1. //
  2. // 5e journée
  3. // Fiorentina/Bologne

La folle épopée du « dottore » Fulvio Bernardini

Protagonistes du derby des Apennins, la Fiorentina et Bologna ont pour dénominateur commun Fulvio Bernardini, un entraîneur capable de remporter un Scudetto à la tête de ces équipes dans une époque déjà dominée par les rayées noir du Nord.

Modififié
Aujourd'hui, son nom évoque surtout le centre sportif d'entraînement de Trigoria, là où s'entraîne la Roma, qui lui a rendu hommage en lui dédiant ses infrastructures. Maigre héritage d'un personnage qui a profondément marqué l'histoire du foot italien, au sein duquel il a tout fait. D'abord joueur brillant et polyvalent, puis entraîneur doué et même journaliste de renom. Et encore, c'est parce qu'il a refusé, diplôme de Sciences Po en poche, de se lancer dans la politique. Un genre de Forrest Gump du XXe siècle italien.

Le joueur, le tennisman et l'étudiant


Printemps 1921, un jeune gardien de 16 ans enchaîne les plongeons dans la boue, repoussant les nombreuses tentatives de la Fortitudo dans ce derby romain. Les adversaires mènent au score, mais perdent pourtant patience, et frappent le portier à la tête lors d'une mêlée à ras du sol. Soignée avec une gorgée de cognac, Bernardini rentre amoché à la maison, ses grandes sœurs le convainquant de changer de poste. C'est ainsi qu'il devient l'avant-centre de la Lazio avant de reculer défenseur central puis de remonter d'un cran et trouver sa place définitive au milieu de terrain. « Fuffo » est peut-être le premier playmaker de l'histoire de ce sport. Fini les grandes ouvertures des arrières pour les avants, lui récupère le ballon, le distille, cherche le une-deux avec ses coéquipiers pour finir l'action par un but.

Des prestations qui n'échappent pas au sélectionneur italien Vittorio Pozzo qui le fait débuter en 1925, faisant de lui le premier international transalpin originaire du Centre-Sud. Un rapport qui va malheureusement vite se détériorer. Pour une question d'équilibre, le mythique sélectionneur préfère l'activité de Ferraris, Monti ou Andreolo, et se prive du Laziale presque trop doué pour le reste de ses coéquipiers. Bernardini est donc évincé de cette génération qui remportera deux Coupes du monde et les J.O durant les années 30. Entre-temps, il a quitté la capitale après avoir découvert qu'il était le seul joueur de son équipe à ne pas être payé dans ce contexte d'amateurisme de façade. De fait, il trahit son père, laziale invétéré, à qui il avait promis sur son lit de mort de ne jamais abandonner les Biancocelesti.

C'est l'Inter et Milan, où il poursuit ses études, puis la Roma, qui profitent de ses qualités dont il est parfaitement conscient. Cette haute estime de soi est son point fort, et son attitude un poil hautaine plaît à ses supporters, moins à Benito Mussolini. 1935, Piazza Venezia, une Lancia Astura de couleur bleue roule au pas et bloque la circulation. Énervé, Fulvio décide de la dépasser et les deux véhicules se touchent. Quelques jours plus tard, la police débarque chez lui et lui retire son permis, l'Astura transportait le Duce parti accueillir l'homme politique français Pierre Laval à la gare. Bernardini ne récupéra son document qu'au terme d'une rencontre de tennis, autre sport qu'il affectionnait, laissée gagner à son insolite adversaire.

Le journaliste, l'entraîneur et le sélectionneur


Durant le second conflit mondial, il s'adonne à sa seconde passion, le journalisme, et devient même chef de service au Corriere dello Sport. Sa carrière de technicien, elle, débute en 1949 à la Roma. Celui que l'on surnomme « Il Dottore » , pour ses nombreux diplômes, impose son credo qui est fait de joueurs de qualité et d'un projet triennal. Le temps qu'il ne trouve pas chez les Giallorossi, il va le chercher à la Fiorentina. Adepte du WM, Bernardini s'inspire de l'Inter championne de 1953 en instaurant la figure du libéro, mais à temps partiel, juste en phase défensive grâce à un ingénieux système de décalage. Au bout de sa troisième année, et grâce au talent de l'ailier brésilien Julinho et de l'oriundo Montuori, il remporte le premier Scudetto de l'histoire du club florentin.

