1. //
  2. // Liga 2015/16
  3. // Présentation des équipes

La fiche du FC Barcelone

Humilié il y a quelques jours par l'Athletic Bilbao en Supercoupe d'Espagne, le Barça a du mal à digérer son festin ingurgité la saison passée : un triplé C1-Liga-Coupe du Roi historique. Xavi s'en est allé, c'est le seul départ notable de l'été. Arda Turan et Aleix Vidal arrivent en renforts - mais ils ne pourront pas jouer avant janvier, à cause des sanctions imposées par l'UEFA. C'est l'heure de la confirmation pour Luis Enrique.

11 12

La carte postale de l'été

« Chère Liga,

On est bien contents de revenir dans le
game après avoir tout dézingué l'année dernière ! En plus, des nouveaux sont arrivés : un petit chauve - qui ressemble à Mascherano - et un barbu - qui mange des grecs -, mais ils n'ont pas encore le droit de jouer avec nous. J'ai appelé le directeur de la FIFA pour pouvoir les intégrer un peu, mais le monsieur ne veut rien savoir… On doit attendre la classe de neige en janvier. Du coup, ils sont là pour mettre un peu d'animation en attendant. Bon, c'était pas vraiment nécessaire, parce qu'on avait déjà Dani et Neymar pour s'habiller n'importe comment et mettre de la musique ringarde dans le vestiaire. De toute façon, ils ne seront jamais aussi cool que Pinto. Et puis l'ambiance n'est pas super pour le moment. Apparemment, beaucoup font la tête parce qu'on a pris huit buts en deux matchs et que les défenseurs ne sont pas assez bons. Mais on s'en fiche, c'était pas encore la vraie rentrée (la coupe en bois contre les Basques, de toute manière, on l'avait déjà gagnée plein de fois). Et puis, Léo s'est fait gronder parce qu'il se fait des dessins partout sur le corps à l'encre indélébile. Enfin, comme l'année dernière, c'est Jérémy Mathieu qu'on accuse. Rapport au fait qu'il reste tout seul au fond du bus et qu'il est roux, bien sûr. On l'a un peu mis à l'écart, mais il peut s'amuser avec Thomas (celui qui ne joue jamais), son nouveau copain. Mais ça va s'arranger. Moi, en tout cas, je ne suis pas trop stressé de te retrouver : la plupart des autres équipes seront toujours aussi gentilles avec nous, donc il ne faut pas s'en faire.

FC Bisous.
 »

La visite médicale

Le patient barcelonais ne pèse pas lourd et n'est pas bien grand, mais il devrait encore faire des ravages. Dans les buts, attention à ne pas abuser de l'alternance Bravo - Ter Stegen, sous peine d'effets secondaires. Il faudra bien injecter l'adrénaline d'Alves, Vidal et Alba sur les flancs, car la défense pourrait être fragilisée à cause du grand brûlé Vermaelen. Sergio Busquets et Rakitić s'assureront que le Barça tient sur ses deux jambes, tandis qu'Iniesta s'appliquera à mettre en panique le système immunitaire adverse. Jeunes et fragiles, Rafinha, Sergi Roberto risquent une nouvelle fois de faire banquette. Mais c'est devant que les Blaugrana sortiront une nouvelle fois les muscles : Neymar, Suárez, Messi. Autant dire que Pedro n'a sans doute pas eu tort de partir à Chelsea. Au pire, Sandro et Munir seront là en cas de bobo imprévu.

L'homme à ne pas suivre : Lionel Messi

«  Cette année, tout le monde va faire ce que je dis et comme je l'entends. Et tout le monde va écouter. Le seul joueur du monde qui n'a pas besoin de m'écouter, c'est Messi. » Non vraiment, Pep Guardiola, Léo n'avait pas besoin de recevoir de telles louanges, et surtout pas de la part de celui qui n'est plus son mentor. Certains évoquent une crise d'ado retardée, le fait est que depuis qu'il côtoie son nouveau coéquipier brésilien, Neymar, l'Argentin est en roue libre. Disparu le joueur studieux qui restait si lisse en dehors des terrains : Messi se fait des coupes de cheveux de collégien, Messi se fait tatouer partout, Messi joue les gros durs… L'hiver dernier, il a même tapé du poing sur la table pour faire virer son coach Luis Enrique. En même temps, quand on s'apprête à recevoir son cinquième Ballon d'or, on peut se permettre de bomber un peu le torse.

