En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Serie A 2015/16
  3. // Présentation des équipes

La fiche du Napoli

Un nouvel entraîneur qu'on dit talentueux, mais inexpérimenté au très haut niveau, un effectif sensiblement amoindri et qui pourrait encore perdre quelques éléments, une impression mitigée laissée par la saison dernière… Il n'y a pas de quoi rouler des mécaniques pour le Napoli en cet été 2015, même si l'objectif de retrouver le podium semble tout de même atteignable.

La carte postale de l'été

«  Cher Rafa,

Je sais même pas pourquoi je t'écris, étant donné que tu n'en as plus rien à foutre de moi. Ne mens pas, assume un peu, toi qui m'as lâché salement pour aller convoler avec ta nouvelle régulière en Espagne. Ah ça, c'est sûr que la fidélité, ce n'est pas ton fort. Au fond de moi pourtant, je continue de t'aimer un peu. On a quand même vécu de bons moment ensemble, même si ça commençait à ne plus tourner si rond depuis l'été dernier. Ton petit côté sosie de François Hollande croisé à du Julien Dray m'a fait tourner la tête à une époque. Mais aujourd'hui c'est fini, je le sais bien, ne t'en fais pas. Je ne te harcèlerai plus, d'ailleurs c'est la dernière fois que je t'écris. J'ai vite trouvé ton remplaçant : un vieux gars du coin nommé Maurizio Sarri. Son côté old school façon M. Mégot m'a séduit, que veux-tu, faut croire que j'ai des goûts bizarres. Du moment qu'il m'apporte du bonheur… Je t'en souhaite aussi avec ta diva madrilène, viens pas pleurer si l'idylle tourne court, hein.

Des bisous dans le cou, une dernière fois.

Il tuo SSC Napoli
 »

La visite médicale

De santé fragile la saison dernière, le Napoli est désormais entre les mains d'un entraîneur qui aime jouer avec la mort par cancer du poumon en fumant plus que de raison, y compris lorsque ses troupes s'entraînent. Maurizio Sarri, c'est son nom, a été embauché par Aurelio de Laurentiis aussi bien pour son CV, avec une dernière expérience réussie à Empoli, que par sa personnalité de travailleur taiseux et son parcours de Napolitain fan du club. Il a ramené avec lui deux joueurs de son précédent club, a recruté Allan de l'Udinese, Chiricheș de Tottenham, tandis que Pepe Reina est de retour après avoir joué les doublures au Bayern. Dans le sens inverse, Gargano, Zapata et Britos sont partis, tandis que Dries Mertens continue d'être courtisé par l'Inter, Faouzi Ghoulam par le PSG et que Gökhan Inler devrait partir à Leicester. Pas de quoi se montrer très optimiste, mais il faut bien aussi composer avec la non-qualification pour la Ligue des champions…

L'homme à ne pas suivre : Vlad Chiricheș

Un défenseur central qui arrive en provenance de Tottenham, ça ne sent vraiment pas le gros renfort. En deux saisons en Premier League avec les Spurs, le Roumain de 25 ans n'a rien montré de très bon, malgré une ascension prometteuse au pays auparavant, sous les couleurs du Steaua. Annoncé un moment du côté de la Fiorentina, c'est finalement Naples qui récupère un joueur qui a envie de se relancer. On souhaite quand même bien du courage à Sarri pour composer une charnière centrale qui tienne vraiment la route avec, en choix possibles, Chiricheș, Koulibaly, Albiol et Henrique. Des artistes.

Pourquoi... peut-on espérer retrouver Hamšík à son meilleur niveau

Parce que Rafael Benítez est parti et que le Slovaque n'attendait que ça a priori. « Pourquoi ai-je trouvé cela difficile avec lui ? L'année dernière, je jouais presque toujours dos au but. » Ce qu'il n'a pas apprécié, sentant du même coup que ça ne se reproduira pas avec Sarri. «  J'ai une bonne relation avec le nouvel entraîneur, a-t-il également commenté il y a quelques jours. Nous parlons souvent de tactique, il est vraiment très pointilleux à ce sujet. Par rapport au style de jeu que nous avons développé avec Benítez, il a changé quelque chose. »

L'inexpertise de… M. Sidiya, « grand voyant médium africain, 30 ans d'expérience et de réussite, résout tous vos problèmes quotidiens »

