnie. Ils ont bien une recette eux aussi.

Car soyons honnête, un enfant reste un enfant, et aussi douer soit il, les allemands ont une méthode pour devenir aussi efficace dans le foot pro.
C'est interessant mais c'est prendre les choses a l'envers.
Pourquoi ne pas creer sa propre identite de jeu plutot que de vouloir importer ce qui a marche dans un contexte et avec un type de joueur precis.
City est en train d'en revenir de l'importation du modele barcelonais par exemple sans compter que l'importation d'un tel modele reduit singulierement les choix a la tete de l'equipe professionnelle.
Message posté par Rastashaman
Et plutot que de vouloir copier le Barça où finalement on ne forme des joueurs que sur un seul système, ne serait-il pas plus avisé de former sur le modèle Real Madrid ou encore Allemand? Genre on forme des joueurs qui s'adaptent aux systèmes voulus par l'entraineur?


Tu m'a coupé l'herbe sous le pied :)
Mouais.

Là où ça marche avec le Barça, c'est que l'entraineur de l'equipe première devra obligatoirement s'adapter au 4-3-3 historique sur lequel est basé la formation.
Importer un système aussi spécifique au Barça me semble être une erreur, le PSG tout comme City devraient plutôt essayer de se construire leur propre identité.
monclubcettebaltringue Niveau : CFA2
D'accord sur le fait qu'en France, malgré les critiques souvent légitimes sur la formation française, y a vraiment pas de quoi rougir. Ce n'est pas pour rien si les Français sont la première colonie d'Europe. Mais au vu de la capacité du bassin parisien et vu le potentiel d'attraction du club, Paris peut viser plus haut et devenir un centre de formation d'Europe. En dix ans Paris te sort un Sakho et un Chantôme en niveau international (et encore c'est plutôt niveau haut de tableau L1 que niveau international), c'est trop peu. Y a de l'espoir avec Areola, Rabiot (qui n'est pas pur souche) et peut-être JKA, Ongenda et Coman ( certes on attribuera sa réussite à la Juve) mais c'est pas encore gagné.
monclubcettebaltringue Niveau : CFA2
Message posté par AriGold
C'est interessant mais c'est prendre les choses a l'envers.
Pourquoi ne pas creer sa propre identite de jeu plutot que de vouloir importer ce qui a marche dans un contexte et avec un type de joueur precis.
City est en train d'en revenir de l'importation du modele barcelonais par exemple sans compter que l'importation d'un tel modele reduit singulierement les choix a la tete de l'equipe professionnelle.


Je pense pas que l'idée soit de copier bêtement le modèle barcelonais. D'ailleurs Carlos Romagosa quand il parle de Pep et Luis montre qu'il est conscient des limites du modèle. L'idée derrière c'est probablement de former des joueurs avec une meilleure maîtrise technique ce qui est nécessaire pour percer à Paris. Et là dessus y a pas plus fort que le modèle barcelonais.
Des mecs comme Chantôme et Sakho, la base de ce qui se forme à Paris n'ont plus leur chance dans l'équipe actuelle, ça sert à rien d'investir autant dans un centre de formation si c'est pour espérer rien de mieux qu'un remplaçant de bout du banc.

L'exception qui confirme la règle c'est Rabiot qui passe un peu inaperçu au milieu des stars et à cause de l'extrasportif, mais si le Qatar n'était jamais venu à Paris on en parlerait comme du fils prodigue, on a jamais sorti un mec aussi fort.
Note : 4
Message posté par monclubcettebaltringue


Je pense pas que l'idée soit de copier bêtement le modèle barcelonais. D'ailleurs Carlos Romagosa quand il parle de Pep et Luis montre qu'il est conscient des limites du modèle. L'idée derrière c'est probablement de former des joueurs avec une meilleure maîtrise technique ce qui est nécessaire pour percer à Paris. Et là dessus y a pas plus fort que le modèle barcelonais.
Des mecs comme Chantôme et Sakho, la base de ce qui se forme à Paris n'ont plus leur chance dans l'équipe actuelle, ça sert à rien d'investir autant dans un centre de formation si c'est pour espérer rien de mieux qu'un remplaçant de bout du banc.

L'exception qui confirme la règle c'est Rabiot qui passe un peu inaperçu au milieu des stars et à cause de l'extrasportif, mais si le Qatar n'était jamais venu à Paris on en parlerait comme du fils prodigue, on a jamais sorti un mec aussi fort.



Oui c est bien ce qui ressort des declarations, il ne faut pas surinterpréter non plus. Aussi de l eau a un peu coule sous les ponts, les courants vont vite en foot, la hype guardiolonaise est un peu retombee. Il ne s agit pas de faire ce que City a voulu faire, du moins je l espere, mais de donner une touche plus technique aux jeunes, et ca, le Barca et l Espagne (et non l Allemagne ! c est aussi une des raisons du malentendu avec Pep) sont justement devenu des grandes puissances du foot grace a ces qualites la.