L'inexpertise de Philippe Esmenjaud, président du Barcelonnette FC

« Barcelonnette, c'est la "petite Barcelone". La ville a été fondée au début du Moyen-Âge par le comte de Barcelone qui était aussi le comte de Savoie. Certes, nous avons les couleurs catalanes, mais à présent, il n'y a plus de lien entre les deux villes. Au club, il n'y a pas un amour pour le Barça plus développé qu'ailleurs - même chez les plus joueurs. Moi, personnellement ? Je regarde touts les matchs possibles et imaginables ! Le Barça, cette saison ? C'est exceptionnel. Ils vont aller loin en Ligue des champions. Le démarrage est difficile, mais je ne me fais pas de soucis. Beaucoup de joueurs reviennent de la Copa América… En plus, le Real Madrid a pris Benítez, lui je ne l'aime pas. À part à Liverpool, il n'a rien gagné (sic). À mon sens, le Real va régresser par rapport à la période Ancelotti. Au Barça, il y a tellement de bons joueurs ! Le départ de Xavi, on ne le verra pas. Ils vont encore dominer leur sujet.  »

Pourquoi… Jérémy Mathieu va devenir une légende du Barça

De Laurent Blanc à Éric Abidal, en passant par Philippe Christanval, mais aussi Frédéric Déhu, le Barça moderne a connu des fortunes diverses dans le recrutement de plusieurs défenseurs tricolores. Mais il tient actuellement une valeur sûre : Jérémy Mathieu. Remplaçant de luxe de la charnière centrale Piqué-Mascherano, capable aussi d'évoluer à gauche, le natif de Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône) a impressionné pour ses débuts en Catalogne. Mieux, il a déjà marqué lors d'un Clásico ou encore offert une victoire précieuse face au Celta Vigo. Alors, avec la confiance de Luis Enrique, des qualités indéniables et l'assurance de celui qui a réussi sa première saison, Jérémy Mathieu a tout pour devenir une pièce importante du système catalan. Et une star vénérée lorsqu'il offrira le titre sur une tête plongeante à Grenade le 22 mai 2016.

Le mois après mois

Août : Les Blaugrana perdent encore à San Mamés contre Bilbao, sur un but du genou d'Aduriz. Furieux, Messi tire dans les tribunes à la fin du match et se fait expulser. Vermaelen se blesse six mois.

Septembre : À Vicente-Calderón, l'Atlético Madrid attend Barcelone le couteau entre les dents. Victime des provocations de Godín et de Raúl García, Luis Suárez dégoupille et mord Diego Simeone, qui est évacué sur civière. Galvanisés, les Colchoneros coulent le Barça 3-0, triplé de Griezmann. Après une victoire sans convaincre face à Levante, Luis Enrique, en conflit avec Messi, est limogé à la suite d'une défaite à Vigo, contre son ancien club. Les adjoints de l'Asturien assurent l'intérim.

Octobre : C'est la révolution au Barça : Pep Guardiola, limogé du Bayern car Rummenigge estimait que l'équipe faisait « trop de passes » , revient à la tête du Mes Que Un Club. En Ligue des champions, Barcelone bat l'Olympique lyonnais 7-0. Sur Twitter, Aulas accuse les Catalans de dopage.

Novembre : Le FCB déroule en championnat, fort de sa nouvelle tactique en 2-8-0. Iniesta joue en défense centrale, Jordi Alba multiplie les courses à la pointe de l'attaque. Pour le premier Clásico, les deux équipes se séparent sur un score nul et vierge : les hommes de Rafa Benítez sont restés bien en place, tandis que le Barça finit avec 84% de possession de balle.

Décembre : Excursion japonaise pour les Blaugrana : Pep Guardiola emmène son groupe disputer le Mondial des clubs. Juste avant la trêve, le Barça tape River Plate 4-0 en finale et réalise le quintuplé. Suárez, lui, purge ses premiers matchs de suspension : il lui en reste encore sept.

Janvier : Rien à signaler côté mercato. Arda Turan et Aleix Vidal débutent enfin sur la pelouse du Camp Nou lors du match contre Grenade. Le premier se tord la cheville, le deuxième se claque dès son entrée en jeu. Meilleurs vœux. Avec un petit bonus en prime : José Manuel Pinto revient pour ambiancer le vestiaire, comme au bon vieux temps. Il arbore désormais de sublimes dreadlocks.

Février : Premier de son groupe, le Barça affronte le Manchester United de Louis van Gaal en huitièmes de finale de C1. Le Pélican dégaine en conférence de presse : « Guardiola est juste un putain de chauve avec une barbe en costume cintré, doublé d'un sale copieur ! » Fâchés, les Catalans s'imposent 2-0 à Old Trafford, sur un doublé de Luis Suárez, qui enlève sa camiseta de Barcelone pour arborer le maillot de Liverpool en célébrant. Prends ça, le Théâtre des Rêves.

Mars : Après 15 victoires consécutives, les Blaugrana se déplacent chez le Rayo Vallecano, là où le Barça avait perdu la possession pour la première fois en 317 matchs en 2013. C'est la vengeance de Pep : les Catalans monopolisent le ballon dans leur camp, et finissent avec un chiffre de 98% de possession. Et tant pis pour le 0-0.

Avril : Le Barça défonce - encore - le PSG en quarts de finale de Ligue des champions. Ibra supplie Guardiola de le reprendre au mercato.

Mai : Le Barça affronte le Bayern Munich, désormais entraîné par Jürgen Klopp, en demi-finales de la Ligue des champions. Après un sublime 2-2 au match aller, le 2-8-0 de Pep se casse les dents sur la défense bavaroise, dirigée par un Boateng impérial, qui catapulte la balle dans les filets sur une frappe de quarante mètres. La vengeance du snipé qui devient sniper. Les Azulgranas se consoleront – un peu – en allant chercher la Liga lors de la dernière journée, le tout avec un nouveau maillot extérieur vert pomme.

