1. // Coupe du monde 2014
  2. // Groupe E
  3. //

La fiche du supporter hondurien

Parce qu'une Coupe du monde, c'est surtout avant le coup d'envoi et après le coup de sifflet final que ça se vit. Parce que les supporters à la Coupe du monde, c'est comme les Pit Girls en F1, dans les teasers de match, ils sont mis en avant une image sur quatre. Et parce qu'un Mondial, c'est surtout une immense soirée déguisée qui dure un mois, on s'est dit qu'à l'instar des équipes, les fans aussi méritaient leur fiche. Aujourd'hui, on dit bonjour, et peut-être au revoir, aux Honduriens.

Modififié
3 0

3 questions à...

Carlos Murillo, hondurien pour les poules, français pour le reste

Un Franco-Hondurien, ça ne court pas les rues parisiennes… Dans quel camp tu t'es rangé du coup ?
Plus hondurien que français pendant ces trois matchs. Parce que c'est un plus petit pays, et parce que j'ai grandi là-bas. Mais c'était aussi l'occasion de le voir avec des Français. Alors on s'est réunis dans un restaurant mexicano-hondurien. Nous, les Honduriens, on était en minorités mais on était plus chauds que les Français. On a commencé à les chambrer, on a mis l'ambiance, mais on s'est vite calmé. L'arbitre ne nous a pas vraiment aidés à vrai dire.

Il n'y a plus aucun espoir aujourd'hui pour toi ?
Ah ah, on a toujours de l'espoir, mais là, il faut regarder la vérité en face. On est cuits. Après, l'esprit hondurien veut qu'on ne lâche rien, jusqu'au bout. Rien du tout. Quand on gagne, on fait la fête comme des fous. Par exemple, pour la qualification au Mondial, la grande artère de Tegucigalpa était pleine de gens bourrés, de gens qui s'embrassaient, de gens heureux jusqu'au lendemain. Tu as même le droit de ne pas aller au travail en cas de victoire. Alors quand on perd, on se doit aussi d'être solidaires.

C'est bien d'avoir la double nationalité en cas d'élimination, non ?
Ouais c'est pratique. Tu as deux fois plus de chances de gagner. Quand le Honduras se fait éliminer, je me rabats sur la France. Non plus sérieusement, le Honduras n'avait que très peu de chances dans ce groupe, mais c'était sympa quand même de participer à ce Mondial. On aura bien profité. Mais ce soir, le match, je le regarderai chez moi. J'espère au moins qu'ils vont sauver l'honneur, et j'espère que la France ira le plus loin possible.

La fiche technique

* Le portrait-robot
40 % Victor Hugo – Grâce aux lycéens et aux Honduriens, l'auteur des Misérables revient en force durant ce mois de juin 2014 #TT
39,2 % contraception – Seul pays au monde à interdire la pilule du lendemain, ce n'est pas pour autant qu'ils n'entrent pas dedans.
20 % Kirikou – Petit mais vaillant.
0,8 % Obama – « Hope » , c'est tout ce qui leur faut pour le match de ce soir.

* L'hymne non officiel
Au Honduras, un mélange de Francis Lalanne pour la passion et de M Pokora pour le style, ça nous donne ce titre : « Chantons ensemble, allez le Honduras » d'Eduardo Umanzor.

Youtube

* Le matériel du parfait supporter
Maillot dans le short avec le gros « H » bien visible, chaussettes relevées, crampons vissés. À n'importe quel moment, le supporter hondurien se tient prêt à entrer sur le terrain.

* L'apéro type
Ti' punch, planteur, charrette agricole, caïpirinha, Cuba Libre, cachaça, piña colada… Tous les chemins qui mènent au rhum.

* L'image qu'ils vont laisser aux Brésiliens
Autour de la cachaça, Honduriens et Brésiliens sont des frères. Mais pour tout le reste, le Hondurien est un joueur et un concurrent. Peu importe la raison et/ou la situation, le Hondurien est compétitif et s'accroche coûte que coûte. Sur tous les terrains (plage, discothèque, comptoir, ring), il essaiera de se mesurer aux meilleurs. Il perdra, mais avec les honneurs.

* La galaxie du supporter
Ils ne sont plus très amis avec les Français de Canal +. À côté de ça, le Honduras entretient une relation très privilégiée avec la Colombie et les États-Unis. Le Honduras est une escale à part entière pour les voyageurs réguliers entre ces deux pays. Ils se rapprocheront certainement du Costa Rica pour la suite du Mondial. Une autre destination prisée dans la région.

* La trace de bronzage
Tellement attaché à son maillot bleu et blanc que le Hondurien en oublie de le quitter de temps à autre. Mauvaise idée, surtout pour la sieste entre midi et deux sur la plage. On l'appelle le « bronzage cycliste » . Blanc sur tout le buste, et noir sur les avant-bras, le visage et le cou.

En kiosque : SO FOOT #117 - Un numéro double et un supplément pour tout savoir sur le Mondial !

Propos recueillis par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
3 0