1. // Tactique de légende – Real Madrid-FC Barcelone – Saison 2004/2005

La danse du Clásico

Zidane, Ronaldo, Eto'o, Raúl, Owen, Ronaldinho. Le soir du 10 avril 2005, le tableau d'affichage du Santiago Bernabéu ressemble à la liste finale des plus grands joueurs des années 2000. Ce soir-là, il y a aussi Raúl, Beckham, Roberto Carlos, Casillas, Iniesta, Puyol. Les Clásicos de cette époque, c'est avant tout une liste d'invités prestigieux, des chevaliers disputant les jeux romains. C'est aussi une confrontation de style entre deux façons de danser. Le jeu instinctif, brut, improvisé des Galactiques contre les consignes élaborées, répétées et hollandaises de Rijkaard. Enfin, c'est un contexte : le dernier Clásico de Figo, et le Real Madrid qui doit remonter face à une équipe qui a plus de football. Le cœur contre la tête. Et cette intensité démente qui n'a peut-être aucun égal dans le football européen.

Modififié
L'espoir, l'adieu et l'offrande. À huit journées de la fin du championnat, le Real est à neuf points du Barça. Pour Madrid, ce match est le fol et seul espoir de sauver la saison. Aussi un adieu, car il s'agit là du dernier Clásico d'une époque : celle de Figo. Parti à l'Inter quelques semaines plus tard, le Portugais restera à jamais le symbole de ces années de rivalité classique. Et enfin, ce Clásico pourrait être perçu comme une offrande unique à l'humanité : un duel de 90 minutes entre deux espèces humaines, mais opposées en tout point. Ronaldinho et Gravesen. Un combat mettant le public dans un état permanent de surprise, devant l'équivalent de ce que provoquerait le spectacle d'une danse entre un lion, un ballon et un rhinocéros.

Quelle influence pour l'entraîneur des Galactiques ?

Cette première génération de Galactiques a été formée par des joueurs à la fois hors-normes sur le terrain et dans le vestiaire, par des capitaines, de futurs grands entraîneurs et peut-être bien des prochains présidents de Fédération. Quand les joueurs s'appellent Zidane, Ronaldo et Roberto Carlos, que peut-on leur enseigner ? Sous l'ère galactique, l'entraîneur est d'abord l'homme qui dirige les entraînements. Évidemment, le coach choisit les joueurs : c'est non négligeable, et l'on peut imaginer qu'avec du travail et du temps, des principes de jeu précis peuvent leur être inculqués. Seulement, en 2004-2005, Vanderlei Luxemburgo est déjà le troisième coach de la saison. Madrid n'a pas le temps. D'où un jeu basé sur les inspirations de ses génies. Un football de cour de récré, joué par l'élite du ballon.

Par ailleurs, le contexte des remontées du Bernabéu est enivrant et la tactique semble toujours secondaire. Le miracle n'arrive pas toujours, mais on y croit à chaque fois. C'est mécanique. La verticalité des deux Fondos, les chants des Ultras Sur, la voix de Placido Domingo chantant Hala Madrid… Sur le terrain, il y a toujours urgence, toujours une occasion dès les premiers instants. En 2009 sous Juande Ramos, le Real y avait cru après le but d'Higuaín (défaite 2-6). En 2012 contre le Bayern, CR7 avait marqué un doublé en quinze minutes (élimination aux tirs au but). Le coach, voire les joueurs, ne semblent rien pouvoir faire contre l'âme du maillot. Là, c'est l'histoire qui joue. C'est le style du Real révélé dans toute sa splendeur, le souvenir des glorieuses remontées européennes de l'ange Juanito. Cette passion impatiente pour la victoire, cet appétit sans limite, mêlant ambition présente et traditions passées.

Un jeu libre, instinctif, improvisé

Ainsi, les Blancs jouent vers l'avant, toujours, très vite, tout le temps. Le schéma annoncé est simpliste : Casillas, quatre défenseurs (Salgado, Pavon, Helguera, Roberto Carlos), Gravesen devant la défense en bouclier, et puis le cinq majeur Beckham, Zidane, Raúl, Ronaldo, Owen. Au départ, on croit à un 4-2-3-1 avec Beckham aux côtés de Gravesen. Mais le onze madrilène s'aligne rapidement sous la forme la plus offensive et risquée possible, avec Gravesen seul au milieu. Guti, ce joueur si irrégulier qui donnait pourtant tant de constance au jeu blanc, est suspendu. Zidane au large à gauche, Beckham au large à droite, et un trio qui permute devant. Un système, ou plutôt un placement, mais peu d'élaboration dans le jeu, pas de « prévision » . Un football imprévu, improvisé et pourtant limpide.

Beckham demande le ballon là où il l'aime, à droite, et envoie ses jolies courbes dans la surface. Raúl et Owen viennent naturellement au point de pénalty. Zidane prolonge ses actions jusqu'à la surface. Dès la 7e minute, celle de Juanito, Ronaldo provoque à droite, centre pour Zizou qui était au départ de l'action. Tête plongeante. Owen et Ronaldo viennent chercher le couloir droit de Giovanni parce que le Hollandais joue très haut. Ronaldo demande le ballon loin de la surface, joue, provoque, efface. Le Real met le feu, et joue étonnamment juste. Chacun a sa place, chacun avec son propre savoir-faire. Les contres sont menés à la vitesse de Roberto Carlos. Sur un nouveau un-contre-un, Ronaldo obtient un coup franc généreux. Le Brésilien reprend Beckham de la tête. Deux buts profitant de grossières erreurs de marquage barcelonais. L'enjeu n'est pas le même pour les deux équipes.

Le Barça de Rijkaard, à la frontière du tiki-taka

Le débat est éternel. Qui, de la Roja d'Aragones ou du Barça de Guardiola, a eu le plus d'influence sur l'épopée du football espagnol des années 2008-2012 ? Peut-on voir les premiers signes du « tiki-taka total » dès le Barça de Rijkaard ? Deco suspendu, le milieu est formé par Xavi à gauche, Iniesta à droite et Marquez derrière. Puyol revient comme d'habitude de blessure et joue aux côtés d'Oleguer. La défense est complétée par Belletti, Van Bronckhorst et Víctor Valdés. Devant, le trio Ronaldinho-Eto'o-Giuly complète le traditionnel 4-3-3. On voit déjà Xavi jouer dans le rôle du métronome, mais la formation blaugrana ne marque pas de pause. Un appel vers l'avant, une brèche, une passe. Trois années plus tard, le premier appel serait utilisé pour faire reculer la défense adverse et conquérir un peu plus le ballon.

Eto'o et Giuly réalisent déjà un pressing déchaîné. Tout comme Thiago Motta avait été élevé aux vidéos de Cocu à la Masia, on peut faire le pari que Pedro connaît par cœur les meilleurs moments de Giuly en blaugrana. Derrière, le rôle de Marquez diffère fortement de celui de Busquets ou même Yaya Touré. Si Xavi redescend toujours pour lancer la manœuvre, il ne s'appuie qu'occasionnellement sur le Mexicain, qui vient plus souvent s'intercaler entre les lignes et apporter le surnombre devant. D'où moins de jeu en retrait, moins de pauses et plus de pertes de balle. Ainsi, lorsque le Barça domine, on voit déjà l'élaboration d'un tiki-taka, notamment autour des mouvements et du jeu court d'Iniesta, Ronaldinho et Xavi. Mais la gestion des temps faibles est encore loin de celle des hommes de Guardiola. Il y a plus de tentatives vers l'avant, plus de ballons vers Eto'o, et moins de contrôle. Les latéraux n'ont pas le temps de s'installer en attaque.

L'absence de Guti, le bal de Gravesen et le pied droit de Ronaldinho

À 2-0, le Real fait rideau et place des contres intelligents. Eto'o s'invente un but à base de pressing et de pointu. 2-1. Ronaldinho fait danser Gravesen, qui refuse ses avances tandis qu'Iniesta pleure ses violences. Alors que l'odeur du match nul envahit le Bernabéu, le Real brille à nouveau par la limpidité de son jeu. Ronaldo, Beckham en une touche de balle, Zidane en un coup d'œil pour Roberto Carlos qui ne perd pas de temps avec Xavi. Raúl est forcément bien placé, comme il l'a toujours été et le sera toujours. 3-1. Après la pause, le Barça se retrouve pris au piège. Zidane et Beckham se resserrent et viennent épauler Gravesen, tandis qu'Owen et Ronaldo écartent le plus possible. Sur une percée axiale d'Iniesta, Madrid intercepte, Beckham lève la tête. But d'Owen. 4-1.