S'ensuivent deux secondes places et une courte expérience chez « sa » Lazio où il rencontre des difficultés tout en lui offrant son premier trophée, une Coupe d'Italie en 1958. Renato Dall'Ara fait alors appel à lui afin que son club de Bologne retrouve les fastes des années 30. Là encore, la part belle est donnée au beau de jeu dans une époque pourtant conditionnée par le catenaccio. « Il n'y a qu'au paradis que l'on joue aussi bien » , déclare-t-il au soir d'une victoire 7-1 contre Modena. Là aussi, c'est au terme de la troisième année que le travail de Bernardini porte ses fruits. Lors d'un barrage historique contre l'Inter, il déjoue les plans d'Herrera en titularisant le latéral Capra au poste d'ailier afin de stopper les offensives de son vis-à-vis Mariolino Corso. Victoire 2-0 et 7e Scudetto du club rossoblù, dernier en date.

En marge depuis toujours des centres de pouvoir auxquels il n'a jamais voulu se plier, Bernardini est nommé avec surprise sélectionneur de la Nazionale en 1974. Il a alors 69 ans et a pour mission de mettre à la retraite Rivera et Mazzola et de reconstruire un noyau dur. Seul, il lance Antognoni, Graziani ou encore Gentile, puis prend sous son aile un certain Enzo Bearzot à qui il laissera les clés de la baraque en 1977, non sans avoir posé les bases de la génération championne du monde 1982. « Il Dottore » est alors diminué, et un de ses confrères lui diagnostique la sclérose latérale amyotrophique (SLA). Fidèle à son caractère, il ne baissera jamais la tête et résistera sept ans avant de s'envoler au paradis, auréolé de ses deux Scudetti, sans jamais avoir entraîné la Juve, le Milan et l'Inter. Chapeau.

