1. //
  2. // AS Roma/Inter

La Coupe ou la vie

La vie ou la mort, acte 1. Ce soir, deux ogres du Calcio jouent leur honneur. Largués en Serie A, éliminés en Champions League, Romains et Milanais abattent leur dernière carte en Coupe d'Italie. Une Coupe qui vaut de l'or.

Modififié
0 0
En Italie encore plus qu'ailleurs, les années se suivent et ne se ressemblent pas. Pour constater certaines anomalies hiérarchiques, pas besoin de machine à remonter le temps, ni même de DeLorean. Il suffit de tourner la tête un instant, un court regard dans les archives, les yeux tournés vers un passé proche: la saison 2009-2010. Oui, l'année dernière, à la même époque, l'Inter Milan et la Roma étaient à la lutte pour le Scudetto. On rembobine.

Retour vers le futur

365 jours. Il y a tout juste un an, l'Inter Milan et l'AS Roma croisaient le fer au sommet du football Italien, se disputant ainsi l'hégémonie nationale au cours d'une quête sans merci pour décrocher le sacrosaint titre en Série A. Une bataille bourrée d'histoire. Touchée et même coulée le 28 octobre 2009, après une défaite 2-1 sur la pelouse d'une Udinese qui n'en était qu'aux balbutiements de son football champagne 2011, la Roma de feu Claudio Ranieri dynamitera pourtant la Série A jusqu'au 25 avril. Des victoires à la pelle, quelques matches nuls, aucune défaite. Les invincibles Giallorossi courraient tout droit vers le titre. Pourtant, ce soir d'avril, l'Inter, victorieuse à Sienne 1 à 0, va profiter d'une débâcle inattendue de l'imparable Louve face à la Sampdoria. Ce soir-là, les joueurs de la capitale savent qu'ils ont perdu gros. Très gros, puisque les trois victoires consécutives qui ponctueront la saison n'y changeront rien. L'Inter ramasse le Scudetto avec 82 points, deux de plus que la Roma, Poulidor de luxe d'un Anquetil grandiose. 2009-2010 restera marquée de la griffe de cet imperturbable duo capable de reléguer le Milan A.C à dix points.


Inter, destin tragique

17 Avril 2011. Les Rossoneri règnent en tyran sur la Série A. Le putsch est violent, le destin des anciens leaders tragiquement lié. Pendant que le Napoli se réécrit une histoire derrière le Milan AC, l'Inter s'accroche tant bien que mal à sa troisième place, pendant que la Roma de Montella doit cravacher pour choper une qualification en Europa League. Tous deux défaits ce week-end en Série A, face à Parme (0-2) pour les Milanais et face à Palerme (2-3) pour les Romains, ces affamés de titres n'auront qu'une Coupe d'Italie à se mettre sous la dents cette saison. De bien maigres provisions en vue de l'été pour ces deux ambitieux qui pensaient surfer sur la vague de la réussite pour remettre le couvert en 2011. Pendant que dans la capitale italienne, on se voyait déjà en haut de l'affiche, dans celle de la mode, il s'agissait de conserver la pléiade de titre décrochée par José Mourinho la saison passée. La vérité, la douloureuse, est toute autre. Ranieri, qui rêvait de ramener la C1 Via del Corso, est au chômage, et Leonardo, bien que plus classe que Benitez, n'a pas vraiment fait mieux. Défigurés par Schalke 04 en Champion's League, les Nerazzurri vont perdre, plus qu'un peu de prestige, pas mal d'écussons sur leur maillot.


Les ambitions, comme le niveau de jeu, sont donc revues à la baisse. Ce sera la Coupe d'Italie, ou rien. Un scénario qui a le mérite de mettre un peu de piment dans une compétition qui souffre d'une faible exposition médiatique. Lundi, pas un mot ou presque de la Gazzetta Dello Sport ou du Corriere Dello Sport à propos du rendez-vous des 22 gladiateurs dans l'arène. Pourtant, cette confrontation sent la poudre. Non, il n'existe pas un joueur qui, arborant le maillot giallorosso/nerazzurro, souhaite partir en vacances les mains vides. Pourtant le risque est bel et bien là. Et Vincenzo Montella l'entraîneur, un peu, le joueur surtout, le sait mieux que quiconque : « Deux équipes blessées par le parcours difficile en championnat et en coupe s'affronteront demain soir. Cette Coupe est presque le dernier objectif de la saison, si l'on exclut l'hypothétique qualification en Champions League. C'est un match d'une importance cruciale pour les deux équipes » . Le cadre est posé, l'enjeu est clair. Mais le chemin est encore long pour les deux écuries : avant de retrouver Palerme ou le Milan AC le 11 juin en finale, il faudra s'écharper de nouveau le 11 mai, pour la demi-finale retour... Une double confrontation que manquera Totti, qui purge toujours ses 4 matchs de suspension obtenus la saison passée suite à son coup de latte sur l'intériste Balotelli. Il y a des choses qui ne changent pas en un an.

Swann Borsellino

Achetez vos billets pour l'Inter de Milan maintenant !

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
La Digue du cul
0 0