1. // Coupe du monde 2014
  2. // Groupe F
  3. // Argentine/Iran (1-0)

La croix de Messi

Le pire endroit pour être le meilleur joueur du monde, c'est l'Argentine. Comme Diego avant lui, Leo doit se sauver lui-même et gagner le Mondial à lui tout seul pour prouver comme il est grand. Si Messi est un héros, c'est de cette croix qu'il le tient.

Modififié
27 50
Dans son maillot bleu et blanc un peu trop large pour ses épaules d'enfant, il a l'air de flotter. Adidas a bien tenté de tailler le costume le plus ajusté au meilleur du monde en préparant des coutures aux entournures pour qu'il n'ait plus qu'à se glisser dans cette tunique comme un roi dans un manteau d'hermine, ce maillot traîne pourtant toujours derrière lui, les épaules ne sont jamais ajustées et ce short est définitivement trop long. Malgré tous les efforts des modélistes, ils ne réussiront jamais à changer Léo ou plutôt « Lio » , comme ils disent à Rosario. Il aura toujours l'air d'un enfant qui joue au grand. Ce bandeau bleu qui enroule son bras gauche sous des kilomètres de responsabilité n'y fera jamais rien non plus. Vous aurez beau lui accrocher des brassards, des amulettes ou des talismans, vous ne parviendrez jamais à corriger cette physionomie de pré-adolescent. Même s'il est de bonne volonté et tente d'être raisonnable comme tous ces grands qui lui expliquent comment il doit parler, comment il doit se tenir pendant une Coupe du monde, Lio ne sera jamais comme vous. Il aimera toujours conduire la balle le plus vite possible à travers les terrains du monde entier. De Rosario à Barcelone, tous racontent la même histoire. Lio est le seul joueur au monde qui joue exactement de la même façon qu'il ait 7 ou 27 ans. Sa personnalité de gamin est irréductible à l'apprentissage de la société des adultes. Mais Lio n'est pas Peter Pan. En fait, il est adulte depuis longtemps. S'il feint des allures d'enfant, c'est pour nous attendrir un peu sur son sort. Il aimerait qu'on l'aide à porter la croix que les adultes lui ont mis sur le dos.

Il était gros, mais il était beau

Alors oui, balle au pied sur un terrain ensoleillé, il est beaucoup moins beau que l'Autre, el Pelusa. On a beau essayer de les faire coïncider, Lio fait toujours l'enfant. Et dire qu'à cet âge-là, Diego, lui, avait déjà les manières d'un roi. Son maillot rayé collé sur ses chairs ventripotentes, ce numéro qui semblait aussi grand que lui et ses crochets gauches, cette façon de se faufiler dans le moindre espace sans avoir l'air d'avoir jamais touché le ballon, ces gestes-là sont impossibles à oublier quand on vit sur la rive droite du Rio de la Plata. Un dieu nommé Diego vint un jour sortir l'Argentine du terrain vague où elle semblait condamnée à se traîner pour toujours. Depuis 1986, l'Argentine a contracté avec Maradona une dette émotionnelle qui se transmet de génération en génération. « Quand tu regardes une image de Diego, analysait un jour Jorge Valdano qui joua juste à côté de lui en 1986, tu réalises qu'il avait un sens poétique. Tout en lui expirait le football. La pause, la course, sa façon de dissimuler le ballon, la plus simple passe du monde, il te la donnait parfaitement. Sans aucun défaut. C'est la sensation que donne l'art. Il était petit et grassouillet, mais avec un ballon dans les pieds, il était beau. »

1986 pour toujours

Inévitablement, on pardonne tout à Diego, et rien à Lio. Quand, hier, Maradona s'installa en toute impunité dans les tribunes de Belo Horizonte pour voir son Albiceleste en direct (pour la première fois depuis 2010, en Argentine c'est un évènement), les hinchas sautèrent, dansèrent, chantèrent « Maradoooo, Maradoooo... » comme si à force de prières et de rites cabalistiques, ils finiraient par le rajeunir et le renvoyer sur le rectangle vert dont, pour eux, il était encore le centre. Chanter Diego, c'est encore gagner la Coupe du monde 86, c'est faire comme si l'Argentine avait remporté toutes les autres Coupes du monde depuis sa création, comme si à chaque édition il fallait défendre un titre qui pour toujours serait bleu et blanc. Comment voulez-vous donc faire l'adulte quand on vous rappelle à chaque instant que vous êtes chargé avec vos seuls crochets et vos quelques buts de rembourser une dette contractée par vos ancêtres ? Quand on vous dit tous les jours que vous êtes le meilleur, qu'on vous colle un grand numéro 10 dans le dos, qu'on vous donne le brassard et qu'avec une puissante tape sur l'épaule, on vous envoie vous affronter aux fantômes du monde entier avec pour mission à peine cachée d'effacer la dette émotionnelle de 40 millions de vivants (plus celle de tous les morts depuis 1986) contractée avec un seul homme, il y a de quoi avoir envie de hurler en tirant sur son maillot le plus fort possible. Quand on vient de marquer son premier but et de donner la victoire à son pays contre la Bosnie (le 2e but dimanche dernier), il y a de quoi ne plus avoir envie de grandir.

