1. //
  2. // Saison 2015-2016
  3. // Présentation des équipes

La fiche du Stade de Reims

La saison dernière, le Stade de Reims a galéré en Ligue 1. Et quelque chose nous dit que cette situation ne risque pas d'évoluer pour l'exercice 2015-2016.

Modififié
14 15

La carte postale de l'été

« Chère Ligue 1,

Je suis actuellement en vacances chez mon papy. Tout se passe bien, mais il radote un peu et il arrête pas de parler de toi, du temps où dans les années 50, il t'emmenait danser aux quatre coins de la France tous les week-ends. Après, il se met à parler de coppa et de fontaine, je comprends pas trop. L'heure de la collation, je crois. Enfin bon, tout ça pour dire que mon papy, je sais pas vraiment ce qu'il te trouve à toi, la Ligue 1. T'étais peut-être chouette dans le temps, mais depuis quelques années, je trouve que t'as pris de grands airs. La preuve : obligé de pousser jusqu'à Liège pour aller te chercher des Bulot frais ! Depuis que t'as rencontré ton nouveau boyfriend, là, Frédéric Thiriez, t'es plus la même… Déjà, l'année dernière, je te rappelle qu'on a failli arrêter de te suivre. La Ligue 2, elle, est plus accessible et ne fait pas de chichis quand son dernier spectacle fait moins de 18 000 places. Peut-être la raison pour laquelle ton fan club belge et son président Guillaume Gillet n'ont pas voulu se jumeler avec nous. Enfin, tout ça pour dire que ça va sans doute être compliqué de répondre à tes caprices de star encore une année, mais qu'on va quand même venir voir ton nouveau show à la rentrée.

Artistiquement,

Le Stade de Reims
 »

La visite médicale

Après le départ du Docteur Fournier pour le CHR de Lyon, le Stade de Reims pensait avoir trouvé le profil idoine pour la rééducation de ses bras cassés en la personne de Jean-Luc Vasseur, kinésithérapeute. Sauf qu'à défaut de consolider son ossature, Vasseur est surtout parvenu à coincer un Caillot à la tête du club champenois. Son remplaçant, Olivier Guégan, essaiera de faire au mieux cette année, même si son service a subi la perte des internes Mavinga et Roberge pendant les vacances, seulement suppléés par Bulot. En fin d'année, si l'état du patient Stade de Reims venait à se dégrader, il se pourrait qu'un transfert au service Ligue 2 soit irrémédiable.

L'homme à ne pas suivre : Gaëtan Charbonnier

En plus de faux airs physiques, Gaëtan Charbonnier partage une autre chose avec l'acteur américain Dash Mihok : un talent certain à décevoir après avoir débuté sur les chapeaux de roues. Au SCO Angers pour l'attaquant de Stade de Reims, dans La Ligne rouge pour le vilain de Je suis une légende. Venu se relancer en Champagne-Ardennes après son échec montpelliérain, le natif de Saint-Mandé n'a planté que douze buts en soixante-huit matchs sous le maillot rouge et blanc. Mais il ne faut pas oublier que le niveau actuel de Charbonnier est peut-être celui auquel il fallait l'attendre, plutôt que de l'imaginer comme un remplaçant plausible d'Olivier Giroud au MHSC. Au pire, s'il le souhaite, l'attaquant pourra toujours se reconvertir. Paraît qu'il recherche des doublures pour la série Ray Donovan.

Pourquoi le Stade de Reims va descendre en Ligue 2

Depuis cinq ans, la Ligue 1 voit ses équipes « canal historique » disparaître les unes après les autres : Monaco et Lens en 2011, Auxerre en 2012, Brest en 2013, Sochaux en 2014, Metz et à nouveau Lens en 2015. Même si la LFP a réduit le nombre de descente en Ligue 2 pour l'année prochaine, la prochaine victime de cette malédiction touchant les légendes de la Ligue 1 pourrait bien être le Stade de Reims qui, depuis son retour dans l'élite, n'a jamais fait mieux qu'une onzième place.

