Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 35 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Ce qu'il faut retenir de la 29e journée

La danse de Leicester, la valse de Newcastle

Un gardien espagnol sauveur de marteaux, un artiste algérien qui promène ses renards, un citoyen londonien modèle et un ancien directeur de la nation sur la sellette. C'était la vingt-neuvième journée de Premier League. Avec des larmes, des cris, des masques arrachés et même une présidente qui se fait la malle. Chouette.

Modififié

L'équipe de la journée : Leicester


C'est un anachronisme. Comme une œuvre tirée du cinéma d'auteur. Au cours des années 50, François Truffaut en avait défini les contours en insistant sur l'importance des choix esthétiques, l'affirmation du style pour dépasser le simple divertissement. La saison écrite actuellement par le Leicester de Ranieri touche au chef-d'œuvre, car elle tutoie la perfection. C'est une histoire d'hommes et de cœur. Il n'y a qu'à regarder le match livré encore samedi, en début de soirée à Watford, par Danny Drinkwater pour en prendre la mesure. L'enfant de Manchester, biberonné à United, est un joueur de combat, de la classe de ceux qui te font gagner un titre en fin de saison par son omniprésence dans la douleur et sa capacité à faire revenir en douceur son pote Ngolo Kanté.


Car ce week-end, les joueurs de Ranieri ont souffert. Beaucoup même par moment, Watford continuant dans la lignée de son excellent match à Manchester perdu la semaine passée. Sauf que le film de l'entraîneur italien est aussi une peinture avec de la tactique et des artistes. Dont la tête d'affiche reste, encore, Riyad Mahrez, dont le superbe but inscrit à Vicarage Road le rapproche encore un peu plus d'une distinction de meilleur joueur de la saison, lui qui n'a encore jamais reçu un titre de joueur du mois. Dans son sillage et son vol devant le mur de supporters des Foxes, le gamin de Sarcelles emmène une troupe de gladiateurs à la poursuite de son rêve. Loin de la bataille de Londres et avec, ce matin, cinq points d'avance sur Tottenham et huit sur Arsenal. Reste cette phrase de Ranieri, pleine de sens : « Beaucoup de personnes m'arrêtent et me disent : "Si nous ne gagnons pas le titre, on veut que Leicester le gagne." »

Le joueur de la journée : Adrián


C'est le point de l'angoisse. Il est blanc, neutre, mais peut écrire des histoires. L'an passé, Adrián avait éliminé Everton de la FA Cup en inscrivant un tir au but décisif. Cette fois, à Goodison Park, le gardien espagnol de West Ham a tout simplement changé le visage d'une rencontre où son équipe était en train de couler. En claquant plusieurs envolées d'abord, puis en sortant un penalty de Lukaku à 0-2, le portier des Hammers a permis aux siens de rester debout avant de renverser la rencontre en douze minutes et de finalement s'imposer (3-2) dans un match capital pour la course à un ticket européen. De quoi surtout permettre à West Ham de conclure une semaine parfaite avec trois victoires en trois matchs et d'ouvrir la porte de la quatrième place. Le tout, dans un final où le groupe de Bilić aura un rôle d'arbitre avec les réceptions d'Arsenal, et Manchester United, et un déplacement à Leicester. Et Payet a une nouvelle fois reçu des bisous de Slaven.

Le but de la journée : Harry Kane


C'est le jour des héros, celui où il faut briller, où l'histoire s'écrit et où la grâce a une place de choix. Samedi, l'Angleterre du foot offrait ce qu'elle avait peut-être de plus excitant en ce moment : un derby, bouillant, entre Tottenham et Arsenal avec, en arrière-plan, un tableau de course au titre. Sans déception, White Hart Lane a accouché du plus beau match de la saison (2-2) avec un Ramsey de retour à son plus haut niveau, Alexis Sánchez buteur pour la première fois depuis octobre, du rouge envoyé au visage de Coquelin, une bataille tactique et aussi un Harry masqué. Un homme qui n'aime rien plus que briller face à son ennemi intime. La trace qu'il a laissée, samedi, restera indélébile par la pureté de sa frappe, son poids et un masque de protection arraché. Le festival de Kane.


La déclaration : Manuel Pellegrini


« Sur les cinq ou six derniers matchs, il y aura progressivement plus de pression en tête, donc nous devons continuer à jouer comme on le fait. L'expérience sera très importante et on devra jouer avec cette pression comme on l'a fait en 2014. On verra vraiment à la fin du mois de mars qui peut être champion. C'est une saison spéciale. »

Manuel Pellegrini n'a aucune limite. Quoi qu'il arrive, l'entraîneur chilien sait qu'il cédera sa place à Pep Guardiola la saison prochaine et que Manchester tournera rapidement la page de son passage malgré ses nombreux succès. Alors l'Ingénieur rêve de partir la tête haute et de faire réfléchir un peu ses dirigeants sur leur gestion humaine. Samedi, ses joueurs ont explosé Villa (4-0) avec notamment un doublé de Sergio Agüero, lavant rapidement leur honneur après la gifle prise à Anfield cette semaine (0-3). De quoi faire jouir Pellegrini et le faire penser doucement à un deuxième titre de champion. Comme toi et cette fille après qui tu cours depuis qu'elle t'a embrassé, un soir, ivre, il y a quelques années. Coquin.