Le chat noir

Hier, Lio Messi marqua un deuxième but en Coupe du monde au milieu d'une équipe qui n'arrivait pas à décoller les pieds de la colle du sol brésilien. Agüero, Higuaín, Gago : c'est à croire que personne ne voulut assumer la responsabilité historique qui leur incombait pourtant à tous. À chaque fois, c'est la même chose. Gagner ce Mondial reviendrait à se hisser à la hauteur de Diego. Or les adultes pressentent ce qu'il se passera le jour où Messi soulèvera une Coupe du monde avec le maillot argentin. La dette sera enfin remboursée et les gens pourront enfin commencer à oublier le grand Diego, à lui en vouloir même. L'héritier deviendrait le nouveau sauveur et l'ancien héros le nouveau martyr. Alors bien sûr, Sabella, l'homme le plus sage d'Argentine, est prêt à tout accepter pour protéger un peu son enfant-capitaine de ce terrible renversement des valeurs. Lio réclame publiquement un changement de système (du 5-3-2 de la Bosnie, vers un 4-3-3 contre l'Iran) ? Il s'exécute bien docilement comme on cède au caprice d'un dauphin destiné à régner bientôt. Hier soir contre l'Iran, l'Argentine n'y arrivait pas malgré ce changement. Alors à la 87e, Diego se leva, accompagna sa fille Giannina (par ailleurs aussi ex-femme d'Agüero et mère de son fils Benjamin) et quitta le stade. Trois minutes plus tard on entendit : « Goooooooooooooooooooooolllll de Messiiiiii » . Lio venait d'attraper un lucarne du pied gauche à quelques secondes de la fin et de libérer un stade. 1-0, l'Argentine était en huitièmes de finale. L'éternel président de la Fédération Julio Grondona se chargea alors de planter les premiers coups de couteau : « Se fue el mufa y ganamos, la puta que lo pario ! » (le chat noir est parti et on a gagné, fils de pute !). Sur un plateau de télévision vénézuélien, Dieu répondit d'un doigt. Et Messi d'un signe de croix.

Par Thibaud Leplat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Quand tu vois un billet d'humeur : premier réflexe, tu regardes son auteur. Leplat? ok installe toi, détends toi tu sais que tu vas vibrer.
MindTheGap Niveau : CFA
Messi est déterminant dans le sens où c'est lui qui "sauve" son équipe dans les deux matchs contre les terribles Bosniens et Iraniens. (Romero n'est pas non plus étranger à ça).

Le truc c'est que pour voir du Messi, désormais il faut mettre le match à partir de la 75ème. Avant on se tape un mec qui croque et qui rate. En fait y'a du Di María pendant 75 minutes, marrant mais pas de but, et du Messi, du génie quoi, pendant quelques minutes mais but. Un peu comme ce qu'il a vécu cette année au Barça quoi.
N'hésitez pas a visiter mon tout nouveau blog!
http://hadrienfoot.canalblog.com/
Superbe article. Rien d'autre à dire.
La coupe du monde t'inspire Thibaud
Encore un bel article de Thibaud Leplat!

C'est dur quand même de dire que Maradona a sorti l'Argentine du terrain vague. Bien avant Maradona, il y eut des footballeurs argentins de génie. Et l'Argentine remporte sa première coupe du monde sans Maradona.

Messi pourra-t-il succéder à Maradona?

En 2010, Messi ne marquait pas mais l'équipe ne tournait pas si mal (jusqu'au match catastrophique face à l'Allemagne). Cette année, l'équipe joue très médiocrement et Messi marque quasiment les seuls rares buts. Et quels buts!

