La défaite, traumatisme ou leçon pour l'avenir ?

La France a perdu son Euro, chez elle, devant son public, sur la plus petite des marges et en ayant dominé globalement la rencontre. Le dénouement laisse un goût amer au réveil. Comme d'autres avant, les Bleus vont maintenant devoir trouver la voie à prendre pour l'après. Les Bleus doivent dépasser le trauma pour tirer les leçons et revenir plus fort la prochaine fois.

Modififié
863 45
Il est 23h et des poussières. Eder a marqué son but depuis quelques minutes déjà, et tout le monde a bien compris ce qui se déroule sur la pelouse de Saint-Denis. Toutes les mines sont déconfites dans les bars, devant les écrans géants des fan zone ou dans son salon. La France vient de perdre, alors que le trophée lui tendait les bras, que chacun escomptait souffler un peu et profiter d'une soirée de folie et d'allégresse, c'est la gueule de bois sans l'arrière-goût de victoire. Comme le Brésil il y a deux ans, ou l'Allemagne 2006 et le Portugal 2004 parmi les exemples récents, la France vit la douleur de la marche manquée d'un fil après une compétition où elle semblait taillée pour réussir. Le mot est lâché, comme souvent en football lorsque le scénario paraît cruel : et si cela allait devenir un traumatisme insurmontable pour la bande à Dédé ?

Tu sais que t’as suivi les Bleus pendant l’Euro quand...

Info-trauma


L'exemple le plus frappant et récent du trauma footballistique est le Brésil de 2014. Même si les raisons sont aussi à chercher dans un vivier sportif de plus en plus fébrile, la sélection n'a visiblement toujours pas digéré l'épisode terrible de la demi-finale contre l'Allemagne. Tournés en ridicule, les Brésiliens accusent encore maintenant une sorte de traumatisme à l'heure d'aborder les matchs officiels avec le maillot de la Seleção. Certaines conditions de ce match peuvent convenir à ce qui est appelé généralement un événement traumatique, en particulier un sentiment d'impuissance, d'horreur sportive. Il est alors assez fréquent de développer des troubles, selon le guide du site québécois un peu flippant info-trauma.org. « Chez les personnes exposées à un événement traumatique, 9% ont développé un trouble de stress post-traumatique. » Ramené à un groupe de tournoi avec son staff, il faudrait donc compter au moins trois Brésiliens concernés. Les conséquences peuvent alors durer assez longtemps. Dans ce même guide, on apprend que « l’intensité et la durée du trouble de stress post-traumatique est très variable, allant de quelques semaines à plusieurs années. Environ la moitié des personnes s’en remettent spontanément en l’espace d’un an ou deux. » La guérison n'est donc plus forcément trop éloignée, pour les quelques Brésiliens concernés. En restant méfiant. « Un événement déclencheur » peut provoquer une « apparition différée des symptômes » traumatiques. Autant dire que si Deschamps recroise une finale ou le Portugal dans les prochaines années, il lui faudra être costaud mentalement.

« Retrouver un nouvel équilibre »


Surtout, le guide pour post-trauma délivre une sentence importante et partiellement rassurante. Non, le retour en arrière n'est pas possible. « Chaque expérience nous transforme profondément. Revenir "comme avant", effacer le traumatisme, est un souhait universel rarement réalisable. S’il est douteux de revenir comme avant, retrouver un nouvel équilibre, et peut-être découvrir une certaine sagesse, est possible. » L'équipe de France de football va devoir désormais vivre avec cet épisode de la finale manquée au Stade de France. Le défi de Deschamps est cependant tout trouvé. En deux ans, il va pouvoir s'atteler à assagir son équipe et redonner du baume au cœur de ses leaders. Peut-être pour le meilleur, si l'on en croit la réussite de certains grands traumatisés de ces dernières années. D'une certaine manière, le Portugal a montré une bonne façon de faire. En 2004, face à la surprise grecque, la défaite dans l'Estádio da Luz est difficile à encaisser. Mais de suite, la Selecção des Ibères enchaîne les bonnes prestations en compétitions internationales, dont une demi-finale dès la Coupe du monde suivante, pour achever le travail douze ans après. Ce qu'il ne faut pas, c'est nier la réalité. « L’évitement de ce qui rappelle le trauma est considéré comme une façon de contrôler ses symptômes. Toutefois, cette conduite, si elle apparaît aidante au début, empêche les pensées reliées au trauma de s’atténuer graduellement. »