Si Gravesen fait du Makélélé en cette soirée folle, le Real orphelin de Guti se voit incapable de produire du jeu de façon préméditée, sans trop risquer, sans trop souffrir. Chaque touche de balle de Zizou est création, chaque passe de Beckham est intelligente, mais le football semble produit sur place. Alors que le Bernabéu est en train d'imaginer les scénarios ramenant la Liga au Real et que Gravesen tente des roulettes, Ronaldinho vient refroidir la capitale d'un coup franc à la trajectoire animale. 4-2. À la 82e, Figo entre pour Owen et obtient l'ovation qu'il mérite. Valdés réalise son premier arrêt à la 83e minute. Avec neuf arrêts à trois, Casillas l'emporte par KO. Raúl lâche son brassard à Roberto Carlos. Classe. Gravesen donne un ultime coup de corne dans la crinière de Ronnie. Et le Bernabéu est le témoin d'une dernière courbe de Beckham, comme un grand coup de pinceau pour finaliser ce superbe tableau classique.

Par Markus Kaufmann À visiter :

Le site Faute Tactique
Le blog Faute Tactique sur SO FOOT.com
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Note : 2
Très bon article. Comme d'habitude de la part de Markus.
Mais j'ai bien eu peur que cet article ne soit là que pour promouvoir, pour la 2eme fois de la journée, un bouquin de Thibaut Leplat sur les classicos. Après l'article sur Mourinho.
En tout cas c'est lors de ces matchs, depuis le début des années 2000, que j'ai commencé à"supporter" le Real, et je comprends pourquoi quand je revois la composition du Real. Celle du Barca était pas mal. Ronnie me manque avec son grain de génie pour me faire aimer cette équipe.
Nelsondelamare Niveau : District
Tiens je me rappelle moins de ce clasico, que ceux de la double confrontation en 2001-2002, ou de celui de 2005 avec le doublé de Ronaldinho au Bernabeu, du 4-1 du Real en 2008 (avec la haie d'honneur du Barça), du 2-6 au Bernabeu qui venait conclure une année monumentale ou encore de la manita. Merci pour ce rappel!
GougouleBxl Niveau : CFA2
Ouais, et puis y'avait aussi Raul si vous l'aviez pas compris les deux premières fois.
Merengue_Celeste Niveau : DHR
Alors oui ce Real galactico n'a rien gagné etc. Mais faut voir ce genre de match pour se rendre compte que le rêve de Florentino il est pas aussi illusoire que ça. Avec de vrais centraux et un vrai milieu défensif ce Real aurait été une machine ! Le but de Raul un truc de fou l'accélération de Roberto Carlos le placement de Raul l'ouverture de Zizou bref un match de daron que c'était ce Clasico
Le meilleur classico (parti pris certes): saison 1999/2000 quand raul fait taire le camp nou
il y a 3 heures Le championnat d'Arabie saoudite s'ouvre aux étrangers 7 Hier à 22:17 La douceur de Bruma 10
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 12:35 Les U21 anglais s'entraînent avec le Subbuteo 6 Hier à 12:17 Un crowdfunding pour une équipe de National 3 11 Hier à 11:50 Le FC Sochi prend une année sabbatique 16