L'inexpertise des Superets

« Déjà, on pensait que Reims était en D2 depuis le départ de Kopa, première surprise. Le club ne s'appelle plus Stade de Reims Champagne FC, ça avait plus de panache que "Stade de Reims". Dans les années 20, les mecs étaient sapés avec des maillots dorés et des shorts verts, les couleurs de la bouteille. Swag. C'est bien la preuve qu'il y a quelque chose qui cloche dans notre football : si même dans les stades, on ne peut plus boire un coup, c'est que quelque chose ne va pas. La classe que ça aurait, à chaque entrée dans le stade : les hôtesses tendraient un verre de champagne aux supporters, tout le monde serait ivre mort à la mi-temps, mais de façon distinguée. Là, le spectacle aurait de l'intérêt. On pourrait exporter le concept, se faire un paquet de fric et devenir le championnat le plus attractif du monde. Maintenant, on parle de Reims parce qu'ils ont une sacrée cathédrale, des musiciens talentueux et... le corner à la Rémoise, qui consiste à rater une occasion tout en feintant d'avoir une stratégie. Habile. La saison dernière, on est allés voir Rennes-Reims en plein hiver. Sur notre échelle de la douleur, ça se place au même niveau qu'un Rennes-Le Havre en 2002. À -1 degré, on s'est tapé les 90 minutes plus prolongation et tirs au buts. C'était sûrement un complot. Mais Reims est une grande ville de foot, va se réveiller après une surprenante fin de mercato (à commencer par piquer Gourcuff à Rennes) et se qualifier à la surprise générale pour la Ligue des champions pour s'incliner contre le Real l'année prochaine. »

Hey les frelons, ce soir on sera au Café Sauvage @ Caen !Viendront ensuite Lille et Londres, on fait un peu un 39-45...

Posted by Superets on jeudi 9 avril 2015

Le mois après mois

Août - Reims enchaîne les bonnes performances : sept points pris sur douze possibles. Malgré ça, dans les dernières heures du mercato, Mandi franchit finalement les Alpes comme beaucoup le pressentaient. Pour s'arrêter en Suisse : cinq ans au FC Bâle.

Septembre - Pris au dépourvu, le club champenois commence à enchaîner les défaites. Pour compenser le départ de son latéral algérien, Caillot chine du côté des joueurs sans contrat et recrute Jean Calvé. Au moins, on verra de beaux coups francs à Auguste-Delaune.

Octobre - Octobre rouge pour le Stade de Reims, qui essuie une nouvelle salve de défaites. Les supporters somment l'entraîneur de trouver une solution et déploient une banderole : « En avant, Guégan ! »

Novembre - Le club champenois est moins patient et limoge son entraîneur après une énième défaite face à Rennes à domicile. « Tout mais pas Rennes, quoi ! » lâche le président Caillot en conférence de presse d'après-match.

Décembre - Hubert Fournier, récemment limogé par l'OL, revient sur les terres de ses premiers exploits. Et n'a donc plus besoin de recruter le préparateur physique Laurent Bessière. Effet immédiat : le Stade de Reims ne perd pas sur ses trois matchs suivants. Problème : c'est déjà la trêve.

Janvier - Au mercato hivernal, Lyon prête deux joueurs à Reims : Steed Malbranque et Bakary Koné. Sympa, Jean-Michel. Malheureusement, la série noire continue pour Reims, défaits à Ajaccio puis Lorient. Goutte d'eau qui fait déborder la flûte : le club champenois se fait sortir par le rival Sedan en Coupe de France.

Février - De passage au Salon BTP du Nord-Est, la défense rémoise apprend à monter un mur correctement. La leçon porte ses fruits : l'équipe n'encaisse pas de buts face à Bastia et Bordeaux.

Mars - La scène musicale rémoise organise un concert géant en soutien au Stade de Reims avec notamment ALB et The Shoes sur le line-up, de même que les Bewitched Hands qui se sont exceptionnellement reformés pour l'occasion. Yuksek et Brodinski se chargent d'un DJ set sur lequel vient poser le Sean Paul champenois, Mickaël Tacalfred. Une bonne idée en soi, les joueurs ayant d'abord pensé à poser nus pour un calendrier, intitulé Reims by Bettina Rheims.

Avril - Petite éclaircie dans la saison bien sombre des Rouge et Blanc. Après avoir tapé Rennes au Stade de la route de Lorient, Reims se paie Troyes dans le derby de la Champagne.