La France a perdu. Il est l'heure de se confier, entre les joueurs, avec le staff, pour tirer un trait sur la défaite et gagner la prochaine fois. De ce point de vue, le plus parlant pour la France est probablement à rechercher chez le voisin allemand. Pour Joachim Löw, 2006 est un point de départ. Pour repartir de plus belle, Löw affirme mordicus son nouveau motto d'un football offensif et s'appuie sur plus de jeunesse encore. 2008 et 2010 marquent l'explosion d'une nouvelle génération de footballeurs allemands qui ne demandaient qu'à avoir leur chance en Nationalmannschaft. Certes, il faut attendre huit ans pour récolter enfin un premier titre et une part de lose continue de caractériser cette nouvelle Mannschaft. Mais c'est bien la leçon des défaites contre l'Italie qui a été retenue, en accentuant la solidité du jeu quand l'enjeu le demande. La finale 2014 n'aurait probablement pas pu se dérouler aussi bien sans cette défaite originelle. Le guide d'info-trauma le rappelle : « Le but n’est pas de devenir un expert de vos troubles, mais de mieux les connaître pour mieux faire face. » Pour les Bleus, c'est une Coupe du monde qu'il faudra aller chercher dans deux ans, en s'appuyant sur cet échec du 10 juillet et ses leçons.



Par Côme Tessier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

En tant que supporter, c'est clairement un traumatisme... Perso j'étais trop jeune en 98 et 2000, le seul référent que j'avais c'était 2006. Et là presque le même scénario, la domination, les occasions très franches (putin ce poteau de Dédé Gignac...putin cette tête de Zizou sauvée par Gigi...), les faits de jeu, un gardien adverse on fire, un but à la con... Vraiment dur de revivre ce scénario en tant que supporter. 10 ans d'attente pour revivre le même supplice post-défaite, et en plus là un Euro à domicile...
Mais je crois (et j'espère) que cette défaite va clairement agir comme une leçon pour les joueurs, qui montent en expérience depuis 2 ans : cette défaite doit présenter pour eux l'ultime pallier vers la consécration !
Classement de la possession de la balle :
1. Allemagne (67,2%)
2. Espagne (65,07%)
3. Angleterre (62,19%)
4. Suisse (58,7%). Et celui des passes réussies par match :

1. Allemagne (595,7 passes réussies/match)
2. Espagne (584,8)
3. Suisse (477,3)

Les deux finalistes sont au sud de nulle part !
Excusez moi, est-ce qu'on pourrait arrêter de parler de cet euro pour que je puisse retourner sur mon site internet préféré s'il vous plait.

C'est déjà assez dur de ne plus allumer la tv ni la radio, il me reste quasiment plus un site internet sur lequel je peux aller (même 9gag ils en parlent !!)
so-lyonnais Niveau : CFA2
2014 on fait un parcours à notre niveau mais on a pas su bousculer les allemands qui étaient globalement meilleurs que nous.

Cette année on bat un gros en match à élimination directe, première fois depuis 2006.

La progression est là, le groupe prend de l'expérience et surtout commence à avoir la soif de victoire et la détermination qui font les grandes équipes. Ça s'est joué à peu face au Portugal mais une finale de grande compétition est toujours un surplus d'expérience malgré la défaite, notamment pour un groupe assez jeune.

