Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // 8es
  3. // Croatie-Portugal (0-1)

La Croatie s'est sabordée

On les attendait parmi les favoris de l'Euro, en raison de leurs prestations du premier tour. Mais les Croates vont rentrer à la maison dès les huitièmes de finale après s'être cassé les dents sur le Portugal. Cruel mais assez logique pour une équipe qui n'a pas su se mettre à la hauteur de l'événement.

Modififié
Après un premier tour de haut vol et une victoire de prestige contre l'Espagne, la Croatie avait clairement changé de statut au moment de défier le Portugal, qualifié poussif du groupe F. Mais l'étiquette de favori n'a visiblement pas facilité la tâche de joueurs croates quelque peu inhibés à Bollaert. Certes, ils ont rapidement mis le pied sur le ballon et occupé le camp lusitanien. Ça, Ante Čačić s'y attendait, il s'attendait à ce que « le Portugal joue en contre-attaques » et fasse preuve de pragmatisme. Mais son onze, aussi talentueux soit-il, malgré les inspirations de Perišić, n'a que trop rarement inquiété Rui Patrício en 120 minutes.


Aucun tir cadré, même s'il y a eu un poteau en fin de prolongation, cela révèle les lacunes d'une animation offensive défaillante. La charnière Pepe-Fonte a été solide, les latéraux Guerreiro et Cédric ont fait le boulot. Mais surtout, les attaquants à damier n'ont que trop rarement joué en première intention, en prises de risques, et quand l'un d'eux l'a fait, comme Perišić en fin de première période, un autre venait gâcher l'offrande, en l'occurrence sur cette action de Strinić qui centre sur José Fonte. Il a fallu attendre la prolongation pour que la partie s'enflamme, ce qui a laissé pendant 110 minutes la Croatie s'enfermer dans un jeu qui convient à ses adversaires du soir, plus expérimentés et habitués aux atmosphères irrespirables des matchs à élimination directe.

Čačić dans le déni d'échec


On aurait pu imaginer Ante Čačić faire son mea culpa et admettre face à la presse que ses hommes n'avaient pas su se mettre à la hauteur de l'événement et des attentes.
« Le football est malhonnête, ce n'est pas la meilleure équipe qui gagne, c'était le cas ce soir. » Ante Čačić
Il a préféré prétendre que « tout a été parfait à part le fait que nous ne sommes pas parvenus à marquer » . Contenu, derrière ses lunettes, il a maintenu sa thèse quelle que soit la nature des questions sur un éventuel problème de pression ou un simple manque d'efficacité offensive. « On avait le ballon, on contrôlait le match. » Pour lui, le but de Quaresma a été la seule occasion lusitanienne. D'où la conclusion que parfois « le football est malhonnête, ce n'est pas la meilleure équipe qui gagne, c'était le cas ce soir » . Deux fois, il l'a affirmé sans ciller.


« Ils ont été plus solides. Ils ont eu une seule occasion et ils sont parvenus à la mettre au fond. » Ante Čačić
Le mérite du vainqueur ? « Ils ont été plus solides. Ils ont eu une seule occasion et ils sont parvenus à la mettre au fond. » Leçon de réalisme donc, vu que ses joueurs ont eu plus d'occasions. La Croatie s'est-elle vue trop belle, trop tôt ? Ante Čačić s'était clairement déjà projeté vers la suite. « Le tirage au sort était parfait pour nous, on savait que si on passait le Portugal, on affrontait la Pologne.  » Ce sont finalement Cristiano Ronaldo et ses collègues qui ont un prétendu boulevard jusqu'aux demi-finales. À moins que la Pologne, solide jusqu'ici, ne fasse de la résistance. Pour le sélectionneur croate en revanche, il est déjà temps de se projeter vers la Coupe du monde 2018 en tirant « les meilleurs enseignements de ce tournoi » . Luka Modrić aura 32 ans, Ivan Rakitić 30, Darijo Srna 36... Autant dire que ce sera peut-être la dernière chance de cette génération dorée de briller.

Par Nicolas Jucha, à Lens
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 1 heure 470€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde 2018
Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Podcast Football Recall
Podcast Football Recall Épisode 31: La France fait le boulot, le naufrage argentin et les votes WTF suisses jeudi 21 juin Pourquoi c’est largement mieux de regarder un match AuBureau plutôt qu’au bureau ? 1