1. //
  2. // Finale
  3. // PSG/Bastia

La coupe à cœur

Recordman des victoires en Coupe de la Ligue (4) et tenant du titre, le PSG confirme avec cette nouvelle finale que la Coupe est son truc. C'est dans son ADN. D'ailleurs, les différentes finales disputées par le club de la capitale confirment qu'entre le PSG et la Coupe de la Ligue, il se passe toujours quelque chose.

0 12
  • La première soirée : 3 mai 1995


    Le contexte : Fraîchement éliminés de la Ligue des champions en demi-finales par l'AC Milan, les Parisiens, qui ont également bazardé le championnat face au FC Nantes, n'ont plus que les coupes pour se sauver. En route pour la finale de la Coupe de France également, les hommes de Luis Fernandez ont l'occasion de soulever un premier trophée avec cette nouvelle coupe. Et comme un bonheur n'arrive jamais seul, la finale se joue au Parc des Princes. À la maison, quoi.

    Le match : Sur le papier, c'est déséquilibré au possible. George Weah, David Ginola, Ricardo, Raï d'un côté. Jean-Christophe Debu, Gilles Leclerc, Didier Santini, Bruno Rodriguez de l'autre. A priori, les Parisiens n'ont aucune crainte à avoir et prennent très vite le match en main. Un but de la tête, sur phase arrêtée, d'Alain Roche, et on se dit que c'est plié. Oui mais non, Bastia réagit vite, et Drobnjak se voit injustement refuser un but sur un hors-jeu inexistant. Et sans un très bon Luc Borelli dans les bois, les Corses seraient revenus dans la partie à plusieurs reprises. Mais à force de gâcher des opportunités, Bastia s'expose, et c'est Raï, toujours d'un coup de casque, qui double la mise à 5 minutes de la fin. Froid, cruel et précis. Le PSG s'impose.

    Youtube

  • Seine-Saint-Denis style : 4 avril 1998


    Le contexte : Dernière année de Michel Denisot à la tête du PSG. On le sait, le président délégué va quitter la capitale. Dans son sillage, c'est Raï et une bonne partie des historiques qui vont également prendre la tangente. Ce match, qui arrive après un exercice raté en championnat en dépit de l'arrivée de Marco Simone, sonne comme une bouffée d'oxygène pour un club qui va terminer 8e de Ligue 1. La saison ne peut être sauvée que par les coupes, puisque le PSG est aussi en finale de Coupe de France. Une bonne vieille habitude.

    Le match : Sans doute la plus belle finale de Coupe de la Ligue du PSG. Ça part dans tous les sens dans cette première finale diffusée au Stade de France. Micoud trouve le poteau. Wiltord régale Micoud qui fusille Fernandez (1-0). Maurice oblige Ramé à une parade dans la foulée. Ducrocq se fait balancer par Ramé dans la surface, mais Raï manque le penalty que Simone conclut dans un second temps (1-1). L'Italien envoie une volée sur la barre bordelaise. Prolongation. Loko dépose la gonfle sur le crâne de Raï (2-1). Coup franc dans les ficelles de Jean-Pierre Papin (2-2). Tirs au but où Bordeaux manque ses deux premières tentatives, et voilà, c'est fini. Le PSG l'emporte à Saint-Denis après 120 minutes de pluie, de jeu et d'envie.

    Youtube

  • Le couac : 22 avril 2000


    Le contexte : Tout semble aller mieux dans la capitale. Sous l'impulsion de Jay-Jay Okocha et d'Ali Benarbia, les Parisiens font bonne figure en championnat où ils vont terminer à la place de dauphin. De nouveau en finale de Coupe de la Ligue, les Parisiens retrouvent une équipe de Ligue 2, Gueugnon, en finale. Un cadeau. Ouais…

    Le match :

    Sylvain Distin qui ressemble à Sisqó, Amara Traoré et son sourire Yannick Noah, Richard Trivino. A priori, le PSG n'a rien à craindre des Forgerons et de leur entraîneur amoureux des Harley, Alex Dupont. Pourtant, la cage de Dominique Casagrande est prise d'assaut en première période. Éric Rabésandratana et Talal El-Karkouri sont en souffrance en charnière centrale. Le temps passe, et les Parisiens ne trouvent pas la mire. Et comme souvent, ça tourne en eau de boudin. Gueugnon ouvre le score sur une frappe lointaine qui vient percuter le poteau parisien, avant que Trapasso ne reprenne derrière et ne fume Casagrande. Sur son banc, Sir Alex Dupont éclate de joie. L'exploit est en marche, et les Parisiens ont moins de 30 minutes pour s'éviter l'humiliation, mais Trivino sort tout. Absolument tout. Ça sent définitivement le sapin. Surtout quand Flauto, à la 90e, s'amuse de toute l'arrière-garde parisienne et double la marque. 2-0, Paris et son sponsor maillot « SFR » se font désosser par une équipe de Ligue 2, floquée en « Lion » . Normal.

    Youtube

  • La fête gâchée : 29 mars 2008


    Le contexte : Englué dans les dernières places de Ligue 1, le PSG est en mode survie au printemps 2008. Rien ne marche dans cette équipe. Pauleta, Jérôme Rothen, Bernard Mendy et consorts n'y arrivent plus. Ils sont à l'agonie. Dans ce bordel ambiant, ils ont réussi à se hisser en finale de Coupe de la Ligue face à Lens. Une éclaircie dans la nuit ? Peut-être.

