1. // Coupe du monde 2014
  2. // Groupe C
  3. //

La fiche du supporter colombien

Parce qu'une Coupe du monde, c'est surtout avant le coup d'envoi et après le coup de sifflet final que ça se vit. Parce que les supporters à la Coupe du monde, c'est comme les Pit Girls en F1, dans les teasers de match, ils sont mis en avant une image sur quatre. Et parce qu'un Mondial, c'est surtout une immense soirée déguisée qui dure un mois, on s'est dit qu'à l'instar des équipes, les fans aussi méritaient leur fiche. Place à la Colombie.

Modififié
55 4

Trois questions à...

Andrés Serna, hincha de l'Once Caldas

Comment tu as vécu ces éliminatoires ?
J'ai bizarrement vécu ces éliminatoires. Ça fait maintenant plus de deux ans que je vis en France pour mes études (Andrés prépare une thèse à Fontainebleau, ndlr) et ce n'est pas génial de vivre ça loin de son pays. En Colombie, je me retrouve avec mes amis autour d'une bière pour regarder chaque match. Ici, avec le décalage horaire, je me suis retrouvé à deux heures du mat' à regarder les rencontres dans mon lit... Mais le soir du match décisif pour la qualification face au Chili, j'ai réussi à convaincre un pote de le regarder avec moi. À la mi-temps, on était mené 3-0, il s'est barré se coucher ! Faut dire que ça puait la catastrophe... 3-0... En deuxième période, James Rodríguez a été héroïque. Il a porté l'équipe sur son dos. Au final, on parvient à revenir à 3-3, avec un double du Tigre Falcao. C'était de la folie. J'ai hurlé et réveillé mes voisins ! C'est sans doute le jour le plus heureux pour mon pays depuis 16 ans et notre dernière Coupe du monde en France.

La différence entre supporter son équipe et son pays ?
En Colombie, dans la ligue locale, chaque hincha ne supporte que son équipe et déteste toutes les autres... C'est assez chaud. Moi, je suis supporter de l'Once Caldas. C'est le club de ma ville, Manizales. Par contre, quand il s'agit de la sélection, on porte tous le maillot jaune, on est vraiment unis, on se transforme tous en journalistes sportifs. Il arrive même qu'on plébiscite Falcao et James Rodríguez pour les présidentielles ! Ce sont nos héros. Au-delà de ça, je dirais même que l'équipe nationale est l'une des rares choses à propos de laquelle nous, les Colombiens, sommes tous d'accord. Nous avons une conscience collective très forte. « Como hermanos » comme on dit là-bas.

Que serais -tu capable de faire pour que la Colombie gagne le Mondial ?
On rêve tous de gagner la Coupe du monde, mais c'est difficile à imaginer. Ce serait n'importe quoi... Déjà, ça serait le carnaval chez moi ! On arrêterait de travailler pour quelques semaines, voire quelques mois, histoire de fêter ça et de faire passer la gueule de bois. Je poserais des jours de congé (même si je n'en ai plus) pour rentrer chez moi, en avion, en bateau, à la nage... Peu importe.

La fiche technique

* Le portrait-robot
25% Cumbia
15% perruque bouclée
35% ligaments croisés -Jamais sans mon Tigre.
5% Monaco - Parce que s'il n'y a pas Falcao, James est bien présent pour représenter le Rocher.
20% Escobar -. Et pas Pablo, non, Andrés

* L'hymne non officiel
Avec « el pibe » Valderrama et « el loco » René Higuita en guest-stars s'il vous plaît ! Chemises trop larges à paillettes, jean jusqu'au nombril, moustaches et regard lubrique, le tout nappé d'un montage vidéo à faire pâlir AB Production. Remember 90'.

Youtube

* Le matériel du supporter
Le classique triptyque maillot-drapeau-tifo. On ajoute à cela un énorme sac rempli d'insultes à déverser sur les adversaires et la maman de l'arbitre.

* L'apéro type
En Colombie, s'il y a un stade, il y a un petit marché qui s'installe. Quelques échoppes où se retrouver entre amis avant le match. Rien de surprenant, on picore un peu de barback et on descend quelques canettes de « club colombia » , la bière locale. En cas de victoire, on y revient et on remet la même !

* La galaxie du supporter
Le collègue, c'est le Brésil. C'est donc un voyage amical qui attend les Colombiens cet été. Avec l'Argentine en revanche, c'est pas vraiment l'amour fou. Pour un Colombien, l'important n'est pas de gagner, mais de faire perdre le gaucho. La branlée (5-0) infligée par la Colombie à l'Albiceleste, au stade Monumental de Buenos-Aires en 1993, reste un souvenir mémorable. Tout dépend de quel côté on se place, évidemment.

* La trace de bronzage
Légère décoloration pigmentaire à prévoir, due à l'hiver brésilien arrivant à grands pas.

En kiosque : SO FOOT #117 - Un numéro double et un supplément pour tout savoir sur le Mondial !

Par Aymeric Le Gall
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Pays et supporters fantastiques ! J'espère que cette coupe du monde permettra de passer outre les traditionnels clichés drogue - FARC etc... Et dans les tribunes les colombiennes rivalisent avec les brésiliennes comme étant les plus belles
LaPaillade91 Niveau : Loisir
Quelle que soit la suite, ça valait le coup d'attendre 16 ans.

J'ai eu le temps de rencontrer tous les Colombiens de Paris et on fait du bruit les jeunes

Ok je suis partial, mais c'est l'équipe qui m'a le plus enthousiasmé depuis le début.

Côté tribunes, des grands frissons, pareil que pour les stades où joue le Brésil.

Et un sens du déguisement inégalable...
Sabonis, je t'aurais bien mis +100 mais je peux pas :-)
étant de mère colombienne, c'est agréable de voir que l'image de ce pays s'améliore petit à petit et qu'on sort des clichés cocaine et guerilla...meme si ces problèmes existent bien sûr
Le meilleur moyen de se faire une idée du pays, c'est encore d'y aller....et force est de constater que ça défonce !!! (Sans mauvais jeu de mot). Hâte d'y retourner en septembre, en espérant pouvoir me faire un match à Medellin.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
55 4