1. // En route vers l'Euro 2016
  2. // Top 100 Italie

La dynastie Maldini

Le Milan et la famille Maldini, une longue histoire, unique en son genre, et qui dure depuis désormais trois générations.

Modififié
158 14

« Di Milan » soit « de Milan » . Jamais le hasard des anagrammes n’aura fait aussi bien les choses. Pourtant, au début, c’était plutôt « Di Triestina  » . Razza Piave en élargissant jusqu’au Triveneto, zone géographique regroupant les trois régions administratives du Nord-Est italien. « Mario David, Cesare Maldini, Paolo Barison, ils n’ont pas besoin d’être meilleurs, il suffit qu’ils soient comme ils sont, des hommes sans peur de l’adversaire, de la fatigue, des hommes fidèles, toujours » , décrivait Gipo Viani, entraîneur et dirigeant du Milan dans les années 50/60. Le portrait de Cesare, mais aussi de Paolo, et peut-être Christian et Daniele.

Tu seras une légende mon fils


De Wembley à Old Trafford, de Cesare à Paolo, d’un Maldini à un autre. L’image est la même, seul le nom change, de la Coupe d’Europe des clubs champions à la Ligue des champions. Elle est empoignée et levée au ciel avec le brassard de capitaine autour du biceps à quatre décennies d'intervalle. Cesare, 12 ans avec le paletot rossonero, Paolo 31 en comptant ses années chez les jeunes, entre deux, douze saisons sans un Maldini au club, les seules depuis 1954. Le paternel raccroche les crampons en 1967 après une dernière pige au Torino, c’est un an avant la naissance de son quatrième enfant, le premier garçon. De fait, son fils le plus célèbre ne l’a jamais vu jouer, pis, il ne connaît pas grand-chose de son glorieux passé lorsque son papa l’emmène passer un essai à Linate. Le talent est léger, le nom pèse. « Pistonné » , « Fils à papa » , il en entend de toutes les couleurs, mais encaisse sans broncher. Rapidement, la famille se réunit chez les Espoirs italiens : « Il me convoqua pour une série d’entraînements et ensuite pour le premier match officiel. En voiture, alors qu’on rejoignait le lieu de la mise au vert, il me dit textuellement : "Paolo, prépare-toi spirituellement, beaucoup vont dire que tu es pistonné juste parce que ton père est entraîneur." Je répondis avec conviction : "Ne t’inquiète pas, ce que les gens disent ne m’intéresse pas" » , confiait-il dans une interview à Gazzetta TV.


Une situation qu’il revivra dix ans plus tard avec l’équipe A cette fois, Cesare sélectionneur, Paolo capitaine, les Maldini à la tête de l’Italie l’espace de deux années de 1996 à 1998. Le binôme en impose. L’héritage est génétique - la stature, les yeux, la mâchoire -, mais aussi caractériel, discret, effacé, ombrageux : « L’éducation de mes parents a été fondamentale, j’ai trois frères et deux sœurs, tous à Milan. Nous maintenons la famille unie dans le bien et dans le mauvais. Ensuite, j’ai connu ma femme qui a complété ce grand esprit de famille. Nous sommes tous ici, c’est une chose que je transmets à mes fils. Une chose dans laquelle je crois énormément. » La lignée Maldini.

Vous serez des légendes, mes fils ?


En 2005, l’aîné Christian intègre les équipes de jeunes du Milan et gravit les échelons un à un, ami de la famille, Ibrahim Ba décrit son parcours : « C’est un défenseur latéral qui peut jouer à gauche ou à droite, depuis deux-trois ans, il évolue également dans l’axe. Il n’était pas toujours titulaire, car il s’est développé assez tard, même s’il fait 1m87 aujourd’hui. » Le compte à rebours est enclenché, les années, les mois, puis les jours avant un éventuel début en équipe première : « Il a été prêté chez les jeunes de Brescia pour obtenir du temps de jeu, il jouait, mais il s’est fait les croisés lors d’un amical contre l’équipe une il y a deux ans. Il a été opéré, il a repris et a même marqué avec la Primavera. Un jour, il tente une frappe à l’entraînement et sent quelque chose, après une IRM, on s’est rendu compte que c’était encore les croisés. » Presque un an et demi de perdu alors qu’il va entrer dans la vingtaine au mois de juin : « Christian a besoin de temps de jeu, là il vient de reprendre avec les U19. Il est encore stagiaire, il n’a pas de contrat pro, l’an prochain il devra trouver un club en Serie D ou en Serie C. Il a envie de tenter sa chance, il veut devenir footballeur. »


Difficile de le voir évoluer au Milan un jour, reste le petit frère Daniele, âgé de 14 ans : « C’est un attaquant évoluant sur les côtés encore un peu léger physiquement, mais il voit très bien le jeu, techniquement très bon, c’est un super joueur  » , confie Ba. Paolo suit attentivement le parcours de ses deux enfants, mais n’interfère jamais dans les choix des entraîneurs, même quand ce sont ses amis comme Cristian Brocchi : « Il ne se permet pas, il leur demande juste d’être honnêtes, de les faire jouer s’ils ont des qualités, de les faire bosser le cas contraire. » L’intéressé confirmait dans les colonnes du Corriere della Sera : « Cela dépend de l’éducation des parents. Paolo et sa femme sont intelligents, donc leur fils a un comportement positif. Je connais des enfants de footballeurs beaucoup plus prétentieux. » La mentalité Maldini.

Celui qui devait être la légende


« C’était lui le plus doué de la famille, c’est lui qui aurait dû faire une grande carrière » , révèle Ibou. Lui, c’est PierCesare, de quatre ans plus jeune que Paolo, passé également par les « giovanili » du Milan. Défenseur, il possédait lui aussi les qualités pour marcher dans les pas de son père. Sa carrière prendra finalement une autre tournure, des passages à la Vogherese en Serie C1, puis à Viareggio en C2, club qui fait faillite en 1996. PierCesare a alors 24 ans et le courage d’admettre que ce métier n’est pas fait pour lui après avoir passé les deux dernières saisons sans être pratiquement payé. Il se sent même coupable de pouvoir compter sur sa famille, tandis que ses coéquipiers doivent joindre les deux bouts avec femme et enfants à charge. Il rentrera finalement dans le rang, comme Donatella, Monica, Valentina, Paolo et Alessandro, auprès de sa mère Marisa et à l’ombre de Cesare, le patriarche de 84 ans qui continue de veiller sur la descendance de la famille « Di Milan. »




Par Valentin Pauluzzi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

C'est l'expression "da Milan" et non "di Milan" qui est utilisée pour indiquer un joueur digne d'évoluer au Milan AC.

Kakà è un giocatore da Milan = Kakà est un joueur (dont le niveau est)digne du Milan

et inversement Birsa non è un gocatore da Milan.

Voilà pour le point grammatical relou, mais puisque vous placez la locution en intro de votre article, il fallait la rectifier.
Blatter m'a tuer Niveau : Ligue 2
Message posté par samotraki
C'est l'expression "da Milan" et non "di Milan" qui est utilisée pour indiquer un joueur digne d'évoluer au Milan AC.

Kakà è un giocatore da Milan = Kakà est un joueur (dont le niveau est)digne du Milan

et inversement Birsa non è un gocatore da Milan.

Voilà pour le point grammatical relou, mais puisque vous placez la locution en intro de votre article, il fallait la rectifier.


Je me posais la question, vu qu'on dit Da Juve.

Mais ca m'etonnait que Valentin fasse une erreure pareil donc j'aurais tendance a lui faire confiance.
Au moins pour Maldini il y a des articles, pas du recyclage comme pour Buffon.

Question aux milanistes, Maldini mieux classé que Baresi, vous êtes d'accord ?
Message posté par Blatter m'a tuer
Je me posais la question, vu qu'on dit Da Juve.

Mais ca m'etonnait que Valentin fasse une erreure pareil donc j'aurais tendance a lui faire confiance.


Fais moi confiance. Di Milan ne veut rien dire.

Da Milan : Digne du Milan AC
Del Milan: Joueur du Milan AC
Di Milano: De Milan
Message posté par Blatter m'a tuer
Je me posais la question, vu qu'on dit Da Juve.

Mais ca m'etonnait que Valentin fasse une erreure pareil donc j'aurais tendance a lui faire confiance.


Je suis d'accord avec Samotraki sur la correction qu'il apporte.
Message posté par Trap
Au moins pour Maldini il y a des articles, pas du recyclage comme pour Buffon.

Question aux milanistes, Maldini mieux classé que Baresi, vous êtes d'accord ?


J'aurais classé Baresi devant Maldini pour les raisons exposées dans l'article sur Baresi.

Maintenant pour les supporters de ma génération, Maldini est sans doute le plus emblématique.

Celui que j'ai vu jouer le plus longtemps, qui était associé à toutes mes joies et déceptions footballistiques.

Quand Maldini a arrêté, je me suis rendu compte que je n'avais jamais connu le foot sans lui. C'était un an avant la naissance de ma fille, et ce fut mon premier vrai coup de vieux.
Message posté par samotraki


Quand Maldini a arrêté, je me suis rendu compte que je n'avais jamais connu le foot sans lui. C'était un an avant la naissance de ma fille, et ce fut mon premier vrai coup de vieux.


Pour les coups de vieux, attends que ta fille te ramène son premier mec et tu comprendras...
L1Triangle Niveau : DHR
Rhaaa, Maldini, je pense que je n'aurai jamais la chance de voir un autre défenseur qui me fera autant rêver que le grand Paolo Malidini, le mec avait tout, vitesse, sens tactique, rugueux sur l'homme mais propre, fair play, capacité de leader naturelle, charisme indéniable, longévité au plus haut niveau.

Maldini mon idole, a jamais mon top 1, tout joueurs, toutes nation confondues.

Le genre de mec qui te donnait l'envie d'être défenseur, et c'est pas une mince affaire...
Message posté par Trap
Pour les coups de vieux, attends que ta fille te ramène son premier mec et tu comprendras...


Ça sent le vécu, mon Trap.

Je crois qu'il y a même une vidéo du discours que tu lui a fait pour le mettre à l'aise :

https://www.youtube.com/watch?v=5cgLqfdAgK4
Message posté par samotraki
Ça sent le vécu, mon Trap.

Je crois qu'il y a même une vidéo du discours que tu lui a fait pour le mettre à l'aise :

https://www.youtube.com/watch?v=5cgLqfdAgK4


Ahha, bien vu !

C'en était un sacré "Strunz" le garçon, je t'assure.

(Et je te laisse changer les voyelles pour italianiser)
Valentin Pauluzzi Niveau : District
Message posté par samotraki
Fais moi confiance. Di Milan ne veut rien dire.

Da Milan : Digne du Milan AC
Del Milan: Joueur du Milan AC
Di Milano: De Milan


Je me suis gouré sur l'anagramme en fait et ait fait rectifier le début de l'article dès que possible.

Une telle erreur eût été impardonnable, moi l'ancien prof d'italien.

Littéralement "di Milan" ne veut effectivement rien dire de spécial, tout juste l'appartenance, et encore dans des cas très rarement écrits ou prononcés "In campo i giocatori di Milan e Juve"

"da Milan" eût été parfait, mais il aurait dû s’appeler Maldani, on se contentera de "di Milan" qui reste tout de même un curieux anagramme.
Blatter m'a tuer Niveau : Ligue 2
Message posté par Trap
Je suis d'accord avec Samotraki sur la correction qu'il apporte.


Je suis d'accord avec vous 2 alors
Blatter m'a tuer Niveau : Ligue 2
Note : 1
Message posté par Valentin Pauluzzi
Je me suis gouré sur l'anagramme en fait et ait fait rectifier le début de l'article dès que possible.

Une telle erreur eût été impardonnable, moi l'ancien prof d'italien.

Littéralement "di Milan" ne veut effectivement rien dire de spécial, tout juste l'appartenance, et encore dans des cas très rarement écrits ou prononcés "In campo i giocatori di Milan e Juve"

"da Milan" eût été parfait, mais il aurait dû s’appeler Maldani, on se contentera de "di Milan" qui reste tout de même un curieux anagramme.


Et moi qui t'accordais une confiance aveugle... Quelle deception!
Demetrio Albertini Niveau : Loisir
En dialect milanais Milan se dit...Milan! Pas d'erreur du coup ;)
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
158 14