Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

La fin de l'Inter bling-bling ?

Quintuple championne d'Italie de 2006 à 2010, reine du mercato avec les arrivées d'Ibrahimovic, Sneijder, Milito, Mourinho, Eto'o et autres Maicon, l'Inter Milan semble redescendre sur terre. Les recrues ressemblent plus à des promesses qu'à des stars et le nouvel entraîneur est l'archétype de la sobriété. Nouvelle stratégie ou fin d'une ère ?

Mercredi 13 juillet. Pendant qu'à Paris, Leonardo parle pour la première fois en tant que nouveau manager général du PSG, Marco Branca, le directeur sportif de l'Inter, convoque la presse. A Milan, l'Inter va dévoiler ses nouvelles recrues. Impossible de laisser le monopole de l'actualité à celui qui vient de filer à l'anglaise. Roulements de tambours, les flashs s'apprêtent à crépiter. Deux silhouettes en maillot noir et bleu s'approchent. Carlos Tevez et Sergio Ramos? Non. Ricky Alvarez et Luc Castaignos. D'accord. L'un a 23 ans, l'autre fêtera ses 19 au mois de septembre. Deux promesses venues d'Argentine et de Hollande, et qui semblent lancer un message clair : l'Inter veut rajeunir. Fini les recrues déjà au top mais qui risquent de se périmer trop vite. Le 29 mai dernier, lors de la finale de la Coupe d'Italie remportée face à Palerme, la moyenne d'âge du onze titulaire interiste était de 30 ans tout rond. Trop, pour une équipe qui souhaite continuer à dominer en Italie et en Europe. Moratti l'a bien compris. Sa nouvelle stratégie : miser sur des jeunes joueurs. Quitte à se planter. Quitte à donner l'image d'une Inter un peu plus cheap. Mais quitte, aussi, à avoir dix longueurs d'avance sur tout le monde dans quelques années ?

La jeunesse au pouvoir

Officiellement, personne n'a encore quitté le navire interiste. La génération d'or, celle qui a (presque) tout gagné en 2010, n'est visiblement pas pressée. A Milan, il y a tout le confort, et des salaires de rêve. La plupart d'entre eux (les Cordoba, Chivu, Milito, Stankovic et autres Lucio) ayant tous entre 32 et 35 ans, tenter à présent une nouvelle aventure ailleurs peut s'avérer risqué. Le seul Materazzi, 38 ans, a pris ses responsabilités et a annoncé son départ. Du coup, c'est Moratti lui-même qui doit se charger, via un recrutement malin, de les pousser petit à petit vers la sortie. En janvier dernier, le président nerazzurro a fait venir Andrea Ranocchia, jeune défenseur de la Nazionale de 23 ans, Yuto Nagatomo, 26, et Giampaolo Pazzini, 27. Des joueurs amenés à devenir des titulaires indiscutables de l'équipe, probablement dès cette année. Or, les trois nouveaux arrivants, les déjà cités Alvarez et Castaignos, mais aussi le latéral brésilien Jonathan (25) devraient suivre la même voie. Une intégration progressive et, à terme, une place de titulaire. Et d'autres joueurs devraient arriver d'ici la fin du mercato. Même pas une petite star ?

Caviar et œufs de lump

Les tifosi n'ont pas envie d'y croire. L'été dernier, après avoir remporté la Ligue des Champions, l'Inter n'avait fait venir que Coutinho et Biabiany. L'idée du rajeunissement global était déjà en marche, mais le succès n'a pas franchement été au rendez-vous. Lorsque l'on habitue ses supporters à du foie gras, difficile de lui faire manger de la mousse de canard de chez Lidl. Le tifoso interiste est devenu exigeant. Après avoir goûté aux Ibra, Crespo, Eto'o, ils veulent désormais du Bale, du Fabregas et du Modric. Or, si Massimo Moratti ne ferme pas la porte à une arrivée de ce genre, il n'en fait pas non plus sa priorité. Lui veut construire une équipe cohérente. Et le garant de cette cohérence, c'est Gian Piero Gasperini. Le nouveau coach interiste contraste radicalement avec ses prédécesseurs, de Mourinho à Leonardo. Lui est plutôt sobre, un homme « rangé » , comme on dit, qui n'hésitera pas à passer son coup de gueule lorsqu'il pensera bon de le faire, mais qui n'ira pas faire le signe des menottes à un arbitre. Son credo : redonner de l'enthousiasme à un vestiaire qui, l'an dernier, a eu du mal à digérer quelques grosses claques. « Je veux ramener de la sérénité dans l'équipe. Je veux un groupe qui sache jouer aussi pour s'amuser. Et pour divertir les gens. Je ne veux pas avoir toujours l'inquiétude du résultat. Nous ne sommes pas à la fin d'un cycle, et les statistiques le prouvent. Le groupe est fort, même mentalement. Et il l'a démontré dans les moments difficiles » assure-t-il lors de sa première conférence de presse. Les bases sont posées.

Wes que j'ai mis mon flingue


Au niveau de la stratégie de communication, les nerazzurri se font également plus discrets. Tandis que l'ennemi rossonero clame haut et fort à qui veut bien l'entendre qu'il va remporter le Scudetto, la Coupe d'Italie, la Ligue des Champions, la Mitropa Cup et même la Coupe du Monde 2014, l'Inter, elle, fait profil bas. Moins ambitieuse, moins prétentieuse, moins « Inter » , serait-on tenté de dire, elle se contente de vouloir « lutter avec tous ses adversaires à niveau égal » , dixit Massimo Moratti. Néanmoins, pas question de tout chambouler d'un coup. L'Inter est peut-être moins bling-bling, mais elle conserve dans son effectif des joueurs qui assurent encore un bon lot de paillettes. Parmi eux, Samuel Eto'o, la gâchette de l'attaque, qui a promis allégeance au président Moratti, Maicon, Julio César et, surtout, Wesley Sneijder. Le Hollandais, s'il ne succombe pas aux sirènes de Manchester United, devrait être encore le maître artificier de l'équipe cette saison. Et Gasperini le sait. Il aurait même secrètement demandé à son président de tout faire pour le retenir, quitte à faire un petit effort financier. Et le terrain lui a déjà donné raison. Lors du premier match amical de la saison, jeudi, face à une sélection de la ville de Trentino, Wes a régalé lors de la victoire 6-1 des nerazzurri. Ricky Alvarez a scoré. Eto'o aussi. Castaignos aussi. Les nouveaux. Et les anciens. Le doux mélange du chef Gasperini mijote.

Eric Maggiori

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


PUTACLIC! Figurez-vous qu’on peut marquer pendant la célébration de l’équipe adverse 18
il y a 5 heures Un joueur argentin accusé du meurtre d'un gardien passé par River Plate 12 il y a 5 heures Parme jouera bien en Serie A 25
Partenaires
Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 16:00 Paulo Bento débarqué de son club chinois 13 Hier à 14:23 Le nouveau coup d'éclat de René Higuita 14
À lire ensuite
Le derby céleste