Par Valentin Pauluzzi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Je ne connaissais que de nom ce personnage pourtant essentiel de l'histoire du calcio. Grazie Valentino.
Bravo pour cet article. Pour beaucoup, le foot rital des années 60 se résume à Nereo Rocco et Helenio Herrera, mais il y avait aussi Fulvio Bernardini, et aussi Heriberto Herrera de la Juve, "le philosophe" Manlio Scopigno de Cagliari, ou encore Bruno Pesaola du Napoli et la Fiorentina.
il y a 2 heures La CAN se jouera l'été et à 24 équipes 28
Hier à 17:12 Zabaleta claque une grosse volée pour accueillir Joe Hart 3
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 12:55 La théorie qui dit que Neymar va signer au PSG (via BRUT SPORT) Hier à 12:04 Une remontée historique des Seattle Sounders 19
mercredi 19 juillet Les Brésiliens du PSG (via BRUT SPORT) mercredi 19 juillet La petite gourmandise de Callejón 4 mercredi 19 juillet Un but barcelonesque en D4 argentine 10 mardi 18 juillet Un supporter argentin dégomme un drone 18 mardi 18 juillet Utaka débarque à Sedan ! 19 mardi 18 juillet La Norvège, prochaine étape de Diego Forlán ? 11 mardi 18 juillet Un champion du monde 2006 recherche un club sur LinkedIn 41 lundi 17 juillet Lass officiellement à Al-Jazira 40 lundi 17 juillet Un tatouage de Lacazette sur le cul d'un fan d'Arsenal 44 lundi 17 juillet Les énormes fumigènes du Lech Poznań 11 lundi 17 juillet Michu arrête sa carrière 14 lundi 17 juillet Diego Costa parade avec un maillot de l'Atlético 13 dimanche 16 juillet Marco Simone nouvel entraîneur du Club africain 7 dimanche 16 juillet La mine de Pato avec le Tianjin Quanjian 5 dimanche 16 juillet David Bellion au Festival d'Avignon 15 dimanche 16 juillet Le lapsus embarrassant de Biglia 17 dimanche 16 juillet Gold Cup : La Martinique quasiment éliminée 2 samedi 15 juillet La famille Ajax affiche son soutien à Nouri 7 samedi 15 juillet Éric Abidal flambe dans un tournoi de foot à six 13 samedi 15 juillet Ah, au fait, Sneijder est officiellement libre 25 samedi 15 juillet La Guyane éliminée de la Gold Cup 8 vendredi 14 juillet Un match amical à onze contre cent 12 vendredi 14 juillet La Guyane perd sur tapis vert à cause de Malouda 22 vendredi 14 juillet Candela régale avec l'équipe de France de légendes de futsal 14 vendredi 14 juillet Un jour après son transfert, il se prend un lob de 50 mètres jeudi 13 juillet Rooney claque une grosse mine pour son retour 18 jeudi 13 juillet Bolton installe des sièges de luxe dans son stade 16 jeudi 13 juillet Munich 1860 ne jouera plus à l'Allianz Arena 22 jeudi 13 juillet Chuck Blazer est mort 96 mercredi 12 juillet Un club anglais va payer ses joueuses autant que ses joueurs 27 mercredi 12 juillet En direct : la présentation de Dani Alves au PSG (via Brut Sport) 6 mercredi 12 juillet Solomon Nyantakyi accusé de double meurtre 40 mercredi 12 juillet Verratti affiche Trapp 36 mercredi 12 juillet La Guyane prend un point historique ! 41 mardi 11 juillet Malouda titulaire avec la Guyane 4 mardi 11 juillet Quel mercato pour la saison 2017/2018 ? 5 lundi 10 juillet Amavi recalé à la visite médicale 38 lundi 10 juillet Le pétard de Ziri Hammar 2 lundi 10 juillet Un Allemand passe du foot amateur à la D3 anglaise 21 dimanche 9 juillet L'hommage de United à Rooney 17 dimanche 9 juillet Sol Campbell prêt à travailler gratuitement 22 dimanche 9 juillet Un maillot interdit à cause d'une carte du XXe siècle 9 samedi 8 juillet Le coup franc sublime d'Anderlecht 1 vendredi 7 juillet Un cours d'anglais pour annoncer la dernière recrue de Swansea 1 vendredi 7 juillet Les joueurs de Bilbao se rasent le crâne en soutien à Yeray Álvarez 13 vendredi 7 juillet Guy Roux rêve d'aligner Macron 17 vendredi 7 juillet Le programme de la première journée de Ligue 1 31 vendredi 7 juillet Mbappé en tournée à Paris 66 vendredi 7 juillet Un Anglais va faire le tour des stades des 55 pays d'Europe pendant un an 14 jeudi 6 juillet Fusion Juvisy-Paris FC actée 9 jeudi 6 juillet Platini : suspension confirmée par le Tribunal fédéral suisse 5 jeudi 6 juillet Le golazo de Damião avec Flamengo 10 jeudi 6 juillet Wycombe dévoile un maillot de gardien hypnotisant 20 jeudi 6 juillet Giovinco continue de régaler à Toronto 12 jeudi 6 juillet Piqué s'éclate dans le désert 20 jeudi 6 juillet Maradona continue ses péripéties 13 mercredi 5 juillet Le Real met la main sur Theo Hernández 44 mercredi 5 juillet SOLDES : jusqu'à -20% sur la boutique SO FOOT 2 mercredi 5 juillet Asamoah Gyan revient en Europe 26 mercredi 5 juillet Un supporter fait 13 700 km pour voir jouer son équipe 8 mercredi 5 juillet Eric Dier fait l'essuie-glace 9 mercredi 5 juillet Chapecoense vire son entraîneur 7 mercredi 5 juillet Lingard tape un foot avec des gosses hystériques 43 mardi 4 juillet Le prochain SO FOOT en kiosque le 12 juillet 1 mardi 4 juillet Chine : un arbitre tabassé lors d'un match supposé truqué 12 mardi 4 juillet John Terry s'invite sur la fesse d'un supporter d'Aston Villa 15 mardi 4 juillet Un Géorgien se fait tatouer son onze de rêve des Pays-Bas 48 mardi 4 juillet Maradona au match pour Infantino 3 mardi 4 juillet Podolski et la culture japonaise 23 mardi 4 juillet La superbe vidéo de campagne d'abonnement de la Sampdoria 24 lundi 3 juillet Maradona accusé d'agression par une journaliste russe 45 lundi 3 juillet Djibril Cissé signe en D3 suisse 26 lundi 3 juillet Le portrait mural d'Hamšík dévoilé 13 lundi 3 juillet Maradona joue au hockey en Russie 4 lundi 3 juillet Un joueur nord-irlandais fait croire qu'il signe au Barça 13 lundi 3 juillet Éric Besson devient président du Blanc-Mesnil 15 dimanche 2 juillet Le solo de Pato 14 dimanche 2 juillet Blatter : « J'aurais dû m'arrêter plus tôt » 16 dimanche 2 juillet Dybala marque un coup franc improbable 8 samedi 1er juillet Infantino reconnaît des failles dans l'arbitrage vidéo 17 samedi 1er juillet Ronaldinho humilie Blomqvist lors d'un match de charité 26