Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

La drôle de vie de Julian Green

Auteur d'un triplé lors de la victoire du Bayern Munich en amical face à l'Inter Milan (4-1), Julian Green a envoyé un signe fort à Carlo Ancelotti. Plus souvent témoin qu'acteur du développement du club bavarois ces dernières saisons, l'Américain compte bien faire parler de lui cette saison. Et enfin démarrer sa carrière.

Modififié
Les matchs amicaux de pré-saison ont ceci de formidable qu'ils permettent parfois à de jeunes joueurs d'avoir du temps de jeu et de montrer ce qu'ils ont dans le ventre (cf. les Parisiens face à Leicester) et à d'autres, parfois moins jeunes, de prouver qu'ils ont encore un peu de ballon. C'est le cas de Julian Green. À Charlotte, l'Américain a toqué trois fois à la porte de Carlo Ancelotti. Trois buts face à l'Inter comme pour dire que si jamais Robert Lewandowski (ou un autre élément du front de l'attaque) venait à manquer, il pourrait rendre quelques services. Et visiblement, le technicien italien a apprécié ce qu'il a vu. « Il a bien joué, il était présent dans la surface. L'équipe a bien joué vers l'avant, il a bien conclu les actions » .


L'herbe n'est pas forcément plus verte ailleurs

À 21 ans, Julian Green vient donc de déposer son CV sur la table du Mister pour faire des extras, au cas où Lewy (voire Müller, voire d'autres) serait absent. L'Américain espère ainsi décrocher son premier vrai job et lancer sa carrière, lui qui, pour le moment, a plutôt été « stagiaire » – option café/photocopies. Arrivé au centre de formation du Bayern Munich en 2009, le natif de Tampa Bay, en Floride (mais qui s'est retrouvé en Bavière dès son plus jeune âge) a surtout fréquenté l'équipe réserve pour l'instant. Des stats honnêtes en Regionalliga (15 buts et 8 passes décisives en 23 rencontres lors de la saison 13/14) qui lui ont permis un temps de s'entraîner avec l'équipe première. Seulement, si sa lettre de motivation indiquait sûrement qu'il avait l'esprit d'équipe, Julian Green n'a jamais eu sa chance : deux apparitions en Ligue des champions, pour un total de 68 minutes. En cherchant à s'imposer au sein de l' « Étoile du Sud » , l'Américain a perdu le nord. Lors de la saison 2014/15, Green s'est donc résolu à partir en prêt, à Hambourg, histoire de voir si l'herbe est plus verte ailleurs. Raté. Après seulement cinq apparitions, il se retrouve de nouveau sur la touche. Le swag de Julian n'a pas séduit l'entraîneur Joe Zinnbauer, qui lui a mis un swing, direction l'équipe réserve. Un traitement que n'a pas apprécié Green, qui n'apparaîtra plus sur les feuilles de match du HSV.

L'embrasement?

Retour donc à la case départ pour celui dont le principal fait d'armes pour le moment est un but en Coupe du monde. En réduisant la marque face à la Belgique en huitièmes de finale du Mondial brésilien (2-1 a.p.), Julian Green est devenu à 19 ans et quelques semaines le plus jeune buteur de l'histoire des ÉÉtats-Unis dans ce tournoi. Lui qui a porté le maillot de la USMNT à six reprises, soit quasiment autant d'apparitions qu'avec un club pro (7). C'est peu, et c'est triste. Et c'est pourquoi après avoir passé toute la saison dernière avec le Bayern II (pour 10 réalisations et 4 assists en 28 matchs), Julian Green a faim, très faim, et veut tout casser, comme le prouve son triplé. Et visiblement, Carlo Ancelotti semble avoir développé un sentiment de confiance pour l'Américain. « Il travaille bien, il fait une bonne préparation. Je pense qu'il sera encore important pour nous cette saison » . Dans l'absolu, ce serait dommage qu'un talent fâché finisse en talent gâché.

Par Ali Farhat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:53 La moitié des clubs anglais n'a plus besoin des spectateurs pour engendrer des profits 96
Partenaires
Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 12:43 La Liga gratuitement en direct sur Facebook en Asie du Sud 8 Hier à 12:34 River Plate devrait quitter El Monumental 14 Hier à 11:41 Les nouvelles clauses inquiétantes du code éthique de la FIFA 15