En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // Règlement

La course aux meilleurs troisièmes

L'Albanie est contente, mais pas complètement. Elle ne sait pas ce que vaut pour l'instant sa place de troisième. En attendant, on se fait quelques calculs d'épicier.

Modififié
Vendredi 26 septembre 2008, le comité exécutif de l'UEFA officialisait à l'unanimité le passage de l'Euro de 16 à 24 sélections nationales à partir de l’édition 2016. Une idée survenue lors de la campagne du candidat Platini à la présidence de l’instance européenne. « En 2007, juste avant que je devienne président de l’UEFA, deux personnes sont montées à la tribune pour demander que l’on passe de 16 à 24 équipes, un Irlandais et un Écossais, déclarait Michel Platini. C’est vrai qu’il n’y avait aucune équipe britannique en 2008. Ce n’est pas moi qui ai pris la décision, ce sont les 53 associations nationales, qui ne sont pas bêtes et qui ont compris que ce serait plus facile de se qualifier. » Ce jour-là, Platoche aurait même pu ajouter qu’il serait plus facile de se qualifier lors de la phase de poules.

20 sélections encore concernées


C'est le sélectionneur de l'Irlande du Nord, Michael O'Neill, qui le déclarait avant la compétition : « Seulement huit équipes sont éliminées au premier tour, on va essayer de ne pas en faire partie. » Qui dit 16 qualifiés sur 24 équipes réparties en six poules dit quatre tickets pour les meilleurs troisièmes. À l’heure d’entamer la série des derniers matchs de poule, pas moins de 18 sélections sont encore susceptibles d’empocher les quatre sésames de meilleur troisième : l’Albanie, l’Angleterre, la Slovaquie, le pays de Galles, la Russie, l’Allemagne, la Pologne, l’Irlande du Nord, la Croatie, la Tchéquie, la Turquie, la Belgique, l'Irlande, la Suède, la Hongrie, le Portugal, l'Islande et l'Autriche. Comment départager les équipes à égalité ? Dans le même groupe, les sélections sont départagées sur leur(s) confrontation(s) directes, puis à la différence de buts générale, suivi du fair-play et de la position au classement UEFA.


Voilà pourquoi, en cas d’égalité de points entre le pays de Galles et la Slovaquie dans le groupe B, le premier terminera nécessairement devant le second, en vertu de sa victoire (2-1) lors de la première journée. De même, si l’Ukraine l’emporte 18-0 contre la Pologne, elle ne pourra de toute façon pas rattraper l'Irlande du Nord, qui l’a battue jeudi à Lyon (0-2). Même système, sans les confrontations directes, pour les équipes à égalité qui ne sont pas dans la même poule.

Les groupes E et F avantagés


Comment répartir ensuite les quatre meilleurs troisièmes lors des huitièmes de finale ? Il faut se tourner vers l’article 17 du règlement du Championnat d’Europe pour percer le mystère (voir ci-dessus). Les Bleus, premiers de la poule A, affronteront un meilleur troisième tiré du groupe C, D ou E. Un système qui empêche deux équipes issues du même groupe de se croiser en huitièmes de finale (et ainsi au passage un match retour Angleterre - Russie en tribunes). En théorie, il est encore possible de se qualifier en tant que meilleur troisième en comptant seulement deux points lors des trois matchs de poule. Dans les faits, le ticket pour les huitièmes se jouera plutôt à trois ou quatre points..



La Slovaquie doit-elle attaquer à tout-va face aux Anglais ? L’Irlande du Nord doit-elle se contenter du match nul face à l’Allemagne ? Autant de questions qui restent pour l’instant sans réponse. Au contraire, mercredi soir, les équipes du groupe F (18h) et a fortiori du groupe E (21h), connaîtront exactement les enjeux de la qualification. La Belgique saura si une défaite face à la Suède la qualifierait tout de même au tour suivant, et surtout elle aura le luxe de choisir son tableau (voir ci-dessous) - en fonction aussi de l'autre résultat du groupe. De même, le Portugal saura s'il doit absolument l'emporter contre la Hongrie ou bien s'il pourrait se satisfaire d'un match nul à buts. Au bon souvenir d'un certain Danemark - Suède, à Porto ?



Par Florian Lefèvre
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 3
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 33 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 81
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40
À lire ensuite
Les clés de France-Suisse