Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Bundesliga 2015/16
  3. // Présentation des équipes

La fiche du Bayern Munich

Vexé par une nouvelle élimination douloureuse en Ligue des champions, le Bayern a profité de son immense fortune pour apporter un peu d'énergie sud-américaine, avec le duo Vidal-Douglas Costa. Malgré le départ de Schweinsteiger, on peut dire que les choses seront comme d'habitude.

Modififié

La carte postale de l'été

« Ma tendre Buli,

Toi et moi, ca remonte, alors aucune raison de se mentir: tu commences à me manquer. Je sais que c'était plus vraiment ça ces derniers temps, que la routine avait pris le pas sur notre histoire. Mais je pense que ces vacances nous ont vraiment fait du bien. Oui, je sais que je dis ça tous les ans, qu'on fait les fous jusqu'à la trêve et qu'après tout s'estompe. Mais toi tu hibernes, moi j'essaye de survivre. Regarde ta copine anglaise, elle s'arrête jamais elle. Et ne recommence pas avec ton refrain des tournages aux quatre coins de l'Europe, c'est pour ta renommée que je fais ça. C'est pas ton copain mineur ou l'autre commercial pharmaceutique qui vont changer quoi que ce soit. Et puis ton ex hippie à mèche là qui faisait l'intéressant, il a fait une mauvaise rencontre avec un Apache et il n'a plus le droit de voyager depuis. D'ailleurs, si tu crois que je t'ai pas vu fricoter avec le jeune loup tout vert là, tu t'enfonces le doigt dans l'œil jusqu'au coude. C'est un rouquin bordel. Bref, je te dis que cette année, je sens que notre été indien va perdurer. Les cours d'Espagnol vont payer, on ira danser à Hambourg comme jamais. Tu es à moi et tu le sais.

Bundesliga, I love you. I love you Bundesliga.

Ton immense et fidèle.
 »

La visite médicale

L'état du patient allemand est des plus incertains depuis le départ du Dr Hans-Wilhelm Müller-Wohlfahrt le bien-nommé, contraint d'injecter de la crête de coq et du sang d'âne à d'autres âmes damnées. Débarrassé de son immortel sorcier, Guardiola a donc décidé de faire comme Darwin l'exige : remplacer les vieux malades par des jeunes fringants. Exit donc Schweinsteiger, Pizarro et Reina, bonjour Vidal, Kimmich et Ulreich, ainsi qu'Höjbjerg, de retour d'Augsburg. Douglas Costa arrive lui pour anticiper le départ à la retraite de Robbery, l'un ou l'autre, voire les deux. Du coup, le Bayern a toujours plus chaud et craint de moins en moins les coups de soleil, mais souffre toujours : Badstuber, Kirchhoff, Javi Martínez et Ribéry sont encore sur le flanc.

L'homme à ne pas suivre : Dante

On aurait pu parler de Sven Ulreich, emploi fictif, ou des trop nombreux corps de verre de l'effectif. Concentrons nous plutôt sur un homme dont c'est le mental qui a été brisé. Traumatisé par sa nation d'adoption chez lui il y a maintenant plus d'un an, il ne s'est jamais remis de son duo chevelu avec David Luiz. Menacer Thomas Müller ou demander le respect dans les médias n'y changea rien. Dante est perdu. Lors du premier match officiel de la saison, en DFB-Pokal, Guardiola lui a préféré deux latéraux (Rafinha et Alaba) pour entourer Boateng dans sa défense à trois. Un Pep qui ne fait pas un match sans Boateng, a demandé Benatia, est amoureux de Badstuber et convaincu que Martinez est un défenseur central. Dante est loin, très loin dans la hiérarchie. Devil may cry.

Pourquoi le Bayern va... remporter la Bundesliga

Parce que jamais deux sans trois, et le quatre vient tout seul. Parce que 25 titres, c'est quand même cinq fois plus que Gladbach ou Dortmund, et que c'est quand même beaucoup. Et puis parlons de la concurrence: une équipe de loups, une autre qui n'a plus gagné depuis 1977, une autre qui n'a jamais gagné tout court, des mecs en jaune et des mineurs. Et puis quoi de plus logique que d'aligner les étoiles à Hollywood.

L'inexpertise de... Monique, habitante de Bayeux, Calvados.