Le onze type

Bravo (Ter Stegen en C1) - Alves, Piqué, Mascherano, Alba - Rakitić, Busquets, Iniesta - Messi, Suárez, Neymar

La charade

- Mon premier est le surnom de l'indéboulonnable successeur d'Éric Abidal chez les Bleus.
- Mon deuxième se dit d'un état de jouissance (comme après le but de la Pulga lors de la dernière finale de Coupe du Roi).
- Mon troisième est un article défini.
- Mon quatrième est la substance du sponsor des Tangos.

- Mon tout n'aime pas les cédilles.

Par Florian Lefèvre et Hadrien Mathoux
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article

Patrick Le Lay... pff...
sinon, saison compliquée en perspective, au moins jusqu'à janvier. Après avoir tout gagné, il est d'autant plus important de modifier un peu l'effectif, mais là par la force des choses (et l'incompétence des dirigeants), pas possible... Xavi et Pedro partis, Adama et Montoya vendus, Halilovic prêté, les solutions de rechange ne sont pas légion. Pendant ce temps, l'Atleti et le Real ne se sont pas gênés pour se renforcer. Il va falloir prier pour qu'il n'y ait pas de blessés importants, et Luis Enrique va devoir bien gérer son effectif.
J'avoue que je ne suis pas hyper confiant pour cette saison. L'année de la confirmation est la plus dure. Une méforme ( ou blessure) de Messi ,Iniesta sur le déclin et la saison pourrait vraiment ne pas être fameuse. Le football de très haut niveau qu'à détail
surtout le barca se retrouve sans banc de touche pour au - jusqu'a janvier et c'est très inquiétant il suffit d'une seule petite blessure
Message posté par aerton
J'avoue que je ne suis pas hyper confiant pour cette saison. L'année de la confirmation est la plus dure. Une méforme ( ou blessure) de Messi ,Iniesta sur le déclin et la saison pourrait vraiment ne pas être fameuse. Le football de très haut niveau qu'à détail


ne tiens qu'à des détails.
Pff les grattes cul de So Foot aime bien répéter que Messi a tapé du poing sur la table pour faire virer Enrique alors qu'au contraire il a tapé du poing sur la table pour pas le faire virer...

hil de put
mauriston Niveau : CFA2
"l'heure de la confirmation" c'est clair, le mec a encore tout à prouver, après tout il n'a gagné que 6 titres sur 7.
En gros au Barça si tu gagnes pas tous les titres 3 années de suite tu es un looser.
El Chelito Delgado Niveau : CFA2
Message posté par zitka
Pff les grattes cul de So Foot aime bien répéter que Messi a tapé du poing sur la table pour faire virer Enrique alors qu'au contraire il a tapé du poing sur la table pour pas le faire virer...

hil de put


Si tu kiffe pas renoi, t'écoute pas et puis c'est tout.

Si tu es sup du Barca tu va porter le "mauvais oeil" a ton club .
Frenchies Niveau : CFA
Message posté par El Chelito Delgado


Si tu kiffe pas renoi, t'écoute pas et puis c'est tout.

Si tu es sup du Barca tu va porter le "mauvais oeil" a ton club .


mouais le "mauvais oeil" tu sais, après les 10 années qu'on vient de passer en étant derrière ces rouges et bleus ... la "razzia" vraiment.
ça serait rien que la logique fin d'un très très long cycle et rien d'autre.
MezmorizedX Niveau : DHR
Autant je vois bien le Barça remporter à nouveau la Liga , autant je ne pense pas qu'ils remporteront la LDC à nouveau à moins qu'ils aient un élan de folie qui dure 4 mois comme l'an dernier.
Les 2 matchs de la Supercoupe d'Espagne sont peut être les prémices d'une saison où les Blaugranas seront dans la course aux titres de champion de Liga, de la C1 et de la Copa del Rey, mais ne rafleront rien d'autres que des places d'honneur.
Cependant, je pense que malgré la razzia de l'an dernier et l'accroc de Bilbao, d'une ils ne seront pas rassasiés, et de deux ils sauront se ressaisir pour enchainer sur une année faste, bien que la majorité pense que l'équipe manque de profondeur de banc et que la sanction UEFA sera un handicap dans la 1ère partie de saiso. Que nenni.
Cette équipe entame un nouveau cycle vertueux et va squatter les trophées pour encore quelques temps. N'en déplaise aux détracteurs, aux fielleux et aux supporters lambdas, tous soûlés des succès du Mes que un club et de son fer de lance, Messi. Malheureusement ou bien heureusement, c'est selon, ce club et ce joueur n'en ont pas fini avec nous.
"Xavi s'en est allé, c'est le seul départ notable de l'été"

Pedro était donc devenu si invisible que ca?
Message posté par Fonstave
"Xavi s'en est allé, c'est le seul départ notable de l'été"

Pedro était donc devenu si invisible que ca?


Non puisqu'il vient de marquer son 1er but avec Chelsea après avoir donné la Supercoupe d'Europe au Barca
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
La fiche du Real Madrid
11 12