Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

La crise d'amour du Bayern

Le Bayern a perdu à Hoffenheim dès la 3e journée de championnat. Lewandowski a râlé. Tout le monde l'a suivi. Mais la crise n'a pas duré. En deux victoires convaincantes (3-0 contre Anderlecht en LdC et 4-0 contre Mayence en Buli), tout est rentré doucement dans l'ordre. Et l'ordre, en Bavière, c'est important.

Modififié
« Il suffira d'une étincelle, d'un rien, d'un geste » , disent les grands de ce monde, ou du moins Johnny Hallyday. Cela s'est vérifié à Munich où, pendant une semaine, tout le monde a allumé tout feu, tout flamme, dans tous les sens, pour le moindre geste ou la moindre parole en l'air entraînant une nouvelle parole en l'air. La flammèche rappelle avec vigueur que le Bayern est frustré par ces dernières années et se demande bien où il va, à force d'être à la fois trop fort en Allemagne et pas assez ambitieux en Europe. Drôle de paradoxe d'un club qui désamorce les crises aussi vite qu'elles arrivent. Une fois de plus, le feu n'a pas duré. Le Bayern s'est rétabli comme si rien ne s'était passé... Sans en tirer les conclusions ?

Timing de crise


Le timing était parfait pour commettre un crime. Dans les médias, Lewandowski envoie un scud à l'ensemble du club en critiquant la stratégie sur le marché des transferts : « Le Bayern doit se développer et être plus créatif s'il veut attirer à Munich des joueurs de classe mondiale. » Les quarante millions dépensés par le FBC cet été lui paraissent ridicules. Et par la force des choses, le résultat sur le terrain lui donne raison : face à Hoffenheim, le Bayern s'incline 2-0 et ce n'est que la troisième journée de Bundesliga. Avec ses cinq titres consécutifs, un tel scénario n'était plus arrivé depuis longtemps au FCB. Face à Anderlecht, les Bavarois ont eu bien du mal à s'imposer. Certes, le score est finalement flatteur, mais la manière laisse à désirer dans une compétition qui est pourtant la priorité totale du club cette année. Le manque de progrès d'une équipe qui ronronne plus qu'un chat dans une publicité fâche tout le monde, dans les gradins comme sur le terrain.

L'œil du cyclone


Forcément, les plateaux télévisés et les journaux en ont profité pour se lancer à corps perdu dans les analyses définitives, en convoquant les noms propices aux bons mots, Breitner et Rummenigge en tête. Et si Carlo partait à la fin de la saison ? Et si Lewandowski avait déjà choisi le Real ? Et si le Bayern était en crise, tout simplement ? Chacun a son avis sur ces questions, chacun y va de son commentaire et ne peut s'en empêcher. Même Jérôme Boateng, si mesuré par habitude, s'admet « compréhensif » à propos de la réaction de Ribéry, mécontent d'être remplacé en Ligue des champions. À l'échelle du Bayern des cinq dernières années, ce sont des signes d'une révolte larvée qui laissent craindre des atermoiements sur le terrain. Et pourtant... le feu est vite éteint, entre belles performances collectives et réunion avec les joueurs pour rappeler « les règles » , dixit Carlo en conférence de presse. Habituellement coriace à l'Allianz Arena, Mayence prend une leçon de football. Toute la semaine écoulée est oubliée. Thomas Müller peut calmer le jeu en interview d'après-match, parlant « plaisir » , « succès » et « quiétude » , avec l'espoir de ne pas retomber dans les travers rapidement : « Si cela ne se passe pas très bien (contre Schalke ce mardi, puis Wolfsbourg ce vendredi, ndlr), alors on entendra encore de nouvelles questions. » Des questions pourtant pas si anodines et inintéressantes à poser, preuve en sont la réaction et le succès contre Mayence. Depuis le temps, tout le monde devrait le savoir : après l'étincelle viennent les mots d'amour.




Par Côme Tessier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:23 Rocco Siffredi prend la défense de Ronaldo 159 Hier à 12:37 Wenger est prêt à retrouver du boulot « à partir du 1er janvier 2019 » 36
Partenaires
Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
À lire ensuite
Paulinho, au charbon