    Le match : Entre un futur 16e de Ligue 1 et un futur relégable, il ne fallait pas s'attendre à une grosse soirée, même si le petit but de Pauleta (petit lob) est une sucrerie. Mais voilà, cette finale était vouée à partir en couille. Sur une action d'école, Éric Carrière égalise et plonge les Parisiens dans le doute. Monterrubio trouve d'ailleurs l'équerre de Landreau sur une merveille de frappe au cœur de la seconde période. Le PSG est acculé, étouffé, au bord de la rupture. Et là, comme un miracle, Luyindula se fait légèrement bousculer par Hilton dans la surface. On joue la 93e minute, et Bernard Mendy trouve les filets sur penalty. Victoire, joie, saison sauvée, etc. Bah non. Dans les tribunes parisiennes, une banderole « Pédophiles, consanguins, chômeurs : bienvenue chez les Chtis » est sortie pour moquer le film de Dany Boon. Moralité, l'histoire fait la une de tous les journaux. On demande même à relever les empreintes sur la banderole pour extrader les auteurs. On ne va parler que de ça pendant dix jours. « L'affaire de la banderole » attend toujours son Faites entrer l'accusé. Histoire de terminer sur une bonne note, Zoumana Camara était déjà de la partie en 2008.

    Youtube

  • La dernière sortie : 19 avril 2014


    Le contexte : Promis au titre de champions de France, les Parisiens viennent de se faire lourder d'Europe par Chelsea. Une semaine avant la finale face à Lyon, les hommes de Laurent Blanc s'étaient également inclinés à Gerland. Autant dire que le moral n'est pas au beau fixe, et Zlatan Ibrahimović, blessé, manque à l'appel. On se dit qu'en cas de défaite en finale, Laurent Blanc pourrait même sauter. Tout est dans la démesure avec ce club.

    Le match : Moqué à Chelsea pour ses ratés, Edinson Cavani ne perd pas de temps et plante un doublé en première mi-temps. La réduction du score des Gones n'y changera rien, les Parisiens tiennent le coup jusqu'au bout et permettent à Blanc de souffler un peu. Même si, au niveau du prestige, ce titre n'a pas de quoi faire défiler les mecs dans la rue à Doha, il permet au PSG de garnir son palmarès. Un peu. C'est surtout un titre gagné sans Ibrahimović. Tout sauf un détail. À la fin du match, Ezequiel Lavezzi va célébrer cette coupe avec le kakémono de Christophe Jallet dans la main. Cet homme est unique.

    Youtube


    Par Mathieu Faure
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • ZidaneLeMagnifique Niveau : DHR
    Pourriez-vous arrêter cette pub Axe absolument affreuse sur l'application ? Ça ne me dérange pas d'en avoir pour aider à financer le site mais ça devient pénible de taper 3 fois sur l'écran pour l'enlever.
    PS : C?ur sur toi Gueugnon.
    PauletaSusicGaucho Niveau : Ligue 1
    Note : 3
    Franchement qu'est-ce qu'elle était drôle cette banderole.

    Je préfère largement quand des supporters font preuve d'un peu d'imagination plutôt que de se contenter de simples insultes envers l'adversaire.

    Et puis bon ce film, il est pas si drôle que ça, j'ai un peu de la peine pour le cinéma français. Bref...


    Cette finale contre Gueugnon par contre... Je m'en suis toujours pas remis, du coup j'ai quand même une appréhension pour ce soir
    Cette banderole a surtout caché le fait que l'arbitre a volé le Rclens sur un penalty imaginaire. Alors que 10 secondes avant sur la même action un lensois se fait méchamment taclé par derrière et il laisse joué.

    Bref un sale souvenir cette finale, plus pour le match que pour cette foutue banderole
    roberto-larcos Niveau : Ligue 2
    Note : 3
    Ah ah cette banderole m'avait bien fait marrer à l'epoque, comme quoi un film de m.... peut en provoquer des reactions.
    j'y suis giresse Niveau : Ligue 1
    Note : 1
    Sympa les vidéos des finales toutes bloquées par la LFP
    Ce qui est fou c'est que si Bastia gagne, le record de coupes serait :

    1. Brandao
    2. PSG
    Quelqu'un pourrait m'eclairer? Brandao peut il jouer ce soir? parceque si c'est le cas, c'est mort hein!
    Note : -1
    Cette escroquerie cette finale de 2008... L'arbitre qui donne un 6m au lieu d'un corner pour nous, et sur le dégagement qui amène le pénalty, Luyindula qui tombe comme une grosse merde car l'herbe du stade de France était trop haute...
    Ilaramenetrop Niveau : Loisir
    Il y avait clairement faute sur luyindula revois les images
    j'y suis giresse Niveau : Ligue 1
    Message posté par PauletaSusicGaucho


    Et puis bon ce film, il est pas si drôle que ça, j'ai un peu de la peine pour le cinéma français. Bref...


    Sachant que Bienvenue chez les ch'tis se passe dans une ville qui n'est pas ch'tie...
    Ce film n'arrive pas à la cheville de "Le Bonheur est dans le pré" !
    andreas mollard Niveau : CFA2
    Message posté par j'y suis giresse


    Sachant que Bienvenue chez les ch'tis se passe dans une ville qui n'est pas ch'tie...
    Ce film n'arrive pas à la cheville de "Le Bonheur est dans le pré" !


    c'est quoi une ville ch'ti pour toi?
    Jed mosly Niveau : CFA2
    Message posté par andreas mollard


    c'est quoi une ville ch'ti pour toi?


    C'est une ville habitée par une seule et même famille.
    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    0 12