Est-il imaginable que l'Argentine remporte le trophée en jouant mal et en comptant sur les buts miraculeux de Messi?
superslash Niveau : CFA2
Ipman5, au lieu de faire de la pub déplacée (c'est pas l'endroit ici), met le à jour ton blog ...
Epictète Niveau : CFA
Il abuse Valdano. Petit, Maradona l'était, mais grassouillet... A la fin de sa carrière ou au retour des vacances, à la limite, sinon je vois surtout une boule de muscle, explosive, nerveuse, compacte.
Ce nom est une bénédiction pour les journalistes. Super article au passage.
Jamais vu telle platitude!
Merci pour cette article, un régal, et plein de vérité.
La pression est trop grande sur ses épaules. J'ai l'impression que si l'Argentine ne va pas jusqu'au bout ce sera l'echec de Messi alors que le mec ne demande rien d'autre qu'à jouer au football. Tous ses journalistes,observateurs qui depuis un moment, nous bassine avec le "si Messi gagne le mondial il sera au meme niveau que maradona", sans oublier sa concurrence éternelle avec Ronaldo contribuent à accentuer cette pression.

En voyant cette équipe jouer je me dis que c'est perdu d'avance tellement elle est médiocre. Mais en même temps j'attends toujours de la voir face à une équipe plus joueuse. J'ose espérer pour Messi que ses coéquipiers vont élever le niveau. Je suis convaincu qu'elle peut faire très mal si elle trouve un véritable équilibre.
Messi, l'anti-Diego.

Messi a tout gagné avec le Barça, Diego (presque) rien.

Messi n'a connu que le Barça, Diego a connu 5 ou 6 clubs.

Messi n'a pas gagné la Coupe du Monde, Diego a gagné la Coupe du Monde.

Messi a gagné la Champions Ligue, Diego non.

Messi a eu 4 Ballons d'Or, Diego aucun.

Messi n'a pas gagné la C3, Diego si.

Les 2 asymptotes finiront-elles par se croiser ?
Il Ragno Nero Niveau : CFA2
Article affligeant de vacuité. La poésie est un art, contrairement au football, les "porteurs d'eau" n'y ont pas leur place.

La seule partie "utile" de l'article, c'est quand il est dit que Sabella obéit à Messi pour composer son équipe.

A partir de là, difficile de plaindre Messi quand il réclame à porter la croix pour nous proposer un spectacle aussi indigent.

Pourtant l'Argentine peut bien jouer avec Messi, on l'a vu en 2006 quand il n'avait ni les clés de la sélection, ni le regard des caméras braqués sur lui seul. Aujourd'hui, on croirait voir Cristiano Ronaldo dans ses pires moments monomaniaques.

Quand on compare aux autres champions Sud-Américains, Suarez, Sanchez, James et même Neymar, qui contribuent à faire jouer leur équipe, c'est quand même d'une tristesse folle de voir Messi couler le jeu argentin ainsi...
El Puerro Niveau : CFA2
Hier en lisant l'intéressante et amusante retrospective des différents gardiens argentins vus au mondial, j'ai revu des images d'El Pibe De Oro en 94 face au Nigeria. Le regard altier au coup d'envoi, la passe en profondeur d'un air désinvolte pour le but de Caniggia un peu plus tard. Limite si pour sa dernière il n'avait pas le doigt dans le nez façon Joachim Löw. On sait bien que non, en atteste ce célèbre plan de sa grinta face caméra après un but. Face à la Grèce, je crois .

On pourrait en citer plein des comme ça. A Mexico en 86 bien sûr mais aussi à Naples etc. etc. etc. Même dans sa retraite il apporte de la matière. Enfin on connait tout ça. So Foot a même produit un bon doc sur le sujet.

Pour Messi, il n'y a de rien de comparable. Juste des éclairs sur le terrain. Pour sûr fantastiques mais bien trop fugaces. Et question personnalité... ben je crois que je préfère Dustin Hoffman dans Rain Man.

Rien à foutre de Messi. Dans dix ans il sera évoqué et dans vingt ans, oublié. A l'exception peut être des collectionneurs de jaquettes des jeux FIFA.

Le costume est-il trop grand ? Possible mais c'est pas le seul problème.

Enfin tout ça pour dire que l'autre article était bon.
Alors autant tu critiques l'article autant ton raisonnement est pauvre. Messi ne coule pas l'équipe. Si tu te bases sur le fait qu'il ai demandé un changement de système pour dire que si la celeste joue mal c'est à cause de ça tu te trompes. Contre l'Iran ils ont joués avec leur schéma type. Lors du premier match ils ont évolués en 4-5-2 et le spectacle n'était pas au RDV c'est pas Messi qui avait imposé ça à ce que je sache. Il n'est pas responsable du jeu médiocre produit par l'Argentine. Il n'est pas responsable des controles ratés D'Higuain, de la maladresse de Garay sur la tete, ou des airements de la défense. Par contre ce dont il est responsable c'est de sortir l'équipe de la merde quand le collectif ne repond pas à l'appelle et il l'a bien fait jusqu'ici. C'est quand meme incroyable de cracher sur un mec qui délivre son équipe par 2 fois alors que ses coéquipiers ont été nuls. Vous en demandez trop à Messi. ça aurait été un autre on crierait à l'exploit. Non comme c'est Messi on lui en demande trop. On le tient meme responsable des contre performances de ses coéquipiers. Triste observation.
@El puerro pas d'accord! On retient un joueur à cause de ses exploits avant tout! Qui t'a dit que dans 20 ans il sera oublié? Tu es médium? Il n'est pas obligé d'etre extravagant, de feter ses buts comme un fou. Il a sa personnalité Maradona avait la sienne. On retient quoi de Pelé? ses coupes de cheveux? Ses célébrations? On retient quoi de Ronaldo Da Lima? Sa coupe de bouddha en 2002? Non on retient leurs exploits. Je refuse ce discours ou on veut forcément que les stars d'aujourd'hui soient comme celles d'autrefois. Maradona c'est Maradona. Messi c'est Messi. Pourquoi doit-il faire le show? Demande à un jeune dans 20 ans s'il aura oublié Messi pour voir.
Clemuntinho Niveau : CFA
Ouais enfin bon, il pourrait être Gallois, Iranien, Néo-Zélandais... L'Argentine, c'est pas non plus le bout du monde comme équipe.
El Puerro Niveau : CFA2
@BATIGOAL98

Le football est un sport collectif. Et les joueurs légendaires sont pour moi ceux qui arrivent à incarner ce jeu dans sa totalité et non dans un seul registre. Fut-il spectaculaire. Ensuite mon indicateur est la CDM, compétition suprême. Messi n'inscrira pas son nom à côté de Maradona, Pelé, Platini, Zidane & co. Tout juste tentera-t-il un record de buts à la Klose ou à la Ronaldo à condition que son équipe dure dans la competition. Ce qui ne sera pas le cas. cf. le premier point. CQFD.

Et relis mon post stp, je ne dis pas que Messi plombe l'équipe. Je dis que Maradona avait un sens collectif bien plus grand. Mais pour l'équipe actuelle, ce problème concerne tous les joueurs et surtout leur coach (et c'était un 5-3-2 au premier match). Les joueurs que j'ai mentionné avaient leur équipe, Messi n'a que Messi.

Ensuite chacun fait son show à sa manière. Mais Maradona en avait plusieurs. Grosse différence.
Un moment il faudrait arrêter le délire complet. Je lis "Messi coule le jeu de l'Argentine". Non mais t'as fumé quoi sérieux? Je veux bien que la présence de Messi fait que les autres le cherchent en priorité et que ça puisse un peu altérer leur spontanéité. Mais hier, le face à face raté d'Higuain, c'est pas Messi qui le foire. Le contrôle trop long de Di Maria dans la surface non plus. Et la conduite de balle ignoble de Higuain sur une contre-attaque en 1e non plus. Hier, il y a eu bcp d'approximations techniques de la part des Higuain, Di Maria, Zabaleta (le pire), et d'autres. Point barre. Ce n'est pas Messi qui coule l'ARG. Concernant sa performance individuelle, autant au 1er match il avait été proche du néant (hormis le but), autant là, je l'ai trouvé très intéressant, en créant le danger à de nombreuses reprises et en réussissant bcp de choses.
@El puerro ça devient interessant ce débat. Donc selon toi Messi n'inscrira "jamais" son nom aux cotés des plus grands? (déjà je ne sais pas d'ou tu tiens une telle certitude). Ensuite comme la coupe du monde est la compétition suprême (oui je te le concède) il n'entrera jamais dans la légende si jamais il ne la gagne pas?

Pour finir j'aimerais que tu m'expliques comment tu peux comparer Messi à des gens (Zidane, Pelé, Maradona and co) qui ont déposé le bilan. C'est un peu prématuré je trouve. Zidane par exemple jusqu'en 2006 et son mondial de folie était un très grand joueur mais sa performance lors du mondial Allemand l'a encore un peu plus encré dans la mémoire collective. Messi n'a que 27 ans, le mondial n'est pas encore terminé et on tire déjà des conclusions hatives? J'ai l'impression que pour la plupart d'entre vous, vous souhaitez qu'il échoue et serez les premiers à lui cracher sur la gueule si l'argentine se plante pour ne pas le voir soulever ce trophée et devenir comme vous le définissez vous meme LE MEILLEUR DE TOUS. J'attends que tu m'expliques.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
27 50