« Allo ?
- Oui M. Sidiya ?
- Oui ?
- Bonjour, je me permets de vous contacter, j'ai reçu un flyer l'autre jour dans ma boîte aux lettres vantant vos dons de voyance…
- (Coupe) C'est pour un rendez-vous ?
- Je me demandais si on pouvait faire ça par téléphone plutôt…
- C'est sur rendez-vous.
- En fait je voulais juste savoir si le club de foot de Naples allait faire une bonne saison.
- (Silence) Non, non.
- Non, ils vont pas faire une bonne saison ?
- Non, il faut venir en rendez-vous pour savoir.
- Y a même pas moyen de me donner quelques pistes par téléphone ?
- Quelle équipe vous dites ?
- Naples, en Italie.
- Oui, ils vont faire une bonne saison.
- Sûr ?
- C'est sur rendez-vous.
 »

Le mois après mois

Août : Premier match à domicile contre la Sampdoria et première victoire grâce à un but de Gonzalo Higuaín. « Gonzalo ! HIGUAIN !! Gonzalo ! HIGUAIN !! Gonzalo !... »

Septembre : « …HIGUAIN ! Gonzalo ! HIGUAIN ! Gonzalo ! HIGUAIN !... » Le speaker du stade bat le record du monde de la plus longue célébration de buts. Il a fallu 18 jours avant que les batteries du micro ne lâchent.

Octobre : Finalement resté à Naples, Faouzi Ghoulam retrouve Geoffroy-Guichard le temps d'un match de Ligue Europa face à Saint-Étienne. Émotion.

Novembre : Au retour, le même Ghoulam marque le but qui élimine prématurément Saint-Étienne de la compétition. Galtier jure que son équipe a pourtant joué le coup à fond.

Décembre : La confrontation entre Napoli et la Roma se transforme en duel de crêtes, Marek Hamšík face à Radja Nainggolan. Le premier qui blesse l'autre l'emporte. Coupé par une mèche Vivelle Dop fixation extrême du Slovaque, le Belge de la Roma s'incline.

Janvier : Maurizio Sarri écarté du banc pour raisons de santé, Diego Maradona postule pour le remplacer.

Février : Diego Maradona ayant retiré sa candidature pour raisons de santé, c'est finalement Marcelo Bielsa qui pose sa glacière au stadio San Paolo.

Mars : Qualification pour les quarts de finale de la Ligue Europa. Sur un but de Sparagna, inconnu formé au club.

Avril : Remontée spectaculaire au classement du championnat, la victoire 5-4 face à la Roma – quatre buts de Manolo Gabbiadini, cinquième but signé de ce diable de Sparagna – permet à l'équipe de se hisser sur le podium pour la première fois de la saison.

Mai : Podium confirmé lors du dernier match à domicile face à Frosinone. But de ? « SPA-RA-GNA !! Stefano ! SPA-RA-GNA !!  »

Le onze type

Reina / Ghoulam (ou Strinić), Chiricheș (ou Albiol), Koulibaly, Zúñiga (ou Hysaj) / Lopez, Allan (ou Jorginho), Hamšík / Mertens (ou Insigne), Callejón (ou Gabbiadini), Higuaín

La charade

- Mon premier est un chanteur français vraiment très très énervant.
- Mon second est le contraire de dur.
- Mon troisième est excellent aux fruits rouges pour accompagner une panna cotta.
- Mon quatrième est une île asiatique très touristique.

- Mon tout est franco-sénégalais et joue pour le Napoli après avoir été formé à Metz.

Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Hier à 19:11 Pronostic PSG OM : 10€ offerts sans dépôt et 1260€ à gagner Hier à 12:38 Euro Millions spécial : 174 Millions d'€ + 25 Millionnaires garantis !
Hier à 12:17 Un joueur équatorien se défend avec le poteau de corner 15 Hier à 10:05 Football Recall, ép. 7: PSG - OM, Guardiola, la forme des joueurs
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
mercredi 21 février Henry calme le jeu après ses propos sur Neymar 89 mercredi 21 février Ranieri ne dirait pas non à l'Italie 20 mercredi 21 février 267€ à gagner avec Shakhtar - Roma & CSKA Moscou 1 mercredi 21 février BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Séville - Manchester 1