jeudi 22 juin Le bilan de la saison est en kiosque ! jeudi 22 juin Pamela Anderson et Adil Rami en couple ? 121 jeudi 22 juin Un petit bijou en MLS 4 jeudi 22 juin Trejo de retour au Rayo 19 jeudi 22 juin Oscar suspendu huit matchs 27 jeudi 22 juin Canal + autorisé à se rapprocher de beIN Sports 43 jeudi 22 juin Zlatan vers Los Angeles ? 38 jeudi 22 juin Parme va passer sous pavillon chinois 35 jeudi 22 juin La panenka d'Alessandrini 17 mercredi 21 juin L'accueil bouillant pour Ménez à Antalyaspor 36 mercredi 21 juin F. Hollande fait la promo d'un tournoi de sixte 26 mercredi 21 juin Walter Samuel va devenir entraîneur-adjoint en Suisse 10 mercredi 21 juin La volée monstrueuse de Bruma 27 mercredi 21 juin Un festival pyrotechnique depuis un immeuble en Coupe d'Algérie 22 mercredi 21 juin Paul Le Guen en route pour Bursaspor 28 mercredi 21 juin Boca Juniors champion grâce à San lorenzo 7 mardi 20 juin Un nouveau rebondissement dans l'affaire de la sextape 79 mardi 20 juin Le rap Depay 25 mardi 20 juin Girard déplore l'arrivée des techniciens étrangers 200 mardi 20 juin Dumas bientôt sélectionneur de la Guinée équatoriale ? 11 lundi 19 juin De la bière à vie pour séduire Cristiano Ronaldo ? 48 lundi 19 juin Infantino se félicite de l'arbitrage vidéo 28 lundi 19 juin Premier match de l'histoire sur le Kilimandjaro 13 lundi 19 juin Les rencontres du premier et du deuxième tours de C1 30 lundi 19 juin La Côte d'Ivoire rend un dernier hommage à Cheick Tioté 2 dimanche 18 juin Le retourné savoureux de Lorenzo Pellegrini 23 dimanche 18 juin Les buts de Cédric et Moreno 1 dimanche 18 juin Quand Oscar provoque une échauffourée sur le terrain 32 dimanche 18 juin L'égalisation de Chicharito contre le Portugal 8 dimanche 18 juin Quaresma ouvre le score face au Mexique 2 dimanche 18 juin L'entraîneur de Huesca met un « front » à son joueur 6 dimanche 18 juin Higuaín annonce à tort le départ de Dani Alves 22 dimanche 18 juin Michy Batshuayi en moonwalk à LA 12 dimanche 18 juin Asensio claque trois buts monstrueux en un match 27 samedi 17 juin Un entraîneur viré pour avoir gagné 25-0 55 samedi 17 juin Parme remonte en Serie B 20 samedi 17 juin L'International Board propose de nouvelles règles de jeu 54 samedi 17 juin L'UEFA lance un guide de prononciation des noms des joueurs 27 vendredi 16 juin Carabao Cup : Charlton hérite de... deux adversaires 10 vendredi 16 juin Ronaldinho lance son hand spinner 68 vendredi 16 juin Un joueur recruté par deux clubs différents 7 vendredi 16 juin Trezeguet claque une volée sous la barre 51 vendredi 16 juin Découvrez BRUT SPORT sur Facebook ! 10 vendredi 16 juin Un club de D9 anglaise sauvé par le crowdfunding 4 jeudi 15 juin Un système de play-offs en Ligue 2 23 jeudi 15 juin Vers la fin des matchs rejoués en Cup ? 19 jeudi 15 juin Le but de fou marqué par le Chicago Fire en US Open Cup 5 jeudi 15 juin Cissé pourrait retrouver les terrains 13 jeudi 15 juin Mbappé et Dembélé : jeunes les plus chers selon le CIES 38 jeudi 15 juin Un club chinois annonce son nouvel entraîneur par un poème 18 jeudi 15 juin La campagne de Monaco avec Henry et Mbappé 54 jeudi 15 juin Quand un défenseur argentin joue avec des aiguilles 19 jeudi 15 juin Reynet, l'iguane et Higuaín 20 mercredi 14 juin Torres joue les mannequins pour Van der Wiel 37 mercredi 14 juin La police dubaïote offre un tour de voiture à Benzema 42 mardi 13 juin Le but d'Ousmane Dembélé qui offre la victoire aux Bleus 2 mardi 13 juin Les trois buts de la première mi-temps mardi 13 juin L'entrée frissonnante des joueurs sur le son d'Oasis 16 mardi 13 juin Usain Bolt devient footballeur... dans PES 38 mardi 13 juin Berizzo officiellement présenté à Séville 5 mardi 13 juin Le