Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 1re journée
  3. // Fiorentina/Catania (2-1)

La Fiorentina ne loupe pas la première marche

Dans un match palpitant pendant 45 minutes, et emmerdant au possible pendant les 45 autres, la Fiorentina s'impose 2-1 face à Catane. Les Florentins réussissent eux aussi leur entrée dans cette Serie A 2013/14 grâce, entre autres, au premier but depuis près de deux ans de Giuseppe Rossi. Bentornato, Pepito!

Modififié
Fiorentina - Catania 2-1
Buts : Rossi 13', Pizarro 28' / Barrientos 22'


Les grandes équipes de Serie A avaient toutes répondu présentes. La Fiorentina ne pouvait pas manquer à l'appel. Pour le dernier match de la première journée de Serie A, l'équipe de Vincenzo Montella s'est donc imposée 2-1 face à Catane, au terme d'un match aux deux visages : enjoué et plaisant en première période, fermé et ennuyeux en seconde. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si les trois buts de la rencontre ont tous été inscrits lors de la première demi-heure. La belle histoire de la soirée, c'est évidemment le but inscrit par Giuseppe Rossi. L'attaquant italien, blessé depuis la fin du mois d'octobre 2011, n'avait plus marqué le moindre but depuis le 1er octobre 2011. L'abstinence est terminée, et c'est tout un symbole que Pepito inscrive le premier but de la saison florentine. Une saison où l'on annonce la Fiorentina aux premières loges de la Serie A. À juste titre ? Ça, il faudra le prouver. Car ce soir, le sentiment général, c'est que la formation florentine n'a montré qu'une petite partie de son potentiel. En première période, elle a montré de très bonnes choses sur le plan offensif, mais a également affiché quelques lacunes défensives inquiétantes (sincèrement, il n'était pas possible de recruter un gardien plus fiable que Neto ?). Après la pause, Montella a demandé plus de rigueur et la Fiorentina n'a pratiquement plus couru le moindre risque. Mais, en contrepartie, elle ne s'est pratiquement plus créé d'autres occasions. Peu importe, l'essentiel est assuré. À savoir : réussir son entrée en piste. Comme les autres.

Pizarro, tout bon et tout mauvais

On a véritablement assisté à deux matchs de 45 minutes, ce soir, au stadio Artemio Franchi. Forcément, on a préféré le premier. Une rencontre où les deux équipes se sont affrontées à visage découvert, avec des accélérations, des combinaisons rapides et des erreurs défensives qui, quelque part, ont favorisé le spectacle. Deux joueurs clefs, lors de cette première période. Et ils sont tous les deux florentins. Le premier, c'est Juan Guillermo Cuadrado. Sur son aile droite, le Colombien a tout simplement été monstrueux. Sa rapidité et ses dribbles ont mis en crise la défense sicilienne, qui n'est jamais parvenue à trouver la parade. Si bien que les deux buts florentins sont nés d'une initiative de l'ancien de Lecce. La première percée permet à Giuseppe Rossi d'ouvrir le score d'une frappe du pied droit. La seconde offre la possibilité à Pizarro de se rattraper et d'inscrire un magnifique but d'une frappe dans la lucarne. Se rattraper ? Oui. Parce que Pizarro a été l'autre bonhomme de la première mi-temps. En bien, comme en mal. Car avant de redonner l'avantage aux Florentins à la demi-heure de jeu, l'ancien de la Roma avait commis deux énormes bourdes, dont l'une a été fatale. Sur la première, il offre une balle de but à Tachtsidis en oubliant de regarder dans son dos. Heureusement, le Grec frappe au-dessus. Mais la deuxième erreur ne loupe pas. Au lieu de dégager le ballon dans sa surface, le Chilien tente une talonnade toute pourrie : un véritable cadeau pour Barrientos, qui fusille Neto du pied gauche. Bah bravo, David.

Neuf Argentins sur onze à Catane

Et Mario Gómez, dans tout ça ? L'Allemand a fait son match, mais a commis une erreur quasiment impardonnable pour un buteur de sa trempe. En première période, Giuseppe Rossi déboule sur le côté gauche et lui délivre un caviar : Gómez n'a plus qu'à la pousser au fond, mais trouve le poteau, à bout portant. Sinon, l'ancien du Bayern a pris des coups, a beaucoup bougé, mais on sent encore que les automatismes ne sont pas au point, tout comme l'ensemble de la manœuvre florentine, si bien huilée la saison dernière. Catane, pour sa part, n'a pas démérité. Première curiosité à noter : au coup d'envoi, Maran a aligné... 9 joueurs argentins! Un seul Italien, Bellusci, et un Grec, Tachtsidis. La folie. Bref, les Siciliens-Argentins sont parvenus à revenir dans le match une fois, mais pas deux. À vrai dire, après le deuxième but de la Fiorentina, ils ne se sont plus procuré la moindre occasion.

La formation viola a bien verrouillé en seconde période, et les émotions se sont faites rares, voire inexistantes. Pour les Siciliens, on ne peut que déplorer le départ de Lodi (au Genoa), qui était le joueur véritablement capable d'illuminer le jeu. Là aussi, comme pour la Fiorentina, il faudra un peu de temps pour façonner tout ça. Mais avec quelques joueurs vraiment pas maladroits avec leurs pieds comme Barrientos, Castro ou Izco, on ne se fait pas beaucoup de soucis pour Rolando Maran et sa troupe. Montella, lui, a réussi sa première. Moins « folle » que la saison dernière, et encore en rodage, sa Fiorentina est en tout cas apparue légèrement plus mature. Et quelque chose nous dit que le meilleur reste évidemment à venir, pour l'équipe au maillot violet.

Par Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE