1. //
  2. // Présentation
  3. //

La fiche de Metz

Monté à l’arrache en Ligue 1, Metz a été piocher des vieux loups pour ne plus connaître le même coup qu’il y a deux ans. Et enfin se stabiliser dans une Ligue 1 qui ne veut plus trop des Grenats ces derniers temps…

Modififié
3k 7

La carte postale de l'été


« Chère Ligue 1,

Cet été, on a franchement hésité entre la montagne et la mer. Finalement, on a privilégié la deuxième option parce que, niveau montées et descentes, on est calé. On n'était pas dépaysé pour autant : les falaises bretonnes des environs de Carnac nous ont rappelé nos chutes vertigineuses et incontrôlables de ces dernières années.

Après avoir bien profité des installations, de la préparation, de la bouffe et des menhirs, Yeni Ngbakoto et Romain Métanire n’ont en revanche pas voulu prendre de risques et ont déserté le Saint-Symphorien en nous laissant sur le cul juste avant la rentrée.

Mais pas de panique, le fan shop n’y perdra pas en ventes de maillots, on a rameuté un vieil attaquant turc que certains pensent encore buteur, ça devrait marcher. Sinon, niveau foot, heureusement que nos voisins belges sont là pour nous aider dans la prépa : sans ces vrais potos de Seraing et Tubize, on n’aurait pas gagné un seul match amical, merci voisins !

On est prêt pour notre retour chez toi, on a même 10 000 abonnés qui croient en nous, tu te rends compte ?

À samedi !
 »

La visite médicale


Après trois opérations foireuses, Metz va tenter de rester en vie plus de trois saisons consécutives en Ligue 1 pour la première fois au 21e siècle. Mais ce n’est pas en se décapitant à quelques jours de la reprise de Yeni Ngbakoto, meilleur buteur et passeur la saison dernière, que le corps messin sera dans un état d’esprit optimal pour y arriver. Pour régler les éventuels problèmes psychologiques, les Grenats ont tablé sur des anciens pour garder la tête froide (Jouffre, Signorino, Erding et Cohade). Le problème, c'est que certains papys trainent la patte, comme Signorino, absent pour la première journée. Du coup, faudra peut-être rapidement injecter les jeunes et nerveuses vitamines Opa Nguette et Simon Falette pour tenir le coup. Et éviter le coup du lapin précoce.

L'homme à ne pas suivre : Frank Signorino


« Je suis arrivé de nulle part. Personne ne me connaissait. Ma formation avait été chaotique entre une mononucléose et une fracture de fatigue. Je n'avais même pas de contrat professionnel, ni fait la moindre apparition sur le banc ou dans le groupe. » Ça, c’est Franck Signorino qui parle de sa première apparition sous le maillot messin, en février 2002. S’il veut boucler la boucle comme il le sous-entend lui-même, le latéral blondinet au nez astérixien pourrait très bien se retrouver dans dix mois avec le discours suivant au moment de tourner le dos au Saint-Symphorien. « Je suis arrivé de Reims. Tout le monde me connaissait. Ma préparation a été chaotique entre une lésion musculaire aux ischio-jambiers et de nouveaux soucis osseux. Pourtant j'avais un très beau contrat professionnel et déjà fait plus de 100 apparitions sur le banc ou dans le groupe. »

Pourquoi Metz… va faire un carton au Japon


Eiji Kawashima n’est pas le plus grand gardien du monde. Au Japon, en revanche, il entre en concurrence avec Yoshikatsu Kawaguchi pour attraper le titre de meilleur rempart de l'histoire du football du Levant. Placardisé au Standard, Eiji revient d’une petite saison en Écosse où il n’a pas pu sauver Dundee. Qu’importe, l’espace de quelques mois, les Scottish en ont profité pour booster leur marketing. Au même titre – voire plus – que les autres stars japonaises actuelles (Honda, Kagawa ou même Okazaki), le portier nippon bénéficie en effet d’une popularité inimaginable dans son pays. À tel point que, depuis son arrivée en Europe en 2010, des Kawashima Tour sont organisés pour des fans souvent féminines qui découvrent ainsi le quotidien du gardien avant de le rencontrer en fin de journée… après avoir écumé le fan shop, bien sûr. Et puis un mec qui est déjà parvenu à faire des pubs pour Puma, des sacs à main, des lentilles et du spray nasal va forcément réussir à Metz. Désormais, si vous croisez un Japonais près du Centre Pompidou, vous lui trouverez une bonne raison d’être là.

L'inexpertise de… Michel Méaux, directeur artistique de l'orchestre philharmonique de Saint-Symphorien


« Ah oui c'est vrai que le stade de Metz s'appelle aussi Saint-Symphorien ! Je n'y ai jamais été mais pourquoi pas envisager de faire quelque chose au stade ? Quoique... On est quand même 90, ça ferait un peu petit donc ça serait bien d'imaginer une représentation en ville plutôt ! On est une grosse formation, vous savez... On s'est déjà tapé West Side Story dans des théâtres remplis, ça fonctionne beaucoup dans la culture actuelle, vous savez, c'est très suivi ! Moi ça fait 50 ans que je suis directeur artistique, et non stop, non stop ! Mon meilleur souvenir avec la Philarmonie ? Probablement la représentation de Carmina Burana quand je fêtais mes quarante ans de présence, c'était incroyable ! Mais sinon, à Metz, c'est toujours l'entraîneur qui était déjà venu en Belgique à La Louvière et Eupen, notamment ? Albert Cartier ? Non ? Ah, vous voyez que je suis quand même le football (rires). Chaque semaine je lis les informations footballistiques. Un pronostic pour Metz ? Bon ben s'ils se classent dans la première moitié du tableau, ça sera déjà pas mal hein non ?! »

Le mois après mois


Août : Pour la deuxième fois en 18 ans, Metz remporte son match d’ouverture en Ligue 1. Un 3-1 avec la manière qui fait titrer « Ils sont prêts » au Républicain Lorrain.

