1. // Groupe G
  2. // Portugal/Corée du Nord

La Deco...nnade

Après l'affaire Nani, c'est le cas Deco qui fait jaser au Portugal. Les propos et le comportement du Luso-Brésilien laissent franchement penser que le Professor Queiroz est bien malmené au sein de sa Selecção. Ambiance avant d'affronter la très droite (ou gauche) Corée du Nord.

Modififié
0 0
Nélson Mandela Bay. 62ème minute de jeu. Le Portugal et la Côte d'Ivoire se neutralisent pour leur entrée dans ce Mondial 2010. Carlos Queiroz décide de remplacer un Deco en dedans par l'ancien Lyonnais Tiago. Vexé, le milieu de terrain de Chelsea file direct aux vestiaires. Pas une accolade, une tape, un regard envers le banc. Rien. A l'issue de ce terne 0-0, le Brésilien de naissance déroule devant les journalistes : « Pourquoi j'ai été remplacé ? Demandez à l'entraîneur. Je me sentais bien. D'abord, il m'a demandé d'ouvrir sur la droite, chose que je n'ai jamais faite dans ma carrière parce que je ne suis pas un ailier. Et ensuite il m'a sorti » . A bientôt 33 ans et le jour de sa 75ème cap avec le Portugal, Deco lâche : « L'important était de gagner et ce n'est pas arrivé. Je ne suis donc pas satisfait » .

Quelques jours seulement après le curieux départ de Nani du groupe portugais, le “Professor” est à nouveau mis à mal par l'un de ses élèves. Et la presse s'en fait largement l'écho. A un tel point que le joueur est invité à s'exprimer via le site de la fédé (FPF) : « Je n'ai jamais voulu remettre en cause Carlos Queiroz » . Il va même jusqu'à revenir sur ses premières déclarations : « La première mi-temps ne s'est pas très bien passée. En seconde période, j'avais plus d'espaces et j'étais convaincu de pouvoir aider l'équipe » . Le Mister, lui, préfère botter en touche lorsqu'on le questionne sur le sujet et préfère plutôt polémiquer sur la protection avec laquelle Dider Drogba a joué contre les Lusitaniens. Mais plutôt que le bras en bois de l'Eléphant, c'est la langue de fer Deco qui intéresse.

« Une ambiance géniale »

Jeudi, l'accusateur se présente de lui-même face aux médias : « Mes déclarations ont été faites après le match et quand j'ai compris l'impact qu'elles ont eu, j'ai fait en sorte de présenter mes excuses au sélectionneur. J'ai aussi parlé au groupe et tout est clarifié. Quand on sent qu'on a porté préjudice, même sans le vouloir, il faut réparer cela » . Un comble pour celui qui avant le Mondial parlait d'une « ambiance géniale » au sein de la Selecção. Deco joue, en plus, ses derniers matches avec le maillot des Quinas. A l'issue de la Coupe du Monde, il devrait retourner au pays –le Brésil– et y finir sa carrière pro. Mieux vaut sortir par la grande porte. Surtout quand on a autant galéré pour être reconnu au sein de la Selecção, avec un “c”.

Quand Luiz Felipe Scolari offre un passeport rouge et vert à Deco, en 2003, la génération dorée fait front... national. Une réunion emmenée par Rui Costa et Figo aurait même été orchestrée afin de mutiner la naturalisation du jeune prodige du FC Porto. Mais Deco répondra avec ses armes. Dès son dépucelage, il marque face... au Brésil. Anderson Luiz de Souza est adopté. “Le patriote”, titre même le quotidien O JOGO. Felipão s'enflamme : « Je pense que l'une de mes plus grosses erreurs, en tant que sélectionneur du Brésil, est de ne pas avoir pris Deco. Maintenant que je suis au Portugal, je suis content de ne pas l'avoir fait » . Au fur et à mesure des rencontres, Deco s'impose comme un indiscutable. A l'Euro 2004, en terres portugaises, il met définitivement Rui Costa –à qui le numéro 10 était attribué– sur la touche. Même Figo reconnaît : « C'est une pièce maitresse de la sélection » . Aujourd'hui, ce même Figo ne donne pas cher de la peau du Portugal au Mondial. Ah, et au fait : curieuse coïncidence, samedi, Deco ne jouera pas contre la Corée du Nord. Un problème de hanche... Une déconnade ?

Par Nicolas Vilas

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0