1. // Coupe du monde 2014
  2. // Groupe E
  3. //

La fiche du supporter équatorien

Parce qu'une Coupe du monde, c'est surtout avant le coup d'envoi et après le coup de sifflet final que ça se vit. Parce que les supporters à la Coupe du monde, c'est comme les Pit Girls en F1, dans les teasers de match, ils sont mis en avant une image sur quatre. Et parce qu'un Mondial, c'est surtout une immense soirée déguisée qui dure un mois, on s'est dit qu'à l'instar des équipes, les fans aussi méritaient leur fiche. Place à l'Équateur.

Modififié
19 2

3 questions à...

David, fondu d'Emelec et de la Tricolor

C'était comment ces éliminatoires ?
Étant de Guayaquil, j'ai eu l'opportunité d'assister à la majorité des matchs des éliminatoires qui se jouent à Quito. J'ai vécu un grand moment d'émotion quand nous nous sommes qualifiés pour le Mondial, lors du match contre l'Uruguay. On devait gagner ou faire match nul pour nous qualifier. Tout le monde était vraiment pendu au résultat de ce match. Les rues se sont remplies de gens, tout le monde buvait des bières, fêtait avec ses amis… Mais on a aussi vécu un moment assez difficile durant ces éliminatoires, quand notre buteur, « el Chucho Benítez » , est décédé alors qu'il était au top de sa forme. Il a été très critiqué au début des éliminatoires, mais c'était définitivement le meilleur attaquant que l'on avait. De plus, ça nous a vraiment touchés, car il était très apprécié ici. C'était quelqu'un de très humble et simple. D'ailleurs, c'est toujours un évènement qui est présent dans nos têtes et qui va accompagner joueurs et supporters tout au long de la compétition. Avec mon meilleur ami qui m'accompagne au Brésil, on va certainement réaliser une banderole en sa mémoire.

Si tu devais expliquer la différence entre ton club et ton équipe nationale…
Je suis supporter d'Emelec. Supporter Emelec, c'est... putain... la passion depuis que le football a commencé à me plaire. On peut dire que ça a été mon premier amour footballistique. Je ne manque aucun match à domicile, sauf si je suis à l'étranger, et j'essaye d'aller plusieurs fois par saison à l'extérieur. Cette passion, je l'ai chopée de mes grands-parents, de ma maman…. Toute ma famille est emelcsista. Après Emelec vient la sélection. Si tu me demandes que je choisisse entre Emelec champion et que la sélection se qualifie pour le Mondial, je te dirai certainement Emelec champion, et un peu en dessous que la sélection se qualifie. On pourrait dire que tu as un amour que tu chopes pour toute la vie et l'autre qui s'acquiert à cause de la nationalité. Emelec, c'est vraiment la passion pure.

Pour gagner le Mondial, tu serais prêt à quoi ?
Ce que tu veux. Si tu me dis de courir nu sur Copacabana, je le fais. Pour être champion, ce que tu veux. Mais si on gagne et que je suis encore au Brésil, on devra me rapatrier par morceaux : un jour un bras, un autre une jambe… Je ne vais jamais vouloir rentrer.

La fiche technique

* Le portrait-robot
60% Chucho Benítez - Les messages en l'honneur du défunt avant-centre de la Tri devraient fleurir dans les tribunes.
20% ou 30% ou 40% Aguardiente et Caña Manabita - Bref, après plusieurs verres, on a du mal à savoir de toute façon.
19% Salsa - Au pire, ils apprendront la samba.
1% Colombie - Bien qu'ils ne le mettent pas en avant, c'est bien un sélectionneur colombien qui les a qualifiés pour ce Mondial.

* L'hymne non officiel
Un morceau réalisé par el Delfin Quishpe, un mec qui a écrit des chansons telles que Israël ou Torre Gemelas - les Tours jumelles - sur un rythme qui vous rappelle les heures interminables en combi équatorien à vous taper la discographie de la Tigresa del Oriente, ça ne pouvait qu'envoyer du lourd, du très lourd. On vous laisse juger et vous taper un petit karaoke.