Brésil ouvre le score après 10 secondes 7 mardi 13 juin Le bijou d'Insigne avec l'Italie 28 mardi 13 juin Derniers jours : 300€ offerts remboursés en CASH pour parier ! mardi 13 juin Un mort dans une bagarre entre supporters à Cali 10 mardi 13 juin Pronostic France Angleterre : jusqu'à 390€ à gagner sur le match amical des Bleus lundi 12 juin La merveille de Bradley contre le Mexique 11 lundi 12 juin Figo plante un coup franc contre la Roma 17 dimanche 11 juin Pep Guardiola soutient le référendum d'indépendance en Catalogne 58 dimanche 11 juin Des matchs de Premier League à 11h30 ? 28 dimanche 11 juin Infantino n'est pas inquiet pour le Mondial au Qatar 11 dimanche 11 juin Drogba réussit ses débuts avec Phoenix 8 samedi 10 juin Capello en Chine 16 samedi 10 juin Roger Schmidt va signer en Chine 1 samedi 10 juin L'explosion de la télé suédoise 26 vendredi 9 juin L'ouverture du score magnifique de Giroud 13 vendredi 9 juin L'agent de Verratti tacle encore le PSG 77 vendredi 9 juin Le coup franc juninhesque de Guerrero 12 vendredi 9 juin Un footballeur ghanéen en prison pour violences conjugales 8 vendredi 9 juin Tu sais que tu es un Mercatix quand... 15 jeudi 8 juin Benevento décroche sa promotion en Serie A 19 jeudi 8 juin Kurzawa à fond pour les Warriors 48 jeudi 8 juin Un fan de Split en colle une à l'ancien président du Dinamo Zagreb 15 jeudi 8 juin Pronostic Suède France : jusqu'à 445€ à gagner sur le match des Bleus jeudi 8 juin La finale de la C1 2019 se jouera à Madrid ou à Bakou 36 jeudi 8 juin L'ES Sétif sacrée championne d'Algérie 10 jeudi 8 juin Marcelo remet son tatouage à jour 13 jeudi 8 juin Mauro Cetto prend sa retraite 16 mercredi 7 juin Un club tchétchène prend le nom du père du président 20 mercredi 7 juin Un fan de Sheffield en phase terminale grimpe l'Everest 13 mercredi 7 juin Un club américain sponsorisé par un site porno 25 mercredi 7 juin Alexis Sánchez en vieillard pour la Coupe des confédérations 6 mercredi 7 juin L'acte héroïque d'un supporter de Millwall au moment des attentats de Londres 44 mercredi 7 juin Voilà pourquoi Ben Arfa s'entraîne à la plage... mercredi 7 juin Vers des play-offs en Ligue 2 ? 55 mercredi 7 juin Beckham va pouvoir construire son stade de MLS 10 mercredi 7 juin SO FOOT #147 - En kiosque vendredi !! mardi 6 juin Bundesliga : Lewandowski meilleur joueur, Dembélé meilleur espoir 19 mardi 6 juin Le président de la Fédé tchèque démissionne depuis sa prison 2 mardi 6 juin Emery et Zubizarreta vont se rencontrer pour l'Euro 2020 11 mardi 6 juin L'OM vire un jeune de son centre de formation 51 mardi 6 juin La nouvelle vidéo de Ben Arfa 42 lundi 5 juin Quand des caravanes font irruption pendant un match à Angers 12 lundi 5 juin Karim Benzema égale Raymon Kopa, mais... lundi 5 juin La situation diplomatique du Qatar inquiète la FIFA 44 lundi 5 juin Qui est Ederson Moraes, le 2e gardien le plus cher du monde ? lundi 5 juin Quand Nike et CR7 font de la pub pour Adidas 31 lundi 5 juin Boca Juniors file vers le titre 7 lundi 5 juin Gérone monte en Liga 16 dimanche 4 juin Finale Serie B : Carpi accroché par Benevento 8 dimanche 4 juin Mondial 2030 : l'UEFA pousse l'Angleterre à se présenter 11 dimanche 4 juin Suivre SO FOOT sur les réseaux sociaux 1 samedi 3 juin Combien le Real Madrid a dépensé pour gagner la Ligue des champions