Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. // C1 Féminines
  2. // Finale
  3. // Lyon-Paris SG (0-0, 7-6 aux tab)

La crème du foot féminin, vraiment ?

Au terme d’une finale assez terne, l’OL garde sa couronne européenne face à des Parisiennes pourtant bien regroupées défensivement. Attendue de pied ferme, cette finale aura déçu tout le monde. Clairement pas la meilleure publicité possible pour le foot féminin.

Modififié
Cela devait être l’avènement du football féminin français. Pour la première fois de l’histoire, deux écuries hexagonales se retrouvaient en finale de la Ligue des champions, jeudi soir à Cardiff. Une grande première somme toute assez logique au vu de la récente émergence du foot féminin français qui place constamment un représentant en finale de la plus prestigieuse des compétitions européennes depuis 2010 (à l’exception de 2014). Une rencontre au sommet entre le Paris Saint-Germain, finaliste malheureux de l’édition 2015, et l’Olympique lyonnais, désormais quadruple vainqueur de cette C1, diffusée en prime time sur France 2, du jamais-vu. Qu’elle semble lointaine, l’époque où les footballeuses évoluaient sous les caméras discrètes de D8 et de la TNT ; l’époque où les internationales françaises s’étaient mises à nu pour attirer les médias et le grand public dans une campagne promotionnelle intitulée : « Faut-il en arriver là pour que vous veniez nous voir jouer ? » Huit ans après, le football féminin est enfin reconnu à sa juste valeur dans les médias français, et plus personne ne s’étonne aujourd’hui de voir Eugénie Le Sommer, Marie-Laure Delie, Wendie Renard et Shirley Cruz occuper la Une du quotidien L’Équipe. Les téléspectateurs sont de plus en plus nombreux derrière le poste à chaque sortie des joueuses de Patrice Lair ou Gérard Prêcheur. Sauf qu’à deux ans de la Coupe du monde 2019 qui se déroulera dans l’Hexagone, cette première finale franco-française n’aura sûrement pas été la meilleure publicité pour le développement du football féminin dans le pays.

L’enjeu tue le jeu


Lyonnaises et Parisiennes s’affrontaient à Cardiff pour la troisième fois en moins d’un mois après leurs face-à-face en championnat (3-0 pour Lyon), puis en finale de la Coupe de France à Vannes (victoire de l’OL aux tirs au but) le 19 mai dernier. Les joueuses connaissaient donc leurs adversaires par cœur. Idem pour les deux entraîneurs qui se sont neutralisés pendant 120 longues minutes sans grand spectacle. Ce troisième acte entre les deux formations en terres galloises, attendu de pied ferme par les observateurs, est donc loin d’avoir tenu toutes ses promesses. L’enjeu a certainement tué le jeu, comme le veut l’adage propre aux finales de grandes compétitions, jamais réputées pour être les matchs les plus spectaculaires de l’histoire. Opposées à leurs rivales et donc assez nerveuses sur le terrain, les vingt-deux actrices ont parfois donné l’impression de jouer non pas pour gagner cette finale, mais plutôt pour ne la perdre. Les attaquantes ont manqué de réalisme à l'image d'Ada Hegerberg côté lyonnais, ou Marie-Laure Delie côté parisien. Si les duels ont été nombreux et féroces sur le pré, les joueuses de Lair et Prêcheur ont trop souvent pêché dans la dernière passe, le dernier geste, pour rendre cette finale plus palpitante. Pour ne pas dire vivante.

Alex en rit, Alex s'en va


La présence d’Alex Morgan sur le terrain, star internationale et véritable attraction de cette partie, ressemble elle aussi à un rendez-vous manqué. L’attaquante américaine, pourtant annoncée forfait pour ce match il y a quelques semaines, figurait dans le onze de départ des Fenottes. Mercredi en conférence de presse, son entraîneur Gérard Prêcheur affirmait que sa joueuse était pleinement apte pour ce grand rendez-vous, mais la star lyonnaise a dû quitter ses coéquipières dès la vingt-deuxième minute de jeu, visiblement pas suffisamment remise de sa douleur aux ischio-jambiers. Morgan, qui éprouverait le mal du pays selon certaines sources, devrait probablement retourner à Orlando auprès de son mari et de ses proches la saison prochaine, malgré les efforts de son président pour la faire rester entre Rhône et Saône. Ce qui, au fond, n'a pas grande importance après cette finale. Le foot féminin français a beau gagner des titres, accumuler les stars et nous avoir présenté Laure Boulleau, il a besoin de grands matchs pour faire chavirer les cœurs. Et s'offrir de nouveaux VRP.




Par Maxime Feuillet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:04 Euro Millions : 130 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:30 La LFP doit verser 2000 euros à Luzenac 17 Hier à 15:20 Virtus Entella bientôt réintégré en Serie B ? 7 Hier à 14:50 Un groupe lance une chanson géniale pour Bielsa 19 Hier à 13:47 Un club de 3e division espagnole ne veut plus que Vinicius Jr joue 46
Partenaires
Tsugi Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall