1. //
  2. // 16e journée

La Fiorentina déroule, Klose réveille la Lazio

En attendant le match du soir entre le Napoli et l'Inter, la Fiorentina s'empare de la quatrième place, grâce à sa victoire 3-0 face à Bologne. De retour après une longue blessure, Miroslav Klose a offert une victoire très importante à la Lazio face à Livourne (2-0, doublé). Le Toro s'impose 2-0 à Udine.

Modififié
0 7
Le coup d'arrêt du stadio Olimpico est oublié. La Fiorentina a repris sa marche en avant, et, fait important, se place provisoirement à la quatrième place du classement, en passant devant l'Inter et en revenant à deux points de Naples. Les Florentins se sont facilement imposés 3-0, cet après-midi, face à Bologne. Un succès qui permet d'oublier le revers subi la semaine dernière sur le terrain de la Roma, et de conforter sa place dans la zone Europe. Montella sera certainement satisfait de la prestation de ses joueurs, qui n'ont pas couru le moindre risque face à une équipe de Bologne toujours aussi déprimée (et déprimante), et qui semble réellement se diriger vers une saison très compliquée.

La rencontre n'a pas mis bien longtemps à prendre une tournure positive pour la formation viola. Après 13 minutes, elle mène déjà 1-0 grâce au premier but avec le maillot violet de Josip Iličić, l'ancien de Palerme. 1-0, puis rapidement 2-0. Après des belles parades de Curci sur Pizarro et Cuadrado, c'est Borja Valero, à la demi-heure de jeu, qui double la mise, et qui enterre déjà les minces espoirs de Bologne de revenir dans ce match. La rencontre n'a alors plus grand intérêt. Bologne n'a pas les armes pour venir inquiéter l'arrière-garde florentine, qui se contente uniquement de contrôler. Mais pour que l'après-midi de Vincenzo Montella soit parfait, il manquait un petit quelque chose. Un but du meilleur buteur du championnat, par exemple. Pas de problème, Pepito a pensé à tout. Un peu après l'heure de jeu, l'attaquant de la Nazionale réalise le chef-d'œuvre de la journée. Servi par Borja Valero, il contrôle le ballon dans la surface du gauche, et enchaîne par un délicieux lob de l'extérieur du pied qui vient se loger sous la barre. Magistral. Point final d'une journée sans encombre. La Fiorentina est quatrième, et va croiser les doigts très fort pour un petit match nul, ce soir, entre le Napoli et l'Inter.

Klose, le retour qui change tout

On a tendance à dire : « Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé. » Les tifosi de la Lazio l'ont bien compris, cet après-midi. Miroslav Klose n'avait plus joué en Serie A depuis le 10 novembre dernier. Sans lui, son équipe avait, depuis, pris un misérable point en trois journées. L'Allemand a donc soigné sa blessure, a fait son retour aujourd'hui, et a mis tout le monde d'accord. Deux buts inscrits en l'espace de cinq minutes en première période, et voilà la Lazio qui renoue avec le succès. Les Laziali n'ont pas eu besoin de forcer plus pour venir à bout d'une bien faible équipe de Livourne. Le retour de Klose a évidemment changé la donne pour l'équipe de Petković. Avec un vrai avant-centre devant, tout à coup, elle s'est remise à jouer, à courir, à enchaîner les manœuvres offensives et, véridique, à marquer des buts. Deux buts d'attaquant pur pour Klose, qui a également frappé le poteau juste avant d'ouvrir le score à la 19e minute de jeu. Autre fait important : Petković, pour la toute première fois cette saison, a pu aligner sa défense titulaire : Konko, Dias, Biava et Radu. Résultat : pas le moindre but encaissé, ce qui n'était plus arrivé depuis le 27 octobre dernier (coucou Ciani et Cana). Bref, ce succès fait du bien aux Laziali, qui bondissent de la douzième à la huitième place. Mais tout n'est évidemment pas arrangé pour autant. Pendant toute la rencontre, la Curva Nord a lourdement contesté le président Lotito et, à la fin de la rencontre, Petković est parti immédiatement aux vestiaires, comme s'il venait de perdre. Parce qu'il savait qu'il s'agissait là de son dernier match au stadio Olimpico ?

D'ailleurs, si la Lazio est ce soir huitième, elle le doit aussi à l'Atalanta. Les Bergamaschi ont en effet empêché le Genoa de prendre trois points, et ainsi de rester devant la Lazio. Les Génois tenaient pourtant leur victoire, après avoir ouvert le score à vingt minutes du terme par Bertolacci. Un avantage plutôt mérité, même si l'Atalanta, en première période, s'était créé deux occasions franches, dont un poteau de Cigarini. Le Genoa a tenté de gérer son but d'avance, mais l'Atalanta n'a rien lâché, jusqu'à la dernière seconde. C'est le cas de le dire : à la 94e minute, la formation de Colantuono est parvenue à arracher le nul, grâce à un but inscrit par le jeune De Luca. Un point quasiment inespéré pour les joueurs de la Dea, et des gros regrets pour ceux de Gasperini, qui n'ont plus gagné depuis un mois. La trêve va arriver à point nommé.