Mai - Le Stade de Reims sait d'ores et déjà qu'il évoluera en Ligue 2 la saison prochaine. Double peine : Mickaël Tacalfred a décidé de mettre un terme à sa carrière à la fin de la saison. Mais avant de partir, il offre la victoire aux siens face à l'OL sur un corner tiré par Steed Malbranque et dévié par Bakary Koné. Dans la foulée, Jean-Michel Aulas tweete son bonheur de voir Reims descendre. Après tout, Aulas, c'est presque l'anagramme de salaud.

Le onze type

Placide / Mandi – Tacalfred – Fofana – Signorino / Fortes – Oniangué – Bulot / Moukandjo – Charbonnier (ou N'Gog) – Diego

La charade

- Mon premier peut être de Dublin, de Mogador, du Nord ou du voyage.
- Mon deuxième est composé de 67 890 chiffres après la virgule. Record à battre.
- Mon troisième est un duo versaillais qui faisait des safaris sur la Lune dans les années 90.
- Mon quatrième est le seul film dans lequel ait joué Keren Ann.
- Mon cinquième est un mot qui rend énormément service aux verbicrucistes.

- Mon tout est un dirigeant français qui a des petits problèmes érectiles quand il pense au dernier champion de France.


Par Matthieu Rostac Retrouvez les autres fiches déjà publiées :
La fiche d'Ajaccio
La fiche d'Angers
La fiche de Bastia
La fiche de Bordeaux
La fiche de Caen
La fiche de Guingamp
La fiche de Lorient
La fiche de Lille
La fiche de Lyon
La fiche de Marseille
La fiche de Monaco
La fiche de Montpellier
La fiche de Nice
La fiche de Nantes
La fiche de Toulouse
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Skywalker Texas Ranger Niveau : DHR
Jean-Pierre Caillot
Jean Pierre Caillot ! Pas evidente celle là
Gens-Pi-Air-K-Io

Jean-Pierre Caillot !
67 890, c'est le record du nombre de décimales PI qui ont été récitées sans erreur.
Pi est composé d'une infinité de chiffres après la virgule.
Note : 6
Le corner à la Rémoise, qui consiste à rater une occasion tout en feintant d'avoir une stratégie.


Je crois que c'est la meilleure définition que j'ai jamais lu à propos de cette bizarrerie.
Du coup, les pronos de SoFoot sur les futurs relégués sont :
- Reims
- Lille
- Angers (arrivant 18ème)


Ils devraient donc tous être européens en 2016-2017.
Alors déjà Reims a Hamari Traoré comme recrue en plus de Bulot, sur le poste de Mandi.
Mandi jouera dans l'axe de la défense avec Weber donc Tacalfred et Fofana sur le banc.

Jamais Fortès, Bulot,Moukandjo,Ngog et Diego seront alignés ensemble, le schéma devrait être un 4/1/4/1
Ras la Goule Niveau : District
Habitant à Reims ces deux dernières années, j'ai déjà eu l'occasion de me rendre plusieurs fois à Delaune. Concrètement, ce qui a un peu plombé Reims cette année, c'est le départ combiné de Krychowiak et de Fournier.

Le premier leur faisait un bien fou au milieu de terrain. On a vu ce que le deuxième est capable de produire en terme de jeu cette année avec Lyon.

Après, ça reste quand même ce club capable d'emmerder un gros une année avant de se faire plomber l'année suivante, puis d'en remettre une couche l'année d'après (suffit de regarder les dernières confrontations avec Lyon, Paris, Marseille, Monaco... voire Saint-Etienne pour s'en convaincre). En somme, un club de Ligue 1 qui, s'il s'en donne les moyens, n'a pas trop de souci à faire (je suis désolé mais pour moi, si les deux descentes se confirment, Troyes et Ajaccio en feront les frais, voire Toulouse s'ils continuent sur leur lancée des années précédentes, à un moment ils vont faire comme Evian et ne pourront pas éviter la punition).
Peu de connaissances pour faire un article sur le Stade. Je ne vois pas mon équipe descendre à la fin de la saison. Les départs sont ceux de remplaçants, les arrivées renforcent des postes qui en avaient besoin, et le club a dégraissé comme il le souhaitait. L'émergence de certains jeunes (Kyei, Mfulu, Peuget) apporte du sang neuf à une équipe qui sera solide et combative tout au long de la saison. Quant à l'équipe type, on voit le manque de travail de fond, car rien que pour mettre Placide titulaire faut pas avoir creusé. Comme le dis si bien Chkaki, trop de joueurs offensifs sont cités, et le schéma ne correspond pas à celui des matchs amicaux.
Message posté par rty
Le corner à la Rémoise, qui consiste à rater une occasion tout en feintant d'avoir une stratégie.