S'agit pas de copier l institution barca dans son ensemble, mais apporter un autre regard- combien de fois on se flagelle parce qu un Griezmann n a pas vraiment eu sa chance en France car pas assez physique- et pour le coup ca me semble un bon point. Plus de petit technique et moins de bourrin quoi, pour faire dans la caricature. Je veux dire, on s en plaint tout le temps, le club essaye de faire un pas dans la bonne direction, et maintenant y en a qui vont leur reprocher d importer des formateurs du Barca, faudrait savoir !

Rabiot, de mec aussi fort, je te réponds Anelka, aussi mal entoure mais c etait pas la maman la fouteuse de merde.
ManodesMontagnes Niveau : CFA2
Message posté par AriGold

Pourquoi ne pas creer sa propre identite de jeu plutot que de vouloir importer ce qui a marche dans un contexte et avec un type de joueur precis.


Prendre à l'envers, c'est associer "le modèle du Barca" que vise le PSG au modèle Cruijff-Guardiola & Co plus récent. Ce qu'on oublie c'est que la flamboyance de Pep a bénéficié, historiquement en terme de formation, de la période la plus faste qu'un club ait jamais pu connaître. Avec dans le onze type une coalition de 3-4 générations de produits de la Masia et les avantages qu'elle a procuré (La fougue et la fraîcheur de Messi ou Pedro régulées par l'expérience, le timing et la verticalité de Xavi... Le style avaleur d'espaces-relanceur de Piqué associé au au marquage très physique du requin Puyol, plus old-school... Un Busquets tout récent façonné par Guardiola lui-même à son image, et je défie de me trouver un joueur plus intelligent dans le jeu). Sans que les acteurs aient un archétype fixe !

Ce genre de situation n'est possible que dans le cas où le modèle formateur est constitué des meilleurs éléments (impliquant prestige et finances saines, donc d'un club jouant régulièrement les sommets européens) se perfectionnant progressivement, jusqu'à devenir un modèle sportif. Le but n'est pas nécessairement de travailler dans un style de jeu unique (Quid des cas Xavi, Iniesta, Puyol dont la formation a été entamée voire quasi-achevée avant les remaniements de Cruijff ?) mais de développer un gros bagage physique, technique et d'intelligence dans la lecture du jeu comme personne en Europe... Après ca, il est difficile d'imaginer un produit de la Masia trouver ses limites une fois en dehors du toque, comme certains le disent (exemple de l'explosion de Pique à United, de Fabregas, Thiago, Alba).

D'ailleurs, aujourd'hui, les variants d'Enrique sont pourtant très bien assumés par un onze qui n'est plus tellement estampillé Masia. Disons que ce modèle catalan est surtout un bagage de connaissance qui se perfectionne et se transmet, mais rien ne dit qu'il suit une route rectiligne et ne respecte qu'une philosophie, un plan de jeu fixe et préétabli.

C'est un cas de figure qu'on ne rencontre pas encore au PSG, et les techniciens catalans engagés connaissant non-seulement les limites, mais aussi et surtout le contexte dans lequel une réussite pareille est possible, le tout sera surement de se baser sur le "modèle général" et non pas de tenter l'imitation de cette réussite sachant mieux que quiconque qu'elle n'en serait qu'une pâle copie. On parle bien de se créer une identité de jeu sur le long terme plutôt qu'une "explosion réussie" immédiate !

on en parlerait comme du fils prodigue


On dit prodige, bordel, PRODIGE
Ah la formation, tous les dix ans on croit avoir trouver la formule miracle et dix ans après on croit que c'est une autre.

@AeyronSk: Tu parles du modèle allemand et je suis assez d'accord avec toi. Mais pour mettre un bémol, je me rappelle d'une interview de SF très intéressante d'un formateur dont je ne me rappelle plus le nom.

En gros, il expliquait qu'après les victoires de 1998-2000, toute l'Europe et particulièrement l'Allemagne et l'Espagne se sont tournés vers le modèle de formation français qui était très en avance sur son temps avec Clairefontaine. Il expliquait que les Allemands et les Espagnols ont reproduit ce système de centre national qui fonctionne comme un entonnoir pour détecter les talents au niveau national.

