1. //
  2. // Scandale FIFA

La FIFA, il y a des lois contre ça...

FIFA 80. Ça pourrait être le nom d'une tournée de glorieux anciens. C'est surtout le montant, en millions de dollars, que se sont partagés MM. Blatter, Valcke et Kattner entre 2011 et 2015. Éclairage en faits et en droit sur une histoire sans fin.

Modififié
445 15
Le manège infernal. Le bordel éternel. Le n'importe quoi institutionnalisé. Ou, ainsi que l'exprimait le sénateur américain Richard Blumenthal, une comparaison « insultante pour la mafia » . Allégories, métaphores et euphémismes ne suffisent plus pour caractériser l'ambiance de la maison FIFA depuis, pour faire court, un an. En cette fin de semaine, ce sont trois nouvelles qui sont tombées coup sur coup : les soupçons sur Gianni Infantino, qui aurait demandé à son directeur juridique d'effacer des enregistrements compromettants ; une nouvelle perquisition au siège de la FIFA ; la révélation d'une tentative d'enrichissement personnel de 80 millions de dollars pour trois anciennes têtes de la FIFA, à savoir Sepp Blatter, Jérôme Valcke et Markus Kattner. Laissons à la première information le bénéfice du doute, à la deuxième la lassitude de l'habitude, pour s'intéresser à la troisième. Maître, vous avez la parole.

« La crise est terminée » - Gianni Infantino, 13 mai 2016


Que sait-on avec ces nouvelles révélations de la semaine ? Que les têtes mal-pensantes de la FIFA (Blatter, ex-président, Valcke, ex-secrétaire général, et Kattner, ex-directeur financier) ont tout fait pour s'en mettre plein les poches, soit. Mais encore ? William « Bill » Burck est un associé du cabinet américain Quinn Emmanuel, en charge de l'enquête interne à la FIFA et géant mondial du contentieux qui a ouvert un bureau à Zurich... le mois dernier. Son domaine d'expertise, les « White Collar & Corporate Investigations » . Ce vendredi 3 juin, le défenseur de l'organisation FIFA annonce « un effort coordonné par trois anciens hauts responsables de la FIFA pour s'enrichir par des augmentations annuelles des salaires, des primes liées à la Coupe du monde et d'autres avenants pour un total de 80 millions de dollars – uniquement sur les cinq dernières années » .

En détail, cela donne 21 millions d'euros en décembre 2010 de « primes spéciales pour la Coupe du monde 2010 (…) octroyées rétroactivement » , 12,6 millions d'euros en octobre 2011 pour le Mondial 2014, et 14 millions d'euros en juin 2014 pour le Mondial 2018. Sans oublier, pour MM. Valcke et Kattner en avril 2011, des « primes de départ généreuses leur garantissant le paiement intégral de leur contrat, jusqu'à 15,8 millions d'euros et 8,87 millions d'euros respectivement, dans le cas où leur emploi avec la FIFA s'arrêtait » . Sans oublier non plus une ultime extension du contrat de Markus Kattner en mai 2015, quatre jours après le coup de filet de Zurich, lui garantissant un contrat jusqu'en 2023 pour 9 millions d'euros. Des millions par-ci, des millions par-là, le compte en banque est bon.

Better call Saúl


Mais, juridiquement, qu'est-il reproché au triumvirat ? Car se faire des thunes n'est pas encore illégal, à condition de le déclarer. Il y a bien l'abus de biens sociaux, mais la Suisse est réputée pour ne pas avoir de délit sur ce point précis. Maître Julien Montcel donne une piste, avec la retenue de circonstances : « Leurs avocats pourraient envisager de remettre en cause les rémunérations, car elles pourraient être contraires à l’intérêt social de l’association et qu'elles n’ont été accordées qu’à des fins personnelles. » Voilà un début. Mais encore ? L'avocat pointe deux éléments intéressants du communiqué de presse de la FIFA, selon lequel « certains contrats contiennent des dispositions qui semblent violer le droit suisse » .