Septembre : Après un mois d’août discret, la pépite luxembourgeoise Vincent Thill (16 ans et déjà international) bat Nantes à lui tout seul. Le Républicain Lorrain : « Le nouveau Nico Braun ? » .

Octobre : Un pur mois de promu : une défaite sur penalty dans les arrêts de jeu contre Monaco, un nul chanceux à l’OM, une victoire en patron contre Nice et une torgnole subie à Rennes. Le Républicain Lorrain : « Le dur apprentissage » .


Novembre : Battu à Toulouse, Metz décroche la 18e place. Philippe Hinschberger est mis à la porte. La direction frappe un grand coup en rapatriant le duo Joël Muller-Sylvain Kastendeuch. Le Républicain Lorrain : « Le retour » .


Décembre : Pressenti pendant tout l’été, Rod Fanni trouve enfin un accord avec la direction des Grenats pour un contrat à la prestation. Le Républicain Lorrain : « Le roc qui manquait » .

Janvier : Mevlüt Erding ouvre officiellement son compteur-but pour Metz. Un joli doublé contre St. Louis Neuweg pour les débuts messins en Coupe de France. Le Républicain Lorrain : « Voilà Mevlüt ! »

Février : Les Messins négocient mal leur mois OM-Monaco-OL, cinq points les séparent de la première place non relégable. Le Républicain Lorrain : « En route pour l’ascenseur ? » .

Mars : Matthieu Udol, qui revient d’une rupture des ligaments croisés, rechute le jour de son come back face à Bastia (0-0). Le Républicain Lorrain : « Le poissard » .

Avril : Victoire historique lors du derby face à Nancy après avoir été mené 0-2 et en évoluant à dix pendant 40 minutes. Le Républicain Lorrain : « Le patron lorrain »

Mai : Un ultime succès au Roudourou offre la 16e place à Metz. On commande une statue de Joël Muller, Signorino part en héros avec huit matchs à son compteur, Erding est meilleur buteur du club avec cinq roses. Le Républicain Lorrain : « Saison-émotion ! » .

Le onze type


Didillon - Signorino, Milan, Falette, Rivierez - Doukouré, Cohade, Jouffre, Lejeune - Nguette, Erding

La charade


- Mon premier précède le Gangnam style.
- Mon deuxième est ce que ressentent les supporters messins envers Drobnjak depuis mars 1998.
- Mon troisième est la demi-croix de Saint-André posée en contre-fiche dans les pans de bois.

- Mon tout devrait courir plus que Mevlüt Erding cette saison.


Par Émilien Hofman
Modifié

Dans cet article

Vahiruascz Niveau : DHR
"il entre en concurrence avec Yoshikatsu Kawaguchi pour attraper le titre de meilleur rempart de l’Histoire du football du Levant."

Jsuis presque sûr que le Levant c'est le proche orient
clement6628 Niveau : CFA2
Note : 1
Tant de mouvements chez un promu... A part t'appeler Monaco et recruter Falcao, James ou Moutinho, c'est jamais bon signe.
@clement6628:
C'est pas comme si on avait domine la saison derniere de la tete et des epaules. Le groupe est assez inexperimente, donc ca me semble pas illogique de prendre des anciens avec un bon etat d'esprit pour calmer le jeu.

Gros doute sur la capacite d'Hinschberger d'assurer le maintien. Quand on voit son parcours en Coupe (9 eliminations sur 10 participations au 1er tour) ou dans les matchs couperet (cf. l'annee derniere, en particulier le dernier match), si on fait un mauvais depart et ou "chaque match est un match de Coupe" ca va etre une saison galere.

Ceci etant, l'effectif me plait bien (a part Rivierez qui est quand meme tres faible techniquement) et y'a moyen de creer la surprise si on fait un bon depart (et que Didillon ne se blesse pas dans la saison comme l'an dernier).
Note : 1
Opa n'Guette
opa-haine-guette
Boaz Solossa superstar Niveau : DHR
Message posté par Vahiruascz
"il entre en concurrence avec Yoshikatsu Kawaguchi pour attraper le titre de meilleur rempart de l’Histoire du football du Levant."

Jsuis presque sûr que le Levant c'est le proche orient


L'auteur a dû confondre avec Empire du soleil levant. À deux mots près le compte est bon.
Content de revoir Metz en L1, je n'ai vu que quelques matchs la saison passée, donc cela va être une véritable découverte de nouvelles têtes plus les anciens qui vont je l'espère apporter leur expérience pour passer une saison moins compliquée qu'elle n'y paraît sur le papier.
Note : -1
Pfff, ça promet du CSC, du centre en sortie de but et de la transversale directe en touche. Bon et sinon c'est quand qu'on réduit la ligue 1 à 8 clubs ou qu'on fusionne avec le championnat Catalan ?

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
3k 7