En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Palmeiras

La folle journée de Barcos

Modififié
Hernan Barcos est un mec marrant. Physiquement, déjà. Grand, maigre et doté d’une belle crinière noire, il se fait surnommer « Le Pirate » depuis ses débuts au Racing, en 2003. Depuis, l’Argentin a passé sa vie à voyager d’un club à l’autre, au Paraguay, en Équateur, en Serbie, en Chine puis au Brésil, où il évolue actuellement.

Alors qu’il pensait sérieusement à se faire naturaliser équatorien l’année dernière, quand il portait les couleurs de LDU Quito, il a soudainement été convoqué par Sabella au mois de septembre dernier, et a même eu droit récemment ses premières minutes avec l’Albiceleste face à l’Uruguay (3-1) et au Chili (2-1). Après avoir confié son bonheur de partager un match avec Messi, il s’est précipité pour pouvoir jouer dès le lendemain avec son club de Palmeiras, contre Bahia pour la 31e journée, en pleine opération maintien.

« Je me suis couché à 2h du matin, puis levé à 5h30 pour être à 6h à l’aéroport. L’avion est parti à 9h15, je suis arrivé à São Paulo à 13h30 et j’ai raté la correspondance. Je pensais que c’était foutu, que j’allais rater le match. J’ai attendu l’autre avion à 16h, et je suis arrivé ici à 18h10, avec une grosse envie de jouer. La police m’a aidé à aller au stade, l’équipe en a besoin, on doit tous aider » , a-t-il raconté.


Barcos a finalement été titulaire et a offert à Betinho le seul but de la rencontre. Un mec pas comme les autres.
LR
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 165