En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 13 Résultats Classements Options

La fiche de Dortmund

La saison de découverte de Thomas Tuchel digérée, Dortmund a mis les moyens de ses ambitions. Avec plus de 100 millions d'euros dépensés cet été, le BvB vise très haut sur tous les tableaux. La concurrence est prévenue.

Modififié

La carte postale


« Ma petite France et ma chère Ligue 1,

Je suis bien arrivé dans ma colo d'été en Allemagne. Tout le monde a été très sympa à mon arrivée. J'ai rencontré plein d'autres jeunes très cools. On rigole, on s'amuse, c'est pas prise de tête, tout ce que je voulais. On a débuté par un voyage en Chine, c'était chanmé, surtout la petite partie contre un groupe d'Anglais. J'ai mis une de ces frappes ! Tu aurais vu ça, tu en aurais parlé deux semaines non-stop. Avec les gars, on s'est aussi fait quelques parties de tennis-ballon, et on a cherché un max de Pokémon dans la ville. Jusque-là, j'ai eu quinze Roucool et dix-neuf Rattata, alors que PEA a eu quatre Evoli déjà. Bon, Marcel se fout un peu de nous, il dit qu'on devrait moins rester sur nos écrans, mais ça m'étonne pas. T'as vu son prénom ? Il est cool, mais il a déjà quatre-vingt-dix ans dans sa tête.




Enfin, le meilleur ici, c'est Felix. Un dingue. On s'amuse beaucoup ensemble dès qu'il faut jouer au ballon. Je pense rester plus longtemps que l'été. La colo est loin d'être finie. Je t'enverrai quelques messages à l'occasion de mes exploits. Je ne t'oublie pas, je ne suis pas très loin.

Ton petit Ousmane.
 »

La visite médicale


Si le patient Dortmund semble s'être fait une cure de jeunesse pendant l'été, l'opération est bien de façade. Derrière la chirurgie esthétique, le Borussia a plutôt pris en poids et en âge. Pour la première fois depuis la saison 2008/2009, son âge moyen a dépassé les vingt-quatre ans. Cette année, ce sera 24,76 pour être précis. Le temps ne trompe pas. Puisqu'ils ne partent pas ou reviennent au bercail, chaque membre subit l'écoulement des années, vieillit et s'endurcit. C'est la dure loi de la vie.


Alors attention à ne pas trop cumuler les efforts et tirer sur la corde de l'âge. Ce Dortmund-là doit prendre soin de lui et s'accorder des pauses fraîcheur régulières. On rappelle les consignes en cas de période de canicule : pas d'alcool, pas d'efforts physiques, prendre des nouvelles de ses proches et boire de l'eau régulièrement. Surtout ça, bien penser à s'hydrater fréquemment pour éviter les désagréments et faire un malaise.

Le joueur à ne pas suivre : Neven Subotić


Ne serait-ce pas la saison de trop pour le défenseur serbe ? À vingt-sept ans, Neven Subotić ne met déjà plus un pied devant l'autre. Entre une blessure au dos, puis une autre au bras, et une opération pendant l'été aux côtes qui lui coûte vraisemblablement toute la première partie de la saison. Hop, cela réduit déjà à quatre mois grand max la présence de Subo sur les terrains avec le maillot du BvB. Là est l'autre problème : Dortmund a déjà pris l'habitude de jouer sans Neven, quitte à bricoler un minimum, et cette saison, ce sera donc pire. Dès l'entame, Tuchel sait qu'il doit faire autrement. Alors Bartra va avoir tout le temps du monde pour s'acclimater, Ginter pourra sûrement montrer ce qu'il peut apporter à ce poste, Sokratis est indétrônable, et Bender s'habitue à descendre d'un cran à l'occasion. Donc, même en forme, Subotić va faire du banc dans le meilleur des cas.

Pourquoi... les Schwarzgelben vont être intenables en C1


Après une saison de transition en Ligue Europa, le Borussia Dortmund retrouve cette saison le chemin des matchs le mardi ou mercredi soir. Toujours « sur les traces » du glorieux passé et de la coupe aux grandes oreilles, le BvB peut compter sur un effectif pléthorique pour réellement tenter sa chance dans la conquête de la Ligue des champions. Avec les nouveaux venus, tous les postes sans exception sont doublés au minimum. Dortmund a mis l'argent pour ne plus subir les mêmes affres que par le passé. Finies les périodes d’essoufflement et de doute à cause d'un rythme trop ardu. Tuchel va pouvoir faire du turn-over à tout bout de champ et mettre une fessée aux clubs étrangers qui viendront au Westfalenstadion en terrain conquis. C'est bien simple : cette année, Dortmund va viser le dernier carré de la LDC.