Je crois que c'est la meilleure définition que j'ai jamais lu à propos de cette bizarrerie.


Une bizarrerie qui avait du sens quand le plus grand joueur de l'équipe devait mesurer 1.70 m en comptant les crampons de 18.
Message posté par EREB
Peu de connaissances pour faire un article sur le Stade. Je ne vois pas mon équipe descendre à la fin de la saison. Les départs sont ceux de remplaçants, les arrivées renforcent des postes qui en avaient besoin, et le club a dégraissé comme il le souhaitait. L'émergence de certains jeunes (Kyei, Mfulu, Peuget) apporte du sang neuf à une équipe qui sera solide et combative tout au long de la saison. Quant à l'équipe type, on voit le manque de travail de fond, car rien que pour mettre Placide titulaire faut pas avoir creusé. Comme le dis si bien Chkaki, trop de joueurs offensifs sont cités, et le schéma ne correspond pas à celui des matchs amicaux.


Effectivement Agassa a regagné sa place, Placide devra encore attendre (ou partir). Je connais pas le niveau des deux recrues. Bulot devrait avoir du temps de jeu avec la nouvelle blessure de Diego. Avec Fortes, Moukandjo et De Préville, ça fait du monde sur les côtés. Dans l'axe, j'attends beaucoup de Kyei qui devrait enfin exploser. Quant à Charbonnier, il avait été relancé par Vasseur dans un position derrière l'avant-centre mais Guégan n'a jamais retenté ce schéma. Peu de chances qu'il s'impose devant N'Gog.
Avec le transfert raté de Gillet, toujours pas de 6 en vue. C'est la priorité absolue du mercato et ça devient préoccupant, Peuget tiendra pas la boutique bien longtemps.
Comme dit plus haut, Mandi a voulu passer dans l'axe où il retrouverait un Weber enfin remis de sa blessure (enfin parait-il). C'est Conte qui devrait jouer à droite.
Skywalker Texas Ranger Niveau : DHR
Reims mériterait de tomber rien que pour Guégan qui pourrit le club de l'intérieur en savonnant la planche des deux derniers coaches (il s'est même fait virer pour ça avec Fournier).
Étonnant que personne ne tente sa chance avec Oniangué surtout Lyon qui en aurait bien besoin.
Enfin, je me demande si Vasseur pourra rebondir en ligue 1 après cette première saison très compliquée.
Ah et au fait merci Matthieu Rostac. Grâce à la malédiction So Foot, maintenant on est sur de se maintenir.
Dire que Charbonnier est un flop est exagéré. Le joueur lui-même disait à son arrivée à Montpellier qu'il n'était pas là pour remplacer Giroud et qu'ils n'avaient pas du tout le même style. Charbonnier est meilleur quand il est placé derrière l'attaquant en neuf et demi et non pas en pointe, car il peut servir de sa grande taille comme arme physique comme pivot ou point d'appui en situation d'attaque (malgré un jeu de tête dont il disait que ce n'était pas son fort). Alors qu'il n'ait pas les stats de Giroud c'est une chose, mais qu'on compare deux mecs qui n'ont rien à voir c'est une autre.
Et puis même s'il n'est pas le meilleur attaquant de tous les temps, le basher comme cela sur ses stats c'est un peu facile. C'est comme si je bashais l'auteur pour le nombre de lectures de ses articles moins grand que celui de Swann. (Ça se voit que je l'aime bien Charbonnier?)
Faudrait aussi expliquer pourquoi vous passez par les Alpes pour aller à Bâle.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
14 15