D'abord, le communiqué indique que les primes de départ devaient être versées même en cas de fin du contrat pour une cause justifiée. Dès lors, « leurs conseils pourraient chercher à démontrer que les conditions auxquelles étaient soumises le versement des bonus étaient purement potestatives, c’est-à-dire qu’il dépendait de la seule volonté de la partie qui en bénéficiait » , explique Me Montcel. Ainsi, il serait envisageable de faire annuler les contrats sur ce fondement, ou d'arguer que ces bonus ne peuvent pas être qualifiés de gratifications, mais de salaire, et donc que leur fixation et leur versement auraient dû obéir à un régime différent. » Ensuite, avant 2013 et la création d'un sous-comité des rémunérations, « les personnes qui ont signé les contrats sont aussi celles qui les ont approuvés » , à savoir, entre autres, le directeur financier Markus Kattner. Ce même Markus Kattner, limogé le 23 mai après qu'une « enquête interne a mis au jour des manquements dans ses responsabilités financières en lien avec ses fonctions » et dont les bureaux étaient visés par la perquisition du jeudi 2 juin. Ce même Markus Kattner dont Blatter s'était déclaré « sidéré » par le renvoi, déclarant qu'il « n'avait jamais rencontré un homme aussi honnête » . L’honnêteté selon Sepp Blatter, sans doute.

Par Eric Carpentier PS : Merci à Me Julien Montcel pour sa consultation express.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Mouais, là c'est même plus la peine.

À priori, si ces sommes existent, c'est qu'il y a des gens prêts à les payer, et que d'autres personnes qui ne tomberont pas s'en mettent encore plus dans les poches derrière
Lamine Turgut Niveau : CFA
Une des possibilités d'arrêter ces conneries serait d'introduire en bourse la FIFA.

Sans être la garantie absolue, c'est quand même hyper réglementé et (très) surveillé.

Tu dois avoir une certaine transparence, il y a des autorités de surveillance et des mécanismes juridiques qui permettent de sanctionner ...

Ce qu'il a de bien avec les marchés financiers, c'est qu'il y aura toujours des requins en face d'autres requins et que leurs intérêts divergent : on peut espérer un certain équilibre des forces ... et donc plus de contrôle.

Car le gros problème de ces fédérations internationales, c'est qu'elles ne rendent de compte à personne ... et ce depuis trop longtemps.
Message posté par Pablo_
Mouais, là c'est même plus la peine.

À priori, si ces sommes existent, c'est qu'il y a des gens prêts à les payer, et que d'autres personnes qui ne tomberont pas s'en mettent encore plus dans les poches derrière


Pour des gouvernements ou des géants industriels et commerciaux, c'est que dalle comme sommes.
Megamegazord Niveau : DHR
Message posté par Lamine Turgut
Une des possibilités d'arrêter ces conneries serait d'introduire en bourse la FIFA.

Sans être la garantie absolue, c'est quand même hyper réglementé et (très) surveillé.

Tu dois avoir une certaine transparence, il y a des autorités de surveillance et des mécanismes juridiques qui permettent de sanctionner ...

Ce qu'il a de bien avec les marchés financiers, c'est qu'il y aura toujours des requins en face d'autres requins et que leurs intérêts divergent : on peut espérer un certain équilibre des forces ... et donc plus de contrôle.

Car le gros problème de ces fédérations internationales, c'est qu'elles ne rendent de compte à personne ... et ce depuis trop longtemps.


Bah ouais carrément. Il suffit de voir comment la simple crise des marchés financiers de 2008 a réussi à tout changer. Résultat les anciens de Goldman Sachs sont aujourd'hui toujours à la tête des banques centrales, 2 Directeurs de banque sont peut être allés en prison et le reste du monde s'est bien fait enfler.

Ces marchés sont "surveillés" pour protéger les intérêts de ceux qui jouent dedans, pas pour protéger les consommateurs ou les petits actionnaires lambdas. Je trouve ça plutôt illusoire de croire qu'un système corrompu jusqu'à la moelle comme celui de la finance (regarde juste la spéculation sur les matières premières) puisse régler les problèmes d'une organisation comme la FIFA qui serait sûrement plus que ravie de l'intégrer pour s'en mettre encore pus plein les fouilles.
Megamegazord Niveau : DHR
Message posté par Lamine Turgut
Une des possibilités d'arrêter ces conneries serait d'introduire en bourse la FIFA.

