1. // Coupe du monde 2014
  2. // Groupe A
  3. //

La fiche du supporter mexicain

Parce qu'une Coupe du monde, c'est surtout avant le coup d'envoi et après le coup de sifflet final que ça se vit. Parce que les supporters à la Coupe du monde, c'est comme les Pit Girls en F1, dans les teasers de match, ils sont mis en avant une image sur quatre. Et parce qu'un Mondial, c'est surtout une immense soirée déguisée qui dure un mois, on s'est dit qu'à l'instar des équipes, les fans aussi méritaient leur fiche. Au tour du Mexicain de passer sur le billard.

Modififié
21 5

Trois questions à...

Mauricio Marquina, supporter Pumas depuis toujours, et un peu mexicain aussi

C'était galère ces éliminatoires, non ?
Vraiment, c'était compliqué. On était à deux doigts de sortir avant même le début du Mondial. Personne n'y croyait, moi encore moins. On a eu beaucoup de chance et je remercie les États-Unis. À la dernière seconde, ils nous ont envoyé aux éliminatoires. Je suis devenu fou à ce moment-là. Pour tout te dire, j'étais tout seul devant ma télé, parce que je n'y croyais pas du tout. Mais cette dernière minute, c'était magique. Les États-Unis qui nous offrent les barrages, c'était énorme. Le pire, c'est que s'ils avaient pu faire autrement, ils ne s'en seraient pas privés. Y a qu'à voir ce qu'Alexi Lalas a twitté après le match.
Lui, il déteste, le Mexique, il était vraiment dégoûté. Et en plus, il aurait voulu qu'on le remercie ?

C'est quoi la différence entre les Pumas et le Mexique ?
Rien à voir. Dans toute ma vie, j'ai dû rater un match ou deux des Pumas. Y a plus de passion, je vais au stade depuis plus de 20 ans. Même s'ils sont nuls, je continue de les regarder. Alors qu'à la fin des éliminatoires, je faisais exprès de rater le Mexique. On a été nuls pendant ces éliminatoires.

Si le Mexique arrive jusqu'en finale, tu ferais quoi pour aider ton équipe à soulever la coupe ?
Rien. Je pourrais faire n'importe quoi, que le Mexique ne gagnera jamais la Coupe du monde. C'est tout simplement impossible, même si je faisais le tour du Brésil à pied ou un autre truc con. Je vais au Brésil juste pour voir du foot et le Maracaña. Par contre si les Pumas pouvait participer au Mondial, je serais prêt à faire n'importe quoi pour qu'il gagne la Coupe du monde. N'importe quoi. Jajaja.

La fiche


* Le portrait-robot
44 % moustache – Inéluctable pilosité sub-nasale.
25 % Bertrand Cantat – Le seul à rendre « hommage » au couvre-chef mexicain.
21 % petit pois – Plus qu'un surnom hasardeux, c'est aussi la couleur de l'espoir et du maillot.
9 % selfie – Nul ne l'ignore, Frida Kahlo est une pionnière.
1 % Tipp-Ex – Pour l'inventeur du « coup du crapaud » , le seul geste technique alliant inutilité et inélégance.

* L'hymne non officiel
Mélange de sonorités reggaeton et électro-kitsch, ce titre est remis au goût du jour à chaque Mondial depuis celui en 94 aux États-Unis. Un refrain en anglais et un auteur qui souhaite rester anonyme. Autant dire, un pur bonheur pour les oreilles.

Youtube

* Le matériel du parfait supporter
Mains et tickets dans les poches, la moustache postiche scotchée sous le nez, et sombrero sur la tête, bon vieux cliché, mais signe distinctif inégalable. Quant au cahier de chants, il fait une large place à Cielito lindo, chanson populaire devenue hymne officieux, fredonné entre deux « ME-XI-CO, ME-XI-CO » , hurlés à une cadence épileptique.

* L'apéro-type
Au Mexique, on sait prendre le plaisir là où il est. Comme la victoire n'est qu'une éventualité, autant commencer les festivités bien avant le coup d'envoi. Une place de parking et une glacière remplie de cervezas suffira au bonheur d'un Mexicain qui aime se pointer au stade avec sa famille nombreuse ou avec une armée de potes. Si, en plus, il y a possibilité de se faire un barbecue, c'est Byzance. Sinon, quelques tacos enfournés feront l'affaire.

* L'image qu'ils vont laisser aux Brésiliens
Toujours là pour faire la fête, réveillés comme jamais du début de l'apéro jusqu'à la fin du petit-déjeuner. Mais complètement absents pendant les matchs. Physiquement, mentalement et tout ce qui va avec une gueule de bois. À ce prix-là, ils auraient mieux fait d'aller à Cancún.

* La galaxie du supporter
Même s'ils leur ont offert le match de barrage, les Américains restent des gringos. Le reste, ce sont des amis ou des partenaires de soirée.

* La trace de bronzage
Teint mat naturel, un Mexicain ne bronze pas. Ça tombe bien. Il n'a pratiquement pas vu la lumière du jour.

En kiosque : SO FOOT #117 - Un numéro double et un supplément pour tout savoir sur le Mondial !

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Gregory Vignal-Qaïda Niveau : CFA2
15% chapo guzman
elmazatleco Niveau : DHR
100 % sinaloa verdad

il me manque déjà Jared Borgetti
100% de surpoids
100% de tacos-coca

En fait y'a pas grand chose qui sépare les ricains et les mexs. Ah si un mur et des pieds fait pour le foot.
Fredinhovic95 Niveau : Ligue 2
La non-sélection de Carlos Fierro est un scandale
Fredinhovic95 Niveau : Ligue 2
La non-sélection de Carlos Fierro est un scandale
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Faut-il chanter son hymne ?
21 5