La Fiorentina sent bon la lavande

Il est porté dans les stades, sur les terrains le dimanche, dans la cour de recré, dans la rue. Le maillot de foot est le signe de ralliement de tout supporter. Et chaque maillot a son histoire. Cette semaine, celui de l'Associazione Calcio Fiorentina e Florentia Viola.

Modififié
212 6
Secouée par des déboires financiers importants à la fin de la saison 2001-2002, la Fiorentina aurait bien pu mettre un point final à sa riche histoire. Fort heureusement, le club a finalement réussi à renaître de ses cendres, sous le nom de Florentia Viola, et à grimper à nouveau, un par un, les différents échelons du football italien. Aujourd'hui en Serie A, les hommes de Paulo Sousa font à nouveau parler d'eux et remettent à l'honneur leur mythique tunique violette. Quatrièmes de Serie A à trois reprises lors des trois dernières saisons, les Gigliati ont en plus disputé une demi-finale de Ligue Europa l'an passé. De quoi donner envie à des milliers de passionnés de se procurer un joli maillot violet.

Histoire d'un maillot


L'histoire du maillot de la Fiorentina, c'est avant tout l'histoire de deux clubs différents, fusionnés en un seul contre leur gré. Le premier des deux, le Club Sportivo Firenz, est fondé en 1870. Il est initialement intégralement consacré à la pratique du cyclisme, comme c'est le cas dans beaucoup d'associations sportives créées à cette époque. Ce n'est qu'en 1908 que ses dirigeants décident de créer en son sein une équipe de football. Depuis 1898, un autre club de football vivait à Florence, le Florence Football Club, mais il est dès sa fondation exclusivement réservé aux aristocrates. C'est donc bien en 1908 que les Florentins de tout horizon commencent à s'intéresser à la pratique du football et à ses spécificités.


Fondé en 1887, le Palestra Ginnastica Libertas est dans un premier temps voué à la pratique de la gymnastique. À l'instar du Club Sportivo Firenz, il va lui aussi monter une section consacrée au football en 1910. Très rapidement, les deux équipes deviennent de grandes rivales. Elles jouent au même endroit, au Prato del Quercione, où les terrains d'entraînement ne sont divisés que par de simples cordes. Après plusieurs incidents, les joueurs de la Libertas finissent par quitter ce terrain, pour le bien de tous, et trouvent refuge sur un terrain de la Via Bellini. La tension entre les deux clubs atteint alors son paroxysme et rien ne semble pouvoir réconcilier ces frères ennemis.

Un peu de fascisme, un brin de lavande


En 1922, et en 1922 seulement, le Libertas peut enfin accéder à la première division italienne. En barrage pour l'accession, le club florentin perd face à l'Inter. Cette défaite emporte avec elle les derniers espoirs de gloire pour le football à Florence, qui tombe alors en désuétude dans le cœur des habitants de la ville. Quelques années plus tard se pose la question d'une possible fusion, permettant aux deux clubs de fonder une équipe plus forte. Mais les points de vue divergent trop. Parmi les problèmes qui se posent, la couleur des maillots est une question cruciale. La Libertas joue en rouge, et le Club Sportivo Firenz joue en blanc.

L'instauration du régime fasciste en Italie va toutefois parvenir à mettre tout le monde d'accord en ordonnant aux clubs d'une même ville de fusionner. L'Italie doit être et apparaître unie aux yeux de tous, même quand il s'agit de sport. Alors, comme c'est le cas à Rome, avec la fondation de la Roma, ou à Naples, avec celle du Napoli, les deux clubs de Florence fusionnent enfin. Le 29 août 1926, l'Associazione Calcio Fiorentina naît. À sa tête, on retrouve deux commissaires fédéraux fascistes, dont le marquis Luigi Ridolfi, premier président du club. Seulement voilà, le problème de la couleur des maillots n'est toujours pas réglé. Pour satisfaire tout le monde, les dirigeants décident de faire créer des maillots aux couleurs des deux anciennes équipes. La Fiorentina dispute donc ses premiers matchs avec un maillot blanc et rouge. Heureuse coïncidence, ces couleurs sont aussi celles des armes de la ville de Florence.


Non, la Fiorentina n'a donc pas toujours évolué en violet. Ce n'est qu'en septembre 1929 que la couleur mythique est appliquée – par erreur ? – aux maillots, pour un match amical face à la Roma. Les explications quant aux choix de la couleur varient. Selon la légende, des fleurs de lavande auraient déteint sur les maillots au moment du lavage. Pour d'autres, cette couleur était recherchée. Elle est le fruit de plusieurs mois de travail des alchimistes florentins. Quoi qu’il en soit, la Fiorentina ne quittera plus jamais son magnifique violet. Les Gigliati, surnommés de la sorte à cause de la fleur de lys sur leur blason (giglio = le lys), sont promus en Serie A deux ans plus tard, en 1931. Quelques années plus tard, en 1940, ils remportent leur premier titre majeur, la Coupe d'Italie. Le reste de l'histoire de la Fiorentina est faite de hauts et de bas, de victoires et de déceptions. À travers les décennies, des joueurs d'exception sont passés sous la mythique tunique violette. Chacun de ses joueurs a marqué, à sa manière, l'histoire du club, comme l'avait fait en 1929 une petite fleur de lavande.

