En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 3 juin 1990 – Le jour où…

La fin de la grande sélection yougoslave

Il y a 25 ans, l'équipe nationale de Yougoslavie disputait à Zagreb un match amical de préparation au Mondial 90, contre la Hollande, dans le contexte très particulier du début de la guerre dans les Balkans. Hués et chahutés par leurs propres supporters, les Yougoslaves ont vécu un sale moment.

Modififié
3 juin 1990 au stade Maksimir de Zagreb, capitale de l'actuelle Croatie. La sélection de Yougoslavie dispute ce soir-là son dernier match de préparation à la Coupe du monde, avant d'effectuer le court voyage vers l'Italie. C'est une belle partie qui s'annonce, avec en face la grande équipe des Pays-Bas, championne d'Europe en titre. Sur la pelouse, c'est un défilé d'artistes : Stojković, Sušić ou Savićević d'un côté, face à Gullit, Van Basten, Rijkaard… Ces deux grandes nations du football figurent parmi les favoris de la compétition à venir. La fête aurait pu être belle en ce 3 juin, il y a 25 ans jour pour jour, mais cette rencontre va être rattrapée par le contexte extrêmement tendu de l'époque. Celui de la désintégration d'un pays. Une désintégration latente tout d'abord, depuis la mort de Tito dix ans plus tôt, puis précipitée par la chute du mur quelques mois auparavant et la fin inévitable du bloc de l'Est avec l'effondrement du système soviétique. En Yougoslavie, les tensions nationalistes commencent à poindre. Les 22 avril et 7 mai de cette même année 1990, la première élection parlementaire multipartite a été organisée en République socialiste de Croatie, l'une des six républiques fédérées de la République fédérale socialiste de Yougoslavie. Un scrutin remporté par la droite nationaliste représentée par l'Union démocratique croate de Franjo Tudman, lequel réclame immédiatement la mise en place d'une Yougoslavie confédérale. Le 30 mai, il devient le premier président de la République de Croatie. C'est dans ce contexte que s'inscrit ce match face aux Pays-Bas, disputé seulement quelques jours plus tard.

Des drapeaux des Pays-Bas dans les tribunes


Ce soir-là, la Yougoslavie ne va pas jouer à domicile. Les joueurs le comprennent dès leur entrée sur la pelouse, alors qu'ils sont copieusement conspués. Et même bordée de sifflets au moment des hymnes, puis pendant la rencontre, dès qu'un Yougoslave touche la balle. Dans les tribunes, beaucoup de spectateurs agitent des drapeaux néerlandais, avec les bandes horizontales rouge, blanche et bleue, si proche du drapeau de la Croatie… L'hostilité d'une grande partie du public envers l'équipe yougoslave va durer jusqu'au coup de sifflet final, avec à la clé une défaite 0-2 des « locaux » , battus sur des buts signés Rijkaard et Van Basten. C'est dans ces conditions pour le moins tendues que les hommes du sélectionneur Ivica Osim partent en Italie disputer un Mondial qui s'achèvera en quart de finale (défaite aux tirs au but face à l'Argentine). Deux ans plus tard, alors que l'équipe nationale de Yougoslavie continuait d'exister malgré la guerre civile, elle sera finalement interdite de participer à l'Euro dont elle était l'une des favorites. C'est le Danemark, désigné pour la remplacer au pied levé, qui remportera le tournoi à la surprise générale, tandis que la sélection de Yougoslavie sera officiellement dissoute dans la foulée de cette disqualification.

Vidéo

Quatre mois plus tard, le premier match de la Croatie


Pour en revenir à ce match du 3 juin 1990, il montre combien le football a joué un rôle important dans les velléités nationalistes de cette Yougoslavie en cours de désintégration. Le 13 mai déjà, soit quelques semaines avant, la rencontre entre le Dinamo Zagreb et l'Étoile rouge de Belgrade avait tourné en affrontement violent entre Bad Blue Boys locaux et membres des Delije de Belgrade, groupe ultra alors dirigé par un certain Arkan, futur criminel de guerre… Le 23 septembre 1990, c'est le match entre Hajduk Split et Partizan Belgrade qui sera annulé sur fond de grandes tensions nationalistes, avec des drapeaux yougoslaves brûlés. Enfin, le 17 octobre de cette même année 1990, la première rencontre de l'histoire de la sélection nationale croate sera organisée face aux États-Unis, dont l'équipe nationale était alors en tournée en Europe de l'Est. Une partie à laquelle participera Zoran Vulic, un des titulaires présent quelques mois plus tôt au coup d'envoi de ce triste Yougoslavie/Pays-Bas de Zagreb…

Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 5 heures 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 9 il y a 6 heures Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6 Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 4
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 85 lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 41