Griezmann est devenu le grand joueur qu'on attendait, Pogba même si il a été irrégulier ce tournoi lui servira c'est certain. Coman, Martial, Umtiti ont joué une finale en étant très jeune, peu de joueurs peuvent se targuer d'avoir cette chance à leur âge.

Lloris et Koscielny ont montré qu'il pouvait être deux superbes leaders et ça ça fait du bien, des mecs d'expérience présent au plus haut niveau, on pourra compter sur eux en 2018. Sans oublier que Varane et peut-être Sakho reviendront forcément pour encore plus solidifier tout ça.

Non globalement ce tournoi marque une progression en terme de résultat et de capacité à atteindre le très haut niveau, même si dans le jeu on est pas au niveau des meilleures équipes. Dans la mentalité on est en train de le devenir et ça c'est positif.

Vivement 2018, d'ici là Fekir, Dembélé, Rabiot, Sidibé, Kurzawa et j'en oublie auront certainement leur carte à jouer. On a un bon groupe mais on a encore des très jeunes joueurs à forts potentiels qui poussent derrière et ça peu de sélection peuvent s'en vanter.
Ajouté à cela des joueurs qui ont encore pas mal d'années devant eux comme Lacazette ou Kanté qui de part leur profil doivent jouer dans cette équipe.

Et peut-être le facteur X Benzema qui pourrait jouer dans la meilleure EDF depuis ses débuts et être plus à son aise que jamais. A voir mais le Karim pourrait en surprendre plus d'un.


Deschamps a beaucoup de talent entre les mains, je serai déçu qu'il n'exploite pas au maximum tout ce vivier, notamment afin de développer un football plus maitrisé et offensif. En fait la plus grosse inquiétude vient peut-être de là.
Je penche plus du côté du traumatisme.
Tout simplement parce qu'une finale d'une compèt comme celle là, on n'en joue pas tous les jours... Y accéder est tellement difficile, il faut coupler talent et chance, avoir une équipe au top physique tous les deux ans en fin de saison...
En gros je ne vois pas la France accéder à nouveau à une finale de coupe du monde ou d'Euro durant les 10 prochaines années. C'était cette fois ou rien, tous les voyants étaient au vert : la bonne génération, la compèt à domicile, la condition physique au top, un soupçon de chance... et ils n'ont pas su concrétiser ça au moment le plus important.
Oui, ils peuvent s'en mordre sévèrement les doigts, et nous on peut chialer.
Autre exemple: en 1996 l'edf rate de peu la finale de l'euro, 2 ans plus tard elle est championne du monde.
Pour le Brésil perdre 7-1 en demi de son mondial puis battue pour la place de troisième on comprend que celà ne doit pas aider
Pour l'edf il y a pas mal de joueurs qui arrivent et pas mal de progression possible pour les cadres actuels (je ne parle pas des futurs retraités style Evra) et DD saura les motiver
1 finale perdue, ça peut servir de leçon.

3 finales perdues consécutivement (même 4 d'ailleurs), ça, c'est traumatique.
J'ai du mal à nous revoir dans une finale de si tôt donc c'est vraiment traumatisant, surtout que c'était chez nous... J'ai ce sentiment que c'était le moment ou jamais pour cette équipe, j'espère me tromper. Je trouve ça encore plus douloureux que 2006, on en avait vraiment besoin de cet Euro.

On a un vivier de jeunes joueurs très intéressants, espérons qu'ils explosent en club. Russie 2018 j'y crois absolument pas, se venger au prochain Euro paraît plus probable. Et faites que Griezmann ne perde pas une autre finale de CL entre temps, il nous le faut fort mentalement.
nononoway Niveau : CFA
Message posté par CAMOMILLE
Je penche plus du côté du traumatisme.
Tout simplement parce qu'une finale d'une compèt comme celle là, on n'en joue pas tous les jours... Y accéder est tellement difficile, il faut coupler talent et chance, avoir une équipe au top physique tous les deux ans en fin de saison...
En gros je ne vois pas la France accéder à nouveau à une finale de coupe du monde ou d'Euro durant les 10 prochaines années. C'était cette fois ou rien, tous les voyants étaient au vert : la bonne génération, la compèt à domicile, la condition physique au top, un soupçon de chance... et ils n'ont pas su concrétiser ça au moment le plus important.
Oui, ils peuvent s'en mordre sévèrement les doigts, et nous on peut chialer.