Youtube

Par ailleurs, on pensait que J-Lo et Pit Bull avaient fait fort avec leur chanson We are one, mais leurs exploits vocaux ont fait des émules en Équateur. Voix retouchée au maximum, un arrangement musical qui vous rappelle votre première et dernière compil de techno quand vous étiez au collège, des paroles minimalistes au possible et, bien sûr, un clip façon reggaeton sans moyen. Anahi ne laissera pas vos oreilles indifférentes avec sa chanson Solo para ti.

Youtube

* Le matériel du parfait supporter
Le Blackberry très prisé en Équateur pour enchaîner les photos – plutôt côté plage que côté stade il faut l'avouer –, le bracelet All You Need Is Ecuador estampillé ministère du Tourisme et tant pis si c'est écrit en anglais, le maillot de la sélection, de préférence de contrefaçon mais identique à l'officiel acheté au marché de la Bahia de Guayaquil, qui affiche fièrement l'équipementier le moins connu du Mondial : « Marathon » . Un équipementier dont le slogan officiel est « la piel de tu pais » (la peau de ton pays) #ArnaudMontebourglikesthis.

* L'apéro type
Plusieurs heures avant le coup d'envoi, les premières bières, non pas fraîches mais glacées, se multiplient, agrémentées de quelques shots d'aguardiente (l'alcool de canne à sucre national). En revanche, pas question de louper le coup d'envoi, quitte à faire entrer quelques bouteilles en douce, un exercice dans lequel les Équatoriens excellent. De toute façon, quel que soit le score final, l'apéro se poursuivra bien plus tard dans la nuit.

* L'image qu'ils vont laisser aux Brésiliens
Généralement très fêtards et ne s'attendant que très peu à un long parcours de leur sélection au cours de ce Mondial, les Équatoriens devraient très bien se fondre dans leur environnement direct indépendamment du résultat de leur équipe. Celles et ceux qui souhaiteront apprendre les rudiments de la salsa trouveront certainement leur compte auprès de ce joyeux contingent.

* La galaxie du supporter
Les Péruviens étant absents du Mondial, les supporters équatoriens n'auront pas vraiment d'occasion de faire monter la tension. Il reste bien les Colombiens, mais ce n'est pas pareil, ces derniers n'ont pas conquis une grande partie de leur territoire amazonien en 1998. On devrait donc plutôt voir les Équatoriens apprendre aux Français à danser sur la Marseillaise et échanger cacao contre recettes de chocolat avec leurs homologues suisses.

* La trace de bronzage
Quand votre pays est situé au centre du monde, que le soleil est en permanence à son zénith des plages de la Costa aux chaleurs étouffantes de la Selva en passant par les hauteurs de la Sierra, le soleil ne vous fait pas vraiment peur. Parions même qu'ils auront froid dans certaines parties du Brésil.

En kiosque : SO FOOT #117 - Un numéro double et un supplément pour tout savoir sur le Mondial !

Par Guillaume Fleury
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

oh pétard! les 2 clips m'ont laissé sans voix.le 2eme m'a effectivement ramené a une époque ou l'ont pensait que la dance avait un avenir ( et apparemment oui en équateur). et le premier est juste magique. mes voisins cet aprem et mes potes ce soir vont vous détester parce que je vais la faire tourner en boucle
VaeVictis Niveau : DHR
Le premier clip est monumental. Tout est poussé à son paroxysme. Pas de demi-mesure, c'est outrancier et c'est bon.

L'unique effet spécial, le fond bleu – autour duquel tout gravite – est utilisé, je dirais même usé jusqu'à la corne. L'investissement financier du matériel est amorti en moins de 4 minutes. Respect.

L'accoutrement cowbow du chanteur aux couleurs chatoyantes qui brûlent la rétine et vrille les codes vestimentaires, me fait dire que c'est peut-être un clin d'œil involontaire et disco gay au Secret de Brokeback Mountain. Y a sans doute un message derrière tout cela. Faut enquêter.

C'est frais, de mauvais goût, d'un autre temps et d'une autre dimension. Bref, ça flirte de manière nanarde avec le sublime.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
19 2