La différence, c'est que les Allemands et les Espagnols ne se sont pas arrêté là et ont fait pression sur les clubs pour qu'ils évoluent, modernisent et optimisent leurs centres de formation. Là où en France, c'est beaucoup plus décousus et des clubs comme Paris et l'OM, avec des bassins de population importants, peinent à sortir des joueurs ne serait-ce que de bon niveau Ligue 1. La seule exception étant bien sûr l'OL qui a trouvé la recette.
FourFourTwo Niveau : Loisir
Message posté par ManodesMontagnes


on en parlerait comme du fils prodigue


On dit prodige, bordel, PRODIGE


On dit les 2, et d'ailleurs en ce qui concerne Rabiot aujourd'hui on est plutôt proche du fils prodigue que du fils prodige... (merci Véronique)
Message posté par ManodesMontagnes


Prendre à l'envers, c'est associer "le modèle du Barca" que vise le PSG au modèle Cruijff-Guardiola & Co plus récent. Ce qu'on oublie c'est que la flamboyance de Pep a bénéficié, historiquement en terme de formation, de la période la plus faste qu'un club ait jamais pu connaître. Avec dans le onze type une coalition de 3-4 générations de produits de la Masia et les avantages qu'elle a procuré (La fougue et la fraîcheur de Messi ou Pedro régulées par l'expérience, le timing et la verticalité de Xavi... Le style avaleur d'espaces-relanceur de Piqué associé au au marquage très physique du requin Puyol, plus old-school... Un Busquets tout récent façonné par Guardiola lui-même à son image, et je défie de me trouver un joueur plus intelligent dans le jeu). Sans que les acteurs aient un archétype fixe !

Ce genre de situation n'est possible que dans le cas où le modèle formateur est constitué des meilleurs éléments (impliquant prestige et finances saines, donc d'un club jouant régulièrement les sommets européens) se perfectionnant progressivement, jusqu'à devenir un modèle sportif. Le but n'est pas nécessairement de travailler dans un style de jeu unique (Quid des cas Xavi, Iniesta, Puyol dont la formation a été entamée voire quasi-achevée avant les remaniements de Cruijff ?) mais de développer un gros bagage physique, technique et d'intelligence dans la lecture du jeu comme personne en Europe... Après ca, il est difficile d'imaginer un produit de la Masia trouver ses limites une fois en dehors du toque, comme certains le disent (exemple de l'explosion de Pique à United, de Fabregas, Thiago, Alba).

D'ailleurs, aujourd'hui, les variants d'Enrique sont pourtant très bien assumés par un onze qui n'est plus tellement estampillé Masia. Disons que ce modèle catalan est surtout un bagage de connaissance qui se perfectionne et se transmet, mais rien ne dit qu'il suit une route rectiligne et ne respecte qu'une philosophie, un plan de jeu fixe et préétabli.

C'est un cas de figure qu'on ne rencontre pas encore au PSG, et les techniciens catalans engagés connaissant non-seulement les limites, mais aussi et surtout le contexte dans lequel une réussite pareille est possible, le tout sera surement de se baser sur le "modèle général" et non pas de tenter l'imitation de cette réussite sachant mieux que quiconque qu'elle n'en serait qu'une pâle copie. On parle bien de se créer une identité de jeu sur le long terme plutôt qu'une "explosion réussie" immédiate !

on en parlerait comme du fils prodigue


On dit prodige, bordel, PRODIGE



On dit un fils prodigue et un prodige. Détends toi.
Message posté par Nico2845
Ah la formation, tous les dix ans on croit avoir trouver la formule miracle et dix ans après on croit que c'est une autre.

@AeyronSk: Tu parles du modèle allemand et je suis assez d'accord avec toi. Mais pour mettre un bémol, je me rappelle d'une interview de SF très intéressante d'un formateur dont je ne me rappelle plus le nom.

En gros, il expliquait qu'après les victoires de 1998-2000, toute l'Europe et particulièrement l'Allemagne et l'Espagne se sont tournés vers le modèle de formation français qui était très en avance sur son temps avec Clairefontaine. Il expliquait que les Allemands et les Espagnols ont reproduit ce système de centre national qui fonctionne comme un entonnoir pour détecter les talents au niveau national.

La différence, c'est que les Allemands et les Espagnols ne se sont pas arrêté là et ont fait pression sur les clubs pour qu'ils évoluent, modernisent et optimisent leurs centres de formation. Là où en France, c'est beaucoup plus décousus et des clubs comme Paris et l'OM, avec des bassins de population importants, peinent à sortir des joueurs ne serait-ce que de bon niveau Ligue 1. La seule exception étant bien sûr l'OL qui a trouvé la recette.


C'était pas dans le SoFoot "Pourquoi les français n'aiment pas leur footballeurs" ou un truc comme ça avec M'Vila en couverture ?
Message posté par buju


C'était pas dans le SoFoot "Pourquoi les français n'aiment pas leur footballeurs" ou un truc comme ça avec M'Vila en couverture ?


Ah c'est bien possible, mais je crois l'avoir lu sur le site. J'ai retrouvé un article un peu similaire de l'Equipe qui explique le cas allemand. http://www.lequipe.fr/Football/Actualit … ise/107981
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
1k 23