"soupçon de chance"...
On est tous d'accord pour dire qu'il y a de quoi faire pour la suite... Surtout avec cette génération. Pour moi ça se fera clairement sans sagna, evra, benzema, à un degré moindre Diarra et un mec comme gignac. Je parle de niveau de jeu, sauf pour Benzema.

Restera un euro où on perd contre le Portugal et on gagne contre l'allemagne. Même si on a vibré, faut prendre du recul et se dire qu'hormis ces deux matchs, dont l'un était exceptionnel, les autres étaient des formalités à remplir. Tout en respectant ces équipes, si on en vient à douter de battre l'albanie, c'est que c'est problématique aussi. L'autre petit soucis ( je met encore à part le match contre l’Allemagne ), étant de ne pas avoir joué d'équipe avec un ou deux top player avant les démies : genre la pologne avec lewandoski et la troupe, la suède avec ibra, walles avec Bale etc.

Avoir engrangé de la confiance dans le collectif un poil plus tôt nous aurait peut être donné plus de certitudes dans le jeu, et on aurait peut être aussi moins pris de haut un portugal privé de sa star après 15 min de jeu ( la chatte de deschamps incroyable...)

Vraiment hâte de mesurer le groupe contre la suéde, et les pays bas dans un groupe vraiment pas facile. Il faudra aller chercher la première place à mon sens, et j'attends clairement deschamps au tournant. J'ai l'impression que l'auto-critique est quelque chose d'absent chez les entraineurs fr, Laurent Blanc en pôle. J'aimerais tellement avoir un mec intelligent, qui te sort des discours à la Emery, quitte à perdre mais avec panache.

Il ne faut rien jeter, mais il ne faut pas non plus tomber dans le "ah c'était bien, on continue comme ça".
clement6628 Niveau : CFA2
Message posté par so-lyonnais
2014 on fait un parcours à notre niveau mais on a pas su bousculer les allemands qui étaient globalement meilleurs que nous.

Cette année on bat un gros en match à élimination directe, première fois depuis 2006.

La progression est là, le groupe prend de l'expérience et surtout commence à avoir la soif de victoire et la détermination qui font les grandes équipes. Ça s'est joué à peu face au Portugal mais une finale de grande compétition est toujours un surplus d'expérience malgré la défaite, notamment pour un groupe assez jeune.

Griezmann est devenu le grand joueur qu'on attendait, Pogba même si il a été irrégulier ce tournoi lui servira c'est certain. Coman, Martial, Umtiti ont joué une finale en étant très jeune, peu de joueurs peuvent se targuer d'avoir cette chance à leur âge.

Lloris et Koscielny ont montré qu'il pouvait être deux superbes leaders et ça ça fait du bien, des mecs d'expérience présent au plus haut niveau, on pourra compter sur eux en 2018. Sans oublier que Varane et peut-être Sakho reviendront forcément pour encore plus solidifier tout ça.

Non globalement ce tournoi marque une progression en terme de résultat et de capacité à atteindre le très haut niveau, même si dans le jeu on est pas au niveau des meilleures équipes. Dans la mentalité on est en train de le devenir et ça c'est positif.

Vivement 2018, d'ici là Fekir, Dembélé, Rabiot, Sidibé, Kurzawa et j'en oublie auront certainement leur carte à jouer. On a un bon groupe mais on a encore des très jeunes joueurs à forts potentiels qui poussent derrière et ça peu de sélection peuvent s'en vanter.
Ajouté à cela des joueurs qui ont encore pas mal d'années devant eux comme Lacazette ou Kanté qui de part leur profil doivent jouer dans cette équipe.