Sans être la garantie absolue, c'est quand même hyper réglementé et (très) surveillé.

Tu dois avoir une certaine transparence, il y a des autorités de surveillance et des mécanismes juridiques qui permettent de sanctionner ...

Ce qu'il a de bien avec les marchés financiers, c'est qu'il y aura toujours des requins en face d'autres requins et que leurs intérêts divergent : on peut espérer un certain équilibre des forces ... et donc plus de contrôle.

Car le gros problème de ces fédérations internationales, c'est qu'elles ne rendent de compte à personne ... et ce depuis trop longtemps.


(Je comprends ta vision des requins qui pourraient les bouffer hein. Je pense juste qu'ils s'allieraient et en sortiraient surement plus fort c'est tout. Par contre pour réussir à trouver un vrai contre pouvoir dans une instance comme la FIFA j'avoue pas vraiment voir comment ça peut être possible)
Lamine Turgut Niveau : CFA
Message posté par Megamegazord
(Je comprends ta vision des requins qui pourraient les bouffer hein. Je pense juste qu'ils s'allieraient et en sortiraient surement plus fort c'est tout. Par contre pour réussir à trouver un vrai contre pouvoir dans une instance comme la FIFA j'avoue pas vraiment voir comment ça peut être possible)


Je cherchais moi aussi comment contrecarrer ces abus, le principe était de structurer ces fédé internationales comme de grandes entreprises, cotées en bourse, avec l’appareil d’audit interne et obligation de publication comme principaux garde-fous … et une autorité de surveillance qui aurait un réel pouvoir.

Effectivement, je ne dis pas que c’est LA solution miracle … mais ça pourrait être une voie.

Toutes ces fédé ont connue (CIO, athlé, foot, cyclisme, patinage, haltérophilie, …) ou vont connaitre (aqua-poney) ce genre de « défaillances » de gouvernance. Elles sont affranchies des Etats (même de l’UE) : il faudrait donc trouver un mécanisme supranational fiable et crédible.
Johann Van Bergkamp Niveau : District
Message posté par Lamine Turgut
Une des possibilités d'arrêter ces conneries serait d'introduire en bourse la FIFA.

Sans être la garantie absolue, c'est quand même hyper réglementé et (très) surveillé.

Tu dois avoir une certaine transparence, il y a des autorités de surveillance et des mécanismes juridiques qui permettent de sanctionner ...

Ce qu'il a de bien avec les marchés financiers, c'est qu'il y aura toujours des requins en face d'autres requins et que leurs intérêts divergent : on peut espérer un certain équilibre des forces ... et donc plus de contrôle.

Car le gros problème de ces fédérations internationales, c'est qu'elles ne rendent de compte à personne ... et ce depuis trop longtemps.


Idée plutôt bonne. Hélas, je crois qu'officiellement, la FIFA est une association à but Non Lucratif. Officielement...
Lamine Turgut Niveau : CFA
Message posté par Johann Van Bergkamp
Idée plutôt bonne. Hélas, je crois qu'officiellement, la FIFA est une association à but Non Lucratif. Officielement...


Une possibilité : la scission.

Tu loges toute l'activité commerciale dans une nouvelle structure (FIFA Marketing SA, par exemple) et tu la balances en bourses.
Et ca renforce la probabilité d'innocence évidente de michel platini.
La FIFA en bourse ?
D'autres idées à la con ?
C'est bien connu la finance est un milieu très sage.
Soumettre la FIFA à l'ONU ? Je sais que ça peut paraître terriblement con, mais tu changes les statut de l'Assoc' en lui conférant une mission de type "vous allez vous aimer les uns les autres bordel de merde", tu lui fous un budget maîtrisé par une instance Internationale, et tu lui appliques les obligations de transparences d'une ONG.