L'analyse définitive : Crystal Palace n'est plus à la mode


L'image est assez terrible. Tout était parfait, Liverpool jouait à dix depuis une dizaine de minutes, Crystal Palace tenait son match et menait 1-0 sans trop être inquiet. Puis, la chute. Celle du gardien des Eagles, Alex McCarthy. Punition : la relance foirée arrive dans les pieds de Roberto Firmino qui n'a plus qu'à se faire plaisir et relancer la rencontre. Au final, Liverpool s'imposera (2-1) sur un penalty de Benteke, et Firmino aura prouvé définitivement qu'il vaut mieux qu'un coup d'un soir. Reste que l'inquiétude est davantage du côté du Palace de Pardew qui pointe, ce matin, à seulement neuf points de Norwich, premier relégable. Il y a une marge, oui, mais Crystal Palace n'a toujours pas gagné en championnat en 2016. Complètement Pardew.

Vous avez raté Newcastle-Bournemouth et vous n'auriez pas dû


Pour constater les dégâts. Car cette fois, la bulle a bien explosé au cœur de St James' Park. Battu samedi par Bournemouth (1-3), Newcastle est aujourd'hui un château de cartes prêt à s'effondrer. Et ce, même si Steve McClaren continue de penser qu'il est « le seul homme capable » de sauver le monument. Selon la presse britannique, la fronde monte pourtant en interne, notamment du côté des joueurs français qui rêvent en secret que la défaite du week-end scelle le sort de McClaren. Face aux méthodes du coach anglais, des séances de récupération privées seraient même organisées depuis plusieurs semaines. La discussion s'est alors ouverte en fin de week-end dans les bureaux de St James' Park et la tête de l'ancien sélectionneur national serait sur le point de tomber. David Moyes pourrait lui succéder.

La polémique autour de la théière : l'affaire Johnson va-t-elle plomber le sauvetage de Sunderland ?


C'est une boule puante. Reconnu coupable d'attouchements sur mineure la semaine passée, Adam Johnson est en train de foutre un bordel monstre au cœur de son ancien club de Sunderland qui lutte actuellement pour sa survie en Premier League. Car l'histoire a également laissé apparaître quelques secrets au cœur même de l'organisation des Black Cats. Face à la presse avant le déplacement de samedi à Southampton (1-1), Sam Allardyce a affirmé que sa présidente, Margaret Byrne, était au courant de l'affaire depuis mai dernier et possédait même une copie des échanges entre le joueur et la victime. Sauf qu'Allardyce n'a jamais été mis au courant par Byrne. Résultat : un fossé semble se dessiner entre la direction et le banc à une heure où chaque détail peut faire imploser Sunderland. Selon les informations du Guardian, Margaret Byrne aurait même quitté l'Angleterre et serait dans sa villa au Portugal, laissant Allardyce répondre à toutes les questions autour du cas Johnson. Drôle de gestion.

La stat inutile :


23 - Buteur décisif à Southampton samedi (1-1), Jermain Defoe est devenu le remplaçant le plus prolifique de l'histoire de la Premier League avec 23 buts inscrits en entrant en jeu au cours de sa carrière. The Substitute.

What else ?


Gylfi Sigurdsson a inscrit six buts lors de ses dix derniers matchs de Premier League. Swansea, de son côté, a battu Norwich (1-0) et confirmé son succès à l'Emirates. Cygnes vs Canaris.

David Silva a porté samedi son total de passes décisives à 55 depuis ses débuts sous le maillot de City en 2010. Soit plus que n'importe quel autre joueur sur cette période. David douillet.

Jusqu'ici, à chaque fois que Bertrand Traoré marquait avec Chelsea, les Blues gagnaient la rencontre 5-1. Fini de rire, le gamin a de nouveau marqué samedi mais, en face, Stoke a tenu le coup (1-1).

Juan Mata a été expulsé pour la première fois de son aventure anglaise sur la pelouse de West Bromwich Albion (0-1). Manchester United, de son côté, n'a remporté qu'un de ses huit derniers déplacements. Cinétose.

WBA a remporté dix rencontres cette saison. Toutes par un but d'écart. Collé-serré avec le ventre mou.

Mirallas expulsé face à West Ham, Everton a porté ce week-end son total de cartons rouges reçus en Premier League à 82. Plus que toutes les autres équipes du championnat. Red dingue.

Steven Taylor n'avait plus marqué contre son camp depuis décembre 2006.

Le North London derby est une machine à jouir. Avec le but de Sánchez, Tottenham-Arsenal est devenu le duel le plus prolifique de l'histoire de la Premier League (137 buts).

Harry Kane a marqué son treizième but en 17 confrontations avec des équipes londoniennes. Citizen Kane.

  • Résultats et classement de Premier League
    Retrouvez toute l'actualité de la Premier League

    Par Maxime Brigand
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    il y a 1 heure Un match de Liga prochainement joué aux States 43
    Hier à 18:15 Quand les écrans de Bristol Rovers diffusent le téléphone rose 12 Hier à 17:45 Mathias Pogba recalé par un club de D3 allemande 28 Hier à 17:00 La finale de la Copa Libertadores en un seul match à partir de 2019 9
    Partenaires
    Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Olive & Tom
    Hier à 16:40 Iniesta plante déjà son deuxième but au Japon 18 Hier à 15:15 Il chambre les fans adverses, mais son but est hors jeu 18 Hier à 14:35 À l'Ajax, on maîtrise l'art de la roulette 5 mardi 14 août La moitié des clubs anglais n'a plus besoin des spectateurs pour engendrer des profits 99