En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options

La deuxième vie en blanc d'Álvaro Morata

Au terme de deux saisons réussies à la Juventus, Álvaro Morata est rentré au bercail. Censé rejoindre la Premier League, l'attaquant devrait finalement rester au Real Madrid. Pour retrouver sa place sur le banc ou pour enfin s'imposer en pointe ?

Modififié
Malgré la piteuse élimination de la Roja en huitièmes de finale de l'Euro contre l'Italie, Álvaro Morata a été l'une des rares satisfactions du clan espagnol. Avec 3 buts inscrits, le Madrilène qui a débuté à l'Atlético a pour partie donné raison à Vicente del Bosque qui l'a intronisé attaquant titulaire de la Selección, au nez, à la barbe et aux tatouages de Paco Alcácer pourtant meilleur réalisateur des qualifications. Flairant le bon coup de bourse, le Real Madrid a fait jouer la clause du retour à l'envoyeur. Contre un chèque de 30 millions d’euros, Morata est donc redevenu merengue. Dans un premier temps, cela ne devait qu'être provisoire. La flambée des prix en Premier League aurait permis de le revendre 70 millions d’euros easy. Mais finalement, il est venu incorporer les rangs de l'effectif de Zinédine Zidane pour la pré-saison. Pour un nouveau départ en blanc ?

Comment déboulonner Benzema ?


Au cours de ses deux années dans le Piémont, Morata s'est forgé un beau petit palmarès avec deux Scudetti et deux Coupes d'Italie. Il a d'ailleurs offert la deuxième Coppa aux Bianconeri en marquant quelques minutes après son entrée en prolongation contre le Milan. Il a aussi largement contribué au parcours européen de la Vieille Dame, tout d'abord en désossant... le Real Madrid en demi-finale de la Champions en 2015, puis en claquant le sprint de l'année contre le Bayern cette saison, même si les Bavarois se sont tirés in extremis du guêpier turinois. Quand il a quitté la capitale espagnole, c'était dans l'optique d'apprendre. Morata a fait ses gammes dans un championnat tactique, avec moins d'espaces qu'en Liga (27 buts et 19 passes décisives en 93 matchs toutes compétitions confondues). L'apprentissage est terminé et désormais, il doit prouver qu'il est bien un crack. Problème : Karim Benzema, le titulaire en pointe, sort de sa meilleure saison en Espagne.


Détesté par une bonne partie de la France mais respecté en Espagne, KB9 n'a jamais paru aussi fort. La présence de son « frérot » Zidane sur le banc a renforcé sa confiance. Même s'il a 5 ans de moins que son aîné, Morata sera-t-il en mesure de le déloger ? Il ne part clairement pas favori. Car une chose est certaine : l'Espagnol ne revient pas pour grappiller les miettes. Le départ probable en prêt de Borja Mayoral et les envies d'émancipation de Jesé démontrent que le Real compte sur lui. Florentino Pérez serait même prêt à lui signer un contrat de 5 ans à 6 millions d’euros par an. Mais la concurrence avec l'ex-Lyonnais sera-t-elle surmontable ? Qu'on aime ou déteste Benzema, ses statistiques avec le maillot immaculé parlent pour lui. Le natif de Bron est costaud mentalement, les derniers mois l'ont largement prouvé. Par le passé, il a dégagé Gonzalo Higuaín, ce n'est pas Morata qui va lui faire peur.

Un physique en question


Selon toute vraisemblance, Zidane continuera d'évoluer principalement avec son 4-3-BBC. Autrement dit, une pointe unique. Pour espérer sortir Benzema du XI, il faudra d'abord que Morata s'étoffe physiquement. C'est un de ses gros défauts : à partir de la 60e minute, il vacille, le réservoir se tarit et il est contraint de sortir. Beaucoup de monde a fustigé le choix de Max Allegri de le sortir lors du huitième de finale retour contre le Bayern, mais comment faire quand votre attaquant est juste rincé ? S'il ne peut pas tenir 90 minutes à un très gros rythme, Morata est condamné au banc, aux entrées à un quart d'heure de la fin quand le score est scellé et aux petits matchs de championnat gagnés avant même d'avoir été joués.


En gros, à redevenir ce qu'il était avant son départ en Serie A. Il ne faut pas oublier non plus qu'à la Juve, dans un système à 2 pointes, il était le 3e choix derrière Paulo Dybala et Mario Mandžukić et n'a été titularisé que 16 fois en championnat (34 matchs en tout pour 7 buts). Le mercato ferme dans 6 semaines, Morata a encore le temps de voir venir et de comprendre s'il sera en mesure de remplir l'objectif qu'il s'est fixé. Après tout, il y a une vie en dehors du Real. Pipita et Callejón l'ont très bien prouvé à Naples.

Par FM Boudet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


jeudi 18 janvier 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04
il y a 6 heures Coentrão casse le banc des remplaçants 8 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 4 Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
jeudi 18 janvier Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9
À lire ensuite
Les chinoiseries de Milan