Le mois après mois


Août : Défaite en Supercoupe, victoire en Pokal, défaite contre Mayence pour la reprise de Bundesliga. Dortmund a connu des étés plus heureux.

Septembre : Heureusement, la rentrée des classes est de bon augure pour le BvB. Le RB Leipzig passe sous les débuts du rouleau compresseur jaune et noir, et tout le reste prend sa cagette de cinq buts dans les dents. Sauf Fribourg, habituel punching-ball de Dortmund, qui en mange sept. Ce n'est plus un tarif maison, c'est un tarif playstation.

Octobre : Concentré sur la phase de poules en Ligue des champions et un Revierderby qui arrive en fin de mois, Dortmund laisse filer quelques points en cours de route. Heureusement, la victoire contre Schalke à la dernière minute sur un coup de genou de Götze sauve la mise.


Novembre : Coup classique, le Borussia se relâche contre Hambourg, puis donne le match de sa vie sans concrétiser face au Bayern Munich. Avec un petit point seulement dans l'affaire, Tuchel s'énerve et balance une chaussure sur l'arcade sourcilière d'André Schürrle. Trois points de suture, mais une prise de conscience dans le groupe. Cette saison n'est pas faite pour les beaux perdants.

Décembre : Dur dur l'hiver. Götze, rayonnant et indispensable, se blesse pour quatre mois. Dortmund a cinq points de retard sur le Bayern au moment de partir pour les fêtes. La Bundesliga est annoncée « jouée d'avance » .

Janvier : Emre Mor s'éclipse avec Ousmane Dembélé en plein stage de préparation, en Turquie. Ils finissent leur nuit dans une prison d'Erdoğan, puis sont libérés dans les 24 h. Tuchel fait la gueule et leur colle deux semaines avec la réserve. Sans eux, Dortmund fait tout de même le plein pour sa reprise en Bundesliga. Moussa Sissoko est recruté au 31 pour donner un coup de main.


Février : Parcours parfait, Dembélé plante cinq buts en quatre matchs de Bundesliga et reçoit les éloges de Pierre-Emerick Aubameyang, qui l'invite à plusieurs reprises chez lui. La Bromance francophone commence.

Mars : Dortmund plie sévèrement le Real Madrid en C1 (3-0, 1-3) et doit affronter le PSG en demi-finales. Les médias français exultent sur la place promise en finale, enfin, pour le club français. En championnat, le Bayern perd sur le terrain de Gladbach. Dortmund n'a plus qu'un point de retard.

Avril : La défaite en Pokal n'enterre pas les ambitions de Thomas Tuchel. En Bundesliga, le club fait le même parcours au point prêt que le Bayern – avec un match nul qui a permis à Leverkusen de revenir sur les talons. La petite surprise de TT vient en Ligue des champions. Contre Paris, il essaye un duo Schürrle-PEA en pointe. La sortie foirée de Trapp à la rencontre de Schürrle fait le reste. Le BvB passe encore ce tour-là.


Mai : Phase-retour de dingo et titre obtenu dans un final à trois exaltant. À une journée de la fin, Leverkusen prend la tête, Dortmund est 3e avec deux points de retard. Mais le FCB s'incline contre Fribourg et le Bayer fait nul à Berlin. À la différence de but, le Borussia retrouve la joie de porter le Meisterschale. En revanche, Dortmund perd une nouvelle fois en finale de Ligue des champions contre le Bayern sur un CSC de Sissoko. Ancelotti lève un sourcil de satisfaction.

Le onze type


Bürki – Piszczek, Sokratis, Bartra, Schmelzer – Weigl – Schürrle, Castro (ou Rode), Götze (ou Kagawa), Reus – Aubameyang

La charade


- Mon premier est une conjonction de coordination pour ajouter une information.
- Mon deuxième est l'onomatopée du gros mollard qui sort de la bouche.
- Mon troisième est le meuble sur lequel on met ses draps aux couleurs de Dortmund.
- Mon quatrième est du langage familier pour dire herbe quand il s'agit de drogue et non de gazon.

- Mon tout est la devise du club, celle dont Mario Götze vient de se souvenir.

Par Côme Tessier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 17:42 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04
Hier à 17:56 Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 8 Hier à 15:02 Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 25
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 Hier à 11:49 Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17