1. // Italie – Serie A – Présentation des équipes – Inter Milan

La fiche de l'Inter Milan

Après un été hyperactif sur le marché des transferts, que peut espérer cet Inter Milan new look ? Difficile à prévoir, au moins les supporters peuvent-ils se dire que ça ne peut pas être pire que les saisons précédentes et qu'a minima, l'équipe de Mancini semble taillée pour mettre le boxon dans cette Serie A indécise comme rarement.

5 6

La carte postale de l'été

« Chère Serie A,

C'est moi, ton petit cœur bleu et noir. On se boude depuis trop longtemps maintenant, ça commence à m'agacer. Considère cette lettre comme une tentative de réconciliation. Tu vois, c'est moi qui fais le premier pas, et c'est déjà un bel effort sachant que toi-même – du moins en public – tu ne m'as jamais beaucoup manifesté d'amour… Mais je le reconnais : j'ai pas mal déconné ces derniers temps. Javier Z parti, j'ai fait le con comme quelqu'un qui redécouvre les joies du célibat et claque son argent n'importe comment, les gueules de bois se succédant sans jamais vraiment me rendre heureux. Mais promis, ce coup-ci, c'est fini. Grâce à l'héritage reçu d'un tonton asiatique, j'ai encore beaucoup d'argent à dépenser, mais je vais tâcher de bien le faire cette fois. Je vais me racheter une conduite, je vais te reconquérir. Car je t'aime, oui, je t'ai toujours aimé, il n'y a que toi qui compte.

Des poutous,

Ton Inter
 »

La visite médicale

Le bilan du médecin est sans appel : l'Inter souffre de cyclothymie à tendance schizophrène. Et il ne fait pas là référence à cette tendance que le club a de se faire appeler différemment en fonction des pays, non. Ce que le doc constate, et ce n'est pas nouveau, c'est ce côté ascenseur émotionnel d'une formation qui peut rester dans l'ombre pendant des mois, voire des années, pour finalement en sortir et faire des folies qui peuvent s'apparenter à du n'importe quoi. Cet été encore, le comportement de l'Inter est troublant, relevant presque de la psychiatrie. Il dépense une fortune, fait espérer ses fans avec des recrues prometteuses (Kondogbia, Jovetić, Miranda…), puis finalement se met dans la foulée à lâcher Shaqiri et Kovačić, sans vraiment trop prévenir. Et ce n'est pas fini : la liste des transférables est encore bien pleine (Nagatomo, Taider, Schelotto, D'Ambrosio, Andreolli), tandis que celle des joueurs visés l'est encore plus (Perišić, Mertens, Nasri, Lavezzi, Coentrão, Ghoulam, Clichy…). Patient Inter, rendez-vous chez le pharmacien pour récupérer vos médicaments contre l'hypertension et pour retrouver un sommeil un peu moins agité.

L'homme à ne pas suivre : Jonathan Biabiany

Pour la troisième fois de sa carrière, Jonathan Biabiany arrive à l'Inter. La première fois, c'était pour y être formé, sans jamais avoir sa chance en équipe première. La seconde fois, c'était en 2010, après un premier passage encourageant à Parme. Un retour manqué et un départ précipité à la Sampdoria, pour faire redécoller sa carrière. Mais c'est une nouvelle fois avec Parme que l'ex-international espoir français est devenu un joueur régulier de la Serie A. Le club d'Émilie-Romagne disparaissant du haut niveau, c'est donc encore l'Inter qui le récupère et le signe quatre ans. Étant donné la concurrence actuelle dans le secteur offensif des Nerazzurri, est-ce vraiment une si bonne idée pour les deux parties ?

Pourquoi l'Inter va faire le show cette saison en Italie

Parce que son attaque est aussi séduisante que sa défense est inquiétante. Parce que c'est dans l'ADN du club d'enchaîner le meilleur avec le pire. Parce que son calendrier devrait lui permettre de se concentrer sur le championnat et de ferrailler de nouveau avec les meilleurs. Parce que son bilan de matchs amicaux (deux premières victoires, enchaînées avec trois défaites et un nul sans marquer un but) interpelle. Parce que l'association d'Icardi avec Jovetić excite, forcément. Parce que Kondogbia va vouloir montrer qu'il vaut bien l'argent investi sur lui, avec la perspective de l'Euro 2016 en prime.

