Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // PSG-OM

La dernière fois que Marseille a gagné au Parc

Beaucoup se posent la question : mais depuis quand l’Olympique de Marseille ne s’est pas imposé sur le terrain du Paris Saint-Germain ? Réponse : huit ans. Le 28 février 2010, les Phocéens ramenaient en effet un gros 3-0 du Parc des Princes. Humiliant... Mais d’un autre temps.

Modififié

Et Benoît Cheyrou transforma la cinglante défaite en humiliation. Contrôle genou gauche, petit pont outrageant sur Sylvain Armand, patate du plat du pied droit : Apoula Edel encaisse son troisième pion de la soirée devant 43 813 spectateurs parisiens. Logique : en ce dimanche 28 février 2010, l’Olympique de Marseille, futur champion de France, est largement supérieur au Paris Saint-Germain. Huit ans plus tard, tout le monde fredonne le tube de MC Solaar et constate que les temps ont bien changé. Car depuis cette 26e journée de Ligue 1, les Phocéens n’ont plus jamais goûté à la victoire lorsqu'ils se sont déplacés au Parc des Princes. Quelle que soit la compétition. Avant la confrontation de dimanche soir, cela représente dix matchs tout rond (sept de championnat, deux de Coupe de France et un de Coupe de la Ligue ; neuf défaites et un nul, attrapé en octobre 2016 ; vingt buts encaissés et cinq marqués).

Vidéo

Embêter Heinze ? Mauvaise idée


Mais revenons à cette déculottée reçue par les hommes de la capitale. Le contexte, d’abord. Pour ce premier classique de coach Didier Deschamps en terres ennemies, l’OM débarque dans la peau du leader. De son côté, le PSG d’Antoine Kombouaré stagne en deuxième partie de tableau (douzième place). Autant dire que l’outsider du choc n’est pas le même que celui du dimanche 25 février 2018. « On disputait la Ligue Europa, et la période était assez intense pour nous en nombre de matchs. C’était en février, comme en ce moment. Et finalement, le contexte était assez similaire à aujourd’hui, se remémore Fabrice Abriel, remplaçant de Deschamps au coup d’envoi. Avec une grande différence, quand même : on était favoris. » Sauf que les Olympiens doivent se déplacer sans leurs supporters, non conviés à l’événement. « Ce soir, on est onze Marseillais contre un stade plein » , rage donc José Anigo face à la presse avant la partie.


Un mal pour un bien ? En tout cas, les visiteurs souhaitent absolument venger leurs fans entassés devant la télé. Comment ? En leur offrant une victoire au mérite, tout simplement. Un sentiment de colère renforcé par l’accueil réservé à Gabriel Heinze. Sifflé puis hué, l’ancien de Paris, qui a signé chez le rival quelques mois auparavant (en provenance du Real Madrid ; il est alors le joueur le mieux payés de l’Hexagone), est pris en grippe par le Parc dès l’échauffement. « Heinze, te gusta a l’OM / Tu mujer prefiere Higuaín » ( « Heinze, tu aimes l’OM / Ta femme préfère Higuaín » ), indique sympathiquement une des banderoles. « Une façon de nous démobiliser, estime Abriel, lui aussi ancien du club honni, mais n'ayant pas subi les foudres du stade ce jour-là. Manque de pot pour eux, ça nous a boosté et mis directement dans le bain. On s’est dit : "Ok supporters parisiens, vous voulez faire votre boulot comme ça ? Pas de problème, nous aussi on va faire le nôtre." Puis la pression était essentiellement concentrée sur Gabi, qui savait parfaitement la gérer. La preuve : lors des premières minutes, il a bouffé Christophe Jallet en gagnant ses cinq ou six premiers duels. »

Un temps que les moins de vingt ans...


Le latéral gauche touche même le poteau juste avant la pause. Entre-temps, Hatem Ben Arfa ouvre le score au quart d’heure de jeu sur une frappe du droit à l’entrée de la surface de réparation, Steve Mandanda brille devant Guillaume Hoarau ou Ludovic Giuly, Mevlüt Erdinç est intenable, Jérémy Clément ne trouve pas le cadre et l’immense Sammy Traoré maltraite Mamadou Niang. Si bien qu’à la mi-temps, la Canebière est bien heureuse de voir son équipe mener au score. « On sentait qu’on avait beaucoup plus d’assurance et qu’on était beaucoup plus efficaces que l’adversaire » , note tout de même Abriel. En bon pragmatique, Deschamps estime pourtant que sa bande manque de maîtrise, et décide ainsi de faire entrer l’ex-Lorientais à la place de Mathieu Valbuena, absolument pas blessé. « C’était un remplacement tactique qui a permis d’amener davantage d’équilibre durant le second acte, dévoile le nouvel entrant. Et dans ce genre de rencontres à tension, c’est important. »

Le plan de DD marche en effet à merveille. Dix minutes après le retour des vestiaires, Edel se troue à la suite d'un centre d’Heinze et laisse Lucho González doubler le score. Pas hyper sexy, mais impressionnant de réalisme, l’OM termine par de nouveaux arrêts de Mandanda et, bien sûr, par le joli caramel de Cheyrou. Pendant ce temps-là, Mateja Kežman récolte un jaune. « Il n’y a pas eu d’effusion de joie particulière, parce qu’on devait penser aux matchs suivants. On était encore en course en Coupe de la Ligue (finale remportée le mois d'après contre Bordeaux, ndlr) et en Ligue Europa, rappelle Abriel. Mais vu qu’une telle victoire n’est jamais "normale", on a quand même pris le tableau d’affichage en photo. On a eu raison : ce n’est pas demain la veille qu’on reverra ça... » Un autre temps, on vous dit.

Vidéo


Par Florian Cadu Propos de FA recueillis par FC
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier Podcast Football Recall Épisode 31: La France fait le boulot, le naufrage argentin et les votes WTF suisses