Autre avantage, les compétitions internationales sont affranchies des principes de sponsoring à la con qui t'oblige à boire du coca-cola avec un entonnoir pendant la CDM, à boire de la pisse Budweiser dans les stades, etc.

Bien sûr que ça n'arrivera pas, les acteurs du foot sont trop attachés aux profits que leur activité génère. Et la mise en place d'un tel système verrait potentiellement l'émergence d'une autre association, refusant le contrôle international et promouvant l'ancien système FIFA. Un peu comme le bordel qu'on vit avec les fédérations de catch aux USA.
Faut savoir déjà ce que ça veut dire d'aller en bourse, et pas faire des rapprochements type bourse = finance = requins = corruption.

Etre en bourse oblige l'entreprise à publier ses comptes (pour renseigner la sphère financière de son activité en gros, de sa santé). L'entreprise se dote d'organisme de contrôle interne mais aussi est audité lors de toutes les publications de résultats par les cabinets d'audit extérieurs. Ce qui garantie une certaine netteté des comptes. Ca veut pas dire que ça va devenir le Loup de Wall Street...
Je ne comprends pas qu'il n'y ait pas des lois plafonnant les salaires dans les associations sans but lucratif. Y'a pas que le foot qui est concerné par les magouilles dans ce genre d'association. Ma femme a bossé dans une petite ong humanitaire qui ne servait qu'à enrichir sa fondatrice (gros salaire, voyages, etc). Ma femme, et d'autres pigeons, étaient par contre bénévoles bien sûr. J'ai cru comprendre qu'il n'y avait aucun souci avec les autorités tant qu'on consacre un certain pourcentage au but réel de l'assoc, le reste c'est du bonus pour les malins.
Message posté par bokacola
Faut savoir déjà ce que ça veut dire d'aller en bourse, et pas faire des rapprochements type bourse = finance = requins = corruption.

Etre en bourse oblige l'entreprise à publier ses comptes (pour renseigner la sphère financière de son activité en gros, de sa santé). L'entreprise se dote d'organisme de contrôle interne mais aussi est audité lors de toutes les publications de résultats par les cabinets d'audit extérieurs. Ce qui garantie une certaine netteté des comptes. Ca veut pas dire que ça va devenir le Loup de Wall Street...


M'ouais, quand tu vois le passif des loulous et le degré de corruption digne des films de Coppola, je pense qu'il faut être bien naïf pour croire que les mecs vont pas dès le départ magouiller comme dans le monde de la finance.

L'objectif final est intéressant, mais le moyen d'y arriver me semble un peu...pire que mieux.
Message posté par gonzolo
Je ne comprends pas qu'il n'y ait pas des lois plafonnant les salaires dans les associations sans but lucratif. Y'a pas que le foot qui est concerné par les magouilles dans ce genre d'association. Ma femme a bossé dans une petite ong humanitaire qui ne servait qu'à enrichir sa fondatrice (gros salaire, voyages, etc). Ma femme, et d'autres pigeons, étaient par contre bénévoles bien sûr. J'ai cru comprendre qu'il n'y avait aucun souci avec les autorités tant qu'on consacre un certain pourcentage au but réel de l'assoc, le reste c'est du bonus pour les malins.


Ca rejoint mon vécu..

En substance, disons que 90% de l'aide part en frais administratifs et que, vu l'exemple donné, le solde fait presque toujours l'objet d'une curée parmi les acteurs locaux, qui apprennent vite les bougres, et bien souvent sans se fixer la moindre limite..

Des acteurs de développement qui s'octroient sur place des palaces à 15-20.000 usd de location par mois n'a rien de sensationnel, ni d'autres qui saisiront le prétexte d'un sommet à Cancun (sans invitation aucune audit sommet) pour s'offrir 3 semaines au soleil sur le dos des contribuables et bonnes âmes - leur justification : de toute façon il y a intérêt à dépenser l'argent pour pérenniser les financements, ce qui n'est pas faux..

En substance et dans les grandes lignes : prendre l'argent des pauvres au Nord pour le donner aux riches aux Sud.. Et j'invite à visionner "Enjoy your poverty"..
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
445 15