L'expertise pas forcément objective d'AC-Milan Zone, le site des supporters rossoneri en France

« L'Inter, à l'image du Milan, a entamé son véritable renouveau au cours de ce mercato estival. Ce mercato, justement, apparaît faire de l'Inter un prétendant au haut du tableau en Serie A. Les arrivées de Kondogbia, Murillo, Montoya ou encore Jovetić ont permis à l'Inter de combler ses manques sur le plan défensif, tandis que l'arrivée de Jovetić leur permettra de diversifier leurs choix offensifs. Sur le papier, cette Inter me semble solide. Néanmoins, les tâtonnements de Mancini au cours de cette préparation estivale me font dire que ce mercato ne fera pas tout. Une cohérence d'ensemble est encore à trouver, et elle pourrait mettre du temps à arriver. J'ai notamment en tête les deux dernières victoires du Milan face à l'Inter lors de l'amical disputé en Chine fin juillet, ainsi que le récent Trofeo TIM : l'Inter balbutie encore, mais elle a la capacité de jouer le haut du tableau cette saison, contrairement aux saisons précédentes. Je pense que le début de saison sera assez compliqué ; les hommes de Mancini devraient cependant trouver leur rythme de « croisière » dans le courant de la saison si la mayonnaise prend bien, pour finir parmi les cinq premiers. »

Le mois après mois

Août : Arrivée, départ, arrivée, départ, arrivée, départ… Y a pas de raisons que ça ne bouge pas encore beaucoup niveau transferts à l'Inter.

Septembre : Fin du mercato, Mancini est en panique. « Vais-je avoir assez de 30 joueurs sous contrat pour disputer la Serie A et la Coupe d'Italie ? »

Octobre : Toujours sans club, Yoann Gourcuff finit par signer avec l'Inter. «  Juste au cas où » , commente Mancini.

Novembre : Grâce à un très bon Jovetić, l'Inter prend la tête du classement en championnat.

Décembre : Blessure de Jovetić, l'Inter enchaîne les contre-performances.

Janvier : Grâce à un très bon Icardi, l'Inter reprend la tête du classement en championnat.

Février : Blessure d'Icardi, l'Inter enchaîne les contre-performances.

Mars : Medel n'est toujours pas revenu de la trêve hivernale. « J'ai quelques affaires au pays à régler » , justifie-t-il.

Avril : Medel arrêté au Chili et suspecté d'un triple homicide. «  Au moins, maintenant, mes affaires sont réglées » , plaide-t-il.

Mai : Grâce à une dernière victoire acquise sur le terrain de Sassuolo et une pénalité de huit points infligée à la Juve, l'Inter est sacrée championne. Première réaction de Mancini : « Un gros chantier nous attend à l'intersaison, il va falloir beaucoup recruter. »

Le onze type

Handanović / Santon, Miranda (ou Juan Jesus), Murillo (ou Ranocchia), Montoya / Medel (ou Guarín), Kondogbia, Brosović, Hernanes / Jovetić (ou Palacio), Icardi

La charade

- Mon premier se rajoute à Dassin, Pesci, Barton, Cocker ou le taxi.
- Mon second permet à la fois de parler d'une dépense d'argent et de la qualité d'un produit de consommation.
- Mon troisième est l'association qui revient le plus souvent avec le prénom de l'auteur de cet article (merci Les Nuls…).
- Mon quatrième est le surnom des joueurs du LOSC.
- Mon cinquième est quasiment le nom d'un international camerounais qui vient de signer en Turquie et qui s'aime vraiment beaucoup.

- Mon tout est la recrue la plus chère de l'été de l'Inter.

Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Skywalker Texas Ranger Niveau : DHR
Joe - Frais - Con - Dogue - Bia
Geoffrey Kondogbia
Vraiment dégueulasse ce maillot avec ce sponsor
Perdre Kovacic pour Kondog...
Ahah bien résumé le Mancinisme, toujours plus de joueurs
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
5 6