« Oui bonjour monsieur, oui c'est bien moi. So Foot? Faudrait plutôt demander à mon mari, moi j'y connais pas grand-chose vous savez. Ça ne vous dérange pas? Ah, très bien, oui. Alors le Bayern. C'est là-bas que joue Ribéry non? Je regarde quand même de temps en temps avec mon mari. Je l'aime bien moi ce petit, il est pas aussi mauvais que vous le dites. Mais ca fait longtemps qu'on l'a pas vu non? Une blessure, d'accord. Et bien alors, je ne sais pas moi, qu'est-ce que vous voulez que je vous dise? Vous devriez vraiment parler à mon mari, c'est lui qui sait. Je vais pas dire champion, ca ferait gros si je me trompais. Deuxième alors. Merci monsieur, bonne journée. »

Le mois après mois

Août : À la 23e minute du match contre Hambourg, Douglas Costa est surpris par Pep en train de dribbler son vis-à-vis. La sanction est immédiate: il est remplacé par Rafinha, qui décale Lahm en 10, permettant à Thiago d'occuper le couloir. Victoire 3-0, et déjà en tête du championnat. Balade contre Hoffenheim malgré Schmid et le Bayer, pas en verve.

Septembre : Encore en rodage, les Bavarois n'affichent que 92% de possession de moyenne. Wolfsburg arrache le nul sur un solo de KDB, parti pour rester. « Je n'ai rien à prouver à personne, surtout pas à eux » balance le Belge après le match.

Octobre : Thomas Müller danse sur les défenses de Bundesliga. Un carnage.

Novembre : Retour de blessure de Franck Ribéry face au Hertha. L'homme n'apprécie guère la blague, et se re-pète dans la foulée.

Décembre : Toujours pas de défaite, mais un nouveau nul face au Borussia Mönchengladbach, surprenant dauphin. Le Bayern finit tout de même l'Hinrunde invaincu, à l'heure sur ses temps de passage.

Janvier : Sammer trouve que le club sombre doucement dans le confort. Après une interview à Bild des plus polémiques, Pep décide le faire sortir de sa retraite, pour occuper le poste de libéro de son 1-2-4-1-2.

Février : Thiago se blesse sur la pelouse d'Augsburg, pris en tenaille par Jan-Ingwer Callsen-Bracker et Abdul Rahman Baba. Furieux, Pep se fait expulser. Sammer se fait sortir lui-même et organise la victoire du banc.

Mars : Malgré Dortmund, le Bayern est champion sur la première frappe de loin de l'année de Vidal, libéré, face au Werder, au soir de la 26e journée. Le board bavarois, convaincu par l'intérim de Sammer pendant les trois matchs de suspension de Guardiola, propose un ticket double pour le reste de la saison. Petit bémol : l'élimination en Pokal par le RB Leipzig, mastodonte de 2.

Avril : Les deux hommes se mettent d'accord sur un principe simple : une mi-temps chacun, et une répartition stricte de l'effectif entre germanophones et les autres. Arjen Robben, meilleur buteur de Bundesliga avec 47 buts, est l'objet d'un vrai débat. Mais Pep finit par l'emporter, solidarité capillaire oblige.


Mai : Souvent placé, souvent gagnant, le Bayern remporte la coupe aux grandes oreilles face à un surprenant Porto aux TAB. Ni la robustesse de la Sammermannschaft ni la patience de la Pep München n'auront trouvé la solution. Manuel Neuer casse la barre sur sa première tentative pour impressionner Casillas et arrête ensuite toutes les tentatives portugaises, même la panenka de Giannelli Imbula. Pep part l'esprit serein à Manchester City, emmenant dans ses bagages tous ses joueurs. Forcé de reconstruire, le Bayern se contente d'acheter Kevin De Bruyne, Marco Reus, Marcel Schmelzer, Lars Bender, Robin Knoche et Sébastien Corchia.

Le onze type

Manuel Neuer; Lahm, Benatia, Boateng, Alaba; Xabi Alonso, Thiago, Vidal; Müller, Douglas Costa, Lewandowski.

Et puis il faudra remettre Robben et Ribéry quand (et si) ils reviennent. Et puis Javi Martínez. Et puis foutre Rafinha pour que Lahm joue 10, et Bernat pour qu'Alaba soit défenseur central/récupérateur/meneur/ailier. N'oublions pas Götze non plus. En gros, on n'en sait rien.

La charade

- Mon premier n'est vraiment pas très poli.
- Mon second vient après Adieu.
- Mon troisième se mélange dans Orange Mécanique.
- Mon quatrième, on l'a tous un jour vécu malheureusement.
- Mon cinquième, on n'aime pas trop voir les tortues coincer dessus.
- Mon sixième est une discipline où il faut savoir tomber avec classe, et dans les bonnes personnes.

- Mon tout n'a rien à envier à Dado Pršo.

Par Charles Alf Lafon
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 3 minutes Un joueur argentin accusé du meurtre d'un gardien passé par River Plate il y a 12 minutes Parme jouera bien en Serie A
Hier à 16:00 Paulo Bento débarqué de son club chinois 13 Hier à 14:23 Le nouveau coup d'éclat de René Higuita 13
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall