En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Bilan

La course à l'Europe s'accélère, Marseille exaspère

Monaco, Lyon, Nice et Saint-Étienne se tiennent maintenant en deux points. En bas du classement, ce sont Ajaccio et Reims qui vont se battre pour la survie, tandis que Toulouse décroche. Et au milieu de tout ça, Marseille s'enfonce dans la médiocrité. Au moins, il y a du suspense à l'approche des multiplex de fin de saison.

Modififié

L'analyse définitive de la semaine : Saint-Étienne va s'inviter sur le podium final, sans faire de bruit


Monaco, Lyon, Nice et même Rennes jusqu'il y a quinze jours. Voilà les noms évoqués lorsque qu'on parle de la lutte pour la qualification en Ligue des champions. Mais à partir de maintenant, il va falloir compter sur un nouvel acteur. Même si Christophe Galtier estime qu'il faudrait « l’enfermer si son ambition était supérieure à la Ligue Europa » , les Stéphanois ont clairement leurs cartes à jouer dans cette bataille. Grâce à Nolan Roux, Saint-Étienne vient d'enchaîner avec une cinquième victoire consécutive, sans encaisser le moindre but. Sans briller dans le jeu, les Stéphanois ont vaincu sans trembler Montpellier, le Gazélec, Troyes, Bastia et Lorient. L'ASSE avance tranquillement, sans faire de bruit, et est terriblement efficace sur le plan comptable. Nul doute que le match contre Nice lors de la 37e journée sera capital. Surtout qu'au même moment, Lyon et Monaco s'affronteront. Après tout, s'il y a bien une année pour passer un cap, après trois saisons à coincer entre la quatrième et la cinquième place, c'est celle-là.

La polémique de la machine à café : les supporters de l'OM doivent-ils recevoir une médaille d'honneur pour acte de courage ?


Cette saison, l'OM a connu plus d'entraîneurs que de victoires à domicile. Une statistique qui fait très mal, et qui explique à elle seule le calvaire enduré par les supporters marseillais. Après la colère effrayante face à Rennes (2-5) et l'extrême ironie face à Bordeaux (0-0), le public du Vélodrome a adopté une nouvelle attitude ce dimanche : l'exaspération, la consternation, l'abandon. À cause du huis clos partiel, ils n'étaient que 15 000 dans les travées du stade Vélodrome. Devant le but contre son camp de Nkoulou, le carton rouge de Romao, la blessure d'Abou Diaby et le spectacle général désastreux, ils n'ont pas bronché. Quelques sifflets par-ci par-là, mais rien de bien méchant. L'incroyable série de non-victoires des Olympiens à domicile aura eu raison d'une grande partie du public marseillais. Mais pour les 15 000 qui font encore l'effort d'y croire et de se déplacer, pour ceux qui continuent de s'infliger de tels spectacles devant leurs écrans de télévision, il va sérieusement falloir penser à leur décerner une récompense pour leur bravoure et leur abnégation. Ou alors une Coupe de France.

- Vous avez raté le derby corse et vous n'auriez pas dû


Le match entre le Gazélec, qu'on avait déjà presque condamné à la descente, et Bastia, qui n'a déjà plus rien à jouer depuis un bon bout de temps, n'avait rien de très emballant. Et pourtant, il était à coup sûr l'un des matchs à ne pas louper cette semaine. D'entrée, Ngando a emballé le match en ouvrant le score pour les Bastiais. Mais devant leur public surchauffé, les Ajacciens ne tardent pas à réagir. Dix minutes plus tard, Boutaïb remet les compteurs à zéro en égalisant. Ensuite, c'est Grégory Pujol, toujours au rendez-vous lorsqu'il n'est pas blessé, qui donne l'avantage aux siens d'une élégante volée. En deuxième mi-temps, c'est Mohammed Larbi qui scelle la victoire du Gaz' en inscrivant le troisième but sur penalty. Histoire d'entretenir le suspense jusqu'au bout, les Bastiais réduisent le score à un quart d'heure du terme. Le Gazélec a eu chaud, mais le Gazélec a complètement lancé le sprint final de la course au maintien.

Ils l'ont dit

« Je voulais clarifier la situation. Je ne serai plus l'entraîneur du FC Nantes la saison prochaine. Je n'ai plus envie de travailler avec Monsieur Kita. » Michel Der Zakarian, entraîneur du FC Nantes. La bonne ambiance.

Jean-Michel Aulas, président de l'OL : « Je dois dire bravo à Clément. J’ai mal exprimé les choses et je m’en excuse directement, parce que même si c’est vrai que son agent nous a demandé s’il y a la possibilité de sortir, je n’aurais pas dû l’exprimer du tout. Et sa réponse contre Toulouse est magnifique. Il sera toujours le bienvenu l'année prochaine. » Il est quand même fort, le mec.

« C'est un bon coup de gourdin. Le gourdin lyonnais. » Pascal Dupraz, entraîneur de Toulouse. Et ça fait mal, un coup de gourdin.

Blaise Matuidi, milieu de terrain du PSG, à propos de Maître Gims : « C'est un chanteur que j'adore. Tous ses singles et albums, je les écoute. » Bah c'est super.

« Il y a forcément un manque de confiance. » Florian Thauvin, ailier de l'Olympique de Marseille. Et aussi un manque de talent, d'envie, d'intelligence et de plan de jeu.

Le tweet


- Au moins, ce match a fait un heureux. « Montez ! »

Le top 5

Nolan Roux (Saint-Étienne) : Un doublé dans le dernier quart d'heure, pour porter son total de buts en Ligue 1 à neuf. Il va le faire, putain ! Il va enfin la passer cette barre des dix buts en une saison. Sacré buteur.

Clément Grenier (Lyon) : On l'a retrouvé dans son rôle préférentiel, celui du tireur de coup franc direct. Histoire de prendre un petit plus de valeur sur le marché des transferts.


Jonas Martin (Montpellier) : Une frappe lumineuse dans la lucarne opposée de Dreyer. L'ESTAC, sparring partner modèle pour se mettre en confiance.

Hatem Ben Arfa (Nice) : Une passe décisive, un penalty provoqué puis transformé, jamais il n'aura été aussi régulier. Ça foutrait presque la larme à l'œil.

Jacques-Alaixys Romao (Marseille) : Un carton rouge stupide juste après l'égalisation de son équipe. Romao dans toute sa splendeur.

La stat inutile

Luis Suárez a marqué plus de buts en Liga cette saison (34) que Ronny Rodelin dans toute sa carrière professionnelle, toutes compétitions confondues (27).

  • Résultats et classement de Ligue 1
    Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici

    Par Kevin Charnay
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    il y a 9 heures 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 12 il y a 9 heures Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6 Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 4
    Partenaires
    Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 86
    À lire ensuite
    L’œil humide