Le Toro par les cornes

Et si le Torino était la hype de cette fin d'année 2013 en Italie ? En allant s'imposer 2-0 sur la pelouse de l'Udinese, les Turinois ont obtenu un troisième succès en quatre matchs, et se placent à la septième place du classement. Une position méritée pour une équipe qui joue crânement sa chance, avec des joueurs qui ont la gnaque, à l'image de Ciro Immobile, buteur cet après-midi, ou encore de Farnerud, petit frère de l'ancien Monégasque. En maillot bleu ciel pour l'occasion, le Toro s'est imposé grâce à deux contre-attaques éclair placées en seconde période. Une rencontre pas forcément enthousiasmante, jouée à un rythme très bas, avec une Udinese qui retrouvait Di Natale, mais qui n'a pourtant jamais réussi à mettre en difficulté une arrière-garde turinoise solide, à la limite du catenaccio. Mais peu importe la manière : le Toro a été plus cynique, et repart du Frioul avec 3 points, ce qui n'était plus arrivé depuis 29 ans. Di Natale jouait déjà à l'Udinese, à cette époque-là ?

En tout cas, s'il y en a un qui peut être satisfait, ce soir, c'est Siniša Mihajlović. Arrivé à la Sampdoria le 22 novembre dernier, l'entraîneur serbe n'a pas encore connu la défaite, et enchaîné aujourd'hui une deuxième victoire de rang, après les deux nuls initiaux concédés face à la Lazio et l'Inter. La victime du jour ? Le Chievo, qui restait lui aussi sur une très bonne série de cinq matchs sans défaite, sans encaisser le moindre but. Mais le Brésilien Eder a mis un terme à cette série, en débloquant la situation dès la 16e minute, sur corner. Pas franchement bien organisé tactiquement, le Chievo de Corini n'est pas parvenu à développer un jeu suffisamment intéressant pour aller égaliser. Les entrées tardives de Paloschi et Pellissier auraient pu changer la donne, mais la Samp a serré les dents et a tenu, repartant de Vérone avec trois points précieux. La zone de relégation s'éloigne. Enfin, le 0-0 de la journée (il en faut toujours un) a eu lieu à Parme, où le club d'Émilie-Romagne s'apprête à fêter ses 100 ans. Score nul et vierge pour la réception de Cagliari, et deux équipes qui restent donc à égalité, en milieu de tableau. Comme ça, tout le monde est content, non ?

Les résultats :

Catane - Hellas Vérone 0-0

Chievo - Sampdoria 0-1
Eder 16'

Fiorentina - Bologna 3-0
Iličić 13', Borja Valero 30', Rossi 64'

Genoa - Atalanta 1-1
Bertolacci 72' / De Luca 94'

Lazio - Livorno 2-0
Klose 19' et 26'

Parma - Cagliari 0-0

Udinese - Torino 0-2
Farnerud 48', Immobile 75'

Juventus - Sassuolo, ce soir, 18h30
Napoli - Inter, ce soir, 20h45
Milan - AS Roma, lundi, 20h45

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Klose... J'adore ce joueur, j'espère qu'il battra le record de buts de Muller.
J'aime beaucoup Klose, si c'est lui qui bat le record très bien, mais Muller jouait dans un autre monde. C'est comme la comparaison Platini/Henry. Suffit de revoir n'importe quel match des années 70 ou 80. Le nombre de fautes, la façon dont les attaquants étaient massacrés.
Le jeu était moins rapide mais beaucoup plus dur.
Muller reste pour moi l'avant centre absolu.
Il a aussi le record de Ronaldo à battre cet été au Brésil !
Message posté par Azathoth
Il a aussi le record de Ronaldo à battre cet été au Brésil !


Klose a beau être un super joueur, s'il pouvait éviter de battre celui-là, ça m'irait bien..
Bien sûr que, dans les "seventies", le jeu était plus dur; à l'époque, il y avait de vrais mâles, avec des moustaches et des poils aux pattes, et certains jouaient même sans protections!
La Fio se place bien avant la trêve hivernale, match "facile" contre Sassuolo la semaine prochaine alors que l'Inter joue le Milan, j'espère que ce dernier va enfin se réveiller pour conforter la 4e place de la Fio! J'espère donc une victoire de l'AC la semaine prochaine et un faux pas du Napoli pour passer un bon blo blo blo cuuuus !!!

Peace.
Salut, j'ai une tronche de fouine, j'ai 46 ans, de retour de blessure et je vous emmerde. Pan. Pan.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 7