Et peut-être le facteur X Benzema qui pourrait jouer dans la meilleure EDF depuis ses débuts et être plus à son aise que jamais. A voir mais le Karim pourrait en surprendre plus d'un.


Deschamps a beaucoup de talent entre les mains, je serai déçu qu'il n'exploite pas au maximum tout ce vivier, notamment afin de développer un football plus maitrisé et offensif. En fait la plus grosse inquiétude vient peut-être de là.


Benzema, il aura intérêt à faire des performances de très haut niveau. D'autant plus que le Real aurait finalement décidé de conserver Morata.
De ce qu'on peut lire à droite et à gauche, sa place est loin d'être réservée. L'interview dans Marca est apparemment mal passé.
On verra avec les premiers matchs...

Sinon, oui le potentiel est là. Un des gros enjeux sera de trouver le système idéal permettant de mettre nos meilleurs éléments dans les meilleures dispositions.
Raí Mucho Niveau : DHR
Sujet intéressant. On pourrait même faire la comparaison avec d'autres sports tant la défaite fait partie du jeu.

Pour le foot il y a des exemples et des contre exemples :

L'Argentine après 3 finales consécutives perdues est en train d'imploser. Avec en point d'orgue les départs de Messi et de Tata Martino.

L'Allemagne perd deux fois en finale de coupe du monde en 82 et 86 avant de revenir plus forte en 90.

Peut-être que sans Séville 82 pas de victoire à l'Euro 84?

Sans la défait en 2004 Ronaldo n'aurait peut être pas eu le mental qui le caractérise?

Bref tout dépend de la manière, de la mentalité mais en l’occurrence je pense que ça devrait forger le caractère des Bleus et cette défaite leur donnera un supplément d'âme.
@doubleR non la France n'a pas battu l'Allemagne, c'est Rizzoli qui a battu l'Allemagne. La France n'a pas existé dans ce match.

Tu trouves normal qu'on désigne un arbitre italien alors que l'Allemagne venait à peine de sortir l'Italie, et que ce même arbitre avait déjà arbitré la France en 1/8 contre l'Eire.

Ce qui fait que si on exclut les matches amicaux du 1er tour et la fin de la récréation pour l'Islande, on a été incapables de battre un faible Portugal sur le seul match qui avait un enjeu !



Message posté par WilliW
Excusez moi, est-ce qu'on pourrait arrêter de parler de cet euro pour que je puisse retourner sur mon site internet préféré s'il vous plait.

C'est déjà assez dur de ne plus allumer la tv ni la radio, il me reste quasiment plus un site internet sur lequel je peux aller (même 9gag ils en parlent !!)


9gag srly ?
Honnêtement c'est l'horreur depuis dimanche soir. Je crois que le mieux c'est d'essayer d'oublier tout ce qui s'est passé ce mois-ci et d'arrêter le foot. D'ici 10 ans j'espère avoir réussi à me créer de faux souvenirs : poteau de Gignac et but de raccroc de Griezmann qui traînait derrière. Adieu.
 //  14:05  //  Supporter de Lyon
Espagne en fin de cycle
Brésil toujours au fond
Argentine en crise et sans sélectionneur
Italie peine à sortir une nouvelle génération
Pays-Bas ?

Il n'y a que l'Allemagne qui tient son rang de top nation actuellement et la France a une grosse génération d'avenir. Dans ce contexte il y fort à parier que l'EDF soit l'un des grands favoris pour 2018. C'est le moment ou jamais de profiter de la fébrilité générale des grandes nations pour glaner un nouveau titre.
Message posté par getzo
@doubleR non la France n'a pas battu l'Allemagne, c'est Rizzoli qui a battu l'Allemagne. La France n'a pas existé dans ce match.

Tu trouves normal qu'on désigne un arbitre italien alors que l'Allemagne venait à peine de sortir l'Italie, et que ce même arbitre avait déjà arbitré la France en 1/8 contre l'Eire.

Ce qui fait que si on exclut les matches amicaux du 1er tour et la fin de la récréation pour l'Islande, on a été incapables de battre un faible Portugal sur le seul match qui avait un enjeu !


Qu'est ce qu'il faut pas entendre... C'est Rizzoli qui met une main dans la surface ? C'est lui qui n'arrive pas à en planter un ?
On a pas gagné par deux super beaux buts mais un 2-0 est suffisamment parlant. Il a un peu fait écho à Espagne - Italie où les Espagnols ont manqué d'idées et de gniaque pour aller chercher la victoire. Faut arrêter de mettre les Allemands sur un piédestal comme s'ils étaient complètement imbattables, ce n'est pas le cas.
 //  14:17  //  Supporter de Lyon
Message posté par Padls
Honnêtement c'est l'horreur depuis dimanche soir. Je crois que le mieux c'est d'essayer d'oublier tout ce qui s'est passé ce mois-ci et d'arrêter le foot. D'ici 10 ans j'espère avoir réussi à me créer de faux souvenirs : poteau de Gignac et but de raccroc de Griezmann qui traînait derrière. Adieu.


Faut relativiser. Mets toi à la place d'un supporter croate ou gallois qui n'ont jamais rien gagné et qui pensaient que cette fois ils avaient réellement une chance. En tant que français nous on est gâté, à quasiment chaque grande compet on peut espérer l'emporter et l'allégresse de la victoire on l'a déjà vécu il n'y a pas si longtemps que ça. Imagine ce que ressentent les supp de pays plus petits qui voient la chance d'une vie leur passer sous le nez.
Message posté par getzo
@doubleR non la France n'a pas battu l'Allemagne, c'est Rizzoli qui a battu l'Allemagne. La France n'a pas existé dans ce match.

Tu trouves normal qu'on désigne un arbitre italien alors que l'Allemagne venait à peine de sortir l'Italie, et que ce même arbitre avait déjà arbitré la France en 1/8 contre l'Eire.

Ce qui fait que si on exclut les matches amicaux du 1er tour et la fin de la récréation pour l'Islande, on a été incapables de battre un faible Portugal sur le seul match qui avait un enjeu !


drôle
clement6628 Niveau : CFA2
Message posté par Rouflette
Espagne en fin de cycle
Brésil toujours au fond
Argentine en crise et sans sélectionneur
Italie peine à sortir une nouvelle génération
Pays-Bas ?

Il n'y a que l'Allemagne qui tient son rang de top nation actuellement et la France a une grosse génération d'avenir. Dans ce contexte il y fort à parier que l'EDF soit l'un des grands favoris pour 2018. C'est le moment ou jamais de profiter de la fébrilité générale des grandes nations pour glaner un nouveau titre.


Tu oublies la Belgique ! A l'image de la France, leurs cadres sont jeunes et avec deux ans d'expérience en plus ils pourraient être très forts.
Le Portugal aussi mine de rien avec de nombreux jeunes joueurs, notamment au milieu.
L'Allemagne ? Ouais... Le potentiel, ils l'ont. Mais à l'image de l'Espagne, certains anciens doivent faire la place aux jeunes talentueux.
Je vois d'ailleurs pas mal de similitudes entre la France (voire la Belgique) et l'Allemagne. On risque d'être à notre sommet en 2018 voire 2020, comme l'Allemagne a pu l'être en 2014 après avoir échoué lors des 1/2 et finale dans ses compétitions précédentes.

L'Argentine, c'est clair que c'est le bordel mais après ils ont le talent.
Et n'oublions pas le Chili qui mine de rien a remporté deux fois de suite la Copa America.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
863 45