Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Fiorentina-Roma (1-0)

La Fiorentina dans le Totti Time

Il a fallu attendre les dix dernières minutes pour que cette affiche se décante sur une douceur de Badelj. Džeko, Perotti et Salah peuvent s'en vouloir.

Modififié

ACF Fiorentina 1-0 AS Roma

But : Badelj (82e) pour la Fiorentina

Il met bien deux secondes avant de lever les bras et d’entamer sa célébration. Caché par une forêt de joueurs, Milan Badelj ne voit rien et surtout pas que sa frappe a fini sa course dans les filets romains. À la 82e minute, il faut croire qu’il manque également un peu de lucidité pour comprendre ce qu’il se passe, que sa frappe, lâchée avec le peu d’énergie qui lui restait à ce moment-là, va passer entre les jambes de Kalinić, frôler les gants de Szczęsny, toucher le poteau et offrir trois points à son équipe. Non, dominer n'est toujours pas gagner. Et ça, la Fiorentina l'a mieux compris que la Roma.

Edin zéro


Le protagoniste de la première période se nomme, sans aucun doute, Edin Džeko. Raillé pour sa propension à se « cavaniser » (ou peut-être est-ce l’inverse ?) devant les cages, il va d’abord mettre sa première occasion en tribune, avant d’assurer ses frappes et de cadrer, dont cette surpuissante volée au quart d’heure de jeu en plein dans les poings de Tătărușanu, pour finalement retomber encore une fois dans ses travers et vendanger le moindre face-à-face. Il aurait peut-être mérité mieux à la demi-heure de jeu, au contact avec Tomović, et déséquilibré dans la surface…

Mais finalement, non. Cette fois-ci, pas de penalty pour lui, ni plus de réussite, comme ça peut lui arriver parfois depuis son arrivée à la Roma. Quoi qu’il en soit, difficile de lui reprocher de ne pas essayer ou d’être transparent, il est dans tous les (mauvais) coups de son équipe. Et cette mauvaise dynamique a l’air de convenir à la Fiorentina, bien repliée et plutôt frileuse offensivement. Ça leur permet de s’économiser et de garder du jus pour la suite.

Sousa time


Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si la majorité des frissons de seconde période sont violets. Milić est le premier à chauffer les gants de Szczęsny avec une bonne grosse mine excentrée, sans succès. Suivi de près par Kalinić, pas assez réactif en plein cafouillage alors qu’il n’avait plus qu’à pousser le ballon ou seul face aux cages, et par Tello, trop fragile au moment de déborder Bruno Peres dans la surface, sans plus de réussite. Du côté de la Roma, on a arrêté d’allonger sur Edin Džeko, mais on continue de garder le ballon et de dominer globalement les débats.

Désormais, le danger vient des pieds de Salah et de Perotti. Mais là encore, si le spectacle est loin d’être soporifique, ça ne veut pas rentrer. Et même quand Nainggolan cherche à prendre des risques, il touche le poteau. Alors, forcément, à force de manquer de réalisme, ce qui devait arriver arriva : la Fiorentina prend l’avantage dans les dernières minutes sur une magnifique frappe de Badelj.



L'entrée de Totti n’y changera rien, la Roma a trop gâché pour espérer mieux. Et même encore dans les interminables arrêts de jeu (huit minutes au lieu des quatre annoncées). C'est dur. Surtout quand on sait que la Juve n'a pris aucun point quelques heures plus tôt.

  • Résultats et classement de Serie A
    Retrouvez toute l'actualité de la Serie A

    Par Ugo Bocchi
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Concours FIFA 19 Gagne un séjour à Barcelone pour assister au Clasico
    Hier à 18:05 La FIFA suspend trois dirigeants nord-américains à vie 7
    Partenaires
    Podcast Football Recall Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE
    Hier à 14:22 Un chien tacle un joueur en D4 roumaine 16
    À lire ensuite
    L'Inter ressuscite