Maillots mythiques


Les deux plus belles lignes du palmarès de la Viola ont été ajoutées en 1956 et 1969, deux saisons à la fin desquelles les Gigliati ont été sacrés champions d'Italie. L'avantage des maillots de cette époque, c'est qu'il n'était pas encore balafrés de sponsors différents. Ainsi donc, les équipementiers n'avaient pas énormément de travail et se contentaient d'éditer, saison après saison, des maillots similaires. Les maillots sont donc unis, violets et marqués de l'imposant blason du club, la fleur de lys. Les shorts, eux, sont blancs, et les chaussettes sont violet et blanc. Facile. La seule différence notoire entre les maillots de ces deux saisons se situe au niveau du col. Si, en 1956, les joueurs avaient chaud et préféraient la sensualité d'un col en V, l'équipe de 1969 préfère, elle, des cols ronds plus traditionnels.


Maillots extérieurs et autres maillots collectors


Difficile de trouver un maillot vraiment raté du côté de la Fiorentina. Depuis que le club a dû se procurer un deuxième puis un troisième jeu de maillots, les dirigeants optent pour le blanc comme couleur principale. Et comme le maillot principal, les autres tuniques sont elles aussi bien souvent unies. Toutefois, en fouillant un peu dans les mémoires, il n'est pas impossible de retrouver quelques maillots pas franchement jolis. Preuve, encore une fois, que généralement, la simplicité est gage de réussite.

C'est principalement dans les années 1990, comme beaucoup de clubs d'ailleurs, que la Fiorentina a commis le plus d'erreurs esthétiques. Au début de cette décennie bénie par les amoureux des K-Way multicolores et des pulls Champion, la Viola est sponsorisée par la boisson 7Up. En 1992/1993 et en 1993/1994, si les maillots domiciles restent violets et « simples » , les maillots extérieurs, eux, sont un peu plus fantaisistes. La première année, le blanc principal du maillot est couplé à des formes géométriques violettes qui partent un peu dans tous les sens. L'année suivante, c'est la débandade. Le blanc et le violet s'entrechoquent dans une espèce de chaos coloré qui plairait sans aucun doute aux fans de Pink Floyd et autres groupes de rock progressif.




Fondé en 1926, la Fiorentina n'a donc pas encore cent ans. Pour le maillot du centenaire, il faudra donc encore patienter quelques années. Toutefois, force est de constater que les maillots de la saison en cours, signés Le coq sportif, sont impressionnants de sobriété et de classe. De quoi donner des idées à tous les grands clubs européens ? Si seulement...

Ils se sont inspirés du maillot de la Fiorentina


Si le Toulouse Football Club n'a pas été créé en hommage à la Fiorentina, un de ses clubs de supporters revendiquent ouvertement son amour de la Viola. Il s'agit du Viola Club. « Le point de départ de cette association, fondée en 1999, est la passion pour le club italien de la Fiorentina. Le Viola Club regroupe aujourd'hui tous les supporters de cœur du Toulouse Football Club, avec une pensée particulière pour la Fiorentina. » Vivement le prochain Violetico.



Par Gabriel Cnudde
Modifié

Dans cet article

Je trouve que ce maillot Le coq sportif violet simple sans sponsor est vraiment superbe comme celui des verts d'ailleurs
Oui d'accord avec toi sur le style, mais la coupe est vraiment dégueulasse j'ai l'impression.
Pas vraiment envie de voir Nolan Roux dans un maillot de corps vert informe moi...
Blatter m'a tuer Niveau : Ligue 2
Message posté par The Owl
Je trouve que ce maillot Le coq sportif violet simple sans sponsor est vraiment superbe comme celui des verts d'ailleurs


Y'a pas mal d'equipes qui jouent sans sponsor en Italie. Ca serait d'ailleurs assez interessant de savoir pourquoi.
Contexte économique, image du football qui a souffert de trop nombreuses affaires, championnat où médiatiquement seuls les gros existent...peut être un début de réponse
Après les maillots n'en sont que plis beaux !
Le maillot de Batistuta en photo avait fait un beau bordel à cause des lignes géométriques formant des svastikas...
Avec un short noir: le combo parfait.
"Maglia Viola lotta con valore
per esser di Firenze vanto e gloria" - Alè Viola
Les maillots italiens ont quand même une classe folle, ces derniers temps. Celui de la Roma, celui du Napoli, celui-là de la Fio...purée. On a des cours de style à prendre, en France.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
212 6